AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Walk the Dinosaur | Aiden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Walk the Dinosaur | Aiden   Jeu 29 Déc - 22:33

Le Chaudron Baveur était particulièrement bruyant cette nuit là. Une bande de vieux sorciers célébraient la retraite de l'un des leurs et, en tant qu'amis du patron, ils paraissent libres de faire ce que bon leur semblait. Nori devait avouer que, quitte à voir quelqu'un se déhancher sur une table, autant que ça ne soit pas un individu de plus de soixante ans. La bonne humeur qui régnait au sein de l'établissement faisait cependant plaisir à voir, surtout au vu de la morosité qui régnait au cœur de Londres ces derniers temps. Alors, oubliant l'heure avancée, le jeune Japonais assistait du mieux possible les convives.

Porter des plateaux sans l'aide de la magie n'était pas dans ses habitudes, mais sa baguette ne pouvait pas effectuer toutes les corvées. Et puis bavarder avec certains des invités était plutôt agréable. Surtout lorsqu'une sorcière d'un certain âge glissa un gallion dans sa poche, le tout avec un sourire qui lui redonna un peu de courage. Sans compter que c'était début de la fortune. Enfin, il devait bien admettre que travailler était épuisant, surtout pour une personne comme lui qui ne possédait quasiment pas d'expérience professionnelle avant d'avoir été employé ici. Enfin, ça il ne l'avait pas véritablement annoncé ainsi. Le plus important c'était qu'il soit à l'heure et que tout brille au final.

Il devait être aux alentours d'une heure du matin, et les invités avaient encore de l'énergie à revendre, à la grande surprise de Nori. Bien sûr, lui avait dormi jusqu'au crépuscule pour être en forme, mais c'était différent. Alors qu'il ravalait un bâillement, des personnes commencèrent à offrir des cadeaux de départ à leur ami. La majorité étaient simples, comme un stylo à encre invisible, ou encore un porte-chapeau qui vous complimentait sur votre apparence. Par contre, Nori ne s'attendait pas à la boîte piégée qui explosa dans les mains de son propriétaire pour laisser apparaître un géant ballon gonflable en forme de T-rex au milieu de la pièce.

L'originalité était mise à l'honneur ce soir là. Et cela n'aurait posé aucun souci, si un second convive n'avait pas poussé un cri durant l'explosion, reculant d'un pas. Geste qui entraîna une collision avec Nori, qui perdit son équilibre. Tout devint flou, encore plus que d'habitude pour celui qui ne portait jamais ses lunettes, et lorsqu'il réalisa l'accident qui venait de se produire, il était trop tard. Les verres sur son plateau étaient tous brisés et plusieurs morceaux s'étaient logés dans sa main.

Personne ne sembla le remarquer, sauf le patron, et quelques collègues, qui l'entraîna immédiatement derrière le comptoir pour analyser la blessure. Le jeune homme avait un peu la tête qui tournait pour être honnête, et le sang était loin d'être plaisant. Un fin flot de sang commençait à couler sur le sol, et ses souvenirs tournèrent sombres, dirigés vers les multiples marques causées par ses parents. Cependant, alors qu'il demanda à pouvoir retourner chez lui, son supérieur ne lui répondit même pas. Confus, Nori cligna des yeux, avant de réaliser que, dans sa fatigue, il avait utilisé sa langue maternelle.

Bien que le blessé essaya de rattraper son erreur en reposant la question dans la langue de Shakespeare, on lui suggéra plutôt, sur un ton ferme, de se rendre à l'hôpital sorcier le plus proche. Saint Mangouste n'était pas un lieu touristique prisé, mais il ne fut pas en mesure de formuler sa désapprobation. Une collègue transplana en lui intimant l'ordre de s'accrocher, car le Japonais n'était pas vraiment en état de le faire.

Au moment où ils arrivèrent à l'accueil, du sang avait coulé sur ses habits moldus, et Nori songea que ça allait être pénible à retirer le lendemain. Après l'avoir aidé à s'asseoir sur une chaise en plastique inconfortable, sa collègue alla chercher un médecin, n'hésitant pas à se plaindre pour faire accélérer les choses. Pourquoi ne pas dire qu'il était sang-pur, pendant qu'elle y était. La pensée était loin d'être amusante au final. Et Nori ferma les yeux, ne se sentant vraiment pas en bon état. Tout ça pour un peu de verre, c'était ridicule.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Jeu 29 Déc - 23:14



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Une longue journée de travail commençait à prendre fin pour le jeune médicomage qui travaillait à St Mangouste. Comme d’habitude, beaucoup de patients étaient venus pour des causes plus ou moins graves. Avec la situation actuelle à Londres, les gens étaient devenus paranos et la moindre blessure les inquiétait. Aiden ne pouvait les blâmer, mais parfois la paranoïa atteint son apogée. Un patient avait remis en doute son diagnostic. Jusque-là, rien de bien choquant pour l’Asiatique. Il n’était pas rare que quelques personnes remettent en cause son bilan par peur. Sauf que cette fois-ci, le patient avait atteint un tel niveau, qu’Aiden en avait perdu sa répartie.

Une verrue non-contagieuse avait été donc diagnostic à ce gentil vieux sorcier, qui rejeta ce bilan, affirmant avoir un cancer et non pas une verrue. Oui, c’était une simple et unique verrue. A la forme certes peu commune, une grosse tâche faisant penser à une tête avec deux minuscules bras. Originale, certes, mais pas dangereuse. Aiden ne voulait pas être de mauvaise foi, mais les personnes âgées étaient souvent celle qui voyait un danger où il n’en avait pas. Pour rassurer le vieux sorcier, le jeune homme avait dû appeler un spécialiste pour retirer cette horrible verrue. Le métamorphmage jeta un rapide coup d’œil à sa montre après avoir quitté son patient. Cela faisait maintenant plus de dix-neuf heures que le jeune homme avait commencé sa garde et cette dernière ne se finirait pas avant le lendemain.

Il devait être vers les alentours de minuit, quand le dernier patient dans la salle d’attente fut traité. Un profond soupir s’était échappé des lèvres du sorcier qui, sans plus attendre, se dirigea vers une chambre vide pour faire une petite somme. Il n’avait pas encore pris la peine de manger, mais cela ne le dérangeait pas, car il n’avait pas très faim. À peine la tête du brun se posa-t-elle sur l’oreiller que le médicomage s’endormit. Alors que son sommeil semblait profond depuis peu, quelqu’un toqua à la porte. Grognant, le jeune homme se releva et ouvrit la porte pour voir le sourire désolé d’une infirmière qui était accompagné d’une jeune femme.

« Guérisseur. Si vous n’avez rien d’autre à faire que dormir, vous devriez venir voir mon collègue. Tout de suite.»

Les cheveux du jeune homme se teintèrent en gris tandis que ces yeux s’assombrirent. Levant les yeux au ciel, le sorcier ne prit même pas la peine de répondre à l’empoté qui se croyait supérieur aux autres et se dirigea vers la salle d’attente. La jeune femme lui avait emboîté le pas et râlait de son impolitesse entre autres choses. Ne l’écoutant point, le jeune homme continua de l’ignorer royalement jusqu’à son arrivée devant la salle d’attente. Son regard, toujours sombre, se posa sur ce qui devait être son futur patient. Un Asiatique qui devait avoir à peu près le même âge que lui, avait des bouts de verre dans sa main qui était en sang.

Une nouvelle fois, la teinte des cheveux du médicomage changea. Passant du gris foncé au blond platine, presque blanc. C’était la couleur habituelle qu’il prenait depuis quelques années maintenant. S’avançant doucement vers son patient, l’ancien poufsouffle congédia la femme exécrable qui l’accompagnait et demanda à l’Asiatique de le suivre. Voyant que ce dernier ne se semblait pas être en très grande forme, il l’aida à marcher jusqu’à la chambre où il allait l’examiner.

Après l’avoir installé sur le lit, le médicomage sortie un dossier ainsi que sa baguette. « Comme vous êtes vous fait cela, Monsieur… ? » Commença-t-il afin de connaître le nom de son patient. Après plusieurs questions basiques que chaque médecin devait poser aux nouveaux patients, le jeune homme pu enfin constaté de plus près les dégâts des morceaux de verre. Prenant délicatement la main de l’Asiatique, Aiden fit légèrement la grimace. « Il risque d’avoir des cicatrices, néanmoins cela n’a toucher aucun nerfs important, donc pas de perte en motricité. Ni en sensibilité. Je vais vous mettre sous un gaz hilarant pour que vous ne sentiez plus la douleur le temps que je retire et désinfecte votre main, cela vous convient-il monsieur ? » Demanda-t-il sur un ton légèrement ironique. La fatigue n’aidait pas. Mais, le jeune homme avait l’obligation de demander, au patient en possession de leur moyen, si la procédure leur convenait.



par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Jeu 29 Déc - 23:43

Perdre quelques doigts aurait été franchement embêtant, surtout pour un serveur. Ce n'était cependant pas de sa faute si les personnes âgées avaient trop d'énergie malgré leur âge avancé. Au lieu d'être entouré de lentes créatures mangeuses de feuillage, il s'était retrouvé avec une bande d'énergumènes qui comptaient bien faire la fête jusqu'au bout de la nuit. Tandis qu'ils étaient certainement en train de dévorer le gâteau, l'employé du Chaudron Baveur en était réduit à compter dans sa tête en Japonais pour rester vaguement concentré. C'était sa première fois dans une clinique, ce qui ne signifiait cependant pas que l'expérience lui plaisait plus que ça. Il serait difficile de mettre du vernis à ongle avec les doigts plein de bandages. Et Merlin seul savait à quel point Nori adorait ça. Surtout depuis qu'il avait réalisé à quel point ses frasques tapaient sur les nerfs de son frangin.

Un fort bruit, similaire à un accordéon dans les mains d'un débutant, lui fit comprendre que sa collègue était parvenue à réussir sa mission, et qu'elle revenait avec un médicomage. Un qu'elle n'avait, il l’espérait, pas kidnappé lors de sa pause, chose qui aurait été embêtante. Quoique non, en fait Nori s'en fichait. La douleur lui donna envie de se rouler en boule dans un coin, mais il se retint. Une activité forte intéressante commença alors à l'occuper ; maudire son foutu don inutile. Les cartes n'avaient absolument pas jugé utile de l'informer de cet accident. Malgré une légère indication d'un changement, rien de précis n'était apparu. Son troisième œil paraissait bien inutile maintenant qu'il se trouvait sur un lit d'hôpital.

Tiens, un lit. Oh, visiblement le médicomage l'avait aidé à marcher jusque là et il n'y avait pas prêté attention. Sa collègue s'était évaporée, un soulagement. L'individu à ses côtés paraissait tout aussi jeune que Nori. Sauf que sa tenue indiquait de lui avait réussi sa vie, contrairement au Japonais qui songeait sérieusement à s'endormir lui-même avec un sort pour faire passer la douleur. Son sauveur semblait Coréen, ou du tout moins asiatique, un sujet sur lequel l'aîné décida de ne pas s'étendre, même si cela le rassura un peu. Il marmonna les informations de rigueur, comme son nom et âge, avant de marquer une pause à propos de la cause de son accident.


« Problème avec un grand-père et un t-rex gonflable lors d'une fête de départ en retraite. » Peut-être aurait-il mieux fait d'apporter une légère précision au niveau de son métier. Sauf que Nori en avait déjà marre d'être ici. Son corps frémit lorsque le médicomage attrapa sa main. Qu'importe sa délicatesse, celui qui avait été abusé par sa propre famille détestait les contacts qui n'étaient pas nécessaires. Évidement, le cas présent relevait de l'urgence, rendant toute plainte difficile.


« Va pour le gaz hilarant… Tant que je récupère ma main dans un état correct, c'est cool. » Son langage n'avait aucune raison d'être soutenu dans un tel cas. Il n'était ni dans une réunion barbante de sangs purs, ni au QG de sa faction. Un soupir lui échappa et Nori utilisa sa main libre pour se masser le front. Pour le coup, avoir ses lunettes aurait aidé un peu.
« Si j'ai des cicatrices, ce n'est pas très grave. C'est okay. Acceptable. Ça ira. »

Okay, il avait vraiment besoin de se détendre avant que le dictionnaire des synonymes y passe. De toute façon, ses parents avaient causé assez de dégât sur son corps pour que Nori soit immunisé à l'idée d'avoir des marques. Cela devait bien se produire un jour ou l'autre.
« Au moins j'ai eu un bon pourboire. » Il nota sans réfléchir, parlant sous le coup du stress plus qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Ven 30 Déc - 20:52



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Habituellement, le jeune homme était loin d’être une personne désagréable bien au contraire. Les longues heures de travail n’avaient pas réellement d’effet sur lui. Mais, le réveil était certainement l’un de ces points faibles, il fallait bien l’avouer. Cela devait faire à peine une heure ou deux que ces yeux s’étaient fermé quand une infirmière vint toquer à la porte. Aiden savait dans quoi il s’était engagé lors de son choix d’orientation. Médicomage était loin d’être le métier le plus facile du monde, autant moralement que physiquement. Mais, le sentiment d’être utile, sauver la vie des gens étaient une récompense tellement satisfaisante que les petits désagréments, comme les nombreuses heures de travail et le manque de sommeil, ne le dérangeait en aucun cas. Néanmoins, le ton et l’attitude de la personne qui accompagnait l’infirmière l’avait mis de mauvais poil. Il s’était dirigé vers la salle d’attente en ignorant royalement cette personne désagréable au possible.

Les choses s’étaient relativement calmées à l’hôpital, en même temps vu l’heure peu de sorciers était encore debout, sauf les fêtards. D’ailleurs, certains ne devraient pas tarder à arriver avec des blessures à la suite d’une bataille après une fête un peu trop arrosé. C’est la première conclusion que le jeune homme avait élaborée dans son esprit pour catégoriser le type de personne qu’il allait examiner. À dire vrai, n’ayant pas écouté les dires de la jeune femme, il n’avait pas prêté attention à qui il allait soigner. De toute façon, que la personne soit un fêtard ou non ne le dérangeait pas outre mesure. Son devoir était de soigner les gens, qu’importe leur état ou qui ils étaient. En entrant dans la salle d’attente, Aiden s’était rendu compte de la pâleur apparente de la peau de l’Asiatique.

Sans attendre de réelles réponses de la part de son patient, qui semblait être à moitié connecté à la réalité, il l’aida à marcher jusqu’à une chambre où il le déposa sur le lit. L’Asiatique semblait être d’origine Japonaise. Contrairement à ceux du pays natal de sa mère, le jeune coréen, ayant naquit et vécu en Angleterre, ce fichait pas mal des tensions qui semblaient toujours exister entre les Coréen et les Japonais suite aux différents conflits. Evidement, cela touchait plus les moldus que les sorciers. Haussant les épaules, Aiden profita du retour sur la Terre de son patient pour lui poser les questions de rigueur. Une fois écrite sur le dossier, le médicomage attendit de savoir la cause de l’accident avant de décider de la procédure à faire ensuite. Un froncement de sourcil vint rider le visage du jeune homme face à la réponse de son patient. Un T-Rex ? De nouveau, le métamorphomage, haussa les épaules.

« C’est drôle, j’ai enlevé une verrue à un vieillard aujourd’hui qui avait la forme d’un T-Rex. Comme quoi. » Répliqua-t-il sans rire. En apparence seulement. Ces cheveux le trahissaient souvent, ces derniers avaient pris une jolie couleur rose pâle. Au moins, il était de nouveau de bonne humeur. Et ce qu’il venait de raconter était seulement la stricte vérité. Quant à la blessure de son patient, il allait devoir le mettre sous gaz hilarant pendant la procédure pour retirer les morceaux de verres et désinfectés la plaie.

« Ne vous en faites pas, c’est une blessure anodine comparée à ce que je peux voir en ce moment. » Dit-il en se retournant pour chercher le masque avec le gaz hilarant. Une fois ce dernier trouvé, Aiden le posa délicatement sur le visage du jeune homme. « Vous risquez de rire pour une bêtise dans quelques minutes, ne vous en fait pas, c’est tout à fait normal. Avez-vous des douleurs autres parts ? Quitte à être à l’hôpital, je peux regarder d’ancienne blessure si nécessaire cela ne me dérange pas. »

Aiden avait remarqué que le jeune homme semblait nerveux, quelque chose devait le tracasser. Il n’était pas là pour juger, seulement pour aider. Posant sa main sur son épaule, le médicomage s’approcha de Nori pour observer ces pupilles. Un petit sourire s'afficha sur ses lèvres quand Noria parla d'un pourboire qu'il avait eu. Il devait donc être serveur dans un bar. Peut-être le Chaudron Baveur ? Qui sait.

« J'espère que la personne qui vous à donné ce pourboire était mignonne.


par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Ven 30 Déc - 21:43

La soirée n'était agréable ni pour le médicomage ni pour le sang-pur qui aurait souhaité que tout ceci ne soit qu'un rêve, un court moment dont il aurait pu se réveiller sans être couvert de cicatrices. Les songes s'effaçaient rapidement une fois le réveil déclenché après tout. Sans doute qu'un arrêt de travail pendant un jour ou deux serait de rigueur, et c'était bien là le seul point positif de toute cette histoire. Retrouver des sensations autre qu'une douleur vive dans sa main aurait également été un sympathique bonus, même s'il ne fallait pas trop en demander au destin. Son esprit ne semblait pas se souvenir du secret pour rester en place, et ses pensées s'entrechoquaient dans sa tête au point de rendre tout son corps trop lourd pour quitter le lit pour l'instant. Sans doute aurait-il à rester là quelques heures de plus. Est-ce que son assurance Japonaise couvrait ce type de dégât ? Oh, sa famille était riche, pas besoin de se soucier de ce genre de problème.

« Un dinosaure sur un autre de son espèce. » Le commentaire envers les personnes d'un certain âge était moqueur, bien que dénué de méchanceté. Après un pourboire comme celui bien au chaud dans sa poche, Nori se voyait mal faire l'apologie de la jeunesse. Après tout, l'idiot qui avait renversé son plateau était sa personne. Ne ressentant pas le besoin d'approfondir son explication précédente au sujet des circonstances de son accident, Nori laissa échapper un léger bâillement. Il oublia que sa main forte était celle en souffrance et tenta de la lever pour étouffer son geste, avant de se rendre compte de sa bêtise. Visiblement, ce n'était pas sa soirée. Surtout qu'il avait utilisé la bonne quelques minutes plus tôt pour se masser le front.

Il jura en Japonais, uniquement quelques mots un peu trop violents pour nécessiter une traduction, et se détendit de nouveau ensuite. Un moment totalement normal dans une chambre d'hôpital à une heure aussi tardive. D'ailleurs, la décoration était déprimante, et il n'était pas habitué à autant de blanc d'un coup.

Le masque posé sur son visage fut la seule chose qui importa quelques secondes plus tard. La sensation était désagréable et son regard parcouru la pièce une fois de plus. Tiens, les cheveux de son interlocuteur avaient changé de couleur. Ou alors il n'avait pas fait que servir l'alcool aux invités, mais il en avait également vidé une bouteille. Peu probable, surtout sur son lieu de travail. Être ivre devant son patron aurait sans doute passé assez mal. Tout comme déblatérer sur un passé peu agréable. Nori n'avait aucune raison de s'étendre sur sa vie de famille.

Avant qu'il ne soit en mesure de formuler sa réponse, le gaz hilarant commença à faire effet. Combiné à la dernière phrase du médicomage, tout devint soudainement comique et il commença à pouffer de rire. « Très sexy, si on aime les femmes de soixante-dix ans. » Ou peut-être un peu moins mais ce n'était pas franchement le moment de faire fonctionner sa mémoire. Pour l'instant, ce qui importait était la manière dont Nori se redressa pour s'asseoir. Sa main valide se redressa pour toucher légèrement les cheveux de son médecin.

« Magie, magie~ Toi aussi tu es un sorcier un peu spécial ?»  Était-ce approprié de parler de ce genre de choses alors qu'une de ses mains était couverte de verre ? Sans doute que non, quoique ce n'était pas celle dont il était en train de servir pour toucher quelqu'un, donc tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Cependant, derrière son air un peu troublé, surtout après l'examen de ses pupilles qui ne lui fit pas franchement plaisir, le jeune homme savait qu'il était plus simple de plaisanter. Ainsi, il n'avait pas à lister les diverses blessures obtenues dans son existence. Sans compter que caresser les cheveux du docteur était plutôt relaxant. Un peu comme un chat, ou un gentil vélociraptor qui ne risquait pas de lui arracher la tête en un seul coup. « Je crois que quelque chose me fait de l'effet, et je dirais que c'est le gaz hilarant. » Son commentaire ne possédait aucune utilité mais, soyons francs, le Japonais était un brin déconnecté de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Ven 30 Déc - 22:22



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Après le départ de l’agaçante jeune femme, l’humeur du médicomage devint un peu plus agréable et joyeuse. Son attitude habituelle. Surtout que le patient n’était pas plus vieux que lui, une différence de deux trois ans n’avaient rien de choquant pour lui. Alors, il n’hésitait pas à faire de l’humour en se moquant gentiment. Le jeune homme semblait troublé, voir anxieux, alors Aiden faisait de son mieux pour le mettre à son aise. Il n’avait pas besoin de s’inquiéter, il s’occuperait uniquement de sa main si aucune autre blessure n’était visible où encore s’il ne souhaitait pas être soigné. Passant les mains dans ces cheveux, comme un tic, le médicomage expliqua la procédure qui allait suivre pour s’occuper de la main blessé du patient. Ce dernier, toujours un peu dans les vapes sans doute du au choc, semblait être perdu dans ces pensées. Un petit sourire encourageant était apparu sur le coin des lèvres du sorcier qui évitait les contacts physiques inutiles. Chaque personne réagissait d’une façon différente et Aiden avait appris à être méticuleux faisant attention aux moindres de ces gestes. Ne pas être trop brusque, ne pas surprendre le patient et éviter les contacts physiques trop fréquent surtout si cela n’est pas nécessaire.

Un rire franc s’échappa des lèvres du jeune sorcier qui riait de bon cœur au commentaire de son patient. Son rire résonnait encore quelque peu dans la pièce, comme une petite note de musique. « On sera sans doute des vieux dinosaures nous aussi dans plusieurs années. » Répliqua-t-il en imitant le T-Rex, rapprochant ces mains de son corps et marchant dans la pièce en faisant des grands pas. Après sa petite démonstration, les cheveux du jeune homme avaient encore changé de couleur, tandis qu’il se retenait de rire encore une fois. Essayant de reprendre son sérieux, Aiden vit le japonais se servir de sa mauvaise main et l’entendit jurer en Japonais.

Il fit une petite pichenette au plein milieu du front de son patient en le réprimandant sur son langage. Il ne parlait certes pas japonais, mais il se doutait fort bien que Nori eût utilisé des mots peu appropriés.

Après avoir déposé le masque sur le visage de son patient, Aiden attendit que le gaz commence à faire son effet avant de se mettre à soigner la plaie. S’asseyant sur un tabouret, le médicomage observa le jeune homme allongé dans le lit d’hôpital qui semblait être en pleine contemplation de ces cheveux. De nouveau, un sourire s’afficha sur ces lèvres tandis qu’il fit changer à plusieurs reprises ces cheveux de couleurs. Passant du rose pâle, au bleu foncé, au vert flash, avant de reprendre une teinte blonde platine.

Aiden sut que le gaz commençait à faire son effet, quand Nori commença à pouffer de rire avant de lui répondre à la dernière question qu’il avait posé. « Oh après l’âge ne compte pas, si elle a de l’expérience » Accompagnant la phrase d’un clin d’œil, Aiden se rapprocha de la main de Nori et lui pris délicatement. La tournant légèrement pour avoir un meilleur angle, le médicomage commença à retirer les morceaux de verre, qu’il posa sur un plateau, délicatement. Alors qu’il venait de finir de retirer les bouts de verres, Aiden sentit une main se mettre dans ces cheveux. Relevant le regard en direction du patient, un petit sourire espiègle s’afficha au coin de ces lèvres.

« Je suis unique. » Répliqua-t-il en changeant la couleur de ces cheveux tout en continuant de soigner la main de son patient. Si le caresser les cheveux le détendait et lui changeait les idées cela ne dérangeait aucunement le médicomage. Au contraire, c’était plutôt agréable de se faire masser les cheveux pendant qu’il travaillait. « Quel type de sorcier spécial es-tu, toi ? » Demanda-t-il en reportant de nouveau son attention sur son patient. Il allait commencer à désinfecter la plaie, il attendait seulement que le sort qu’il avait lancé endorme entièrement la main pour que Nori ne sente pas la piqûre du désinfectant. Il allait reprendre son travail quand l’Asiatique repris la parole, Aiden fit mine d’être déçu avant d’afficher un sourire séducteur sur le coin de ces lèvres. « Moi qui pensais te faire de l’effet mon chou. Je suis déçu. » Le patient était sous l’effet du gaz, lui ne l’était pas. La gêne ? Aiden ne connaissait pas. Draguer était comme une seconde nature pour lui, cela l’amusait énormément, même si ce n’était jamais sérieux. De plus, cela aidait souvent les patients à se sentir mieux et à se détendre.


par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Ven 30 Déc - 22:57

Aucun dinosaure n'aurait pu produire une performance à la hauteur de ce que le médecin lui offrit. Il possédait une grâce indéniable, et ses petits bras s'agitaient si bien en rythme avec ses jambes. Difficile pour les idées sombres de Nori de reprendre le dessus fasse à cette œuvre d'art vivante. Est-ce que le médicomage agissait de la sorte avec tous ses patients ? Si oui alors il méritait certainement une récompense, car avoir de l'énergie à un horaire aussi tardif était source d'admiration pour le plus âgé du duo. Quoiqu'il avait été en meilleur état physique, peut-être aurait-il participé à la parade des dinosaures. Lequel était le meilleur par ailleurs ? Ce n'était pas un sujet très étudié chez les enfants au sang magiquement supérieur, ou une bêtise dans le genre, et pour la première fois Nori le regretta un peu. Des créatures géantes qui se mangeaient entre elles ? Cela aurait été plus intéressant à étudier que la énième bataille entre les trolls et tout le reste des créatures magiques.

Son rire se fit plus fort tandis qu'il songea que ce n'était même pas sûr qu'ils atteignent leur prochain anniversaire. Le monde était tellement en bazar, et Nori n'appartenait pas vraiment au camp des barbecues dans le jardin le dimanche entre bons amis. Pourtant, assis sur ce lit un brin inconfortable, le jeune homme décida de ne pas se concentrer sur de telles choses pour l'instant. « Tu peux prendre le t-rex et je me contenterais du véloci—vélaci—vici— » C'était comment en Anglais déjà ? Le Japonais fit plusieurs tentatives avant d'abandonner. « Petit, vorace, et très agressif ! » Voilà qui résumait bien la créature à laquelle il songeait.

Un sourire s'était formé sur ses lèvres, et il ne disparu que quelques secondes sous la pichenette pour revenir aussitôt. Son pauvre corps était déjà bien assez abîmé comme ça. Quoique jurer ne se faisait vraiment pas dans ce type de situation. La blessure n'étant pas grave, Nori espérait ne pas avoir à demander à quelqu'un de venir le récupérer. Entre son vocabulaire si imagé et son comportement aux limites de l'insolence, son frère aurait sans doute jugé bon de le balancer par la fenêtre la plus proche. Une erreur ridicule, puisque la pièce se trouvait au rez-de-chaussez.

Un magnifique arc-en-ciel capillaire attira son attention, lui évitant de maudire son frère et sa descendance sur cinq générations. Oh, c'était relaxant, de pouvoir admirer les dons du médicomage, et encore plus de toucher la masse soyeuse. Le lendemain, Nori noterait de ne plus jamais accepter le gaz hilarant dans ce type de situation, mais pour l'instant l'expérience était agréable. « Peut-être qu'elle cherchait à me séduire en fait. » L'idée était plutôt comique, puisqu'il n'avait même pas envisagé cette possibilité. La vieille dame lui avait offert un pourboire qui s'ajoutait à l'argent de poche de son père et à sa paye, ce qui lui suffisait amplement.

« Unique~ »  Nori répéta le mot, incapable de se souvenir du terme dans cette langue pour désigner les gens capables de changer leur apparence avec leur magie. Un autre don de naissance, quoique plus utile que le sien. La voyance ne permettait pas d'économiser sur les teintures capillaires, malheureusement. « Troisième œil. En général, ça m'évite ce genre d'accidents. » Sauf que cette fois, son pouvoir était visiblement en mode veille. Et impossible de le réveiller. Pas dramatique, bien que Nori se jura de consulter les cartes et feuilles de thé le jour suivant pour être sûr que rien d'autre du même style ne risquait de se produire dans un futur proche.

« J'te lirais ton avenir si tu veux. » Le Japonais parvenait plus facilement à offrir des pistes sur leur avenir aux autres qu'à sa propre personne. Peut-être parce qu'il s'attendait à le troisième œil cherche un brin à le garder en vie, ce qui n'était visiblement pas le cas. « Le gaz est pas mal, même si tes cheveux et le t-rex te donnent quelques points. »  Plaisanter avec cet inconnu était étrangement simple, au point que le plus âgé avait perdu toute concentration sur ce qui se passait au niveau de sa main. Ce qui n'était pas plus mal.

Sauf qu'à force de pencher pour toucher les cheveux de son sympathique docteur, Nori se retrouva trop au bord du lit, et son corps bascula dans le vide.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Ven 30 Déc - 23:49



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Durant son imitation du dinosaure, semble-t-il très réussit, Aiden se laissa aller. Il avait besoin de moment de tente comme celui-ci de temps à autre, même si ce n’était pas facile à chaque heure de la journée. Aiden essayait de ne jamais se plaindre et d’être toujours de bonne humeur. Son comportement variait selon les patients, certains n’appréciaient pas l’humour, tandis que d’autres ne réagissaient que grâce à celui-ci. Son but premier, en plus de soigner les gens, était de remettre un sourire sur les lèvres de ces personnes. Rare sont les personnes qui apprécient d’être entre ces murs froids, tristes, qui décrivaient parfaitement tous les hôpitaux. Les séjours ici n’était pas forcément des plus agréable et il était normal de faire en sorte de le rendre meilleur. En tout cas, le sorcier faisait de son mieux pour que ce soit le cas. Après avoir fait le guignol, il retourna auprès de son patient le sourire aux lèvres. Ce dernier avait également ri de bon cœur et cela faisait plaisir au jeune homme.

La vie en ce moment en Angleterre était loin d’être des plus simples et des plus joyeuses. L’intensification des attentats entre les deux camps adversaires ne cessait d’augmenter et personne ne savait de quoi demain était fait. Pour le métamorphomage cette situation n’était qu’une mauvaise passe à vivre, ce n’était pas pour autant que les gens devaient se terrer chez eux, craignant pour leur vie dès qu’ils sortent un pied de chez eux. Secouant la tête pour chasser ces pensées peu joyeuses, le médecin reporta son attention sur le japonais qui avait repris la parole. Son sourire s’agrandit quand ce dernier eu du mal à prononcer le mot. « Vélociraptor, c’est moins facile à prononcer que T-Rex, il est parfait pour une personne complexe. » La description du dinosaure fit rire Aiden qui ébrouffia les cheveux du japonais. « Quelle belle paire de dinosaure nous faisons ! Petit bras et petit tout court. Heureusement que tout ce qui est petit est mignon. » C’était une expression moldu qui l’avait toujours fait rire. Ne demandez pas pourquoi, c’était ainsi. De toute façon, il ne fallait pas grand-chose pour faire rire Aiden.

Continuant de sourire, le médicomage s’aperçut que son patient semblait se perdre de nouveau dans ces pensées, qui ne semblaient pas joyeux au vu de son sourire crispé. Afin de tirer le japonais de ces pensées, le métamorphage fit changer la couleur de ces cheveux à plusieurs reprises. Cet arc-en-ciel de couleur sembla attirer l’attention du jeune homme, laissant Aiden s’occuper de nouveau de sa blessure.

La caresse des mains de Nori dans sa chevelure était très agréable, Aiden aurait pu se laisser, aller et s’endormir doucement, mais il ne pouvait pas. Essayant d’ignorer cette douce sensation dans ces cheveux, le jeune homme s’activa à enlever les morceaux de verre de la blessure du japonais. Le gaz hilarant avait réussi à détendre considérablement le brun qui semblait s’amuser. Le médicomage releva les yeux vers son patient quand ce dernier reparla de la vieille dame. Il prit une mine effrayée avant d’éclater de rire quelques secondes après. « Dommage que tu te sois blessé, tu as peut-être raté le meilleur coup de ta vie. » Après avoir fait un clin d’œil au jeune homme, le sorcier reporta de nouveau son attention sur la blessure. Il finit par enlever le dernier morceau de verre. En attendant que son sortilège d’anesthésie locale fasse effet, le Sang-Mêlé posa les mains sur ces jambes et observait le patient avec un grand sourire sur les lèvres.

« Métamorphomagie. Ce n’est pas facile de l’être quand on vit avec des moldus. » Répliqua-t-il en souriant. Sa condition de sorcier l’avait effrayé au début, de peur que sa mère le considère comme un monstre, comme une personne étrange. Puis, au fil du temps, il avait appris à s’accepter et à s’aimer ainsi. De plus, étant de nature extravagante pouvoir changer de couleur de cheveux à volonté était un réel plaisir. Sauf quand cela révélait également ces émotions. Pas facile de mentir à sa mère dans ces moments-là. « N’est-ce pas merveilleux ? Des dinosaures avec des dons uniques ? On devrait être Ministre de la Magie. » Il tapota le bras du jeune homme pour le sortir de ces pensées avant de rigoler en entendant la proposition du voyant.

« Non merci, je suis maître de mon destin, sans vouloir te vexer. Pourquoi se prendre la tête en pensant à une chose qui est supposée arriver ? Si cela arrive tant pis et si ce n’est pas le cas tant mieux. Plus on y pense et plus on peut être certains que cela se produira. » Dit-il en souriant avec de toucher délicatement la main pour voir si cette dernière était bien anesthésié. Aiden ria de nouveau à la remarque de son patient en continuant de porter attention à la main de ce dernier. Alors qu’il allait répliquer, il sentit une lourde masse s’écrouler sur lui. Emporté par le poids, les deux jeunes hommes se retrouvèrent au sol. Le Japonais sur le médicomage. Par réflexe, ce dernier avait tenu la main blessée par le dos de cette dernière en la soulevant avant l’impact pour qu’elle ne touche pas le sol. Le coup lui coupa le souffle. Pendant plusieurs secondes Aiden chercha l’air avant d’éclater de rire, remis du choc. « Eh bien si tu voulais me sauter dessus suffisait de me le dire. Je ne pensais pas te faire un tel effet. » De sa main valide Aiden caressa les cheveux de son patient avant de dire à nouveau. « Tu vas bien ? Tu ne t’es pas blessé en tombant ? » Demanda-t-il son visage proche de celui du japonais. Il avait peut-être un peu trop dosé le gaz hilarant. Retirant le masque, le médecin attendit d’avoir un signe de son patient avant de bouger.


par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Sam 31 Déc - 0:40

Rire n'avait pas la même signification au sein de sa famille. La joie était complexe à ressentir alors que tout était contrôlé d'une façon ou d'une autre pour atteindre la perfection. En toute sincérité, Nori n'aurait certainement pas supporté ses années d'étudiant sans la capacité de transplaner ou d'utiliser divers moyens de transport magique pour échapper à sa froide maison et se rendre dans les plus grandes villes de son pays. Quelle idée aussi de vivre dans un coin paumé de la région la plus froide du Japon ? Aucune tentative d'évasion possible lors des mois les plus frais. Il aurait gelé avant même d'atteindre un abri. Bien sûr, cela était très exagéré, car les températures ne descendaient pas si bas que ça. Nori possédait simplement une certaine tendance au sarcasme et au pessimiste. Les deux mis ensemble ne formaient pas un mélange des plus plaisant, généralement.

Par contre, dans cette chambre d'hôpital, le jeune homme passait un moment quasiment relaxant, qu'importe comment étrange cela semblait. Le kaléidoscope de couleurs dans la chevelure de sa nouvelle connaissance parvenait à lui faire repousser les travers de son esprit avec une habilité étonnante. Ou alors c'était parce que le médecin était plutôt mignon. Et Nori aurait bien apprécié de partager son pouvoir pour se teindre les cheveux en rose et causer la mort subite de son père dans la foulée. Difficile d'avoir des passes-temps qui ne posaient pas de soucis à papa ces derniers temps.

« C'est génétique, j'y peux rien si je suis petit. » Se défendit le plus vieux, sans pour autant paraître agacé. Au moins, lui n'avait pas de petits bras qui s'agitaient dans tous les sens. Quoique les vélociraptors étaient également doté de membres avant courts, d'après ce qu'il en savait. Bon, au moins ils pourraient former un club de dangereux carnivores maladroits. La grande classe. Et puis, le docteur le trouvait mignon visiblement, ce qui aida un peu son ego. Bien que sa mère lui ait donné une obsession de son apparence, et que ce type de compliment ne soit pas forcément adapté, Nori appréciait l'attention. Et puis ici, tout n'était qu'un jeu, rien de sérieux. Et pouvoir se comporter comme le jeune homme immature qu'il était lui faisait du bien.

Malheureusement, Nori avait loupé une magnifique occasion de conclure avec une septuagénaire, un coup dur pour le club couguar de Londres. Néanmoins, la vieille dame passait sans doute un moment agréable à la fête. Peut-être même continuait-elle malgré l'heure avancée. « Tu devrais te méfier des t-rex gonflables... » Le Japonais marmonna ces mots tout en ressentant le besoin d'éviter les départs en retraite pour un moment. Quelqu'un d'autre pourrait effectuer son travail à sa place, il n'était pas le seul serveur. Pardon, employé polyvalent. Serveur et doué avec une serpillière. Enfin, en apprentissage avec cette dernière tout du moins.

Vivre avec des moldus, quel concept étrange. Tout du moins celui de grandir avec eux. Le Japonais n'avait pas beaucoup été entouré de non-sorciers, pour ne pas dire pas du tout, avant de visiter Tokyo pour fréquenter divers lieux de détente. « Nous sommes très différents sur ce point. Mes parents sangs-purs m'ont toujours encouragé pour que je sois le meilleur voyant de la famille. » Ce qui ne serait jamais le cas, en tout cas pas tant que sa grand-mère était en vie. « Et puis je ne peux pas l'ignorer moi, ce machin. Je vois des trucs depuis l'enfance. » Dit ainsi, ça faisait sans doute un chouilla peur, mais Nori ne s'en préoccupait guère.

La chute qui les entraîna dans un rapprochement non-désiré avec le sol froid et dur de l'hôpital n'était pas la bienvenue. Un esprit masochiste avait visiblement décider de prendre possession de son corps pour lui ruiner sa nuit, ce qui était loin de lui convenir. Le médicomage parvint tout du moins à éviter que sa main ne termine en charpie, ce qui fut un soulagement. Leur position restait un brin inconfortable tout de même. Reculant un brin sa tête pour éviter tout contact non nécessaire une fois le masque retiré, Nori tira la langue au plus grand, comme pour dire qu'il n'en avait rien à faire. Et ce type de geste puéril n'était sans doute pas provoqué uniquement par le gaz hilarant. En fait, ça l'amusait grandement d'embêter un peu son sauveur.

« Et maintenant on ne se plaint plus que je sois petit~ » Au moins la chute n'avait pas fait de mal ni à l'un ni à l'autre. Tout du moins le sang-pur l'espérait-il, car il était tombé à moitié sur son cadet. « J'ai vécu pire, ça ira. Toi ? » Son regard se leva instinctivement vers la chevelure de son camarade d'infortune. Notons que, après plus de deux minutes au sol, Nori n'avait toujours pas réalisé qu'il devait se relever. Le sol n'était pas franchement douillet pourtant.

« C'est une soirée à la con, on y peut pas grand-chose. » Jurer en Anglais n'était pas habituel pour l'étranger, et il regarda autour de lui pour être sûr qu'un espion ne se cachait pas dans les parages avant d'éclater de rire. Un son un peu maladroit, qui prouvait qu'il n'était pas souvent de si bonne humeur. Sa main valide tira un peu sur ses propres cheveux, un tic nerveux provoqué par la peur toujours présente de mal faire. Malgré la présence réconfortante à ses côtés, difficile de faire confiance, ou de comprendre que l'on pouvait s'amuser sans se faire punir derrière.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Dim 1 Jan - 22:24



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Être un Sang-Mêlé n’avait jamais dérangé le jeune homme bien au contraire. Le fait de devenir sorcier, d’être un sorcier, l’avait terrifié. Être différent de sa mère, de ces proches avaient été une épreuve pour lui. Pourtant, il avait vaincu cette crainte. Le sorcier avait toujours été très entouré même si sa mère ne roulait pas sur l’or, bien au contraire. La chose la plus importante dans la vie n’était pas l’argent, quoiqu’on dise ce dernier ne rend pas les gens plus heureux. Le plus souvent, ce sont les plus riches, ceux qui souffrent le plus. Lui, n’avait pas eu tout ce qu’il aurait voulu avoir, mais cela lui importait peu. Même quand il était jeune. La jalousie n’était pas un trait de son caractère. Sa mère lui avait appris à être ouvert d’esprit, toujours sourire à la vie même quand celle-ci est difficile, et surtout à ne pas être égoïste. Le bien des autres avant tout. Et tout ceci s’était confirmé lorsqu’il était devenu médicomage. Le plaisir, le bonheur, que l’on pouvait ressentir en aidant des gens étaient la chose la plus merveilleuse au monde.

Évidement, être médecin n’était pas toujours joyeux. Encore moins durant ces temps troubles. Mais, ça ne l’empêchait pas de continuer à adorer son métier. Même durant les moments difficiles. Le regard sombre du médicomage prit une subite teinte verte quand il reporta son attention sur son patient, qui semblait toujours autant passionné par ces cheveux. Toujours le sourire aux lèvres, le sorcier faisait bien attention en enlevant les morceaux de verre dans la paume du japonais. Ce dernier était assez sympathique, même si, Aiden se doutait qu’il ne dût pas avoir la vie facile. Des petites réactions avaient attiré l’attention du médecin, mais il ne dit rien. Son métier était de soigner, il ne pouvait pas forcer les gens à parler. Et puis, cela ne le regardait pas. Du moins, il était obligé de le penser.

« Je te comprends, c’est pareil pour moi bien que j’aie rejeté ma nature de sorcier pendant un moment » Répliqua-t-il en faisant un petit clin d’œil au Japonais. Les deux asiatiques s’étaient mutuellement transformés en un dinosaure disparu depuis des siècles. Cela faisait bien rire le jeune homme, certes ces bras pouvaient paraître petits, mais quand même. Tout en riant, le sorcier continuait de s’occuper de la main de son patient. Il secoua la tête pour faire bouger les mèches de cheveux qui étaient tombées devant son visage avant de lancer un sort anesthésiant à la main de Nori. Pour quelqu’un qui était debout depuis plus de 17 heures, le sorcier était d’une plutôt bonne humeur. Il s’étonnait soi-même. Mais, le japonais devait très certainement être en parti responsable. Rare sont les patients aussi drôles et surtout à cette heure de la soirée, matinée.

Pauvre Nori. Il avait loupé la magnifique occasion de prendre son pied avec une personne âgée. Le destin semblait s’acharner contre lui. On ne pouvait pas faire plus malchanceux. Souriant, Aiden regarda son patient dans les yeux essayant de ne pas rire, une énième fois. Mais quand le japonais reprit la parole, le sorcier ne pu s’empêcher d’éclater de nouveau de rire. « Promis, je ferais attention ! » Le médicomage se leva pour partir à la recherche de quelques choses dans les tiroirs avant de revenir à son tabouret, près du lit de Nori. Si seulement il pouvait avoir des patients comme lui tous les jours, ce serait l’apothéose de son métier.

Pour Aiden, vivre avec des moldus n’avait rien d’étrange, étant donné que sa mère en était une. Et que, jusqu’à ces six ans, il pensait en être un aussi. Une simple personne, un humain comme les autres. Quand Nori parla, Aiden comprit. Il hocha la tête en continuant de sourire. Ceci expliquait cela. Certaines choses s’expliquaient du fait que le japonais était un Sang-Pur. « Ma mère est moldu, je ne connais pas mon père. Le principal, c’est que tu sois le meilleur pour toi, et non pas pour ta famille. Après je ne connais que très peu les Sang-Pur, mais je trouve ridicule d’empêcher à ces enfants d’avoir leur propre libre abrite. Je t’adopte avec grand plaisir si tu veux. » Levant les épaules, Aiden remit une mèche en continuant de sourire. « C’est un don, qu’on le veuille ou non. Personnellement, mes cheveux me trahissent. Je n’ai jamais pu mentir à ma mère. » Révéla-t-il avant d’éclater de nouveau de rire. Essayant de rompre cette ambiance qui s’était un peu alourdie.

Alors qu’il allait attaquer la désinfection de la main de son patient ce dernier, un peu trop absorbé à toucher ces cheveux, perdit l’équilibre et les fit tous les deux chuter. Par réflexe, Aiden protégea la main de Nori plutôt que d’amortir son propre chute. Fermant brièvement les yeux, le médicomage finit par les rouvrir en éclatant de rire. Décidément, cette soirée n’avait rien d’habituelle. Le Japonais se redressa légèrement, éloignant ainsi sa tête de celle d’Aiden qui continuait de rire tel un enfant. Quand Nori lui tira la langue, le médicomage fis semblant d’être outrée avant de lui rendre la pareille. Deux gamins. Pas un pour rattraper l’autre. Mais cela faisait rire le médecin. Après tout, ils étaient seuls dans cette pièce, personne pour les juger.

« Petit mais lourd. » Répliqua le médecin retenant de pouffer de rire de nouveau. Voyant que Nori pouvait tenir s’en s’appuyer sur sa main blessée, Aiden lâcha cette dernière pour se redresser légèrement sur ces coudes. « Je suis un costaud, après tout, je suis un T-Rex. » Voyant que sa chevelure attirait encore le regard du japonais, Aiden s’amusa à avoir des mèches de différentes couleurs. Le Japonais n’était pas réellement lourd, le médecin avait dit cela seulement pour le taquiner.

« Ton langage, fripouille ! » Fit mine de s’énerver Aiden en lui faisant, pour la deuxième fois de la soirée, une pichenette sur le front. Le rire, un peu maladroit, de Nori fit sourire à pleine dent le métamorphomage qui remarqua la tic nerveux que ce dernier eu en tirant sur ces cheveux. Son sourire devient plus doux, tout comme sa voix. « Tu sais, il n’y a aucun danger ici. Ni avec moi, ni dans l’hôpital. Et puis si quelqu’un t’attaque, je le frappe avec mes petits bras et je le mange. » Mimant le geste à la parole, Aiden s’était allongé de nouveau sur le dos en bougeant ces minuscules bras en direction de Nori. Le sourire toujours aux lèvres.  


par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Mer 4 Jan - 20:04

Posséder une famille qui ne souhaitait pas vous transformer en un pantin dénué de la moindre once de libre arbitre était un concept inconnu dans l'esprit de Nori. Un par un, ses cousins avaient fini par plier sous la pression, et peut-être que même son frère aîné était un être potable dans un passé qui semblait bien trop lointain. Sauf que ces réflexions ne changeraient jamais rien à leur destinée. Tout avait écrit dans les étoiles bien avant leur naissance, une cruelle vision du monde à laquelle il s'accrochait sans trop savoir pourquoi. Au moins être pessimiste lui permettait de ne jamais être trop déçu par ceux qui l'entouraient. A quoi bon croire en qui que ce soit, si les gens ne pensaient qu'à eux-mêmes. Nori n'était pas assez naïf pour croire qu'il échappait à cette règle.

Par conséquent, les mots qui s'échappaient de la bouche du second asiatique étaient déstabilisants. Rejeter sa propre nature avait du sens, lorsqu'on songeait aux dangers présents dans la vie des sorciers. Et pourtant, Nori ne pouvait imaginer un monde sans magie. La pureté de son sang se transformait parfois en avarice, un mal bien étrange qui lui faisait croire à une supériorité qui n'existait que dans les anciens manuels de magie noire. Une phrase maladroite à ce sujet aurait été capable de lui échapper et de ruiner la soirée déjà bien avancée, mais Nori garda le silence. Marcher aux côtés des moldus ne lui posait pas de souci, malgré leur statut inférieur. L'aîné était probablement hypocrite, au final. Son regard glissa vers ses ongles peints, puis sa main qui ressemblait bien plus à quelque chose qu'auparavant.

« M'adopter ? Tu n'es qu'un fétus, malgré ta taille. Je suis sûr d'être plus âgé que toi. » La moquerie sonnait un peu trop froide, une chose que Nori ne réalisa pas. Penser un peu trop à une possible liberté ne lui causait qu'une boule au ventre qui ne disparaîtrait pas jusqu'à ce que quelque chose la chasse aussi loin que possible. Lui non plus ne mentait jamais à sa mère, même si ce n'était pas aussi simple que pour le médicomage. Quoique Nori ne connaissait qu'à peine le second jeune homme après tout. Autant ne pas porter de jugement hâtif. « J'ai été élevé entouré de magie, je ne comprends pas trop ce que tu ressens. » Loin de représenter des excuses, ses paroles servaient cependant à apaiser la situation.

La chute réalisa pourtant ceci mieux que n'importe quelle phrase. A la seconde où le Japonais se retrouva au sol, ses pensées sombres se dissipèrent assez pour qu'il puisse s'amuser de nouveau avec sa nouvelle connaissance. Son regard se focalisa uniquement sur les mèches colorées en face de son regard flou. Un jour, il oserait peut-être remettre des lunettes, et affronter le monde. Pour l'instant, ça restait hors de question, qu'importe l'épuisement oculaire dont il souffrait de temps en temps.

« J'ai toujours aimé les arcs-en-ciel. » Une spectacle magnifique dans le ciel, un moment où les nuages s'envolaient aussi loin que possible. Enfant, cela lui paraissait important, de les guetter après la pluie. A présent, Nori ne parvenait plus à se souvenir de la raison de leur magie. Ses doigts repoussèrent sans véritable force ceux qui vinrent lui toucher le front. La fatigue commençait à se faire sentir, et contrôler ses gestes devenait plus complexe. L'effet du gaz hilarant se dissipait petit à petit, l'abandonnant à ses mauvaises habitudes.

Le moindre signe de faiblesse était un crime. Pas un dramatique qui causerait un sort suffisamment fort pour détruire sa chair ou son esprit (après tout on n'était pas chez les Nott). Et pourtant, le jeune homme n'ignorait pas son rang et ses obligations. Ses pupilles devinrent plus sombres tandis qu'il se rassit sur le lit, ses jambes se balançant dans le vide doucement. Juste assez pour que ses pieds frôlent les jambes de l'autre, le forçant à garder une distance raisonnable.

« Je peux parfaitement me défendre seul~ » Et voilà, comme son crétin de frère, il ne pouvait s'empêcher de repousser les autres, de leur faire comprendre qu'ils ne possédaient pas de véritable importance. Nori ne vivait que pour lui-même, et une mère qui briserait un jour son âme.  « Il me faudrait un garde du corps avec de plus grands bras, si j'en prenais un jour un. » Cette seconde phrase, qui contrastait avec la première, était une surprise. Et le Japonais lui-même s'en étonna. D'où lui venait cet élan de réconfort face au médecin ? Impossible de le dire. Bien que le fait qu'il se soit fait soigner avec plus d'attention que sa famille ne pouvait transmettre le poussait sans doute à adoucir son ton.

« Je n'ai pas envie de jouer au méchant sang-pur, mais parfois je suis un sale con. Et je ne veux plus jamais que tu mentionnes ça, sinon… Tu iras te faire foutre je suppose, je ne balance pas des sorts impardonnables à n'importe qui. » Nori ne se rendit absolument pas compte qu'il était en train d'insinuer qu'en utiliser de temps en temps ne le dérangeait pas. Pour être honnête, il n'en avait encore jamais eu besoin en vingt-six ans de vie. Autant ne pas trop se focaliser là dessus. Sa main était ankylosée et il la fit passer devant ses yeux, observant avec intérêt les marques laissées par le verre. « Tu pourrais me dire ton prénom au moins »
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Mer 4 Jan - 21:06



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




Le regard dans le vide, Aiden s’était plus ou moins perdu dans ces pensées. Son enfance avait été sûrement la meilleure qu’un enfant aurait pu rêver. Sa mère n’avait certes pas assez d’argent pour lui offrir des cadeaux, de nouveaux vêtements ou jouets, comme la plupart des enfants, cela ne l’avait jamais dérangé, bien au contraire. Le sourire et l’amour de sa mère étaient son unique et plus beau cadeau. On ne pouvait pas rêver meilleure mère qu’elle, en tout cas pour Aiden. Il ne pouvait pas juger par rapport à son père, puisqu’il ne l’avait jamais connu. Néanmoins, malgré son départ, sa mère ne cracha jamais sur l’homme qu’elle avait aimé, au contraire. La non-sorcière le décrivait comme un homme aimant, attentionné, passionné, mais qui subissait la pression familiale et n’avait pas vraiment de libre-arbitre.

Le jeune homme était persuadé que l’amour que portait sa mère envers son père était toujours présent malgré les années qui avaient passé. C’était sûrement pour cela qu’elle n’avait jamais eu de véritable relation sérieuse depuis son départ. Attendait-elle qu’il revienne ? Un profond soupir s’échappa des lèvres du médecin qui reporta alors son attention sur son patient. Ce dernier semblait détendu et souriait énormément. Cela remettait du baume au cœur du jeune homme qui rangea ces pensées un peu démoralisantes dans un coin de sa tête pour se pencher plus sérieusement sur la blessure de l’Asiatique. Rapidement, le métamorphomage retrouva le sourire sur le bout de ses lèvres et continuait de parler gaiement avec son patient. En règle générale, Aiden n’avait aucun mal à faire la différence entre la vie personnelle et la vie professionnelle, mais étrangement, il avait envie de garder contact avec Nori. C’était l’une des rares fois que le jeune homme avait cette drôle d’envie. Ce besoin de garder contact avec un patient. Peut-être était-ce parce que la présence de l’Asiatique était agréable ? Que, malgré leur différence, les deux asiatiques se ressemblaient d’une certaine façon ?

« C’était uniquement une proposition Nori, ce n’est pas une raison pour se braquer. » Répliqua le médecin avec douceur. Il ne prêta pas attention à la tonicité froide de cette moquerie et continua de s’occuper de la main du jeune homme. Pendant qu’il parlait, Aiden avait appliqué une petite pression douce, mais ferme, sur le poignet de l’Asiatique avant de lâcher sa main avec douceur dans une petite caresse. Les morceaux de verre avaient tous été retirés. « Ce n’est pas grave, je ne comprendrais sûrement jamais ce que les nés-sorciers ressentent non plus ». Le sourire toujours aux lèvres, l’Asiatique accompagna cette phrase d’un rire frais et léger. L’attitude changeante de son patient ne le dérangeait pas. Il avait l’habitude dans son métier d’avoir à faire à des personnes ayant des personnalités explosives. Donc, l’attitude de Nori ne le blessait aucunement.

Alors qu’ils étaient en train d’attendre que le sortilège fasse son effet, une chute arriva. Nori se pencha un peu trop en avant ce qui les fit tout deux chuter en arrière. Cette chute permis à l’atmosphère de redevenir un peu plus gaie, plus joyeuse. Moins sombre. S’amusant beaucoup de la situation, Aiden continuait de faire changer la couleur de ces cheveux. Essayant par la même occasion de faire sortir l’Asiatique, toujours assis au-dessus de lui, de sortir de ces pensées. Ces mêmes pensées qui semblaient n’avoir aucune once de joie. Bien qu’il ne connût pas le jeune homme personnellement, le médecin avait envie de le voir sourire, de lui donner un peu de joie. C’était une des raisons pour laquelle il faisait ce métier après tout.

« Avoue que cet arc-en-ciel-là est le plus beau que tu n’ai jamais vu ? ». La question du médecin était futile, presque enfantine. Mais, toujours dans son optique de faire, rire et sourire son patient, Aiden n’hésitait pas à utiliser quelques techniques de dragues plus ou moins subtiles. De plus, cela l’amusait grandement d’agir de la sorte. La gêne n’était pas une chose que le jeune homme connaissait. Au vu du lieu où il a grandi cela n’était pas surprenant.

Soudainement, l’attitude de son patient changea radicalement. Manque de finesse et de tendresse dans ces propos ? C’était fort possible. Aiden regarda, sans rien faire, Nori se relever pour s’installer de nouveau sur le lit. Laissant ces jambes suspendues dans le vide tout en les balancent. Sans un mot, le médicomage se redressa garda son regard marron dans celui de Nori. Le regard de ce dernier s’était assombri et Aiden retient un soupir désolé.

« Ah bon ? Tu as sans doute raison. Mais, il ne me semble pas avoir affirmé le contraire non plus. » Le sourire toujours aux lèvres, le médecin gardait bonne figure devant son patient. Il ignora les jambes qui se balançaient pour pas qu’il avance. Aiden s’approcha de Nori quitte à se prendre quelques coups de pied. Son regard devint sévère, néanmoins, il attrapa la main de son patient avec douceur. Il leva les yeux au ciel quand l’Asiatique reprit la parole de nouveau. Préférant ignorer cette seconde phrase semblait être une tentative, peu réussite, de rattraper la première. Ne préférant pas rentrer dans une discussion qui pourrait être de nouveau mal prise par Nori, le jeune homme se contenta de reprendre une attitude professionnelle. « La cicatrisation est le processus le plus long, ne bouge pas, évite de tomber, il faut attendre plusieurs minutes. » Renseigna le médicomage qui venait de finir de lancer son sort sur la main de son patient.


Gardant la paume de la main de Nori dans la sienne, Aiden observait attentivement la paume blessée de son patient. S’en prendre en compte de l’avertissement, le jeune homme releva subitement le regard vers celui de l’Asiatique. Ces cheveux étaient devenus aussi sombre que Nori. « Si je mentionne encore une fois quoi ? Dois-je considérer cela comme des menaces, Nori ? » Le regard toujours aussi sévère, Aiden n’avait plus envie de rire. Cela ne faisait pas très longtemps qu’il connaissait le jeune homme, mais il n’avait pas envie de laisser tomber aussi facilement. L’Asiatique semblait perdu, avoir de l’aide. Et même s’il n’en voulait pas, il en aurait quand même de la part du médecin. Récupérant la main que Nori venait de mettre devant ces yeux, Aiden la reposa avec douceur dans la paume de sa main, mais rajouta un peu de fermeté pour qu’il ne la bouge plus. « Pourquoi devrais-je te dire mon prénom ? Après tout, tu es un Sang-Pur et moi un Sang-Impur comme tu viens de l’insinuer. » Les yeux toujours sombres, Aiden regardait son patient dans les yeux s’en flancher. Il n’avait pas peur. Il était certain de ne pas courir un danger, pour le moment en tout cas. Il regrettait déjà l’ambiance légère qui régnait encore dans la pièce quelques minutes plutôt, même s'il ne laissait rien paraître. Seuls ces cheveux démontraient le changement de comportement du médecin.    


par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Sam 7 Jan - 14:02

Aucune loi ne le forçait à s'ouvrir aux autres, à vomir de terribles secrets jusqu'à se retrouver vidé de ses peurs. Il finirait par en ingérer encore plus de toute manière, affligé par un terrible mal qui trouvait son origine dans la voix mélodieuse d'une mère brisée. A certains moments, alors que le soleil ne recouvrait pas encore la ville et que le silence et la brume emplissaient l'espace, Nori s'interrogeait sur les travers de son esprit. Cette terrible manie de courir vers le pire qui pouvait lui arriver, et d'éviter de tisser de véritables liens avec les autres. Un peu comme s'il était uniquement à l'aise entre le jour et la nuit, là où personne n'était véritablement entier. Les humains devenant de simples fragments qui flottaient dans l'espace sans être en mesure de blesser quiconque. Ses yeux se fermèrent pendant un instant, juste assez pour que la scène soit visualisée clairement. Le blanc de l'hôpital commençait à lui donner le tournis, comme s'il s'agissait d'un mensonge. Rien ne possédait le droit d'être pur, pas alors que Nori se sentait tellement sombre en comparaison.

Lorsque ses prunelles firent de nouveau leur apparition, une tempête semblait avoir élu domicile en leur cœur, menaçant de repousser le dinosaure maladroit en face de lui. Qu'importe les arcs-en-ciel, ou encore la beauté de sa chevelure qui faisait penser à une barbe à papa géante. Impossible de revenir en arrière, et de ravaler la conversation pour que tout redevienne plus simple ; les rires étaient devenus lointains. Alors, Nori tenta d'écouter, de maintenir la rage au creux de son ventre à un niveau minimal de sécurité, là où rien ne pouvait lui échapper. Sauf que cela était une douce illusion, et le Japonais avait cessé d'être naïf à propos de sa personnalité des années plus tôt, lors d'une altercation terrible avec son paternel.

La pression sur sa main n'était pas la bienvenue, et les bonnes intentions de son médicomage ne furent guère prises en compte à cet instant. Son corps se fit plus dur, devenant similaire à de la glace, alors que Nori ne souhaitait que disparaître pour toujours. J'ai vécu pire, ne me touche pas, je ne veux plus jamais que quelqu'un lève la main sur moi, son esprit criait. Sauf que sa nature même de sang-pur n'autoriserait jamais de telles paroles à faire leur grande apparition. Au lieu de cela, Nori détourna le regard, comme pour échapper aux accusations, malheureusement fondées, de son interlocuteur. « Au pire, ce ne ne seront que quelques cicatrices. » Les premières, mais pas les dernières.

Sa mère aurait pleuré toutes les larmes de son corps, s'il avait autorisé un tel malheur à se produire. Alors le plus âgé tenta de maintenir sa posture pour rester aussi immobile que possible. Il lui aurait été impossible de ne pas prêter attention à la chevelure du médecin pourtant. Cette teinte qui lui rappela un océan déchaîné était synonyme d'un conflit entre eux, une chose qu'il n'avait guère envie de subir. Et cette pensée était juvénile et dénuée de sens. Il ne pourrait pas se cacher éternellement. Certains problèmes méritaient une solution. « Rien de tout cela ne te concerne. Je sais que je ne fais pas d'effort là, que je te fais chier parce que je ne parlerais pas de ma vie. Mais il n'y a aucun besoin que je m'étale là-dessus. »

Sa main accepta de serrer celle qui la gardait emprisonnée, et tout ça devint presque ironique. Une personne qui prétendait ne pas souhaiter s'ouvrir aux autres aurait dû refuser le contact, comme précédemment. Au lieu de ça, Nori paraissait hésiter entre deux réactions totalement opposées, et ça risquait bien de se retourner contre sa personne. Ce fut l'aîné qui détourna son regard, n'appréciant pas le moins du monde ce genre de duel visuel, surtout que ses yeux n'étaient pas en grande forme à cet instant. « Je pourrais prétendre que c'est une façon de parler, que ce n'était pas vraiment une menace, mais qu'est-ce que j'en sais ? » Un sourire amer, presque un rictus, se dessina sur ses lèvres. « Je me fiche pas mal que tu sois l'enfant de moldus ou non. Après tout, tu es un médicomage, tu n'as pas raté ta vie toi. Donc qu'est-ce qui m'autoriserait à te juger? »

Sa main libre, après une longue hésitation, attrapa la manche de son docteur, le forçant à venir un peu plus près. Un contact que Nori ne désirait pas, mais là était sa manière de prouver son absence de dégoût. Le gamin blessé n'avait pas d'autre solution sous la main. « Je hais le concept d'une famille, ces gens qui prennent tout ce qu'on possède sous prétexte qu'ils sont vos parents. Ce frère qui se croit supérieur parce qu'il est en mesure d'ôter la vie, ou la sœur qui fuit en parcourant le monde pour que l'horloge tourne en sa faveur. » Il relâcha bien vite son emprise sur le cadet, baissant son regard, à présent plus calme, sur ses genoux. « Tu peux en tirer les conclusions que tu veux, je n'ai rien d'autre à dire sur le sujet. » Une fois encore, Nori ne parvenait pas à formuler de véritables excuses, son cerveau s'y refusant. Il ne savait que blesser, qu'être indirect comme ses parents. Incapable de mettre des mots clairs sur des sentiments ravageurs qui lui retiraient toute son énergie.

« Moi c'est Nori. Tu le sais déjà, je crois. » Le jeune homme se força à sourire, sauf que l'expression était tordue, il pouvait le sentir à la façon dont sa mâchoire commença à lui faire mal. Il fut plus simple pour le sang-pur d'abandonner cette expression pour hausser les épaules à la place. Sa main libre tira un peu sur le bas de son t-shirt, comme pour se focaliser sur quelque chose autre que ses pensées. Bientôt le geste devint presque compulsif, le forçant à tirer trop fort sans qu'il ne le remarque. Quelque chose dans son esprit n'irait jamais vraiment bien.

« J'ai bien aimé parler avec toi. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Sam 7 Jan - 17:01



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




L’atmosphère était devenue douloureusement froide, les sourcils froncés Aiden essayaient de ne faire aucun commentaire. Il n’était pas là pour juger, s’il le faisait il n’avait aucune raison d’être médecin. Le silence en était pesant et pourtant il ne fit rien pour le rompre. Son regard ne quittait pas celui de Nori qui se renfermer de plus en plus sur lui-même. La situation était presque surréaliste. Seulement quelques minutes encore, les rires résonnaient avec douceur dans cette pièce blanche, vide de toute émotion. Triste. Puis, soudain ces rires cessèrent comme si la joie avait été aspirée, étouffée  par quelque chose d’invisible que ne l’on pouvait pas battre. Ce n’était pas la première fois que le sorcier avait affaire à des personnes avec un comportement qui changeait du tout au tout, mais il ne pouvait s’empêcher d’être déstabilisé par l’attitude de l’Asiatique. La seule chose dont le jeune homme avait envie de faire en ce moment, n’était pas de fuir, non ce n’était pas son genre, mais de réconforter l’homme devant lui. Le prendre dans ces bras, lui murmurer que tout irait bien. Mais, il ne le ferait pas. Il ne pouvait pas. Il ne devait pas.

Soudain le cœur du médecin se serra. Il ne pouvait pas l’expliquer avec des mots, mais le regard de Nori démontrait une tempête intérieure. Brûlant. L’air devient encore plus froid, si cela était possible, l’ambiance avait tellement changé. Comme si on venait de passer d’une saison à une autre brusquement. Passant de l’été à l’hiver sans l’automne pour faire la transition entre les deux périodes. Son regard sombre ne quitta pas les yeux brûlants de son patient. Malgré lui, ces cheveux étaient devenus aussi sombres que ceux de son camarade. Cette ambiance lui pesait et le comportement de l’Asiatique était à la limite du blessant.  Malgré toute la douceur qu’il possédait, Aiden n’était pas du genre à laisser les gens le blesser seulement pour qu’il se sente mieux. Il tenta néanmoins d’apaiser comme il le pouvait cette douleur, cette haine qui semblait animer le Japonais.

Le médecin retira sa main qui venait d’appliquer une petite pression sur celle de son patient. Il l’a retira si brusquement qu’on aurait dit qu’il avait reçu une décharge électrique. Son visage exprimait l’entière incompréhension, il ne savait plus sur quel pied danser avec le jeune homme. Aiden était perturbé, plus qu’il ne l’avait déjà été dans son passée, les choses étaient tellement nouvelles pour lui. Faire face à une personne aussi tourmentée le troublait. Lui qui avait eu une enfance pauvre, mais heureuse ne savait pas comment réagir. Il avait presque honte d’avoir étalé sa joie devant le Japonais. Baissant les yeux sur la main du jeune homme, le médecin se concentra sur cette dernière comme s’il voulait se faire oublier. Avec application, le médecin lança les premiers sorts pour refermer les coupures.

Aiden se releva et ouvrit quelques tiroirs à la recherche de lingettes et de crème. Une fois ceci en main, il retourna à la même place qu’avant comme s’il n’était pas parti. Toujours avec délicatesse le jeune homme pris la main du sorcier et la ramener vers lui, il commença par appuyer délicatement sur la paume pour voir si les doigts étaient toujours réactifs. Ces dernières bougèrent par réflexe, et Aiden put continuer son travail. Nettoyant les traces de sang restant avec sa lingette le jeune homme essayait en même temps de reprendre une couleur de cheveux neutre. Il réussit seulement à passer du noir de jais à du bleu foncé. Malgré les propos de l’Asiatique, Aiden resta très doux dans son nettoyage de la main. Il ouvrit la crème avec sa main libre et en posa sur la main du jeune homme. Toujours avec une grande délicatesse, le sorcier commença alors le massage de la main qui avait été blessé. Il releva néanmoins le regard, sans cesser le massage, en direction de Nori. « Je m’en fou complètement de ta vie Nori. Tu ne veux pas en parler ce n’est pas un souci. Je ne suis pas là pour te juger, mais pour te soigner et tenter de te faire sourire. Comme tu le faisais il y a quelques minutes encore. Rien de plus rien de moins. »

La main libre du médecin avait emprisonné la main libre de l’Asiatique, avec douceur, il fut surpris quand il sentit une pression en retard. Il lança un regard surpris vers Nori, mais ne fit aucun commentaire. Le Japonais finit par détourner le regard comme s’il était gêné et Aiden ne put s’empêcher d’avoir un petit sourire en coin. Le comportement presque enfantin du jeune homme était adorablement mignon et le médecin avait encore plus envie de le prendre dans ces bras, ce qui ne fit pas. « On ne change pas les vieilles habitudes du jour au lendemain, n’est-ce pas ? » Aiden tentait à présent de détendre l’atmosphère même si les propos de l’Asiatique avaient été blessants. Le bien des autres avant le sien. Il avait toujours pensé cela. Et le penserait encore, même après les pires tortures. « Disons que tout ce que je fais, je le fais pour ma mère. » Commença-t-il avant de hausser les épaules. « Tu es bien trop sévère avec toi-même. »

Soudain la main libre de Nori, qu’il avait fini par lâcher, attrapa la manche d’Aiden le forçant à venir un peu plus près. Surpris, le médecin se retrouva collé aux jambes du jeune homme. Ces yeux regardaient avec surprise le Sang-Pur qui ne cessait de le surprendre. Le médecin arrêta finalement de masser la main du jeune homme, mais il ne la lâcha pas pour autant. « Je… »Le sorcier ne savait pas quoi dire, les mots ne lui venaient pas. « Je ne suis personne pour te juger, je n’ai aucune conclusion à tirer. Chacun son passé, chacun son histoire. On ne l’oublie pas, on vit avec. » Le jeune homme posa délicatement sa main libre sur la jambe de son aîné qui venait de lâcher sa manche, il resta ainsi, sans reculer. Le jeune homme comprenait que l’Asiatique tentait d’excuser son comportement qu’il venait d’avoir. Un petit sourire aux lèvres, le médecin releva le visage de son aîné avec douceur pour qu’ils se regardent dans les yeux.  « Je n’étais pas en colère contre toi Nori, je suis médecin j’ai entendu et vu pire. » Par prudence, Aiden retira délicatement sa main pour ne pas faire peur au jeune homme avant de reprendre un sourire taquin aux lèvres. « Et puis tu es mignon alors tu es excusable » Dit-il en faisant un clin d’œil tandis que ces cheveux reprenaient leur blond platine habituel.

Un petit soupir s’échappa des lèvres du médecin quand le Sang-Pur se présenta et tenta de sourire avec difficulté. Le comportement du jeune homme était attachant et le médecin avait du mal à comprendre comment des membres de sa famille auraient pu être violents avec lui. Secouant la tête, le sorcier attrapa la main de l’Asiatique qui tirait sur le bas de son tee-shirt. « Aiden. » Il sortit son prénom de nulle part n’ajouta rien de plus. Gardant la main du jeune homme dans la sienne le médecin tourna le regard pour ne pas sourire d’amusement. « Je finis ma garde dans dix heures, ça te gênerait de dormir ici pour que je ne me sente pas trop seul ? » Évidemment Aiden avait l’habitude de passer ces longues heures de garde seul, mais il proposait un moment de répit au Japonais et il espérait que ce dernier l’accepte. « Moi aussi je t’aime bien Nori. »



par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Sam 21 Jan - 18:58

Si son esprit n'avait pas été massacré dès son plus jeune âge par la violence morale des sangs-purs, sans nul doute aurait-il été en mesure de tenir une conversation normale avec quelqu'un. Ou alors se cherchait-il de pitoyables excuses, à croire que rien n'était véritablement de sa faute. Nori était le seul des siens à échoué si lamentablement au passage à l'âge adulte, fuyant les responsabilités et les chances de briser des chaînes qu'il ne sentait pratiquement plus. Le jeune homme ne se pencha pas trop sur la question, au courant que les cartes lui riraient à la figure ou bien qu'il finirait par s'étouffer avec des feuilles de thé un jour. Qu'importe le futur et le passé, ces trucs qu'on ne peut pas changer. Au mieux, il pouvait influencer son destin, sauf que Nori croyait un peu trop que tout était déjà écrit d'avance.

Avec un peu de chance, le médicomage ne serait pas de ceux qui périraient dans une possible nouvelle guerre. Sauf qu'il était impossible qu'il ne soit pas sur le front, et tout le monde savait que les hôpitaux étaient des cibles un peu trop faciles. Un bon moyen de réduire en cendres civils et combattants d'un seul coup. En un sens, cela lui aurait retiré le poids qu'il allait porter pendant quelques temps, pour avoir déblatérer comme un sombre crétin sur ses émotions. Le médecin semblait trop honnête, le type de personne que l'on ne parvient pas à croire la première fois. Compliqué pour le cadet de mentir si son corps décidait de changer de teinte à chaque imprévu.

Dire qu'il avait menacé la première personne qui s'intéressait à sa personne. Fantastique, encore une soirée réussie, et Nori avait la désagréable sensation qu'il allait exagérer un peu la douleur pour obtenir un arrêt de travail de plus d'un jour ou deux. Fainéant comme le Japonais était, cela n'aurait pas été surprenant. Quoiqu'il appréciait sincèrement son emploi, le premier de sa vie. Un peu fatiguant, mais au moins ça ne lui prenait pas autant la tête que ses pensées habituelles. Nori se retrouva à sourire, sans véritable joie, aux mots de son vis à vis. Pas exactement l'expression demandée. Cela lui paraissait ridicule, de faire de son mieux pour aider une personne à ouvrir son cœur. Visiblement, ils étaient bien différents.

Sans doute était-ce une bonne chose. Ça signifiait que le plus jeune n'était pas un sale type, et que son père ne se cachait pas dans un recoin de la pièce pour entamer son procès pour trahison. Jamais Nori n'aurait dû ressentir de la peur à cause de son honnêteté, et pourtant c'était généralement le cas. Pas forcément très doué à tout garder pour lui, des vérités cruelles s'échappaient de ses lèvres de temps en temps. « Moi aussi. » Avoua t-il dans un murmure. « Je fais tout ça pour ma mère. » Il espérait que celle du médicomage n'était pas comme la sienne, un peu bancale et brisée par des années trop dures. Enfin, pour ce qu'il en avait entendu plus tôt, elle était sans doute quelqu'un de bien. « Mentalité de sang-pur j'pense. Enfin j'en sais rien. » Quelque chose n'allait pas dans sa tête, bien que Nori ne sache pas exactement quoi.

Le contact permanent entre eux allait bientôt finir par l'épuiser. Nori n'ignorait pas que sa réaction finirait par être négative. Pour le moment, la pression sur la main qui avait été massée n'était pas encore désagréable. Bien que son corps devint plus tendu lors du contact avec sa jambe. Son regard continua d'éviter celui du plus grand, et Nori songea à lui dire d'aller se faire voir. Aucun besoin d'avoir de la compassion pour sa vie merdique, ce n'était pas nécessaire. Les mots, trop durs et froids, moururent dans le fond de sa gorge, et il les abandonna. Non, ce n'était pas son souhait, il n'avait pas l'intention de blesser Aiden, car tel était visiblement son nom. Peut-être qu'un jour ça arriverait. Mais pas si vite. « J'vais éviter de déballer ce genre de conneries la prochaine fois. » Tiens, il y en aurait une ? Nori s'était exprimé sans réfléchir et le ton taquin d'Aiden n'aida pas la situation. Sa langue sa tira, comme pour lui intimer l'ordre d'arrêter de se moquer.

« J'ai vingt-six ans je te signale. Mignon, mignon… Est-ce que moi je te dis ça ? » Son ton semblait suggérer que la crise était passée. Tout n'irait sans doute pas mieux avant un moment, même si c'était déjà un progrès. Plus de violence verbale ni contre lui-même. Son t-shirt fut sauvé par une main courageuse. Décidément quelqu'un ici était plus que tactile. Comme pour reprendre leur jeu précédent, il lia leurs doigts, redressant la tête pour affronter le dragon à la chevelure changeante. « T'es mignon malgré tout, Aiden. » Le gaz hilarant étant totalement dissipé à présent, ses idées étaient bien plus claires.

Suffisamment pour que la proposition ne lui apparaisse pas comme une idée des plus malignes. Passer sa soirée dans un hôpital, ou plutôt sa nuit, n'aurait pas aidé Nori à se sentir à l'aise. « Mon patron va se demander où je suis. Et mon lit me manque. » Aiden avait été un soutien précieux, un que l'asiatique ne pouvait pas non plus repousser sans rajouter quelque chose. Malheureusement, les excuses ne sortaient jamais très bien avec Nori. Une sorte de souci moral qui décimait les réunions de familles et empêchait la moindre communication.

Le Japonais se leva, faisant bien attention à ne pas causer une nouvelle chute non désirée. Une fois sur ses pieds, il réalisa que sa main tenait toujours celle d'Aiden. Ses doigts relâchèrent la pression sans attendre, et l'aîné constata que les morceaux de verres ne paraissaient jamais avoir découpé sa chair. Tant mieux, il souhaitait rester parfait pour sa mère. De sa main qui n'avait pas été blessée, il tira un petit carnet de sa poche, un qu'il utilisait pour noter les commandes, ainsi qu'un crayon. Son numéro de téléphone moldu fut gribouillé dessus rapidement. Le moindre commentaire sur ses habitudes non-magique aurait sans doute été ignoré. Pas que Nori laissa à Aiden le temps de faire une remarque. D'une main, il glissa le bout de papier dans les mains de son cadet, s'autorisant un sourire maladroit envers lui.

« Merci. » Un effort surhumain qui lui coûta visiblement beaucoup, au vu de sa difficulté à articuler le mot. En Japonais, ça serait sans doute passé plus simplement, mais le but était ici qu'Aiden comprenne. Sa langue maternelle était bien plus utile pour insulter les gens qui l'agaçaient au travail. Surtout depuis qu'il avait découvert l'existence des pourboires dans ce pays. Se mettant sur la pointe des pieds, chose embarrassante, Nori approcha ses lèvres de celles du second jeune homme, uniquement pour se reculer au dernier moment. Il esquiva Aiden avec une lueur moqueuse dans son regard.

« J'aime bien te taquiner~ Je vais rentrer maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Kim Jonghyun
+ âge : 24 ans
+ doublon : Alaska L. Azarov +Chris Harper
+ messages : 322
+ date d'inscription : 28/12/2016
+ commentaires :
You dont need to know me for loving me
I'm kinda cute

But i will always save your life



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   Sam 21 Jan - 23:54



“Walk the Dinosaur ”



Nori & Aiden




La douceur, c’était très certainement le mot qui décrivait le mieux le jeune homme. Cela pouvait paraître étrange pour un homme d’être aussi sensible, aussi empathique et doux envers les personnes qui l’entoure. Mais, cela n’avait aucune importance pour le sorcier. L’opinion que le monde pouvait se faire de lui ne l’intéressait guère. Il n’était pas le genre de personne à chercher la reconnaissance et l’envie des autres. Aiden vivait pour les autres et non pas pour lui. Son regard attendrissant se posait sur Nori. Malgré le comportement changeant du jeune homme, l’Asiatique ne pouvait s’empêcher de le trouver attachant. Adorablement mignon. Son sourire toujours au coin des lèvres, le médecin réussit à oublier la frustration qu’il a ressentie. Ce sentiment d’être blessé par Nori s’envola aussi vite qu’il était venu. Il ne connaissait pas son aîné, ni son histoire, ni la personne qu’il était, mais cela ne l’empêchait pas de l’apprécier. En réalité, le cœur du jeune homme a tendance à porter une plus grande attention aux âmes égarées et blessées. Peut-être cette capacité fait de lui un moins bon ou un meilleur médecin selon les avis. Tout ce que le jeune homme souhaitait était d’être présent pour son aîné. Les contacts physiques qu’Aiden avait avec le Japonais lui semblaient tellement naturels qu’il ne s’en rendait pas compte. Depuis toujours le sorcier avait été une personne proche des autres, tactiles, aimants, ouverts. En même temps, impossible pour lui de ne pas être une personne honnête avec la couleur de ces cheveux qui le trahissent à la moindre émotion. Et puis, son éducation en était pour beaucoup dans sa personnalité. Sa mère n’avait jamais eu vraiment les moyens de le faire vivre correctement et pourtant il n’avait jamais manqué de rien. Il avait appris à donner sans recevoir. La seule fois où le jeune homme avait regretté de le faire avait été à Poudlard. Quand on lui avait pris son cœur pour le jeté comme une chose sans aucune valeur. L’amour est la seule émotion que le sorcier refuse de connaître à nouveau, c’est le seul sujet qu’il n’aborde pas et qui lui fait perdre le sourire. Même après plusieurs années, il ne s’en était pas encore remis.

Chassant ces pensées négatives en secouant sa tête, un grand sourire s’étira de nouveau sur les lèvres d’Aiden. Son regard s’attendrit une fois de plus quand il se posa sur Nori. Sa compassion pouvait sembler étouffante pour les personnes qui l’entouraient, mais le sorcier aimait les gens. C’était dans sa nature. Il s’attachait sans attendre pour autant quelques choses en retour. Beaucoup l’ignoraient. Mais, ce n’était pas le cas de Nori qui semblait s’ouvrir à lui quelque peu. Sans jugement, Aiden continua de s’occuper du Japonais en écoutant ces paroles avec un sourire tendre aux lèvres. « Je pense que nos mères, qu’importe nos origines, seront toujours les personnes pour lesquels on ferait tout. On respire et vit grâce à elle après tout. »

Sentant le corps du Japonais se tendre légèrement sous ces contacts, le jeune homme cessait ces mouvements de massage sans pour autant quitter la peau de Nori. Le regard fuyant de l’aîné le faisait sourire de plus belle, cependant Aiden ne fit aucun commentaire se contenta d’être là. De proposer son aide, sa présence. Rien de plus, rien de moins. « Nous aurons le droit à une prochaine fois ? C’est une invitation pour un rencard ? » Plaisanta le jeune homme pour ne pas accabler le jeune homme qui ne semblait pas être le genre de personne qui aimait parler de soi. Et il pouvait le comprendre, alors autant lui faire penser à autre chose. Aiden s’amusa une fois de plus avec les cheveux sombres de son aîné avant de reposer sa main sur sa jambe.

« Et alors ? Il n’y a pas d’âge pour être mignon. Tu n’as pas besoin de me dire que je suis mignon, je sais que je le suis. » Répliqua-t-il avant de lui tirer la langue comprenant que le moment de crise était passé. L’empêchant de déformer son tee-shirt, Aiden attrapa la main libre du Japonais. Ce dernier entrelaça leur main ce qui fit légèrement rire le jeune homme qui caressait le dos de la main de son aîné à l’aide de son pouce. L’Asiatique fit un clin d’œil quand son aîné lui dit qu’il était mignon. Son regard plongé dans celui du Japonais, Aiden utilisa sa main qui se trouvait toujours sur la cuisse du jeune homme pour lui caresser le visage. « Nous sommes des dinosaures mignons. » Dit-il avant de faire une pichenette sur le front de son aîné en rigolant.

Aiden avait proposé au jeune homme de passer la nuit à l’hôpital, mais cette option ne semblait pas convenir à son aîné qui déclina gentiment sa proposition. Une mine déçue s’afficha sur le visage du jeune médecin qui se contenta de hocher la tête. Il ne pouvait pas forcer le Japonais à rester ici toute la nuit. Et puis, il pouvait comprendre. Être dans son lit, son propre lit, était bien mieux que ceux des hôpitaux. On était en sécurité dans son lit, chez soi, dans son cocon.

Nori se releva, le médecin fit bien attention à ce que son patient ne chût pas. Patient ? Non. Ce n’était plus vraiment son patient. Son futur ami alors ? Oui, on pouvait dire cela. Car le jeune homme n’avait aucune attention de laisser le Japonais partir, il deviendrait quelqu’un d’important dans sa vie. Il le savait. Et il ferait tout pour. La main du Japonais quitta la sienne. La chaleur de leur deux mains entremêlée s’échappa en même temps que la présence douce de la main de Nori. Aiden laissa sa main tomber le long de son corps en soupirant, l’expression de son visage toujours aussi déçu et triste. La présence du jeune homme, leur taquinerie, le manquait déjà. Il allait devoir repartir au travail, mais il le savait son esprit serait ailleurs. Tandis que Nori écrivit quelques choses sur son bout de papier, Aiden finit de remplir l’arrêt de travail du jeune homme. Quand il se retourna de nouveau vers le Japonais ce dernier, lui remit le bout de papier dans la main. Serrant cette note dans le creux de la main, le médecin tendit l’arrêt de travail à Nori de sa main libre. Un sourire s’afficha sur ces lèves quand l’aîné le remercia.

« Tu as tout le temps que tu veux pour reprendre le travail, je n’ai pas mis de durée sur ton arrêt de travail » se contenta-t-il de dire. Le sourire sur les lèvres du jeune homme s’élargit quand Nori se mit sur la pointe des pieds, rapprochant ces lèvres à quelques centimètres des siennes. Aiden baissa les yeux sur les lèvres de son aîné, juste avant que Nori ne recule le médecin lui mordit doucement la lèvre supérieure. Éclatant de rire, le médecin ne fit pas attention à la couleur de ces cheveux qui avait pris une teinte violine. Tirant une dernière fois la langue à son aîné, le jeune homme se promit intérieurement qu’à leur prochaine rencontre il enlèverait ces talonnettes et ces semelles qui l’aidaient à paraître plus grand.

« Et moi je t’aime bien tout court. Rentre bien beau gosse ~ » dit-il en lui lançant un clin d’œil avant de le regarder quitter la pièce. Son sourire s’effaça de son visage. Il était de nouveau seul. Alors qu’il allait ranger les affaires, il se souvient soudainement du bout de papier qui se trouvait dans sa main droite. Son sourire illumina de nouveau son visage quand il lut le numéro du sorcier. Sans plus attendre, Aiden le rentra dans son propre téléphone et lui envoya un message. Toujours aussi taquin et moqueur. « Tu me manques déjà monsieur le vélociraptor. »




par humdrum sur ninetofive



Smile despite your tears

If I say that things are hard with a crying face
Will it really get better?
If I cry and say it hurts, who will have a harder time?
Everyone will be fine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Walk the Dinosaur | Aiden   

Revenir en haut Aller en bas
 
Walk the Dinosaur | Aiden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» 05. I walk this empty street, on the boulevard of Broken Dreams (Leah & Sarah)
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» Walk like an Egyptian [qui veut]
» I lost myself || ft. Aiden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto ::  :: La pensine :: Les écrits terminés-
Sauter vers: