AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Ven 30 Déc - 20:14

Gods and Monsters
La journée avait été paisible. Il y avait eu assez de clients au salon de thé pour qu’elle puisse faire un peu de bénéfice. Elle avait vu certains visages qui n’étaient jamais passés par son établissement. Peut-être que les autres boutiques étaient trop bondées et que les gens se rabattaient sur les lieux plus… déserts. Il fallait dire que le Magestea n’avait pas forcément la meilleure des locations non plus… mais ça convenait à Nola. Elle n’avait pas besoin d’être sur l’allée principale. Ainsi, elle n’avait pour clients que ceux qui dénichaient vraiment l’endroit, et pour habitués ceux qui aimaient sincèrement ses produits, non pas ceux qui cherchaient la facilité, comme elle le voyait souvent du côté moldu avec les Starbucks et autres cafés du même acabit. Ça résumait assez bien Nola : la discrétion, l’honnêteté, les plaisirs simples mais de qualité. Elle préfère avoir peu, mais avoir mieux. Elle n’aimait pas l’ostentatoire et l’abondance, surtout quand c’était synonyme de mauvaise qualité et de faux semblants. Elle n’avait pas été à Poufsouffle pour rien.

Nola avait fini de faire sa caisse. Elle s’assurait que la porte de derrière était bien verrouillée, tant par un sort que par des verrous bien plus basiques. Son père avait tenu à les installer quand elle avait acheté le fonds de commerce. Il était moldu après tout… même s’il avait appris et accepté l’existence de la magie, il préférait savoir sa fille derrière des serrures que derrière un sort. Qui lui en aurait voulu ? Certainement pas elle. Elle fit un dernier tour de sa boutique, pour s’assurer que tout était à sa place, que tout était prêt pour le lendemain, et passa la porte d’entrée. Cette dernière tinta, éternel carillon au-dessus d’elle remplissant son office. Elle donna un tour de clé, y ajouta un sort, et se détourna enfin du Magestea pour prendre le chemin de son appartement. Elle préférait marcher. Elle n’était jamais parvenue à se familiariser avec le transplanage, ayant bien trop peur d’atterrir au mauvais endroit, ou au mauvais moment. Elle n’avait pas non plus de portoloins pour la ramener chez elle et elle ne possédait pas de cheminée… et puis, elle aimait bien marcher.

Vêtue de son habituelle parka vert bouteille, de ses bottines et de sa jupe un poil trop courte pour les standards sorciers, elle s’élança dans la ruelle… avant de se faire bousculer. Décidemment. Soit elle allait devoir investir dans une paire de lunettes, soit on en avait vraiment après elle en ce moment. C’était la deuxième fois en quelques jours… sauf que cette fois-ci, elle s’étala au sol. Elle émit une complainte et leva les yeux vers la montagne qui s’était trouvée sur son chemin. Le sorcier avait l’air bien moins commode que celui de la dernière fois… Les muscles de la jeune femme se crispèrent. Fight or flight, c’était le propre même de l’instinct. Rester et combattre ou bien fuir. Elle hésitait. L’autre n’avait encore rien fait pour l’ennuyer — après tout, ce n’était pas sa faute si elle était tombée, n’est-ce pas ? — mais il ne lui inspirait pas confiance non plus.

Il s’enfermait dans son mutisme. Nola amorça un mouvement, pour rapprocher ses genoux d’elle, afin de se relever et de détaler en direction de son appartement, mais le sorcier s’accroupit subitement et lui saisit la cheville droite. Elle sentit sa poigne, forte, à travers son collant. Elle poussa un petit glapissement. Visiblement, il n’avait pas envie qu’elle se redresse, ni qu’elle s’enfuie. Un long frisson descendit le long de son échine. Petite sang-de-bourge, fragile comme une brindille… Qui ose pourtant servir de la nourriture qu’elle a touchée, qu’elle a faite, à des sang-purs… Tu ne devrais même pas exister, misérable créature… Son ton était à la fois menaçant et langoureux. Il tira sur sa cheville pour l’attirer à lui et son autre main se posa sur le haut de son genou gauche. Un nouveau tremblement la saisit, sans qu’elle ne puisse l’empêcher. Elle vit l’étincelle dans le regard du sorcier. Elle ne savait pas bien comment il avait interprété la chose, mais c’était bel et bien de la peur. De la terreur même. Elle ouvrit la bouche pour hurler, mais il l’attira encore plus près, d’un mouvement sec faisant remonter un peu trop sa jupe déjà bien courte, pour poser une main sur son visage. Et son cri se mua en gémissement plaintif.

S’il vous plait… Faites que quelqu’un passe dans la rue… S’il vous plait… Les mots tournaient en boucle dans son esprit alors que des larmes montaient à ses yeux. Elle essaya d’accéder à sa baguette mais il la gifla tellement fort que des étoiles blanches mangèrent la moitié de son champ de vision et que ses membres semblèrent être faits de coton tout d’un coup. Non non non, elle ne voulait pas que ça lui arrive. Ça ne devait pas lui arriver. Ça ne pouvait pas arriver… n’est-ce pas ? Il l’avait traitée de sang-de-bourbe, ça serait la souiller que de la… elle ne pouvait même pas penser le mot tellement il la terrifiait et la dégoûtait. Une larme s’échappa finalement d’entre ses cils pour venir rouler sur sa joue jusque dans ses cheveux blancs.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Ven 30 Déc - 22:12


 
 
Fionola & Gabrielle
Gods and Monsters

 
La ronde de nuit ; Voila une mission qui me réjouis d'avance. Divaguer en toute liberté dans les rues du Chemin de Traverse sans le brouahah de la foule. Sans toutes ces bousculades et ces humeurs qui fusent dans l'air pour provoquer mes sens. Solitaire, j'apprécie en effet le silence que la nuit apporte avec elle. J'apprécie me retrouver dans une bulle, loin des tumultes de la journée et des responsabilités. Responsabilités qui ont tendance a revenir brutalement à la charge...

Je marche tranquillement dans l'ombre. Comme à mon habitude, je suis habillée d'un T-shirt noir paré d'une veste en cuir, ainsi que d'un pantalon sombre retenu par une large ceinture. Etant du coté sorcier de la ville, ma baguette est belle et bien visible, contrairement au poignard qui se cache dans mon dos, sous le pan de ma veste. Mon esprit s'est envolé loin, perdu dans mes plus obscurs pensées. Les temps sont durs et personne ne sait de quoi demain est fait ; le danger rode.

Mon attention est subitement attirée par la voix d'un homme, loin d'être amical. Je tend l'oreille tandis que mon ouïe draconique s'affine.
« Petite sang-de-bourbe, fragile comme une brindille… Qui ose pourtant servir de la nourriture qu’elle a touchée, qu’elle a faite, à des sang-purs… Tu ne devrais même pas exister, misérable créature…»

C'est l'éclat d'une main violente qui s'écrase contre une joue et un gémissement qui me fait bondir. Je transplane aussitôt dans la rue voisine de celle où je me trouvais. Les parfums d'angoisse, de peur et de testostérone s’accaparent immédiatement de mon odorat, tandis que mes yeux de jades aperçoivent un peu plus loin dans la rues une masse humaine couchée sur une autre. Je fronce les sourcils en me précipitant vers les deux individus ; il n'y a pas photo, c'est une agression et je me dois d'agir vite.
Mon bras s'enroule autour du cou de l'homme sans même qu'il n'ai le temps de m'entendre arriver. D'un geste vif, et faute de pouvoir le soulever, je le fais basculer sur le coté avant de lui asséner un coup de pieds dans le ventre afin qu'il roule à nouveau pour l'éloigner le plus possible de la jeune femme. Aussitôt, je m'interpose entre cette dernière et l'agresseur.

« Espèce de putin! Tu va voir!» Crache t-il en se relevant, fou de rage.

Alors que ses doigts viennent attraper sa baguette et qu'il s'apprête à la dégainer, la mienne est déjà dans ma main, pointée dans sa direction.

« Experdiermus! » Lançais-je avant que sa baguette ne s'envole et ne s'écrase un peu plus loin, sans pour autant continuer à le menacer avec mon arme.

Je ne suis pas du genre à favoriser les combats déloyaux, du moins pas directement. L'homme semble vouloir se battre - qu'il en soit ainsi. Il ne sait pas à qui il a affaire.

« Voyons à quel point les sangs-de-bourbe sont fragiles. »

Tout comme la jeune sorcière, du sang mêlé coule dans mes veines et je sais plus que quiconque que c'est loin d'être une tare, bien au contraire. Il n'y a que l'esprit qui nous rend faible, et il n'y a que par la volonté que l'on renforce l'esprit. Sera t-il assez volontaire pour me battre?
Je range ma baguette tandis que mes yeux s'embrasent étrangement. Je le sent rugir à l’intérieur de moi, je le sent désirer bondir sur sa proie et la réduire en miette. Les sangs purs de ce genre me sortent pas les troues de nez. Ils m’exaspèrent, me mettent la rage. Me mettent hors de moi.

« Qu'est ce que t'attend? » Grognais-je avant que l'homme ne se décide à rugir en courant vers moi.

Il m’agrippe par la gorge pour tenter de me faire reculer et de me plaquer contre le mur, en me frappant au visage. J'attrape son poignet de ma main droite et frappe sa gorge de ma main gauche. Il déglutit. Je le bouscule avant de lui asséner un coup dans le ventre puis, alors qu'il se pli en deux, pose mes deux mains sur ses épaules et soulève mon genou. Ce dernier s'écrase entre ses jambes, le faisant gémir de douleur. Il s'agenouille en grimaçant, protégeant ce qui reste de sa virilité avec ses deux mains. Je l'achève d'un coup de talon en plein visage. Il s'écroule, gémissant quelque peu dans son inconscience.

« Putin d'extrémiste. » Sifflais je comme une vipère avant de lui cracher dessus.

Je passe le dos de ma main sur ma bouche pour constater qu'un peu de sang perle de ma lèvre inférieur. Je m’aperçois également que mon bras tout entier tremble. Serrant le poing en soufflant, je tente de reprendre le contrôle de ce qui ne dois pas se révéler dans de telle condition. Si il vient en effet à apparaître maintenant, je ne donne pas cher de la peau de l'agresseur... ni de celle de l'agressée.
Une fois fait, je me retourne vers la jeune femme avant de m'approcher doucement d'elle.

« Vous n'avez rien? » Demandais-je en lui tendant la main, plus inquiète pour elle que pour moi.

 
Carpe Diem 2017

 

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Dim 1 Jan - 11:47

Nola ne pouvait plus empêcher les larmes de ruisseler sur ses joues. Elle ne voulait pas que ça se passe ainsi. Ça ne pouvait pas se passer ainsi. Elle n’avait jamais été intéressée par les relations physiques avec autrui, se contentant souvent d’amitiés et d’amour platonique. Collectionner les amants n’avait jamais été son genre. Elle n’avait jamais cherché à avoir un petit copain à tout prix. Tant et si bien qu’elle n’en avait jamais vraiment eu. Elle ne voulait pas que ça se passe ainsi. Elle ne voulait pas que sa première fois soit dans une ruelle, violentée par un sang-pur bien décidé à lui faire payer sa naissance. Croyait-il qu’il la purifierait s’il la prenait ainsi ? Se croyait-il imbu d’un pouvoir divin ? Comme l’un de ces personnages dans la série Misfits, capable de détruire le pouvoir des autres en couchant avec eux ? Croyait-il pouvoir supprimer son sang impur en l’imprégnant de son abjecte semence ? Nola gémit d’impuissance, ce qui ne manqua pas d’exciter un peu plus son agresseur. Elle essayait de le repousser, mais elle avait autant de force qu’une mouche face à un buffle.

Mais alors que ses doigts remontaient le long de sa cuisse pour trouver le chemin de ses dessous, voulant arracher sa paire de collants, un bras passa sur la gorge du sorcier, le jeta au sol, sur le côté. Précipitemment, Nola ramena ses genoux contre elle et rabaissa autant se faire se peut sa jupe, cachant ses cuisses dévoilées avec sa parka. L’intervenant miraculeux ajouta un coup de pied dans le ventre de l’individu, histoire de faire bonne mesure et l’éloigner encore un peu plus. La sorcière recula, s’aidant de ses mains et de ses pieds, pour agrandir l’espace entre elle et le sorcier. Elle avait envie de se frotter les jambes pour enlever la sensation de ses mains sur elle. Espèce de putain! Tu vas voir! C’était à peine si elle entendait les mots qui étaient échangés, si elle voyait la scène qui se déroulait devant elle. Les yeux dans le vide, elle était en état de choc. Malgré les années sombres après sa sortie — un peu forcée — de Poudlard, Nola n’avait jamais été agressée de la sorte. Si elle savait bien que le climat géopolitique n’était toujours pas au beau fixe avec la prophétie et la peur des sorciers de voir la magie disparaître, elle n’avait jamais pensé qu’un jour ce genre de chose lui arriverait.

Elle noua ses bras autour de ses genoux, se balançant lentement d’avant en arrière. Experdiermus! Les mots parvenaient à ses oreilles mais son cerveau peinait à les analyser. Voyons à quel point les sangs-de-bourbe sont fragiles. Elle se rendait tout au plus compte que son sauveur était en vérité une sauveuse. Mais de quelque chose d’autre aussi… dans le choc et la terreur, son don de légilimencie s’était réveillé. Les pensées des deux adversaires se mêlaient et elle avait parfois l’impression qu’un troisième larron voulait rejoindre les réjouissances sans y parvenir. Celui-ci avec des envies bien plus funestes que la demoiselle, même s’ils semblaient dans le même camp. Qu'est ce que t'attend? Nola ne comprenait pas tout ce qu’elle percevait. Elle sut que son agresseur allait attaquer une seconde avant qu’il le fasse, entendant presque plus le rugissement de ses pensées que celui qu’il poussa réellement. La jeune femme ferma les yeux férocement, essayant de faire taire les voix dans sa tête, autant que d’arrêter son corps de trembler comme une feuille.

Soudain, l’une des voix dans sa tête se tue. Putin d'extrémiste. Nola rouvrit péniblement les paupières, comme si elle avait peur de ce qu’elle allait bien pouvoir voir, même s’il semblait que ce soit les deux entités bienfaitrices qui aient remporté la bagarre. Dans son champ de vision se profila finalement qu’une petite rousse, seule. Vous n'avez rien? Nola ouvrit la bouche pour répondre, mais seul le hoquet d’un sanglot lui échappa. Elle se recroquevilla encore un peu plus sur elle-même, malgré son impression qu’elle n’avait rien à craindre de sa sauveuse. Elle ne savait pas où était passé l’autre qui avait voulu intervenir aussi… mais peut-être n’avait-ce été qu’une personne de passage, se sauvant vite fait en voyant que la chose était gérée par la rouquine. Nola ne parvenait toujours pas à prononcer le moindre mot, des larmes ruisselant sur ses joues. Sa cheville était douloureuse et elle se sentait sale. Mais à part ça, à part le tourment qui violentait son âme, elle n’avait rien, non. Elle finit par relever les yeux vers sa sauveuse. Ses lèvres tremblaient toujours. Je crois que non… parvint-elle à articuler, d’une voix enrouée.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Lun 2 Jan - 20:20


 
 
Fionola & Gabrielle
Gods and Monsters

 
Les yeux ampli de larmes de la jeune sorcière se lèvent finalement vers moi alors qu'elle est recroquevillée sur elle même, tremblante de tout son être. Aucunes paroles ne sortent d'entre ses lèvres alors que je lui demande si tout va bien. Je m'accroupis donc face à elle, sans chercher à la toucher ni à l'approcher d'avantage. Elle est en état de choc et je dois lui faire comprendre qu'elle est désormais en sécurité.

« Vous n'avez plus rien à craindre. » Dis-je gentiment bien que la totalité de mes muscles soient tendus.

Je sens le parfum de la peur danser autour de moi ; Un parfum alléchant qu'il adore et que je méprise. Je ne suis pas une prédatrice cherchant à jouer avec une proie. Je suis une sorcière avant tout, naît pour servir et protéger. "Le dragon m'appartient, et je n'appartiens pas au dragon." Me répétais-je un instant dans la tête.

« Je crois que non… » Finit-elle par articuler difficilement en répondant à ma question, tout en me sortant de mes pensées tourmentées.

Je lui accorde un petit sourire réconfortant avant de me redresser pour me relever, décidant de la laisser encore un peu reprendre ses esprits. Je sors ma baguette de son étuis avant de pointer l'embout pointu sur ma tempe.

« J'ai besoin de deux intervenants dans le secteur Ouest, prêt du Magestea. » Ordonnais-je alors en un message qui s'envole directement en direction du Minisitère, tandis que je m'éloigne de la jeune femme pour récupérer la baguette du sang pur.

Une fois fait j'accroche cette dernière à ma ceinture au prêt de la mienne ,avant de jeter un coup d’œil à l'homme au sol, toujours inconscient. Qu'il n'ose même pas tenter de se relever si il se réveille!
A nouveau, je rejoins la jeune femme alors que deux sorciers arrivent en transplanant à l'autre bout de la ruelle. Ils s'avancent vers nous, d'un pas assuré mais peu menaçant.

« Vous nous avez demandé Cap'tain? » Demande l'un d'eux, respectueusement.
« Rapatriez moi cet enflure en cellule et gardez le moi bien au chaud, je m'occuperais moi même de l'interroger. » Lançais-je alors que les deux sorciers s'exécutent.

Je les regarde faire un instant avant de reporter mon attention sur la blonde. Je m'accroupis à nouveau prêt d'elle.

« Comment est ce que vous vous appelez ? » Demandais-je gentiment, m'efforçant d'être le plus rassurante possible. « Je vais vous raccompagner chez vous, si vous le voulez bien. » Ajoutais-je avant de lui tendre une nouvelle fois la main.

 
Carpe Diem 2017

 

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Mer 4 Jan - 12:13

Vous n'avez plus rien à craindre. Des paroles rassurantes qui peinaient à se frayer un chemin jusqu’à sa cervelle. Une partie d’elle était reconnaissante que la jeune femme — qui paraissait plus jeune qu’elle, mais l’était-elle vraiment ? — ne cherche pas à la toucher ou à s’approcher trop près. Il était clair que ça n’aurait pas arrangé les choses. Elle aurait certainement poussé un cri et aurait cherché à fuir, s’écorchant les mains sur les pavés de la ruelle dans sa précipitation. Elle tremblait encore, elle ne pouvait pas s’arrêter. Elle ne contrôlait plus son corps et son esprit n’était qu’un vide abyssal, porte ouverte sur les pensées alentours. Il y avait celles, rassurantes de la sorcière qui l’avait sauvée, et d’autres qu’elle ne parvenait pas bien à cerner. Ses yeux ne fixant rien en particulier n’avaient pourtant pas enregistré de quatrième personne avec eux dans la rue. Et son agresseur était toujours inconscient. C’était pourtant quelqu’un de prédateur… mais… c’était à n’y rien comprendre. Nola ne voulait pas comprendre non plus. Elle était trop troublée par ce qui venait de lui arriver, par ce qui avait manqué de lui arriver.

Elle parvint finalement à articuler quelques mots. Non, elle n’avait pas l’impression d’être blessée. Elle aurait certainement des bleus autour de la cheville, peut-être même sur sa cuisse, elle qui marquait si facilement à cause de sa peau de nacre… mais rien de bien grave. Le plus douloureux était le fil de ses pensées, le souvenir de ce qu’il s’était passé, de la sensation hideuse de ses mains sur son corps, son imaginaire qui travaillait à lui faire deviner ce qui aurait pu se passer si la rouquine n’était pas intervenue. Elle l’entendit à peine envoyer son message. Elle eut un sursaut, battit des paupières, quand deux autres sorciers arrivèrent en transplanant. — Vous nous avez demandé Cap'tain? — Les mots s’enregistrent sous son crâne mais mettent du temps à être analysés par son cerveau. C’est comme s’il tournait au ralenti, embrumé par l’attaque qui avait eu lieu. Syndrome post-traumatique. Le mot se grava dans ses pensées, comme la réponse à son état. Elle avait failli se faire violer. Elle avait failli perdre sa virginité avec un homme qui entendait la purifier à grands coups de butoir non désirés. Elle frissonna encore de la tête aux pieds. Elle essaya de cacher son visage maculé de larmes derrière ses genoux remontés contre sa poitrine. Rapatriez moi cet enflure en cellule et gardez le moi bien au chaud, je m'occuperais moi même de l'interroger.

Quand elle osa enfin ressortir sa frimousse de sa protection toute relative, Nola constata que la jeune femme s’était à nouveau accroupie devant elle. Comment est ce que vous vous appelez ? Ses mots lui arrivèrent avec un temps de retard. No-Nola… articula-t-elle, plus habituée à employer son surnom que son prénom en entier. Je vais vous raccompagner chez vous, si vous le voulez bien. Elle hocha mollement la tête et observa la main tendue devant elle. Ses bras crispés autour de ses genoux, elle mit un moment à se défaire de cette position, comme si son corps, après avoir tremblé de tous ses muscles, avait décidé de se transformer en statue de marbre. Finalement, elle glissa une paume tremblante dans celle de sa sauveuse. Je… uhm… j’habite du côté moldu… lâcha-t-elle, presque honteuse après l’attaque qu’elle avait subie et les raisons qui avaient poussé son assaillant à la tourmenter. Elle avait préféré choisir un petit appartement dans ce côté de Londres, afin que ses parents aient plus de facilités pour venir la voir… Surtout avec le climat qui régnait depuis quelques temps, elle préférait ne pas prendre le risque de les mener dans le Londres sorcier plus que nécessaire…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Lun 23 Jan - 19:33


 
 
Fionola & Gabrielle
Gods and Monsters

 
La main tendue, j'ai attendu patiemment que sa main rejoigne la mienne. La jeune femme est dans un état évident de traumatisme, je ne peux pas me permettre de la brusquer. Mes doigts plus chauds que la normale se resserrent doucement autour des siens tandis que je lui souris encore.

« Et bien Nola, je m'appel Gabrielle. Et ça ne me pose aucun problème, les Protecteurs sont connu pour intervenir autant ici que du coté moldu. »

Je me dis à cet instant qu'elle sera peut-être rassurée d'être accompagnée d'un membre envoyé par le ministère lui même. Les Protecteurs sont connus pour leur large ouverture d'esprit, leurs valeurs et leur désir de protéger tout ce qui vit ; sorciers ou moldus. Ils sont une source sur du bien qui existe dans ce monde - pour le moment.
Je l'aide donc à se relever doucement, posant une main délicate sur son épaule afin d'éviter que ses jambes ne fléchissent et qu'elle ne s'écroule à nouveau au sol. Dans l'état où elle est, je ne peux certainement pas transplaner. Je ne peux pas non plus imaginer me métamorphoser pour voler jusqu'à chez elle, tout bonnement parce que ça risque de l'effrayer mais surtout parce que ça m'est interdit. Mon don doit être utilisé en dernier recours, uniquement. Ce serait désobéir aux ordres du ministère qui me concerne. Nous devrons donc nous contenter de rentrer à pieds.

« Marchons jusque là bas, ça vous permettra de prendre un peu l'air. » Proposais-je, sans vraiment lui laisser le choix.

Tout en restant prêt d'elle et en veillant à son équilibre, je me met à marcher. Mon sang chaud et mon humeur impulsive se sont atténués. Quelques années plus tôt, j'aurai tué cet homme. Je l'aurai tué pour profiter d'une faiblesse tout en ignorant la force. Je l'aurai tué pour se croire supérieur alors qu'il n'est rien. Aujourd'hui, je sais voir plus loin. J'ai une autre vision de la justice et ce n'est pas à moi de la donner.

« Qu'est ce qui vous a poussé à sortir si tard, Nola? » Demandais-je gentiment afin de briser le silence qui, à force, peut se montrer angoissant.

En ces temps cruels et incertains, les sorciers ont tendance à privilégier la prudence et à ne pas traîner seul dans les rues, surtout en une heure si tardive. La sang-de-bourbe a été bien imprudente et il est de mon devoir de l'avertir. Les gens sont fous, il faut se méfier de tout et de tout le monde.

 
Carpe Diem 2017

 

 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   Mar 24 Jan - 9:48

Et bien Nola, je m'appelle Gabrielle. Et ça ne me pose aucun problème, les Protecteurs sont connu pour intervenir autant ici que du coté moldu. Elle hocha la tête, sans pour autant réellement analyser les paroles de la jeune femme. Son esprit était encore embrumé parce qu’elle venait de subir. Ça aurait pu être bien pire que ce qu’elle avait vécu, mais elle qui était si douce, qui pensait aux autres avant de penser à elle-même, avait été choquée jusqu’au plus profond d’elle-même par cette agression. Puis, petit à petit, les mots firent leur chemin. Elle comprit que la demoiselle qui l’avait sauvée était une Protectrice, de ce groupe qui avait été créé en renfort des aurors pour protéger la population et surveiller les deux clans en opposition. Oui, elle était en sécurité avec la jeune sorcière qui l’aidait à se relever et à ne pas tomber. En effet, ses jambes tremblaient et elle ne se sentait guère capable de mettre un pied devant l’autre. En vérité, c’était presque tout son corps qui était pris de tremblements.

Marchons jusque là bas, ça vous permettra de prendre un peu l'air. Nola hocha mollement la tête. Elle n’était de toute façon pas en étant de prendre une quelconque décision. Avoir la sorcière à ses côtés pour la guider était le bienvenu, elle tellement engourdie par ce qui venait de se produire. Péniblement, elle mit un pied devant l’autre, les levant à peine du sol, ses chaussures raclant sur les pavés plus qu’autre chose. Son don éveillé lui permettait de saisir quelques bribes de pensées de Gabrielle. Son humeur un peu plus apaisée, mais aussi la colère toujours présente en arrière-plan, sa soif de justice. Elle se laissait porter, ne cherchant pas à attraper une pensée ou une autre. Elle n’en avait pas la force. Sa concentration avait lâché prise. Tout ce qui comptait était de mettre un pied devant l’autre. Et de ne pas tomber. Le reste était secondaire.

Qu'est-ce qui vous a poussé à sortir si tard, Nola? La voix de la protectrice traversa le nuage duveteux qui avait envahi son esprit pour la protéger. La née-moldue cligna des yeux et s’arrêta de marcher, comme si elle ne parvenait pas à parler et à avancer en même temps. Je… Je… Elle battit des paupières alors que les larmes revenaient envahir ses yeux. Je… je fermais juste… mon salon de thé… J’allais… rentrer. murmura-t-elle, presque incrédule. Comme elle le faisait presque tous les jours depuis quelques années maintenant. Il ne lui était jamais rien arrivé avant ce soir-là. Elle savait que les rues n’étaient pas sûres une fois la nuit tombée, ou après les heures de pointe… mais… il ne s’était jamais rien passé. Elle était toujours rentrée saine et sauve chez elle… Sûrement avait-elle pêché par abus de confiance…
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gods and Monsters ◊ Nola&Gaby
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» in the land of gods and monsters (jaden)
» (M / Libre) Tyler Hoechlin (négociable) ⊰ in the land of gods and monsters
» Misty » Gods and Monsters
» In the land of Gods and Monsters she was an Angel (Anash)
» [Myconos] Gods versus Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto ::  :: La pensine :: Les écrits abandonnés-
Sauter vers: