Partagez | 
 

 There is a fire inside of this heart. [Azraël]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 8 Jan - 0:58



Le clapotis doucereux du whisky berçait doucement les lectures de la brune. Celle-ci ne détachait pas les yeux des pages reliées, insensible aux élucubrations de son mari. De temps à autre, elle relevait la tête d’un air faussement intéressé et acquiesçait, l’assurant d’un soutien qu’elle ne lui portait plus qu’à demi depuis plusieurs années. Lui ne remarquait rien ; pas encore. Une parole rassurante, un regard à la dérobée, et toutes les craintes de celui qui partageait ses jours s’envolaient, balayées par la fumée d’une certitude illusoire. Cela l’aurait peut-être attristée, en d’autres circonstances. Seulement, son coeur se ravissait du mensonge. Le verre se porta de lui-même à sa bouche empoisonnée pour la pervertir davantage. Quelque chose l’arrêta. Lentement, ses doigts reposèrent le cristal sur la table de chevet en merisier qui ornait le côté du fauteuil d’une touche boisée et élégante. Le visage de son fils s’effaça de l’obscurité, ne laissant place qu’aux ténèbres. Le moindre geste de sa mère le dissuadait de commettre des bêtises qu’il n’aurait pas hésité à perpétrer en son absence. Un instant, elle envisagea de le rejoindre pour découvrir quel mauvais coup il préparait. C’était presque un jeu au sein de la maisonnée : les frasques des uns et des autres était un moyen efficace de canaliser l’énergie dévastatrice qui s’ébrouait sous leur chair sombre, et chacun s’y livrait avec une joie vicieuse. La grande horloge sonna trois coups. Alaric s’agita soudain dans tous les sens. « Bon sang, Emy ! J’ai absolument besoin de ce papier. Tu ne cesseras donc jamais tes bêtises ? » D’un haussement de voix factice qui trahissait son contentement de devoir parcourir tout le domaine pour retrouver ses affaires, il s’approcha d’elle pour lui déposer un baiser sur le front. Quelques secondes passèrent, et il disparut au coin du salon.

Dès que la moquette du couloir étouffa le martèlement de ses pas, la brune se releva pour se diriger vers l’immense bibliothèque qui tapissait les murs. À la recherche d’un ouvrage que sa discrétion ne lui permettait pas de dénicher par d’autres moyens, elle examina les précieuses reliures de cuir. Les lettres d’or se refusaient à former les quelques mots que ses prunelles curieuses attendaient. Cela faisait bien longtemps que de telles investigations ne l’avaient pas autant amusée, et elle retournait le plus infime indice sous tous les angles, attentive à la moindre aspérité en mesure de lui ouvrir un autre chemin. L’impatience ne la gagnait pas même lorsque l’échec laissait poindre un horizon grisâtre mêlé de cendres. Mais les jours s’enchaînaient sans que le soleil ne pâlisse, et elle se satisfaisait des faibles rayons qui embrassaient quelquefois sa conscience. L’objet promis tomba enfin sous ses mains soignées. Un léger sourire éclaira ses lèvres, et elle remplaça le livre sans tarder. Son mari ne songerait pas à examiner ce rayonnage dans le détail et ne s’apercevrait pas de la supercherie avant qu’elle ait disparue. D’un pas vif, elle ne tarda pas à trouver sa servante pour lui donner un ordre qu’elle espérait clair. « Assure-toi que je ne sois pas dérangée. » L’éventualité d’une punition suffirait à la rendre obéissante. L’esprit tranquille, Emily se rendit dans sa chambre et ferma les rideaux de soie. Confortablement installée dans son fauteuil, elle déposa le verre qu’elle tenait toujours sur le bureau et entama l’ouvrage. D’un ennui sans fin, celui-ci ne semblait pas d’humeur à lui révéler ses secrets. Le grincement de la porte la fit sursauter. Son coeur s’affola. « Je croyais t’avoir dit que je voulais être tranquille, Miranda. »  L’amertume qui s’échappait de sa bouche fulminait dans son regard. La brune ferma le volume avec précaution avant de le dissimuler au milieu d’autres ouvrages et d’en saisir un qu’elle ouvrit sur une page aléatoire. Personne ne devait découvrir ce qu’elle trafiquait. Sa survie en dépendait, et elle ne laisserait rien au hasard.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Lun 9 Jan - 10:49

Thème


Voilà longtemps que le sorcier n'avait pas vu sa soeur, bien trop occupé avec les horreurs qui s'étaient déroulées durant ses derniers jours. Le coeur d'Azraël était serré, ses sourcils froncés alors qu'il quittait son bureau et transplantait jusqu'aux vastes plaines de l’Angleterre puis jusqu'à manoir des Selwyn. Il voulait retrouver Emily, lui confier les horreurs qui grondaient dans son coeur. Il avait commit une erreur en s'occupant d'Aisha. Il avait commit une erreur en torturant puis tuant son bourreau. C'était un sang pur qui avait perdit la vie sous la baguette de l'ancien mangemort. Un homme qu'il n'aurait jamais dû tuer. Un homme qui n'aurait jamais dû se retrouver devant lui. Azraël avait beau se rassurer en se disant que ce fou aurait fini par faire tomber il ne savait quel groupe qu'il aurait rejoint, il n'empêche qu'aujourd'hui, les protecteurs avaient les yeux rivés sur sa personne.

Bonjour Miranda. Où est ma soeur ?

La servante piqua un fard lorsqu'il croisait les yeux du sorcier. Depuis toujours, elle était sous son charme et le fait qu'il ait autrefois partagé son lit n'arrangeait rien. Azraël se fichait pourtant d'elle comme de la première personne qui l'avait un jour aimé. Elle n'était qu'une parmi tant d'autre et pire encore, elle n'était qu'une servante, guère supérieure à une elfe de maison. Le sorcier ne comprenait pourquoi Emily aimait à s'entourer d'humain plutôt que d'esclave obéissant. Jamais un elfe de maison ne pourrait être corrompu. Les hommes étaient loin de cette paisible servitude.

Dans sa chambre mais elle en veut pas être dérangée Monsieur.

Il lui envoya un regard dédaigneux avant de se diriger vers la chambre de sa soeur, sans plus un coup d'oeil pour la sorcière. Jamais Emily aurait refusé de le voir si elle était là. Azraël ne croisa pas ses neveux ni même le mari de sa soeur. Tant mieux. pour une fois, il n'avait pas envie de voir les deux enfants qu'il aimait pourtant de tout son coeur.

Alors comme ça tu ne veux pas me voir ma chère Emily ? demanda-t-il, un sourire sur les lèvres alors qu'il entrait dans la chambre de sa soeur.

Elle cachait des choses mais Azraël ne tenta pas de savoir quoi. Après tout, Emily avait toujours eu son jardin secret et il ne voulait pas que cela change. Lui-même ne lui avait pas tout confié. En grandissant, les inséparables s'étaient éloignés. Azraël avait rejoint les mangemorts et sa soeur avait levé un sourcil dédaigneux lorsqu'il avait fait ça. Elle avait toujours méprisé le seigneur des ténèbres quand lui baissait l'échine devant cet homme qui n'en était pas un.

Comment vas-tu Emily ?


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 22 Jan - 12:44



La jeune femme tressauta au bruit des pas qui se faufilaient sur le seuil. Cette démarche assurée à la cadence majestueuse, elle la connaissait par cœur, et elle n'avait nul besoin de tourner la tête pour la voir. Il fallait pourtant que la voix vienne confirmer le rythme et en marquer la signature. Les lèvres de la brune s'étirèrent doucement. Une pareille visite la réjouissait, et la bonne humeur chassa sa crainte d'être découverte dans ses petites manigances. Le fauteuil pivota sur lui-même avant qu'elle se relève d'un geste plein de grâce. « Oh, bonjour. » Une simple formule qui masquait sa joie. Cela faisait quelque temps qu'elle ne l'avait pas vu. Réprimer son envie de lui sauter au cou pour l'embrasser sur les joues comme elle se l'autorisait autrefois, lorsqu'ils n'étaient encore que des chenilles qui se tortillaient à peine sur la toile de la vie fut plus difficile qu'elle ne l'aurait cru. Avec simplicité, elle s'approcha de lui et se hissa sur la pointe des pieds pour lui déposer un baiser sur le front. Emily n'était pas particulièrement petite, pour une femme, mais son frère avait toujours été plus grand que tous les autres, et de toutes les manières possibles. « Tout va bien. Les choses sont figées dans leur étonnante perfection, et je commence à m'ennuyer. Cela dit, ce n'est pas à moi qu'il faut poser la question. Tu as le regard d'un homme libre qu'on voudrait marier de force. » Le sarcasme qui perçait se mua en inquiétude. Il était rare que l'Auror laisse ainsi ses émotions tracer les lignes de son visage fier. « Je suppose que toute cette histoire nécessite une tranquillité absolue. Assieds-toi, je t'en prie. Je te demande juste une seconde. » Espérant qu'il ne s'impatienterait pas, elle lui désigna le fauteuil au confort indéniable. Jamais il ne la blâmerait de se servir de la magie pour que leur discussion ne soit pas écoutée. La confiance accordée à Miranda se heurtait à de sérieuses limites, et même si elle était aussi efficace que discrète dans son service, certaines circonstances impliquaient des moyens moins recommandables.

La brune s'élança vers la fenêtre qu'elle ouvrit en grand avant de pénétrer sur la terrasse. L'obscurité ne tarderait pas à tomber sur les environs, elle le sentait. Cela arrangeait ses affaires, et empêcherait ses chers enfants de poser des questions auxquelles elle ne voudrait pas répondre. Sans se départir de son habituel air impassible, elle descendit les marches de pierre et se dirigea vers un mur en apparence anodin. Sa main se posa sur l'un des blocs rocheux qui sembla se recroqueviller sur lui-même. Un passage s'entrouvrit. La silhouette disparut à l'intérieur. Ses doigts se posèrent sur la terre battue. Des ondes effrayantes pulsaient contre le sol. « Mortem Impero. » Un instant, elle suffoqua, et son souffle coupé s'engouffra entre des lèvres à demi décomposées. Quelquefois, la sorcière n'avait pas besoin de sa baguette _ qui vibrait pourtant sous sa robe _ pour appeler les morts. C'était le lien qu'elle entretenait avec la créature qui se relevait doucement, s'extirpant d'un monde qui aurait dû toujours la garder qui lui permettait une telle prouesse. Ce n'était pas la première fois qu'elle la réveillait, et ce ne serait pas la dernière. « Assure-toi que ceux qui voudraient écouter ma conversation le regrettent, et ramène-les jusqu'à moi. Va, Infans. » L'odieux mort-vivant bondit sur ce qui lui restait de jambes, et émit un léger sifflement. La jeune femme n'était pas certaine qu'il ait bien compris ce qu'elle lui disait, comme à chaque fois, mais il ne la décevait jamais. Avec une quasi affection, elle lui caressa la tête et sortit sans plus attendre. La bête sautillait à côté d'elle et finit par se ruer vers la forêt qui bordait le domaine. Pour le moment, le soleil attaquait sa chair, mais les nuages se dressaient à l'horizon. Le petit manège d'Emily ne dura qu'une minute et elle remonta dans sa chambre. Azraël semblait avoir à peine bougé, ce qui confirma l'impression frappante que rien n'allait. Il lui fallut faire preuve de fermeté pour empêcher son cœur de se réjouir. Qu'il vienne à elle lorsque les choses ne tournaient plus diffusait une chaleur regrettable dans son corps. Emily s'approcha de lui. La préoccupation lui fit froncer les sourcils. « Que s'est-il passé, Az ? » S'il ne lui disait rien, elle ne pourrait rien faire. Songeuse, elle attrapa le verre de Whisky qui séjournait sur le bureau et le lui tendit d'un air interrogateur.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 22 Jan - 13:42

Thème


Le regard du sorcier s'attarda sur le beau visage de sa soeur et il se perdit durant une seconde dans ses prunelles bleues. Azraël ne baisa pas les yeux, et un sourire vient flotter sur ses lèvres au baiser de sa soeur. Emily était la seule femme à le voir dans toute la vérité de son âme, la seule femme à pouvoir voir derrière les masques et les mensonges. Avec elle, il avait toujours été entier. Avec elle, il ne mentait pas, même si par instant il aurait aimé. Elle savait trop de chose contre lui, trop de chose dont elle pouvait se servir avec une perfection sans faille. Et pourtant, ce qui faisait naitre ce soir un ligne inquiète sur le front du sorcier était inconnu de cette soeur qui aurait pu être sa jumelle dans un autre monde. Elle ne savait pas. Elle ne saurait pas. Lui même apprenait lentement à jongler avec sa paternité.

Ses iris roulèrent dans leurs orbites à ses paroles. Voilà longtemps qu'on voulait le marier et maintenant que ses parents n'étaient plus de ce monde, c'était Emily qui jouait à ce nouveau jeu étrange. Il était libre, libre comme le vent. Mais aujourd'hui, il se mentait. Il sentait dans sa poitrine son coeur qui commençait lentement à battre, qui lui apprenait avec langueur qu'il avait été un fou de se mentir et de se trahir. Azraël était si faible alors que la fatigue s'inscrivait sur ses traits, alors que ses rêves lui rapportaient avec violence le visage de Thémis, alors qui redécouvrait lentement une inquiétude qu'il n'avait jamais connu que pour les siens. Il se rongeait les sangs à la chercher sur le chemin de traverse et à ne pas le voir. Il se haïssait de repenser avec plus de clarté qu'autrefois à la nuit qu'ils avaient passé. Il devait tout oublier. Sans exception.

Il n'eut besoin de répondre à la question, s'asseyant. Ses iris suivirent le chemin de sa soeur, regardant sa silhouette briller dans l'obscurité glaciale de la fenêtre qu'elle ouvrit, faisant entrer une fraicheur qui tenta de remettre les idées d'Azraël au clair. C'était vain. Il se perdit dans la contemplation de l'extérieur alors que son coeur pulsait dans sa poitrine aux souvenirs qui venaient s'y accrocher avec violence. Le sorcier poussa un léger soupir avant de fermer les yeux, son index venant trouver sa tempe, comme à chaque fois qu'il tentait de réfléchir. La voix d'Emily lui fit rouvrir les yeux. Il ne dit rien durant quelques secondes, se contentant de prendre le verre qu'elle lui avait tendu. Il but une gorgée de l'alcool ambré, appréciant avec délectation son goût unique. Le silence s'installa quelques secondes, seulement rompu par les bruits du bois qui travaillait dans la charpente ancienne du manoir. Azraël fini son verre d'un seul coup, ne frissonna pas sous la brulure de l'alcool et le posa sur la table à sa droite. Ses yeux retournèrent à ceux de sa soeur et il ouvrit enfin la bouche.

J'ai fais une erreur. J'ai tué quelqu'un. Ses mots firent naitre un bref rire sur les lèvres du sorcier, ressemblant plus à un aboiement. Il riait jaune. Et intérieurement, il ne savait s'il devait dire la vérité, s'il devait lui confier quelque chose qu'il gardait secret depuis des années, qui lui rongeait lentement le coeur. Les protecteurs ont prit le dossier. pour faire plus simple, je me suis enfoncé dans un bourbier dont je vais avoir du mal à me sortir. Ajoute à ça que ton très cher frère se fait lentement happé par les beaux yeux d'une femme et tu as un combo qui explique ça. De la main, il montra son visage, ses cernes et l'inquiétude dans ses yeux. Il y avait bien d'autre détail qui s'ajoutait à cette douloureuse réalité. Azraël sentait ses pouvoirs être moins puissants. La magie qui roulait dans ses veines refusait de lui obéir avec autant de force qu'autrefois. Il perdait ce contrôle qu'il avait toujours gardé sur sa vie. Et il multipliait les erreurs.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 29 Jan - 17:31




La sorcière ne put s’empêcher de hausser un sourcil interrogateur aux premières paroles de son frère. Son premier meurtre remontait à un temps si lointain qu’il lui semblait ancestral, et elle se souvenait parfaitement de l’absence totale d’états d’âme dont il avait alors fait preuve. Sans le presser, elle attendit la suite. Emily savait plus que n’importe qui que son frère ne se confiait qu’en de rares occasions, et qu’il ne fallait jamais les gâcher sous peine de les voir disparaître pour des mois. La dernière partie de sa déclaration la pétrifia sur place. L’espace d’une seconde, elle pâlit. La situation était grave. Sans doute attendait-il une réaction quelconque. La brune ne pouvait prononcer la moindre parole réconfortante. Son coeur se serra, meurtri par une douleur qu’elle savait irréparable. « Ainsi donc le grand Azraël succombe finalement à ce mal qui emporte toutes ses conquêtes. » Elle ne put effacer la raillerie de sa voix, une raillerie qui camouflait une souffrance amère. Lorsqu’il ne se souciait guère des créatures avec lesquelles il partageait ses nuits, elle parvenait à supporter qu’il se tourne vers elle comme s’il s’agissait de sa sœur chérie et non de son amante. Seulement, si une inconnue prenait l’étroite place qui lui était réservée, que deviendrait-elle ? La brune ne pourrait tolérer qu’une autre s’installe là où elle rêvait d’être. Une envie dévorante de découvrir le nom de cette effrontée qui osait lui dérober ce qui lui revenait de droit la saisit. Son masque d’impassibilité vacillait.

Un instant, elle baissa la tête pour réfléchir. Il ne fallait pas que son costume lui échappe ; pas maintenant. Pour se donner une contenance et s’offrir quelques secondes supplémentaires pour se reprendre, elle évita soigneusement le regard de son frère qui ne cherchait pourtant que son soutien et ouvrit l’un des tiroirs du bureau pour en sortir un verre qu’elle prit soin de remplir. Sourde à tout ce qui hurlait en elle et menaçait de l’emporter à tout moment, elle servit également l’autre verre qu’Azraël avait vidé d’une traite. Peut-être… Sans doute se trompait-il. Après tout, un homme qui n’avait jamais été amoureux pouvait aisément confondre les battements de son propre coeur avec la résonance d’un autre. Emily devait le soutenir, comme elle l’avait toujours fait, et garder son sang-froid était une exigence à laquelle elle ne pouvait se dérober. Chaque chose en son temps. Le chagrin viendrait ensuite, au cas où ces odieux propos se teinteraient de vérité. Avant tout, elle devait découvrir et réparer ce qui le poussait à se négliger de la sorte. D’un air préoccupé, elle balança les livres sur le sol et s’assit sur le bureau, à la recherche d’une formulation qui ne la trahirait pas. « Allons, tu es amoureux ; qu’est-ce que cela fait ? L’amour est un compagnon capricieux, Azraël. Il te prend, il t’emporte vers des rivages que tu n’imaginais même pas, il arrache le souffle de ta poitrine pour le disperser aux quatre vents, il murmure des mensonges à ton sommeil troublé, il fait entrer en toi ces choses que tu croyais impossibles et interdites, il te gonfle de joie et d’orgueil, il t’élève vers l’horizon sans faillir. Et puis un jour, il te laisse, comme si tout n’avait jamais existé, et le souvenir qu’il te reste n’a pas l’ombre de sa fureur. Tu aimes ; cela passera. » La conviction qui crevait ses mots ne venait que de l’espérance à laquelle elle s’accrochait avec ferveur. Le temps ferait son travail.

Le verre retrouva sa place sur le rebord du bureau. Emily n’avait plus envie de boire. Son arrogance trouvait partout une consolation ; et refuser une réalité qui n’existerait plus demain n’était pas un crime. L’inquiétude s’évanouissait peu à peu. La sorcière ne laissait jamais longtemps la place au doute : quelle qu’elle soit, il lui fallait une certitude. « Crois bien que je comprends ta détresse. Il n’est pas facile d’être amoureux. Si cela te plaît, profite de cet amour tant qu’il dure. Si tu le rejettes, tu commettras des imprudences que tu regretteras bien plus. Cela dit, je ne garantis pas que tout ira mieux si tu t’y abandonnes. C’est un risque à prendre. Quoi qu’il en soit, il me semble que ton état actuel est lié à cette passion qui te prend. Il faut y remédier. Ce ne sera qu’une passade, tu verras. Apprends à dompter cet amour, et il s’effacera. » La brune croisa ses bras sur sa poitrine. Elle connaissait parfaitement les folies qui naissaient de cet incontrôlable sentiment. « Venons-en au meurtre. Je suppose que tes préoccupations ne sont pas étrangères à cette erreur. Mais si tu ne me dis rien, je ne pourrais pas t’aider. Cela étant, les Protecteurs ne sont pas intouchables. Savent-ils que tu es coupable ? Y a-t-il des preuves ? Sais-tu qui est en charge du dossier ? » La sorcière ne pouvait se résoudre à penser que son frère se soit laissé distraire au point que ses ennemis disposent de preuves joliment ficelées et d’un nom à faire tomber. Une nouvelle envie s’éveillait en elle, et elle savait qu’elle ne trouverait pas le repos tant que sa propre chair ne serait pas tirée d’affaire. Avec un demi-sourire, elle attendait sa réponse. Il suffisait parfois de quelques mots pour rompre l’ennui.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 5 Fév - 13:57

Thème


Il se perdit dans les yeux de sa soeur, s'oubliant dans l'océan qui voyait s'écraser avec violence contre les parois de sa conscience. Il ne voulait pas lire dans ses pensées et musela ses pouvoirs. De toute manière, il voyait trop de chose dans les yeux qui s'éloignèrent finalement des siens. La relation qu'il entretenait avec Emily avait toujours été embrassé par quelque chose de terrible qui le faisait sombrer dans la noirceur de leur coeur. Ils étaient plus sombres l'un que l'autre et s’entraînaient mutuellement dans des profondeurs abyssales dont ils ne remonteraient jamais. Les sentiments qu'ils se portaient étaient bien trop particuliers, bien forts et bien trop destructeurs. Emily était la seule femme qu'il n'avait jamais aimé, de cet amour fraternel qui l'avait bien trop souvent trahit. Il avait déjà vu d'autre chose dans le corps aux formes parfaites de cette soeur qui était devenu comme une jumelle qu'il ne connaissait que trop bien à travers les années qui les avaient soudées pour ne faire deux qu'un ensemble mortel. Il s'était déjà attardé quelques secondes de trop sur sa plastique plantureuses. Jusqu'à s'en mettre des gifles. Il n'était pas un Carrow, pas même un monstre. Il n'avait pourtant jamais connu une femme aussi bien qu'Emily. Il n'avait pourtant jamais été si proche et si lointain à la fois. La déclaration du sorcier changeait leur monde si parfaitement semblables. Il s'éloignait. Il disparaissait dans d'autres prunelles qui le happaient. Thémis prenait lentement le contrôle d'un coeur qu'il avait offert à Emily pour l'éternité. Thémis faisait disparaître celle vers qui il revenait toujours comme un animal bien dressé. Emily lui avait apprit la force des femmes sur les hommes. Mais il n'avait écouté ses enseignements en se laissait happer par une autre.

Elle ne pouvait imaginer ce qui le forçait à ne pouvoir oublier. Elle ne pouvait savoir le passé qui s'attachait aux sentiments étranges qu'il découvrait dans les bras d'une autre. Mais il tentait de s'accrocher à ses paroles. Emily devait parfaitement savoir qu'il ne voulait tomber amoureux, qu'il voulait oublier avec délectation cette femme qui s'attachait lentement à lui, lui passant les menottes de l'inquiétude et de l'envie. Il désirait Thémis un peu plus à chaque secondes passées loin d'elle. Il la voulait sienne pour l'éternité. Peut-être se trompait-il. Qui lui assurait que les sentiments qu'il éprouvait n'étaient en vérité une envie malsaine d'être maître d'un jouet qu'on lui avait volé ? S'il voulait tant la mort de Filius, peut-être était-ce seulement un caprice d'enfant trop gâté. Emily avait raison. Emily avait toujours raison. Ses sentiments passeraient. Et pourtant il sentait encore la douceur de la tessiture de ses promesses et le plaisir qu'il avait prit à la susurrer.

Une certaine Ridgebit. La capitaine des protecteurs, pas n'importe quelle garce. Ils ont prit l'une des meilleurs. Mon dossier les intéresse. Depuis le temps qu'ils veulent me faire tomber voilà qu'ils ont mit la main sur quelques chose qui pourrait entraîner une chute qu'ils désirent plus que tout. Le sorcier poussa un soupir, avant de chercher les yeux si bleus de sa soeur. Les Protecteurs savent que je les déteste et que je ferais tout pour les détruire. Ils veulent me supprimer avant. Certain n'ont jamais compris comment j'avais pu m'en sortir avec cette marque sur mon bras. Azraël baissa légèrement la tête jusqu'à ce dessin qui n'avait plus bougé depuis ce qui lui semblait des siècles. Jusqu'à ce dessin qu'Emily avait toujours méprisé pour ce qu'il représentait. Il y a des secrets que j'ai depuis toujours gardé pour moi. Que je ne t'ai même jamais dit à toi. Une fois de plus, Azraël plongea ses yeux dans ceux de sa soeur. Ses prunelles brillaient d'une lueur d’inquiétude qui voulait tout dire sur ce qui battait dans son ceour. Il y a dix huit ans, j'ai foutu enceinte une femme. La même qui aujourd'hui s'accapare mon coeur. Je m'étais juré de ne jamais la revoir. Mais les promesses sont faciles à faire et jamais à réaliser.

Le sorcier fini par se lever. Il avait besoin de marcher pour mieux réfléchir, pour mieux s'éloigner de sa soeur. Il sentait sa noirceur dans la magie qui s'échappait de ses mains. Il sentait son aura au combien cruel, aussi dangereux qu'une plante vénéneuse. Emily était pire encore que lui. Elle maîtrisait des mondes qu'il n'avait pu que voir. Elle était plus puissante encore. C'était le joyau des Rosier, un joyau bien caché derrière une enveloppe de merveille. Durant un instant, les yeux bleus de la dangereuse créature flottèrent devant lui. Avant qu'il ne finisse par changer de direction.

Aujourd'hui, cette gamine est sous mes ordres. Elle est devenu auror. Je ne sais par quelle magie mais elle me ressemble. Tu l'as déjà vu tant de fois. Ses yeux noirs ont fait jaser dans bien des réunions des sangs purs. Il déglutit, plantant ses yeux sur l'horizon qui s'assombrissait déjà. Le soleil disparaissait derrière la beauté des vertes étendues d’Angleterre. Bientôt la nuit recouvrirait tout. Elle s'est mise en danger une nuit. Elle s'est faite agressée par un gamin qui prônait la pureté du sang. Il a tué une de ses amies et elle... Elle s'est interposée. Je n'ai pas pu m'empêcher de vouloir la sauver. J'ai buté le gamin. Et les protecteurs ont voulu récupérer le dossier, jurant que cet idiot faisait parti du SPMB.

Il ne pouvait être compromit. Il avait tout fait à la perfection. Il avait nettoyé sa baguette des sorts impardonnables qu'il avait lancé. Mais il avait tué et un meurtre ne pouvait être excusé aussi facilement. Il risquait gros si la moindre chose se savait. Aisha serait interrogée. Et il ne savait si elle le défendrait ou non.

Je ne contrôle plus rien Mimi. Plus rien du tout. Le monde s'écroule sous moi et je me contente de regarder, comme si j'étais attaché et impuissant. Ma magie est moins puissante. Je ne contrôle plus aussi bien mes pouvoirs. Comme si on essayait de me faire passer un message. Je ne devrais pas aimer cette femme. Je ne devrais pas aimer ma propre fille. La solitude me sied bien plus. Mais je n'arrive à les oublier. Dès que je fermes les yeux je la vois. Dès que je la sais en danger mon coeur bat plus vite.

Et dans les yeux du sorcier brillait la suite. Brillaient des mots qu'il ne pouvait exprimer. J'ai peur Mimi. J'ai peur du futur. Pour la première fois depuis ce qui semblait des siècles brillait ce sentiment qu'il ne connaissait pas dans ses yeux. Il était du mauvais côté de la barrière. Près à tomber dans un gouffre qui l'avalerait pour ne jamais le recracher.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Sam 11 Mar - 22:15




La brune préférait laisser de côté les conséquences des derniers aveux de son frère. Le poison qui coulait de sa bouche meurtrissait son coeur, et si elle avait toujours été persuadée que rien ne la touchait à tel point qu’elle ne puisse pas s’en relever, cette certitude vacillait avec une lenteur désastreuse. L’impression crispante qu’Azraël la remplaçait par une inconnue posait sur sa langue un arrière-goût de fer morbide. Ce n’était pas elle qu’il trahissait en s’éprenant d’une autre ; c’était lui, et la révélation effaçait bien davantage que ses illusions parfaites. Sans se presser le moins du monde, elle ouvrit l’un des tiroirs d’un énième meuble dont elle ne savait que faire et s’empara d’une bouteille d’alcool qu’elle ne débouchait qu’en de rares occasions. Les circonstances exigeaient néanmoins que quelque chose vienne éclairer son esprit avant qu’il ne s’éteigne tout à fait. « Tu as été imprudent, Azraël. » Sans doute n’avait-il pas besoin qu’elle lui rappelle ses erreurs, mais elle ne s’embarrassait jamais avec lui. Seuls les enfants étaient bons à être ménagés, et il fallait qu’il réagisse, d’une manière ou d’une autre. « On m’a déjà dit quelques mots sur cette jeune femme, et je dois admettre que te tirer d’affaire ne va pas être facile. De ce que je sais, elle ressemble à ces chiens qui ne lâchent leur os que lorsqu’il se casse. Il va falloir enquêter plus en détail sur ces fouines. » Et pour obtenir des informations, elle disposait d’atouts dont personne n’oserait douter. Cela faisait plusieurs années que les Protecteurs gardaient un œil dégoulinant de méfiance sur les anciens Mangemorts, et un jour ou l’autre, il faudrait que l’un des camps tombe. Il suffisait souvent d’un léger coup de pouce pour que les dominos s’effondrent. Bien sûr, sa discrétion ne lui faciliterait pas la tâche, mais aucun Sorcier ne lui avait encore refusé le moindre service qu’elle transformait en privilège. Un sourire mesquin courba ses lèvres.

En revanche, son emprise sur lui s’effritait, et elle le sentait. Ce qu’il lui dévoila lui glaça le sang, et elle manqua faire éclater le verre sous ses doigts. Le liquide trembla. Au-delà de cet amour déraisonnable qu’il prétendait éprouver comme le ferait un adolescent naïf, c’était le mensonge qui éclatait peu à peu, illuminant ce qu’elle avait toujours considéré comme des détails sans importance. Bien entendu, chacun avait ses petits secrets, et cela valait mieux qu’aucun d’eux n’apprenne ceux de l’autre. Ses doigts passèrent de la bouteille à l’épaule de son frère qui la surplombait. « Ce n’est que de la nostalgie. Sans doute te souviens-tu de cette époque où rien ne se mettait en travers de ta route et où tu marchais sur le monde avec la fierté d’un lion et l’arrogance d’un roi. Le doute qui te hante aujourd’hui disparaît lorsqu’elle te cajole, n’est-ce pas ? Elle n’est qu’un miroir, Azraël, un miroir d’un passé que tu as peur de ne jamais retrouver. » D’un mouvement presque tendre, elle lui caressa la joue avec un sourire triste. Il était tellement plus simple de jouer avec les mots qu’avec les coeurs… À présent éloignée de lui elle posa la tête contre la fenêtre pour profiter de sa fraîcheur. La magie produisait sur elle des effets de plus en plus étranges, et la chaleur qui baignait sa peau méritait qu’on l’apaise. Un instant, elle crut distinguer le visage de l’Infans à travers les noires silhouettes des sapins entremêlés. Une enfant devenue Auror, qui devait avoir l’âge des siens, ou peut-être un peu plus. Il fallait admettre que leurs cachotteries se ressemblaient, en fin de compte. « Au moins peux-tu te targuer d’avoir une progéniture ambitieuse. » Un ricanement se bloqua au fond de sa gorge. Elle jeta un coup d’oeil à l’obscurité qui s’étendait là, dehors, près d’elle, à peine séparée de son corps par un espace invisible qui se briserait d’un geste de la main.

Comme elle aurait aimé le mépriser, et comme elle aurait aimé sentir ses os craquer sous ses propres doigts… La tête appuyée contre le verre, elle retint l’envie de frapper la glace qui montait en elle. La violence gagnait du terrain, peu à peu, et elle n’était pas certaine de pouvoir se contrôler indéfiniment. Il ne pouvait comprendre sa douleur, et elle ne pouvait l’en blâmer. Une étincelle courroucé dans le regard, elle s’approcha de lui pour lui administrer une légère tape sur la joue, dépourvue de force. En d’autres circonstances, elle n’aurait pas hésité à gifler l’imbécile qui se serait permis de conserver de tels secrets. « Cesse d’agir comme un enfant. Jusqu’à aujourd’hui, la vie a toujours cédé à tes caprices, et ne prétends pas le contraire. Il est peut-être temps de grandir. » Ennuyée par toute cette histoire, elle passa les mains aux racines de ses cheveux pour les saisir doucement. Un besoin impérieux de hurler et de le chasser à jamais la tenaillait. Pourtant, elle résistait, sans savoir pourquoi. Emily ne pouvait se défaire de la morsure de ses yeux noirs. Pour se reprendre, elle se mit à faire quelques pas dans la pièce, revenant auprès de la fenêtre qu’elle entrouvrit légèrement. L’air frais de l’extérieur calmait son esprit en ébullition. « Laisse-moi te dire une chose. Si cette gamine a eu la bêtise de se retrouver au coeur d’une pareille affaire et s’est révélée incapable de se débarrasser des agresseurs, elle ne dénoncera certainement pas l’homme qui lui a sauvé la vie. » Aux yeux de la brune, employer des menaces n’était même pas nécessaire. Il suffisait de compter sur cette curieuse tendance des êtres humains à éprouver une reconnaissance inappropriée à l’égard de ceux qui les aidaient. Ses lèvres affichèrent une moue contrariée. « En revanche, que tu m’aies caché ce genre d’événement est… Regrettable. Y-a-t-il d’autres gens au courant ? » Elle releva la tête vers le reflet de son frère qui se dessinait en vagues contours sur le verre, et elle tressaillit. Pouvait-elle le consoler au-delà de ce que la raison exigeait ? La Selwyn n’aspirait qu’à poser son front contre le sien et à se blottir sous une couverture jusqu’au lendemain comme ils le faisaient autrefois. Fallait-il qu'elle se montre cette soeur chaleureuse qu'elle ne pouvait être sans que la culpabilité ne ronge ses entrailles ? « Je suis navrée de te l’apprendre, mais il est impossible de toujours contrôler le moindre événement de nos vies. La plupart du temps, on se contente de limiter les dégâts sans même être capable de tout prédire. C’est une question de hasard, et quelquefois de chance. Cela dit, je suis certaine que tu peux reprendre en main la situation. Ne te laisse abattre par des fantômes et des suppositions. Ta puissance ne disparaît pas, elle se cache parce que tu ne la maîtrises plus, et la magie aime ses petits caprices. Il suffit d'un peu de repos pour tirer tes idées au clair. Tu devrais essayer de prendre quelques jours de vacances loin de tous ces problèmes. » C’était absurde, et ils le savaient tous deux. Les obsessions ne s’effaçaient pas.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Mer 5 Avr - 23:43

Thème


Il accepta le verre, comme un enfant prit en faute écoutant les mots cruels qui se coulaient le long de son échine, qui venaient caresser sa peau et s'attarder là, juste au dessus du coeur. Prêt à s'enfoncer dans ce dernier pour mieux le tenir entre leurs doigts cruels et serrer. Serrer à l'en faire exploser. Serrer jusqu'à le faire suffoquer. Il sentait les mots courir, comme autant de minuscules épées de Damoclès au dessus de sa tête. Il savait qu'elle se planterait en lui, n'attendant que la bonne volonté de sa soeur. Une fois de plus, c'était Emily qui dirigeait le monde. Lui ne s'était qu'offert à celle dont il partageait le sang mais ne partagerait jamais la puissance ténébreuse. Il attendait, ses doigts tapotant contre le verre, faisant ondulé le liquide carmin qu'il ne portait pas à ses lèvres. Avec elle, il se montrait à la fois maître et élève. Il pouvait laisser éclater toute sa fureur comme n'être que le petit animal docile qu'il devenait alors que les reproches allaient finir par s'éclater contre les reliefs de son orgueil. Elle seule s'était offert ce droit sans lui laisser la possibilité de parler ou de refuser. Elle était restée cette plante si cruelle et les épines d'Emily suintaient d'un poison qu'Azraël ne pouvait que regarder couler le long de ses veines avec autour de langueur que le doigt de la belle sur sa joue. Un frison le prit mais il le contient, regardant simplement la sorcière arpenter les lieux comme une reine dans une cage trop petite pour elle malgré toutes ses dorures. Il se tait. Il écoute. Il attend.

Les mots qu'il attendait avec une envie presque masochiste viennent le saisir. Emily s'éloigne en même temps, refusant qu'il la touche ou l'approche. Il n'est qu'un fétu de paille rugissant contre les tempêtes qui viennent s'approprier sa vie. Il n'est plus ce lion qu'elle dépeint, il n'est plus ce dieu qu'elle a vu dans une autre vie. L'homme ambitieux se meurt lentement, suffoquant comme un poisson hors de l'eau. Il ouvre la bouche mais la referme aussitôt. Emily n'en a pas fini de le faire souffrir et il tend la joue pour espérer la caresse douloureuse des mots qu'elle lui envoie sans fléchir. Chaque parole est une nouvelle gifle le faisant sortir de cette eau noire où il s'enfonce lentement. Il relève pourtant la tête alors qu'elle s'approche de lui, détaillant un corps qu'il ne connaît que trop bien sans la moindre gène. Un sourire insolent grandit sur ses lèvres alors qu'il lui offre cette gorge trop blanche qu'elle dévoile en venant agripper entre ses doigts ses mèches brunes. Il la dévisage, sans se perdre dans ses yeux bleus si éblouissants. Mais leur splendeur est maintenant surplombé par une autre, qu'il ne peut oublier. Si Emily lisait dans ses pensées à cet instant présent, la gifle qu'il sentait courir sous ses muscles auraient retentit contre sa joue. Elle le lâche, et lui ne se démet de ce sourire insolent d'adolescent qu'il n'a offert à personne depuis longtemps mais qui grandira bientôt sur ses lèvres alors qu'il fera mourir la morgue d'un homme s'offrant quelque chose qui lui appartient. Azraël se réveille, enfin. Il l'écoute et ses yeux noirs se plantent sur le corps ô combien attirant de sa petite soeur. Oui, tout lui a toujours été dû. Car il est né homme et dieu dans un monde qui se cherchait un nouveau maître. Elle ne pouvait dire le contraire. Pendant combien d'année a-t-elle brillé à ses côtés ? Ou plutôt s'est-elle tapie dans l'ombre pour mieux enfoncer ses crocs de serpent dans la gorge qui passait trop proche ? Ils ne sont qu'un. Un seul et même mal qui étant lentement sa noirceur sur ceux qui les entourent.

Il releva le regard jusqu'à ce reflet qui lui renvoyait l'image du courroux. Il aurait aimé se perdre dans les pensées de la brune mais s'en empêcha. Emily était sa soeur. Il n'avait pas besoin de ça pour suivre la mince ligne qui se formait sur son front. Il la connaissait par coeur. Jusqu'au plus petit relief de sa vie que tous croyait si plate et monotone. Le sorcier inclina la tête sous le reproche qui pour une fois n'avait rien de muet. Oui, il avait tue quelque chose qu'elle aurait dû savoir. Il avait passé sous silence des faits qu'il n'avait pas désiré et qui s'étaient imposé à sa vie sous le visage d'une messagère bien trop belle. Mais comment lui avouer que c'était Thémis, cette amie autrefois si chère qu'il avait engrossé alors que leur mère venait de trépasser ? Qu'il s'était offert cette femme sans aucun droit et qu'il l'avait mené jusqu'à ses sommets avant de l'abandonner, comme toujours ? Emily n'aurait pas comprit. Pire encore, elle aurait été jalouse. Et si Azraël se plaisait à la voir de la sorte lorsqu'ils n'étaient que des adolescents, il avait apprit à ne plus faire naître le courroux de sa possessive petite soeur. Elle savait qu'il lui revenait toujours. Et qu'aujourd'hui, sans aucun état d'âme, il lui échappait.

Toujours aussi froide petite soeur. Glissa-t-il, charmeur, en se levant. Il réajusta sa chemise, avant de s'approcher de la belle. Le Rosier reprenait ses droits. Le visage faible qu'il avait montré disparaissait pour offrir un océan de possibilité à celui qu'il était vraiment. La faiblesse ne lui seyait pas. Toujours aussi méthodique dans tes réponses. Mais toujours aussi jalouse. Le sourire d'Azraël s'était fait sardonique. Des vacances. Comme pourrais-je m'offrir des vacances. Le mot tonna comme une insulte. La main droite du directeur se leva jusqu'à l'épaule de la sorcière, qu'il caressa du bout des doigts avant de finalement s'éloigner.

Il ne se rassit pas, se contentant d'attraper son verre et de le porter à ses lèvres. Emily était dangereuse et pourtant, comme toujours, il but une gorgée. Un jour, elle l’empoissonnerait. Un jour, elle le tuerait. Peut-être. Il n'en avait que faire. La mort ne lui faisait plus peur depuis qu'on avait posé sur son bras cette marque qui ne le brûlait plus.

Personne n'est au courant de ma paternité. Si ce n'est sa mère. Même Aisha ne le sait pas. Le nom était lancé, comme dit par le plus grand des hasards. Mais entre les deux Rosier, il n'y avait aucune place pour le hasard. Tout au plus pour l'incongru. Mais jamais un seul mot mal placé ne leur avait échappé. Ils ne faisaient pas d'erreur et s'étaient toujours entraînes ensemble. Emily s'était montrée plus douée que lui à ce jeu. L'âge avait fini par avoir raison de cette différence, la réduisant à quelques syllabes. Il n'y a plus que toi et cette femme que je te sens déjà haïr petite soeur. Il reposa son verre, souriant à nouveau. Insolent. Tu sais Emily, je n'oublie pas vraiment qui je suis dans ses bras pour la simple raison qu'ils me sont interdit par un mari jaloux que je finirais par tuer. Par égoïsme ou sympathie, je ne le sais pas encore. Mais je le tuerais. Voilà qui soulève une autre question. Tu seras de mon côté à ce moment là ? Tu viendras détruire les preuves de ma culpabilité ? Fidèle. Comme toujours. Car il n'y a qu'en son propre sang que l'on peut croire. Je te sens exaspérée de me voir ainsi, presque aussi faible que l'était père avant qu'il ne trouve la mort. Je ne suis pas aussi fou que lui. Je ne m'inclinerais devant personne, pas même elle. Je voulais juste que tu me réveilles et tu l'as fait. Comme toujours. Les yeux du sorcier s'attardèrent un instant sur les lèvres pleines de la belle, avant que les siennes ne s'étirent un peu plus. C'était un prédateur qui remplaçait le confident. Il ne la laissera pas le voir faible plus longtemps.

Il ne bougeait pas, attendant que le vautour que devenait sa soeur revienne voler autour de lui, accompagné par l'odeur acre de la mort. Et si tu revenais marcher à mes côtés Emily. Oublions cette inconnue. J'ai des plans en tête pour faire revenir notre famille comme des dieux. Qu'importe ma magie. Lorsque j'aurais trouvé la clef de cette prophétie dont tous ont peur, je deviendrais encore plus puissant qu'avant. Te souviens-tu des mots de père ? Pour le plus grand bien ? Alors viendrais-tu à ma droite pour le plus grand bien ? Les yeux d'Azraël brillaient d'une lueur peu commune. Il voyait un futur que seul son esprit lui envoyait. Et ce futur était glorieux.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Mer 19 Avr - 23:51




S’il fallait faire preuve d’une honnêteté sans faille, une colère sourde grondait dans les entrailles de la brune. À tout instant, sa rage menaçait de l’engloutir, emportant avec elle ce petit monde glacé et dépourvu de fissures qu’elle avait bâti sur les ruines de ses espoirs d’enfance. Qui avait osé lui dérober le coeur de son frère, le seul où il lui importait encore de planter ses griffes ? Sa mâchoire se contractait à intervalles réguliers, comme pour rejeter ce qu’elle sentait monter des tréfonds jusque-là éteints de son âme. Personne n’avait le droit de toucher Azraël, et si elle pardonnait aux autres femmes leurs étourderies, c’était uniquement parce qu’il les traitait avec un mépris qui valait toutes les peines. « Ne te méprends pas ; c’est ta liberté égarée que je jalouse, rien de plus. » Le mensonge sonnait creux, même à ses propres oreilles. À dire vrai, elle s’en moquait. Qu’il le remarque ou non, cela ne changeait rien à ce sentiment vague et confus qui s’emparait de tout son être. Ses lèvres paraissaient couvertes d’une substance incandescente qui lui donnait envie de cracher son venin jusqu’à ce que sa proie ne soit pas qu’un tas de cendres froides. Et pourtant, elle se taisait. Son regard suivait cet homme aux allures de dieu qui maltraitait ses origines avec l’indifférence effarouchée des rois.

La brune ne souleva pas la moindre question lorsqu’il mentionna finalement le nom. Les lettres se gravèrent sous son crâne pour y tambouriner avec la violence d’un marteau. Chaque coup qui résonnait en elle lui semblait un morceau de sa vie qui s’effondrait, et leur fracas lui renvoyait chacune de ses erreurs en pleine figure. À sa connaissance, aucune Aisha ne peuplait les environs, en dehors de la fille de Thémis. Et cette dernière connaissait suffisamment Emily pour savoir qu’elle n’aurait jamais accepté un tel affront. Son éternelle gentillesse la mettait hors de cause. Les oiseaux ne mordaient pas. En revanche, elle ferait payer la coupable, le moment venu, et mieux vaudrait qu’Azraël se soit détournée d’elle. « Comment peux-tu me demander une chose pareille ? Je n’ai pas oublié d’où je viens. Ce n’est pas parce que je porte le nom d’un autre que je ne te suis plus fidèle. » Certains jours, elle regrettait sa décision plus que tout au monde. Ce n’était que le sourire dévoré de cynisme de Lestat qui la retenait. Sa fille elle-même se transformait en une inconnue rongée de naïveté qu’elle aurait préféré renier. Mais son frère semblait tout à coup reprendre ses esprits. La proximité qui les liait à présent manqua lui couper le souffle. Par toutes les tombes qui remuaient le sol de l’Angleterre, combien elle aurait aimé sentir cette bouche arrogante faillir contre sa peau !

Seulement, certaines paroles ne disparaissaient plus lorsqu’on les prononçait, et Emily n’était pas de celles qui écoutaient d’une oreille distraite. Ignorant délibérément la conclusion du petit discours et la promesse de gloire qui embrasait des yeux qui n’étaient qu’un reflet des siens, elle pencha la tête sur le côté. Un rictus lui échappa. « Tu crois que je suis exaspérée, Azraël ? » Elle détacha presque chacune des lettres de son prénom comme pour se souvenir de l’humiliation qu’il lui infligeait sans même s’en rendre compte. Offrir une moitié de confiance à son propre sang, c’était le trahir entièrement. D’un geste brutal, ses doigts fins se rassemblèrent pour s’abattre sur la glace qui lui faisait face. Le verre entailla son poing, faisant surgir quelques gouttes d’un liquide sirupeux. La brune retira sa main, et ses prunelles dilatées par la colère s’attardèrent quelques secondes sur le rouge qui sillonnait ses empreintes. Le temps qu’elle se relève, contemplant les débris du miroir et son image brisée, une silhouette sombre se découpait à la fenêtre. Etait-ce le seul réconfort qui lui appartiendrait toujours ? Sans se presser, elle contourna les morceaux tranchants qui gisaient sur le sol et s’approcha de la vitre qu’elle ouvrit à moitié.

L’air froid de l’extérieur rejoignit ses veines glacées, et la tête de la créature qui surveillait les environs pénétra à travers l’ouverture. Un sourire triste déforma les lèvres de la brune. Sa voix ne lui appartenait plus. « In sanguine nati sumus, non morietur in sanguinem, et sanguinem vocat nobis. » Ses phalanges tracèrent un triangle ensanglanté sur le front de l’Infans. Affectueuse, elle y déposa un baiser avant de le congédier. Les effluves de sa magie flottèrent quelques secondes dans les airs. Cela l’enivrait et l’apaisait à la fois. La compagnie d’un cadavre était souvent plus prometteuse que celle d’un vivant. Il se nourrissait de sa force, et elle volait la vie qui ne battait plus en lui. L’idée sournoise de réveiller les macchabées du village pour aller frapper à la porte de l’imprudente qui lui dérobait son frère lui vint à l’esprit, et elle éclata de rire face à l’inquiétude légère que le masque du brun ne parvenait pas à dissimuler. Le calme revenu, elle se tourna vers lui en secouant la tête doucement pour l’avertir. « Ne défie pas la mort, mon frère. C’est une maîtresse capricieuse, et nul ne sait où elle frappera avant qu’elle ne le décide. » Que pouvait-il comprendre des desseins de la Grande Faucheuse, lui qui ne savait pas même la plier à sa volonté pour quelques heures ? Un sursaut d’orgueil consola son coeur blessé. La vengeance viendrait. Pour l’heure, il fallait se ressaisir. La brune louvoya jusqu’à ce corps divin qu’un destin odieux lui refusait. Son regard piqueté de malice se leva jusqu’aux ténèbres insondables de son jumeau. Une étrange sensation réchauffa son ventre. « Des projets, disais-tu ? Me voilà curieuse. Je serais toujours là où tu seras, Azraël. Et je suis certaine que nous pouvons tourner cette satanée prophétie à notre avantage. Il n’y a que les idiots pour y voir un cauchemar. Les fous y trouveront leur renaissance. » Non, il ne ressemblait en rien à leur père. D’une main attendrie, elle ébouriffa ses cheveux, le visage éclairé d’un sourire qui en disait long. Et le parfum de sa peau défendue l’emportait vers d’innommables rivages où elle frôlait l’interdit de ses bras.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Jeu 20 Avr - 1:30

Thème


Elle se débattait contre ses pensées. Azraël n'avait pas besoin de lire en elles pour le comprendre. Il voyait le regard de sa soeur et le venin qu'elle essayait de lancer. Mais l'acide de la Méduse ne le touchait plus. Il ne regardait plus les têtes censées le clouer au sol et avait trouvé en Thémis un bouclier bien trop fort contre sa soeur. Il ne luttait pourtant contre elle. Ils jouaient ensemble, ils marchaient dans la même direction, comme un seul Homme prêt à tout pour ses ambitions. Alors pourquoi devaient-ils devenir ennemi avec cette révélation qu'Emily ne voulait pas entendre ou comprendre ? Il sentait la jalousie de sa soeur, il la lisait dans ses iris comme entre les pages d'un livre qu'il connaîtrait par coeur. Emily ne pouvait lui mentir. Il prévoyait ses réactions avec une possibilité d'échec si faible. Elle le surprenait, encore. Quelque fois. Mais bien moins qu'avant. Alors lorsqu'il entendit ses mots, il me pu retenir un sourire en coin, moqueur et joueur.

Elle était là, à ses côtés, pour toujours. Comme deux êtres maudits qui se rebellaient contre ce monde qui les obligeait à porter des chaînes. Plus encore pour Emily qui pour lui. Elle avait dû épouser un homme et avait eu un soupçon de chance. Lui était libre comme l'air et voulait enrouler autour de son doigt une alliance qui lui enleverrait tout. Peut importait ce détail. Emily n'avait pas à le savoir. Car bien qu'il la connaisse, il ne pouvait réussir à prévoir sa réaction lorsqu'elle apprendrait la vérité. Lorsqu'elle saurait ce qu'il était capable de faire pour celle qui lui avait volé son coeur sans aucune pitié et qui chassait lentement sa soeur vers d'autres rivages bien lointain de l'amour particulier qu'il lui portait. Il s'éloignait, lentement. Redevenant un simple frère et non ce compagnon inséparable qu'il avait été pendant trop d'années. Il ne s'attendait pas à son geste. Bien à ses paroles mais certainement pas à la voir frapper de toutes ses forces dans le miroir qui lui faisait face. Son mouvement en avant fut interrompu lorsqu'il croisa ses yeux bleus. Il y lu de la colère et, tout au fond, quelque chose qu'il n'avait pas vu depuis des années. Elle pensait qu'il l'oublierait. Qu'il la laisserait là, seule, sans lui. Pour une autre créature qui prenait bien trop de place dans son coeur.

Il recula alors en voyant ce qui se tenait dans l'embrasure de la porte. Emily avait toujours jouée avec la mort. Elle avait fait de cette dernière une amie plutôt que quelque chose à craindre. Elle se jouait de toutes les créatures qu'Elle enlevait au monde, parfois trop tôt, parfois trop tard. Emily leur offrait la vie là où Elle avait tout prit. Il frissonna, une seconde, en entendant les mots latins qui soufflait sa cassis jumelle. Elle nourrissait la créature de son sang. Elle avait tant de pouvoir, bien plus que lui. Leur particularité les différenciaient mais Azraël avait toujours su, même lorsqu'ils n'étaient que deux bambins découvrant leur pouvoir qu'Emily était promise à quelque chose d'immense. Que coulait dans ses veines la puissance des plus anciens mages. Lui travaillait d'arrache pied pour obtenir ce qui était inné chez sa soeur. Elle n'aurait été de son sang, il l'aurait jalousé. Il n'éprouvait maintenant au contraire que de la fierté. Emily était et resterait pour toujours une Rosier. Quoi qu'en dise le nom qu'elle devait porter pour le convenance.

Elle revient alors vers lui, après avoir nourrir cette improbable créature. Les yeux d'Azraël brillaient, une seconde de trop. La mort ne lui répondait pas, ne l'écoutait pas. Mais le feu vert lancé par sa baguette rongeait tout, qu'importe ce que la Faucheuse avait choisi pour ceux qu'il visait. Filius mourrait, par haine, par jalousie et par pitié. Par... bonté. De simples mots qui lui donnaient envie de vomir. Les Rosier n'étaient que la puissance. Il n'y avait aucune place pour la moindre faiblesse dans leur esprit. Il tuerait car cela l'arrangerait. Pour rien d'autre. Emily ne le verrait pas faible en plus de le voir amoureux, il se le jurait. Il n'aurait pas peur, jamais.

J'ai abandonné nos ambitions d'enfance. Père avait tord. Les hommes ne sont pas prêt à apprendre d'eux même. Ils ont besoin d'un leader. D'un dirigeant qui les fera tomber au moment opportun. Il sourit, avant de s'éloigner d'elle. Sa proximité lui donnait envie de commettre l'irréparable. Aux côtés d'Emily, il en venait presque à oublier Thémis. Tu sais qui était un imbécile. Il a voulu prendre le pouvoir dans la terreur sans que personne ne comprenne. Il ne se battait que pour un petit nombre. Je me battrais pour le plus grand bien. Pour tous les sorciers qui me suivront. Qui nous suivrons. Nous sommes fait pour diriger, par pour suivre un imbécile de ministre. Il mourra, de la main d'un SPMB, sans qu'on ne puisse remonter jusqu'à moi même si les suprémates tombent. Je ne suis pas à l'origine de cette idée. On ne demandera sûrement de le remplacer. Je ne le ferais pas, pas tout de suite. Je dois régler des affaires avant. Essaye de t'arranger pour que les votes de directeurs aillent aux bonnes personnes. Il se rapprocha du bureau, sans plus un regard pour le cadavre qui avait déjà disparu, ne laissant derrière lui que la puissance caractéristique de sa soeur. Je sais parfaitement que tu n'as jamais trahit les Rosier petite soeur. Qu'au fond de toi, tu es des nôtres, qu'importe le nom que tu portes. Ne cherches-tu donc pas à te débarrasser de cet époux trop présent ? Le surnom de veuve noire t'irait pourtant à ravir.

Il se servit un verre, un sourire flottant sur ses lèvres alors qu'il la regardait. Elle était bien trop belle et bien trop dangereuse. Mais pour la haute société, elle n'était qu'une femme terriblement attirante au regard qui en avait déjà fait sombrer plus d'un. Elle n'était cette terrible froideur qu'il sentait, elle n'était cette glace dont étaient composés ses iris et qui le ferait toujours frémir.

Tu les connais tous. Qu'importe la nature de leur sang, je sais parfaitement que tu as su te faire des amis au bon endroit. Fait en sorte qu'ils n'oublient pas ta personne au moment où ils devront voter pour un nouveau dirigeant. Et n'oublie pas que je veux un sang pur. Il serait pas à même de comprendre ce que nous désirons.

Le frère et la soeur étaient réuni. Dans des plans machiavéliques qui bourdonnaient dans l'esprit d'Azraël. Le pouvoir lui brûlait lentement les doigts et lui plongeait plus loin encore ses mains dans le feu. Il appréciait cette caresse qui le détruisait. Jusqu'ici, il s'en était toujours sorti avec des pirouettes. Pourquoi cela changerait-il ?


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Dim 7 Mai - 1:15



Le jour était finalement venu. Azraël ne baissait plus les yeux face à elle. De furieuses pensées battaient sous le crâne de la brune qui tentait de conserver son calme par tous les moyens. Il faudrait retrouver cette garce qui lui dérobait un coeur jumeau du sien pour lui arracher la peau couche après couche, et ne l’autoriser à mourir que de la main de celui qui l’aimait. Oui, cela aurait été une vengeance convenable, douce comme un lever de soleil sur un cimetière, à l’instant figé où la vie reprend ses droits sur les ombres. Seulement, il fallait prétendre ne rien prévoir, se contenter d’écouter et d’agir en silence, et sourire encore. Ce n’était pas le bon moment. Il devait tomber d’abord, et elle le relèverait en lui brisant les genoux à mains nues. Aux paroles de son frère, elle ne put s’empêcher d’esquisser un sourire moqueur qu’il ne pouvait voir. « Et tu t’imagines pouvoir devenir leur leader parce que tu succombes à leurs faiblesses ? » Et par toutes les tombes de l’Angleterre, comme elle aurait aimé qu’il ne lui montre jamais ce visage tourmenté de larmes. Le destin lui volait une seconde fois ce qui n’avait jamais vraiment été à elle. Le regard lointain, elle songea que seuls les morts ne la trahissaient pas. Devait-elle s’abandonner à cette puissance funeste qui tremblait violemment sous ses traits d’ange ?

S’il y avait bien une seule manière au monde de la distraire de ses noirs projets à l’encontre de la traînée qui s’autorisait à poser ses mains sur un homme qui ne devait être qu’à elle, Azraël venait de la trouver. Ses ambitions soudain révélées offraient à la brune un instant de répit, et sa colère s’enfouit au fond de ses entrailles, balayée par un désir qui les unissait depuis toujours. Pourtant, il fallait recommander la prudence. Bien sûr, l’arrogance de son frère était à la hauteur de ses capacités, mais elle préférait s’assurer qu’il ne commette pas un nouvel impair. Le nom de sa famille ne pouvait être entaché par une imprudence. « Il a eu son utilité, à une époque. Comme chacun d’entre nous. Ne crois pas que tu seras meilleur, le moment venu ; le temps ne t’épargnera pas. Cela dit... » La brune se coula jusqu’à lui. Sans lui laisser le temps de réagir, elle fit glisser son pouce sur la lèvre inférieure du brun, détachant chaque mot avec un ton presque sensuel. « Personne d’autre que toi et moi ne sait ce qu’est le pouvoir, et combien sa caresse est mortellement divine. » Une lueur espiègle au fond de ses prunelles reptiliennes, elle s’éloigna de lui pour lui échapper, comme autrefois, lorsque leurs jeux d’enfance n’avaient pas pris la tournure sinistre d’aujourd’hui.

Sans perdre le Nord, elle retourna vers le miroir pour ramasser le verre brisé, prenant soin de disposer ceux-ci dans une coupelle qu’elle plaça sur la commode, refusant de croiser à nouveau le regard d’Azraël. « Alaric est une couverture tout à fait correcte, aussi longtemps qu’il ne me déçoit pas. Et je préfère laisser à son fils l’honneur de lui ôter la vie. » Pour une raison inconnue, cette perspective l’avait toujours enchantée. Lestat représentait son meilleur espoir de voir le sang mêlé des Rosier et des Selwyn briller de mille feux pour écraser tous les autres. Une fois l’impulsivité de sa jeunesse effacée, elle ne donnait pas cher de la peau de ceux qui se mettraient en travers de son chemin. À la requête de son frère, elle éclata de rire tant celle-ci lui paraissait une évidence. « Me crois-tu capable de faire élire un sorcier qui n’en est pas un ? » En y réfléchissant bien, cela aurait été profondément amusant de voir la tête de son frère si un Sang-Mêlé se retrouvait à la tête de la confrérie magique suite à sa propre demande. Des noms défilaient entre ses tempes, et elle rejetait déjà ceux qui ne serviraient pas leurs intérêts. D’un air pensif, elle pianotait sur ses lèvres, à la recherche de celui qui remplirait son rôle à merveille. « J’ai ma petite idée sur celui qui s’occupera de la transition. » Il fallait être naïf ou imbécile pour imaginer que la belle n’aurait pas son mot à dire sur la future nomination, et elle comptait bien placer ses pions en toute discrétion. L’avantage de vivre parmi les ombres, c’était qu’une autre tête que la sienne tombait lorsque les masques s’effaçaient.

Soudain égayée par une joie inexplicable, la brune saisit son frère par la main. Une idée impromptue venait de voir le jour sous ses paupières fourbes, et elle ne le laisserait pas repartir sans qu’il lui accorde un moment d’amusement. Cela faisait longtemps que leurs instants d’insouciance lui manquaient. « Suis-moi. » Sans qu’il ne cherche particulièrement à se débattre, elle l’entraîna vers la salle de réception de la maison, ne prêtant pas la moindre attention au regard étonné de sa servante qui les vit passer en toute hâte. Cette idiote ne parlerait jamais. La maîtresse de maison s’empressa de refermer les portes de la pièce et se précipita vers un appareil qui ne servait qu’en de rares occasions. Excitée comme une fillette qui s’apprête à déballer ses cadeaux, elle laissa les premières notes s’égrener avant de retourner vers le brun. Sans crier gare, elle attrapa ses mains pour les poser sur sa taille, enroulant ses propres doigts autour de la nuque de son frère. « Ne m’en veux pas. Chaque femme a besoin de sa petite consolation. Si tu dois me délaisser pour une autre, accorde-moi au moins ce caprice. » La sorcière pouvait presque sentir le parfum de sa peau, et elle dut se faire violence pour ne pas plonger ses phalanges dans la chevelure de son nouveau partenaire. Sentir leurs corps si proches lui nouait l'estomac, diffusant une étrange chaleur en elle. « Est-ce que tu t’en souviens ? » Doucement, elle commença à bouger, cherchant un rythme auxquels ils revenaient toujours lorsqu’ils étaient encore enfants. Emily regardait cet homme qu’elle n’aurait pas dû trouver beau, son regard de serpent fasciné par des prunelles ténébreuses. « Le monde ne tournera pas sans nous, Azraël. » La musique s’enroulait autour d’eux comme une langue d’amante. Et au-dessus d’eux, à un mètre à peine, l’immense portrait d’Alaric leur jetait un coup d’oeil austère, semblable à celui de leur père autrefois.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   Jeu 25 Mai - 12:29

Il tiqua mais ne répondit pas. Ses sentiments n'étaient pour l'heure que des instants volés comme le baiser qu'il avait pris à la sorcière, que des moments en dehors du monde où il apprenait, lentement, à aimer quelqu'un d'autre que lui, quelqu'un qui ne possédait aucune trace de sang Rosier dans les veines, malgré la force de son sang aussi pur que bleu. Thémis n'était pas de sa famille, Thémis n'était pas née dans le cercle si restreint des si glaciaux sorciers aux épines tranchantes. Et pourtant Emily pouvait dire tout ce qu'elle voulait, elle ne devait oublier qu'elle parlait d'une femme qui avait pu s'offrir ce que personne n'avait réussi avant. Ce coeur si sombre et si glacé s'ouvrait, à pas de fourmi. Azraël avait toujours pensé qu'il ne pourrait tomber amoureux de personne d'autre que cette soeur si parfaite. Il ne l'avait jamais fait. L'attachement qu'il lui portait n'était pas celui des Carrow, n'était pas teinté de l'inceste. Mais les regards ne mentaient pas. Entre eux régnait une tension qui un jour leur éclaterait au visage. Le sorcier ne savait encore lequel d'entre eux serait le plus touché. Le futur était tapi d'incertitude.

La caresse de sa soeur fit bondir son coeur, plus vite qu'il ne l'aurait voulu. Il n'en laissait rien paraître mais son palpitant hurlait à ses oreilles. Ses lèvres s'entrouvrirent, sans qu'il ne sache si c'était pour lui répondre ou simplement pour la toucher, la guider jusqu'à lui, la mordre pour mieux la posséder. Le charme du serpent le fascinait, son venin s'enfonçait dans ses veines, le possédant un peu plus a chaque satanée seconde qui s'écoulait. Il était fasciné par la langueur de la belle, par le reflet de la lumière couchante sur sa peau, qui brillait telles les écailles tapies sous sa chair. Emily était un prédateur, de ceux dangereux qui pouvait lui ôter la vie rien qu'avec des mots gorgés de poison. Il se méfiait d'elle tout comme il lui faisait confiance, incapable de savoir comment l'aborder, comme s'en rapprocher ou comment s'en éloigner pour fuir le feu de ce regard qu'elle coulait sur lui. Il hantait ses pensées, il le savait parfaitement. Mais cela ne lui plaisait pas, bien au contraire. Il pouvait presque avoir peur de ce que cela faisait naître et pire encore. Des réactions chaotiques qui possédait son corps suite à un simple geste de celle qui était sa soeur. Il s'en gaussé de ne jamais commettre les travers de toutes les familles de sangs purs et voilà qu'il se laissait happé par les beaux yeux d'un animal dangereux, qu'il se perdait dans le reflet qu'elle lui renvoyait. Narcisse tombait amoureux, de ce qui lui était le plus proche. Et se perdait dans l'eau des yeux de sa soeur, se noyant sans vraiment chercher à se débattre.

Les plans d'Emily étaient tâchés de noirceur. Son esprit était plus vif mais surtout plus sanglants, riant à l'idée de voir les sorts se croiser. N'y avait-il pire pêcher que les meurtres parricides ? N'y avait-il pire acte que d'entraîner un fils à détruire un homme, qu'à détruire ce père qui aurait dû être un modèle ? Mais Emily avait formé cet enfant à son image et Lestat, bien qu'encore jeune, laissant déjà transparaître toutes les possibilités qu'il offrirait une fois adulte. Il suintait du même venin que sa génitrice et ne laissait voir presque aucun trait de son père dans le visage hautain qu'il offrait au monde. Un jour, il serait couronné roi. Jusqu'ici, Azraël le désirait également, faisant de ce neveu cet héritier qu'il n'avait pas. Maintenant.... Il ne savait plus vraiment, sentant que coulait dans les veines d'Aisha un pouvoir bien supérieur au sien qui ne demandait que du temps pour exploser de toute sa puissance. Les deux cousins seraient sûrement un jour amenés à s'affronter, déchirant les familles. Car le directeur des aurors serait clairs. Sa fille serait aussi ambitieuse que lui et plus dangereuse encore car les hommes dirigeaient le monde. Et elle posséderait le charme parfait pour les rendre esclaves de son corps et de ses rires. Ne restait qu'à continuer cet apprentissage que Filius avait mené d'une main de maître.

Ses pensées furent brisées net lorsqu'Emily, soudain si changeante, bondit pour attraper sa main. Il n'eut que le temps de poser son verre avant de la voir l'entraîner loin de sa chambre, loin de ce reperds où il venait conter ses plans à la plus sombres de sorcières. Elle redevenait une enfant, éblouie par une joie soudaine qu'Azraël peinait à comprendre. Il se laissa porter, sans un sourire sur ses lèvres fines. Ses yeux croisèrent le regard réprobateur d'Alaric au moment même où il le vit, tous deux, dans des gestes qui n'avaient rien de fraternels. Azraël ferma les yeux, se laissant porter par la voix d'Emily puis par la musique qui empli la pièce. Il avait l'impression qu'on les avait laissés seuls, seuls face à leur destin, seuls pour commettre tous les impairs. Il contrôlait sa respiration, tentant de ne pas laisser son esprit être embué par le parfum de la Selwyn. La jalousie d'Emily lui brûlait la peau et pourtant il se laissa allez à la danse, plongeant son regard si sombre dans les prunelles si belles de celle qui aurait presque été une jumelle dans une autre vie. Les mouvements revenaient d'eux-mêmes, tout comme les souvenirs qui s'accrochaient derrière ses yeux pour lui rappeler, un peu plus, qu'Emily était la seule. Qu'elle était ce joyaux capricieux et unique qui devait uniquement prendre possession de son coeur. Qu'elle était ce rubis sanglant qu'il ne pourrait faire disparaître.

Je ne te délaisserais pas Emily. Ne croit pas qu'une autre pourra te faire sortir de mes pensées. Tu es ma soeur. Tu vaudras toujours plus que n'importe qui.

Leurs pas les rapprochaient et le coeur d'Azraël battait trop fort contre sa poitrine, cherchant à s'enfuir des mains avides d'Emily. Une erreur, une seule et il savait parfaitement qu'il serait happé par quelque chose qui le dépassait. La force de sa soeur ne pouvait être feinte et il sentait lentement les serres de la jeune femme s'enfoncer dans sa peau. Ses sourires n'étaient que les plus parfaites des machinations. Pour la première fois, il avait presque peur d'elle. Il n'en montra rien, se contentant d'un sourire. Il n'arrivait à lire en elle comme il l'aurait voulu. Elle maîtrisait trop bien ses pensées et elle connaissait trop bien son frère pour que tout soit facile.

Je me souviens de tout tu sais ma très chère soeur. Les lèvres du sorcier étaient venues susurrer à l'oreille de la belle, son souffle brûlant courant sur la peau nue de son cou. Je me souviens de nos jeux, de nos rires. Il la fit tournoyer avant de la retrouver dans son bras, leurs corps trop proches alors que leurs visages n'étaient qu'à quelque centimètre l'un de l'autre. Tu es unique Emily. Ne doute pas de l'amour que je te porte, tu sais très bien qu'il est plus fort que celui que je pourrais un jour porter à une autre femme. Mon coeur s’éprend peut-être d'un autre mais entre toi et elle, mon choix sera rapide. Sauf si tu me demandes sa vie, sauf si tu me demandes sa mort.

Les mains du sorcier raffermirent leurs prises sur sa taille, la rapprochant plus encore de lui. Elle jouait avec lui. Elle jouait avec son coeur. Il ne la laisserait pas s'amuser seule sans lui laisser le bonheur de rire à son tour. Le frère et la soeur étaient peut-être proches mais c'était également deux monstres qui s'affrontaient sans le vouloir. C'était à celui qui craquerait le premier. Et Azraël n'avait pas prévu de le faire.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There is a fire inside of this heart. [Azraël]   

Revenir en haut Aller en bas
 
There is a fire inside of this heart. [Azraël]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Iron) There is a fire inside of this heart and a riot about to explode into flames
» Moon Dorian || @moondorian
» Serah Elizabeth "Lizzy" Abelson •• “ There is a fire inside of this heart... ”
» ▿ you've got a fire inside but your heart's so cold.
» you've got a fire inside but you heart's so cold (alba)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Autres contrées :: Grande Bretagne-
Sauter vers: