AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Mar 10 Jan - 19:53

Tout tournait toujours au désastre, comme si une force invisible souhaitait s'assurer que rien ne puisse fonctionner pendant plus de quelques heures. Le maigre répit qu'il arrivait à absorber dans ses veines finissait par s'épuiser, le laissant avec la gorge sèche et une envie irrépressible de s'enfermer dans sa chambre avec une bouteille et un jeu en ligne qui lui permettrait d’annihiler ses ennemis un par un. Les véritables monstres se tapissaient bien sagement dans son esprit pour l'instant et le jeune homme ne pouvait guère se permettre de les laisser s'échapper. Surtout que sa plus jeune sœur avait les yeux remplis de larmes, et qu'un flot sans fin risquait d'envahir la ruelle s'il ne faisait rien pour réparer le mal causé. Il était rare pour la benjamine de se laisser aller aux larmes, sauf en présence de la race canine. Apeurée par les chiens depuis un accident, elle n'avait pas très bien réagi au moldu qui voulait simplement promener sa bestiole à six heures du matin. Un horaire ma foi étrange pour se balader,, causé par le décalage horaire que l'enfant avait encore du mal à gérer. Jesse aurait souhaité qu'elle ne gonfle pas le teckel comme un imposant ballon en forme de saucisse digne d'un carnaval. Au moins, son propriétaire était tombé dans les pommes à la seconde où l'accident s'était produit.

Après l'avoir touché du bout de la chaussure, Jesse en était arrivé à la conclusion que type respirait, et par conséquent personne ne risquait de terminer en prison. Sauf que maintenant il se retrouvait à tenir la laisse du chien qui flottait dans les airs avec la désagréable impression d'avoir gagné le prix de consolation aux fléchettes. Et Lacchu ne cessait de renifler, tentant maladroitement de ravaler des larmes que Jesse n'aurait pas été en mesure de gérer. Comme dans chaque situation de stress, son bégaiement devint ingérable, lui donnant l'impression d'être une machine incapable de fonctionner.

Le jeune homme aimait les robots et tout ce qui touchait à la mécanique. Par contre, les sentiments ou les trucs du même genre, ça ne passait pas du tout. Après avoir agité sa main libre dans l'air, comme pour s'excuser d'être inutile, pendant plusieurs minutes, il abandonna la manœuvre. Posséder une baguette l'aurait autorisé à se débarrasser du problème sans attendre. Sauf qu'au vu de ses pouvoirs, Jesse aurait tout aussi bien pu faire exploser le pauvre chien qui flottait au-dessus de leurs têtes. Et si Lacchu était effrayée, autant ne pas transformer ça en un traumatisme intense qui la poursuivrait toute son existence. Ça aurait été embêtant, et le reste de la fratrie l'aurait engueulé jusqu'à la fin des temps.

Au moins, le sorcier était parvenu à pousser le corps dans la ruelle. Avec ses pieds. Il n'était pas solide pour soulever quelqu'un de trente kilos de plus que sa personne, et encore moins en devant s'assurer qu'il ne lâchait pas la laisse dans sa main. La ruelle n'était certes pas un lieu fantastique pour passer ce début de journée, surtout à cause des poubelles dans un coin, mais ils n'auraient rien de mieux. Les Lowery ne vivaient pas très loin, et il était dommage de ne pas avoir une cape d'invisibilité sous la main pour fuir. Tout en ayant cette pensée, Jesse se rendit compte que le chien jappait, et le jeune homme commença à faire les cent pas dans l'espace sale et sombre pour le rassurer un peu.

En un sens, c'était simplement une promenade. Une volante, mais le principe restait le même. Stressé, Jesse se demanda s'ils risquaient une punition pour un tel acte, avant de se souvenir que sa frangine de dix ans ne pouvait pas être tenue pour responsable. La petite Indienne allait d'ailleurs mieux, puisqu'elle commença à suivre son aîné dans sa balade restrictive. Maintenant, la seule solution était d'attendre le département des affaires magiques, ou un truc dans le genre. Et si le type se réveillait, il faudrait trouver un truc pour l'assommer, comme un parpaing.

Oh ça avait l'air lourd quand même. Quoique le balancer dans la benne à ordures risquait de poser un problème similaire. Sans compter que ça ne serait pas très hygiénique, et Cally serait capable de s'évanouir en apprenant que leur pauvre petite sœur avait touché le container. En gros, les Lowery se trouvaient, une fois encore, dans un beau merdier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Sam 14 Jan - 15:28

Theme

Comment faire une mauvaise impression en 5 minutes
[Jesse / Joshua]
J

e retiens à grand'peine un bâillement et m'étire comme je peux sur ma chaise. Gontran, avec qui je partage la garde cette semaine a renoncé et s'est affalé sur son bureau. D'ici quelques minutes, je devrais entendre des ronflements sonores s'élever. Certaines nuits, on n'a aucun soucis, aucune alerte qui vient nous réveiller la nuit. Ca, c'est des bonnes semaines pour se voir coller aux fesses une garde. Mine de rien, cette semaine, ça va à peu près. On arrive à la fin de la semaine, et on a bouger sur le terrain que quelques fois. Cette nuit, pour une histoire de gosses s'amusant avec des balais dans un champ où, manque de pot, l'agriculteur moldu avait installé des détecteurs de mouvement pour lutter contre des intrusions de sangliers. Et à cinq heures et demi du mat' pour un Boursouf qui s'était fait la malle et qui s'était perdu en plein Northampton et n'arrivait plus à retrouver le chemin de sa maison. Mon dieu que ces bestioles sont idiotes… C'était un joggeur qui était tombé dessus et était resté incrédule devant cette espèce de pouf jaune poilu.

Ouais, cette semaine, ça allait. Et en plus, ça nous permettait d'éviter la fameuse FB4. Ce matin, le Service des Nuisibles avait planifié une intervention de grande envergure. Un truc prévu de longue date, pour la bonne raison qu'il fallait intervenir dans un immeuble moldu de cinq étages, où une colonie de Ciseburine avait élu domicile. J'avais à peine caché ma joie lorsque j'avais appris que du coup Gontran et moi échappions donc à cette opération qui accaparait pas moins de quatre de mes collègues à des heures bien trop matinales. Devoir masquer aux passants des nuages de fumée roses s'échappant de toutes les fenêtres d'un immeuble du centre ville, ça allait être la galère à dissimuler.

Je m'apprêtais à imiter mon collègue en sortant un coussin d'un tiroir pour le poser sur le bureau quand l'alarme se mit en route à nouveau, à grand renfort de bip-bip-bip. Saisissant ma baguette rangée dans le pot à crayon, je m'approchais de la carte qui occupait tout un pan de mur. Un petit point rouge s'était mit à clignoter, indiquant un quartier de Londres. Deux lettres et un chiffre clignotaient en même temps que le point. AC1. Une personne donc.

- Rendors toi Mollusque. Je m'y colle, mais le suivant c'est pour toi.

Gontran, qui avait gémit et bougé faiblement lorsque l'alerte s'était déclenchée eut le courage de lever une main en ma direction, le pouce levé. Levant les yeux au ciel, j'appuyais l'extrémité de ma baguette sur le voyant qui s'arrêta de clignoter et passa à l'orange. Six heures… Dire que dans deux heures j'avais fini. Ils n'auraient pas pu attendre un peu avant de foutre le bazar ? J'attendais un instant la note de service du Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus. L'avantage de la semaine de garde, c'est que c'est l'une des rares semaines où je viens directement habillé en Moldu. Ca fait clairement gagner du temps plutôt que de devoir métamorphoser nos habits avant de transplaner. Et en plus, je suis fichtrement plus à l'aise ainsi. Un jean, un vieux pull bordeaux et une paire de baskets, y'a rien de mieux. Lorsque le bout de papier entra finalement dans le bureau, je l'attrapais d'une main sans la moindre délicatesse et sans y prêter trop d'attention et transplanais.

Beuuuh. Ma vision floue se stabilisa peu à peu et je refoulais l'envie de vomir qui venait immanquablement chaque fois que je transplanais. Je pris quelques secondes  pour me remettre, adossé contre un mur en brique. Généralement, Lyzzie était déjà plusieurs mètres devant moi à ce moment-là lorsqu'on faisait équipe sur une mission. Elle ne supportait pas d'attendre. Surtout pour quelque chose d'aussi futile qu'un haut-le-cœur… Me décollant finalement du mur froid, je sortais ma baguette de ma poche après avoir vérifier que la rue était déserte et lançait l'informulé. Les coordonnés du voyant enregistrées par le bout de bois furent alors interprétées et, telle une boussole, l'extrémité de ma baguette pivota pour indiquer le lieu de l'incident.

Une rue un peu passante, puis une autre, et je bifurquais finalement dans une ruelle. Une ruelle un peu sale, délimitées par des immeubles un peu trop hauts pour qu'elle ne soit correctement éclairée. Sauf peut être lorsque le soleil était haut dans le ciel, en fait. De toute manière, à six heures du matin, c'était surtout les lampadaires qui illuminaient Londres, et l'on ne pouvait pas dire qu'il y en avait foule dans l'espace où je venais de mettre les pieds. Mes yeux balayèrent rapidement la scène pour en prendre connaissance. Un homme et une gamine. Un chien volant. Ah. Et je faillis le rater, mais il y avait aussi un homme par terre. Sans doute le Moldu en question, vu que ni l'homme ni la fillette n'avaient l'air impressionnés par le teckel en pleine lévitation.

- Agent Cromwell. Vous avez fait l'objet d'une infraction au Code International du Secret Magique. Que s'est-il passé exactement ?

Mon ton était monotone, presque blasé. Cette phrase, j'avais dû la sortir tellement de fois que c'était maintenant devenu une routine bien huilée. Sans attendre la réponse, je m'agenouillais près de l'homme à terre et posais deux doigts sur sa jugulaire. La pulsation régulière que j'y sentis me rassura. L'homme respirait également régulièrement. Lui tournant le dos, je me rapprochait de mes deux fauteurs de trouble et tendis la main pour récupérer la laisse du chien.

- Vous n'avez pas réussi à le dégonfler ?

Peut être que l'anti-sort global ne fonctionnait pas. S'il fallait en plus aller jusqu'à Ste Mangouste pour récupérer un Philtre dégonflant, je n'en avait pas fini… Cette pensée m'arracha un soupir de dépit.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Dim 15 Jan - 12:14

Dans le pire des cas, par conséquent la seule option que Jesse était en mesure d'envisager, le teckel pourrait faire un charmant objet de décoration dans leur salon. Tout du moins jusqu'à ce que quelqu'un s'aperçoive de sa présence. Chose qui risquait de prendre plusieurs semaines sachant que personne ne faisait jamais attention à rien dans leur bazar organisé. Pour preuve, la semaine précédente, Jesse avait remarqué un nouveau micro-ondes dans la cuisine sans bien savoir ce qui était arrivé au précédent, et encore moins quand l'échange avait été opéré. Au moins le nouveau ne bipait plus de manière agressive toutes les trois minutes lorsqu'un plat avait été oublié à l'intérieur. Un soulagement, bien qu'il se retrouvait souvent à devoir le remettre en route après avoir découvert sa bouffe froide et aussi appétissante qu'un mangemort.

Les larmes de Lacchu ayant disparu, la balade dans la ruelle devint un peu moins tendue. Bien que Jesse ne soit pas totalement à l'aise quelque soit la situation. Le chien cessa de japper après un moment, ajoutant un léger soulagement. Il avait l'air un peu ridicule à agiter ses petites pattes sous son énorme corps trop gonflé, comme une baleine cherchant à s'élancer sur la glace. Silencieux, comme il l'était la majorité du temps, le jeune homme entoura les épaules de sa sœur de son bras libre, comme pour lui signifier que tout irait bien. Le ministère n'allait pas non plus leur envoyer un ogre de trois mètres de haut prêt à leur faire la peau pour une affaire aussi banale.

C'était courant, n'est-ce pas ? Jesse l'espérait de tout son cœur, parce qu'il n'avait pas la moindre attention de repasser devant un tribunal magique comme cela avait été le cas dans son école lorsqu'il avait treize ans. Il y avait quelque chose de malsain à se retrouver seul devant des adultes pour expliquer un crime qui n'était qu'en fait un accident sur lequel il n'avait pas le moindre contrôle. En plus, cette fois-ci ce n'était pas le moins du monde de sa faute. Et la magie de Lacchu était simplement celle d'une enfant de son âge, un peu instable mais ne risquant pas de foutre le feu à quelque chose ni de faire exploser une fenêtre. Au vu des cas dans sa famille, elle était plutôt chanceuse, songea son aîné.

Lui-même se considérait comme un raté notoire, et s'il ne cessait pas de s'apitoyer sur son sort, cela risquait bien de devenir une réalité. L'arrivée de leur sauveur améliora un brin la situation. Quoique l'expert semblait être un gamin du même âge que Jesse, voir même plus jeune. Peu probable. Sans doute était-ce simplement son visage qui donnait cette impression fausse. Lacchu, de son côté, fronça les sourcils, n'ayant pas le même niveau de compréhension que son frère. Un accident tragique qui abîmerait l'ego de l'oubliator risquait malheureusement de se produire un peu plus tard.

Agrippé à la laisse comme à une bouée de sauvetage, il fallut à Jesse un moment avant de réaliser qu'il devait la tendre à l'homme, sans quoi le souci ne serait jamais réglé. Au moins, l'accident ne prendrait sans doute pas longtemps a être réparé, l'autorisant à effacer cet épisode pénible de sa mémoire tout aussi rapidement que possible. Sauf qu'il fallait fournir une explication pour passer par la case délivrance, chose que le sorcier ne parvint pas à faire. Sa bouche s'ouvrit après avoir rendu la laisse, uniquement pour se refermer aussi tôt. A quoi bon parler si c'était pour bégayer et être incompréhensible parce que l'autre ne prendrait pas le temps de le laisser s'exprimer.

Heureusement que la jeune coupable fut en mesure de prendre les devants, s'avançant pour toiser le représentant magique du haut de ses dix ans. Bilingue, elle n'avait aucun souci à utiliser l'Anglais, ayant reçu des cours dans les deux langues dès son enfance. « Il m'a fait peur alors je crois que c'est de ma faute s'il a gonflé comme ça. » La petite Indienne soupira, se sentant visiblement désolée d'avoir causé de tels problèmes à plusieurs personnes. « Je ne voulais pas provoquer un accident diplomatique entre nos pays... »

Son ton un peu plus faible fit croire à Jesse qu'elle risquait de se remettre à pleurer, et il se baissa immédiatement pour mettre un genou sur le sol sale de la ruelle. Ce n'était pas grave, tenta t-il de dire en secouant la tête. Qu'importe le sort du teckel, tant qu'elle allait bien. Et puis la magie, c'était réparable en général, tant que le problème ne se situait pas au profond de l'âme du sorcier. Le maigre réconfort qu'il tenta d'offrir fut suffisant pour rassurer sa petite sœur qui fut en mesure de reprendre son discours pour justifier leur manque d'action.

« Je n'ai que dix ans, je n'ai pas de baguette. Et mon frère non plus. » Autant passer pour un cracmol que pour un monstre qui risquait de détruire un truc dès qu'il se servait de ses pouvoirs. Jesse confirma par un hochement de tête en se redressant, pensant que l'affaire allait s'arrêter là.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Dim 15 Jan - 19:43

Theme

Comment faire une mauvaise impression en 5 minutes
[Jesse / Joshua]
L

e moment de flottement qui régna alors eut le don de mettre ma patience à l'épreuve. Oh, je ne suis pas quelqu'un de particulièrement impatient. J'aime même prendre mon temps pour faire les choses, contrairement à l'une de mes collègues hyperactive qui doit toujours être en mouvement. Quand la chose en question m'intéresse. Et inutile de vous dire que là, à presque six heures du matin, des cernes de trois kilomètres sous les yeux (oui, je le sais parce que je me les trimballe depuis mercredi soir…) je n'attends que deux choses : retrouver mon lit, et l'arrivée du week-end. Et laissez-moi vous dire que ce n'est pas en restant là, la main tendu en attendant que l'autre idiot veuille bien me passer la laisse que je vais y parvenir… J'hésite même à faire un pas en sa direction pour la lui prendre des mains quand il bouge finalement et me la tend.

L'espèce de chien, trop petit et trop long pour que je puisse décemment appeler ca un chien, suit le mouvement tel un vieux ballon vendu dans les foires. Une interrogation traverse mes pensées. Et si je lâche la laisse, il se passe quoi ? Il s'envole de plus en plus haut ? Et quand la pression est trop importante, il explose ? Yerk. Je me rend compte que je suis parti trop loin quand je me mets à imaginer des petits bouts de teckels redescendre sur le pavé londonien.

Ceci dit, j'attends toujours mes explications… Enroulant la laisse autours de mes mains, j'entreprend de faire redescendre le chien vers le plancher des vaches, déclenchant quelques jappements inquiets. Oh toi… Si ça ne te conviens pas, je te lâche et on en parle plus hein. Suffira juste de faire oublier ton existence à ton gentil maître, et hop, l'affaire est dans le sac ! Je n'ai jamais vraiment apprécié les chiens. Trop dépendants. Et il faut sortir de chez soi pour les promener tous les jours. Même quand il pleut. Même quand il neige. Non merci. On en avait un plus jeunes… Jusqu'à ce qu'il se fasse renverser par la voiture du voisin. Toute une histoire, et pas très passionnante. J'agrippe finalement le canidé par son collier et lève les yeux vers l'homme. Enfin, l'homme, c'est vite dit. Sans doute aussi âgé que Miss Blonde.

- Il m'a fait peur alors je crois que c'est de ma faute s'il a gonflé comme ça. Je ne voulais pas provoquer un accident diplomatique entre nos pays...

Je reporte mon attention sur la gamine, notant au passage un léger accent chez elle sans pouvoir déterminer d'où il provient. Un accident diplomatique… Je ne peut empêcher un sourire un brin ironique de s'afficher sur mes lèvres en imaginant toute la montagne que la sorcière doit s'imaginer avoir provoquer. Ce n'est pas vraiment comme si l'Angleterre allait partir en guerre contre la Papouasie ou je ne sais quel autre pays pour un gonflement de chien.

Je m'apprête à tester un sort sur le chien quand le brun s'agenouille auprès de la gamine. Ouais. Bon, d'accord, je n'ai aucun tact avec les gosses. D'ordinaire, c'est des adultes un peu cons que j'ai en face de moi. Le genre de personnes qui ne trouvent rien de plus passionnant à faire dans leur vie que de se promener en moto volante dans la rue. Quoique, le brun pourrait faire l'affaire et j'hésite encore à le ranger dans cette catégorie… Si je n'ai pas l'habitude de me retrouver face à des gamins, c'est en grande partie parce que leur famille s'occupe de leurs manifestations de magie incontrôlée, comme ça a clairement l'air d'être le cas ici.

- Je n'ai que dix ans, je n'ai pas de baguette. Et mon frère non plus.

Ah. D'où le pourquoi il n'a pas agit. Je le suit du regard alors qu'il se relève, les sourcils un peu froncés.

- Vous êtes un moldu ? Peut être qu'il est muet. Je commence à avoir des doutes. Et pourtant, c'est bien plus simple pour moi de m'adresser à un adulte qu'à une gamine. S'il n'a effectivement pas de langue, j'imagine que je vais devoir me taper la conversation avec la Miss-Je-Gonfle-Les-Chiens.

Bref, on verra les questions plus tard. Je ne sais pas combien de temps le Moldu restera dans les vapes, et autant qu'il ne vois pas son chien voltigeant au bout de mon bras lorsqu'il rouvrira les paupières. Pauvre homme.

- Finite Incantatem. Ma baguette crachouille des étincelles rougeâtres sans le moindre respect pour son propriétaire. Je hais ce machin en bois. Je suis sûr que ce n'est pas un nerf de dragon à l'intérieur mais de la peau de derrière de babouin ! Je la secoue deux ou trois fois dans le vide les sourcils de plus en plus froncés avant de relancer le même sort sur le teckel. Pas d'étincelles cette fois-ci, le sort a fonctionné mais le teckel vole toujours. J'ai subitement envie de me pendre, voyant le trajet vers Ste Mangouste arriver à grand pas. Je tente un Reducio sans grande conviction et, à mon grand étonnement, je vois le chien dégonfler doucement et revenir vers la terre ferme. Je soupire de soulagement.

- Vous pouvez le tenir un moment s'il vous plaît ?

Je tends la laisse à la gamine avant de me raviser et de choisir son frère. Si elle la gonflé une fois, inutile de tenter le diable. J'abandonne donc le teckel pour ranger ma baguette dans la poche arrière de mon jean et sortir une feuille et un crayon.

- Va me falloir les noms, prénoms et nationalités de la miss et ceux de son tuteur légal siouplait.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Dim 22 Jan - 11:13

Ce type de situation n'était pas totalement inconnue pour les Lowery, puisque Jesse avait trois cadets. D'ordinaire, personne ne laissait sa magie causer tant de problèmes par contre. Malgré leur tare familiale au sujet de leurs pouvoirs, les autres ne causaient pas le réveil, ou tout du moins le supposait-il, d'un employé du ministère aussi tôt dans la journée. Sauf que la peur était quelque chose de terrible, bien plus dévastatrice que la colère ou la tristesse. Peu étonnant dans ces conditions que l'enfant ait transformé un teckel innocent en ballon saucisse. Quoique si c'était bien le type qui vivait à l'autre bout de la rue, alors le clébard était celui qui aimait bien aboyer à minuit en semaine. Par conséquent, Jesse ne se sentait plus si coupable que ça. Difficile d'exprimer quoi que ce soit cependant, et le jeune homme opta de se cacher derrière les capacités vocales de sa sœur plus puissantes que les siennes.

Être considéré comme un moldu continuait d'avoir quelque chose d'un peu agaçant. Bien que Jesse lui-même soit plus à l'aise avec le terme cracmol que d'avouer sa véritable nature de sorcier incontrôlable qui ne voulait plus jamais toucher à une baguette. Qu'importe l'isolement social, au moins personne ne risquait d'exploser. Chacun ses priorités. En se redressant, il tourna légèrement sa tête de droite à gauche, pour signaler que l'oubliator était dans l'erreur. Pourtant il ne fit pas le moindre effort pour régler la situation, plus à l'aise dans ce silence permanent qui était sa seule solution avec les inconnus.

Visiblement, leur aide du jour n'était pas très qualifié en sortilèges. Ou bien c'était seulement un mauvais jour pour l'oubliator. Jesse ignorait comment l'annulation des sorts fonctionnait, et, pour être honnête, il n'avait que des bases en magie, ayant été renvoyé de son école au début de la troisième année. Le chien retrouva bientôt la terre ferme, et la pauvre bestiole semblait trop traumatisée pour continuer à aboyer sur tout le monde. Sauf qu'elle commença à couiner, chose guère plus agréable. La laisse en main, Jesse fit en sorte que le terrible dragon court sur pattes ne puisse pas approcher Lacchu, qui n'appréciait vraiment pas ces créatures.

La fillette fit d'ailleurs quelques pas sur le côté, pour maintenir une certaine distance. Son regard curieux d'enfant s'intéressa alors à celui qui leur demandait de plus amples informations. Jesse tenta de lui faire comprendre par un regard un peu perdu qu'elle se devait de donner son nom elle-même, histoire qu'il ne doive pas répéter cinquante fois. Sans doute que ce n'était pas ça qui allait l'aider à obtenir le titre de grand-frère de l'année. Néanmoins, l'aîné manquait bien trop de confiance en sa personne pour oser prendre la parole.

« Lacchu Khan, je viens d'Inde. Et mon père c'est John Lowery, il vit ici. Et lui c'est mon grand-frère Jesse. » Elle déblatéra tout ça sans attendre, venant un peu plus près de l'adulte pour vérifier qu'il n'allait pas écorcher son nom. Avec un père protecteur, les deux gamins ne risquaient pas grand-chose de toute manière. Tout incident magique pourrait être rapidement oublié, même s'ils avaient sans doute un dossier au ministère après quelques soucis causés par Jesse et leur autre frère qui prenait de la drogue. Une unité familiale totalement stable et normale chez les Lowery.

« C'est les vacances scolaires ? » La voix de Lacchu était emplie de curiosité alors qu'elle observait le crayon qu'il tenait. Jesse, un peu trop loin et occupé à ne pas se faire baver dessus par le teckel, ne vit pas l'incident diplomatique venir. « Je ne savais pas que les lycéens avaient le droit d'avoir un emploi, c'est bien. » Enfin, il était sans doute à l'école de magie, mais comme elle était habituée aux cours particuliers dans le domaine magique, il lui semblait plus simple d'utiliser le terme moldu.

Maintenant que les mots étaient parvenus à ses oreilles, son frère réalisa que ce n'était pas du tout le truc à dire. Surtout que, malgré le fait qu'il semblait être mineur, l'oubliator était sans nul doute plus âgé que sa propre personne. Immédiatement, Jesse se dirigea vers le duo pour calmer la situation qui risquait bien de tourner au vinaigre. Le chien suivit, et il reporta son attention sur un vieux journal oublié dans la ruelle, qui lui offrit un jouet à mâcher.

Une fois encore, Jesse se baissa vers sa sœur pour secouer la tête. « Non... » Articuler le mot pourtant si simple lui demanda plusieurs essais. Le stress n'aidait jamais. « C'est un adulte. » Il fit de son mieux pour que le message passe rapidement, et le jeune homme évita de croiser le regard du représentant de l'ordre qui risquait bien de leur faire un rapport un brin moins sympathique pour ces paroles douteuses.

« Tu te trompes. Il est plus jeune que toi. » Visiblement, Lacchu n'était pas décidée à abandonner la partie, et comme pour prouver ses dires, elle tira sur la manche de l'adulte. « Vous êtes bien lycéen ? » Un jour son aplomb naturel finirait par lui causer de gros soucis. Surtout que personne n'appréciait d'être ainsi le sujet d'une conversation à laquelle on ne l'avait pas invité à participer.

S'il avait été en mesure de le faire, Jesse l'aurait soulevé dans ses bras avant de retourner le plus rapidement possible dans la sécurité de leur appartement. Sauf que c'était impossible, alors il se contenta de se redresser, tout en se trouvant un nouvel intérêt passionnant pour le sol sous ses pieds.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Lun 23 Jan - 20:46

Theme

Comment faire une mauvaise impression en 5 minutes
[Jesse / Joshua]
V

a vraiment falloir que je comprenne un jour ce que les gens trouvent aux chiens… Je joue négligemment avec le bic en lançant un regard plein de dédain à la bestiole aux pattes trop courtes. Elle s'est mise à couiner… Oh, je veux bien croire qu'elle a eu la peur de sa vie. Quand la gravité semble s'inverser pour vous, et que vous croyez que votre vie va se terminer dans l'espace, forcément, ça doit effrayer. Encore que ça m'étonnerait beaucoup que le chien ait le cerveau nécessaire pour en tirer toutes les conclusions. Et dire qu'il y a des personnes pour payer une fortune dans les parcs d'attractions pour faire le plein de sensations fortes…. Ils n'ont qu'à se ramener chez la gamine avec un chien aux babines retroussées, et ils les auront leurs sensations fortes ! J'essaye un instant d'imaginer la scène, mais le corniaud qui geint me bloque toute capacité d'imagination…

- Lacchu Khan, je viens d'Inde. Et mon père c'est John Lowery, il vit ici. Et lui c'est mon grand-frère Jesse.

Euuuh. Je relève rapidement la tête vers le brun lorsque sa sœur le mentionne avant de piquer du nez vers mon carnet l'instant d'après. Non mais c'est quoi ce nom à coucher dehors ?! Choisissant la facilité, j'écris tout d'abord le nom u paternel puis la nationalité de la miss. Et c'est ensuite que les choses se compliquent. La..chou Cane ? J'écris ça tel quel en grimaçant, persuadé d'être dans l'erreur. La gamine s'agite lorsqu'elle voit à quel point j'ai, sans doute, massacré son prénom et je lui abandonne sans regret le carnet et le bic pour qu'elle y inscrive l'orthographe correcte de son écriture d'enfant.

- C'est les vacances scolaires ?

Je fronce les sourcils à cette question, un peu perdue. Elle passe du coq à l'âne, et ce d'une manière tellement subite qu'elle a réussi à me perdre complètement. Je n'en sais absolument rien. Et d'ailleurs, la miss est sûrement bien mieux placée que moi pour répondre à sa propre question. Mis à part le fait qu'elle vient d'un autre pays. Et que les vacances ne suivent as un planning international. Quoique, j'imagine quand même que les vacances d'été doivent tomber à peu près au même moment dans l'hémisphère nord et que…

-  Je ne savais pas que les lycéens avaient le droit d'avoir un emploi, c'est bien.  

Ma pensée s'arrêta net alors que je posais des yeux écarquillés sur l'indienne. Elle… me prenait vraiment pour un gamin ? Si sa phrase aurait pu passer comme une lettre à la Poste avec un autre sorcier, je ne savais trop bien ce qu'entendais le terme lycéen.  Ne pas être majeur. Pire. Être plus jeune que Rosabelle Greengrass. Oh mon Dieu. Tout sauf ça.

Les bras ballants et le regard figé sur la gamine, j'observais le frère se rapprocher de l'impudente et se mettre à sa hauteur. Et se mettre à bégayer quelques  mots. Ah. Il avait nié être un Moldu. Si ça se trouve, il avait été renvoyé de son école pour incompétence. Peut-on lancer des sorts en bégayant ? L'interrogation fusa dans mon esprit, arrivant aussi vite qu'elle disparut.
Inintéressant.

Le chien s'attaquait à présent à un journal, faisant dégouliner sa bave sur la une déjà maculée de boue.
Banal.

Et lorsque, tirant sur ma manche, l'indienne me posa sa question, la réponse fut quasi instantanée. Et je me rendit compte qu'en fait, je bouillais intérieurement d'une rage froide.

- A vrai dire j'ai 148 ans. Je garde cette apparence en buvant une tasse de sang de petite fille chaque matin au petit déjeuner. Ça conserve très bien.

J'avais sorti ma tirade d'une voix froide, laissant des blancs s'installer à la fin de chaque phrase. C'était une gamine. J'aurais sûrement dû en rire, et en plaisanter avec son frère amicalement. Oui. Je n'avais pas la tête à ça. Juste. Mon. Lit. Et tant pis si la gamine cauchemardait pendant une semaine. Pas mon problème. Je lançais un regard dénué d'intérêt à la mioche et plissais le nez, tendant rapidement la main pour récupérer sans douceur mon carnet et le stylo.

Et j'avais d'autres chats à fouetter. Je fourrais mes affaires dans ma poche et extirpais de nouveau ma baguette avant de tourner le dos aux deux fautifs et de me diriger vers le Moldu. Je lance rapidement deux sorts sur l'homme, l'un pour lui faire oublier les évènements récents, l'autre pour le réanimer. Puis, je m'accroupis face au Moldu un brin bedonnant et tâche de faire apparaitre un sourire sur mes lèvres, tentant de faire abstraction des deux zigotos derrière moi.

- Hey. Vous allez bien monsieur ? Votre chien aboyait, et ça nous a alerté. Il s'est passé quelque chose ?

D'abord, vérifier si le sort d'oubli a bien fonctionné. Ensuite, lui fournir de faux souvenir. Je suis sûr que le Comité des inventions d'excuses à l'usage des Moldus a encore inventé quelque chose de stupide… Et le bout de papier qu'ils envoient à chaque fois n'est décidément pas l'une de mes lectures favorites…
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Sam 4 Fév - 20:13

Dans le pire des cas l'oubliator allait leur effacer tous leurs souvenirs en guise de punition. Peu probable, et sa paranoïa devait cesser avant de causer plus de dégâts qu'un sortilège. Jesse songea que la mâtinée, ou plutôt cette fin de nuit, était en train de tourner au cauchemar. Les interactions sociales étaient bien plus difficiles à gérer que l'incident magique en lui-même. Chose un peu déprimante, et qui prouvait que cette carrière n'aurait pas été faite pour lui. De toute façon, Jesse n'avait même pas de diplôme aussi bien dans un monde que dans l'autre, alors il n'avait que peu de chance de s'en sortir. Surtout que travailler lui paraissait insurmontable pour l'instant, alors que quitter l'appartement était à chaque fois une torture.

A présent, Lacchu risquait de fondre en larmes ou bien de s'offusquer selon la réponse de leur aîné. Quelle idée incongrue de faire ce type de réflexion aussi… Jesse n'avait pas été rapide pour arrêter ce désastre, et même à présent, il se tenait un peu en retrait tout en espérant que les choses allaient se régler d'elles-mêmes. Une façon bien naïve de considérer le souci, surtout lorsque le ton de l'Anglais devint un peu trop brutal à son goût.

Heureusement, sa frangine décida de ne pas se laisser impressionner. Tant mieux, parce qu'elle ne pouvait pas compter sur son aîné qui semblait de moins en moins à l'aise derrière elle. Au moins l'un d'entre eux avait la situation en main. Enfin plus ou moins mais c'était déjà ça. La petite indienne réfléchit à sa réponse pendant un moment, jusqu'à trouver exactement ce qui irait pour faire fermer son clapet à cette grande asperge qui avait l'air de Peter Pan. Il ne lui manquait que les collants verts et un joli couteau. Quoique non pas d'arme, c'était dangereux.

« Vous en buvez peut-être trop alors. » Ce n'était pas extraordinaire mais l'enfant était contente d'elle. Avoir l'air d'un gamin ne paraissait pas être très avantageux. Oh, peut-être qu'il avait le droit à un goûter pendant sa pause au travail. Cependant, elle se retrouva bien vite à ajouter des paroles moins brutales pour compenser sa phrase précédente, ne voulant pas être méchante. « Je suis désolée quand même. » Étrangement, Jesse ne fut pas convaincu que les paroles étaient totalement sincères. Le plus important était l'absence de larmes de toute façon. Il n'aurait pas été en mesure d'endurer un autre événement malvenu, leur petite aventure était bien assez pour au moins deux semaines. Son lit était si proche et pourtant si loin à la fois. A l'autre bout de la rue, et ils ne pouvaient pas non plus partir en courant.

Le non-maj semblait aller bien, pour ne pas dire qu'il reprenait des couleurs tout en écoutant le discours de celui qui aurait pu être son sauveur. Sauf que le pauvre bougre était entouré de trois sorciers, dont deux qui avaient manqué de laissé son ballon saucisse s'envoler dans le ciel londonien, et un troisième qui venait de lui laver le cerveay. Au moins, avec le brouillard ambiant, personne ne s'en serait rendu compte de la présence du chien dans les airs. Jesse profita du calme temporaire pour passer un bras autour des épaules de sa jeune sœur et la garder près de lui. Histoire qu'elle ne décide pas de laisser sa magie déborder une fois de plus.

C'était un peu comme un vase, au final. Un qui se remplissait de plus en plus jusqu'à se déverser sur les objets autour de lui tout en noyant les fleurs qu'il devait protéger. Jesse appréciait cette métaphore, car il vivait cette situation chaque foutue journée, à devoir contrôler une magie qui aurait du mourir au creux du ventre de sa mère avant qu'il ne vienne au monde au lieu d'être aussi pénible.

« On devrait rentrer. » Lacchu proposa cette excellente idée avec un bâillement. Le décalage horaire était encore bien présent pour l'enfant, et son frère ne pouvait qu'approuver ce choix. Dans le pire des cas, comme ils vivaient seulement une rue plus loin, l'oubliator pourrait les rejoindre ensuite. Bon, il était peu probable que le ronchon accepte.

Sentant un triste manque d'intérêt à son égard, le teckel abandonna son bout de journal couvert de bave en quête de quelque chose de plus attrayant. Et là, devant ses yeux, apparu un morceau de choix. Un fessier qui ne demandait qu'à être mordu comme un bon gros steak juteux. La queue battant joyeusement, le clébard ouvrit sa mâchoire sous le regard effaré de Jesse qui eu l'impression de vivre la scène au ralenti. Impossible de prévenir l'oubliator. Enfin, il n'essaya pas vraiment non plus, se contentant de couvrir les yeux de sa sœur d'une main pour lui éviter d'assister à ce qui se passait.

Au moins, le chien n'y alla pas trop brutalement non plus.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   Dim 19 Fév - 19:18

Theme

Comment faire une mauvaise impression en 5 minutes
[Jesse / Joshua]
- V

ous en buvez peut-être trop alors.

Non mais cette sale gosse ! A sa décharge, on ne pouvait pas dire que je ne l'avait pas cherchée. Mais à la mienne, ce n'était pas moi qui avait lancé les hostilités !! Cette pensée traversa mon cerveau et je me rendit compte à ce moment précis à quel point j'étais stupide. Elle avait raison, j'étais un gamin. Il n'y avait que ce mot pour qualifier un adulte de 28 ans qui se prend la tête avec une gamine même pas encore scolarisée…

- Je suis désolée quand même.

Une gamine pas scolarisée, et qui était plus mature que moi. Une montagne sembla me tomber sur les épaules au moment où je réalisa que l'indienne pouvait toujours courir pour que je m'excuse auprès d'elle. Ma fierté, si tant est que l'on puisse véritablement appeler ça ainsi, est vraiment bien trop mal placée. Stan avait raison lorsqu'il disait que j'avais un caractère de cochon. Il ne faut pas croire : je m'en rends compte. Je n'en ai juste rien à faire. Qu'ils parlent. Qu'ils me jugent. Qu'est-ce que ça peut bien faire ? Qu'ils rentrent, comme la gamine l'a si bien suggéré. J'ai les infos qu'il me faut. Je suis Oubliator moi, pas Juge. Si l'affaire donne lieu à une amende ou à autre chose, ce n'est clairement pas de mon ressort. Je leur dirait bien de circuler, mais l'impasse londonienne est malheureusement à tous…

Tel quelqu'un qui pète plus haut que son cul (chose techniquement impossible, notez bien) je tourne le dos aux frangins pour me consacrer entièrement au pauvre Moldu qui n'aurait jamais dû avoir à subir tout ça. Sérieusement. Vous vous baladez tranquillement le matin. Vous faites voir possible pour rendre la vie agréable à votre chien que vous aimez de tout votre cœur. Vous prenez sur vous pour vous lever tôt. Et là, alors que vous effectuez cette corvée, deux énergumènes surgissent de nulle part et kidnappent votre chien bien aimé en cherchant à l'envoyer dans l'espace. En essayant de le tuer d'une mort lente, angoissante et douloureuse. De le faire exploser par décompression. De le …

Par la culotte de ma grand-mère ! Une douleur aigüe à mon arrière-train me fait me relever précipitamment, laissant un bref cri retentir. Oh pitin. Oh pitin. Je sens la mâchoire de l'animal maudit se desserrer et me lâcher. Je me suis relevé sans doute trop vite pour lui. Ou il ne s'attendait pas à une réaction de ma part. Ou il n'a pas apprécié de ne plus avoir ses sacro-saintes-pattounes au contact du sol, une fois de plus. L'une de mes mains se plaque sur mes fesses. Saleté de bestiole ! Canidé inutile ! Je lui fiche un coup de pied sans réfléchir. Vengeance. Et j'entend un cri indigné en plus du couinement canin. Fuck. Le Moldu. Et en face de moi, inutile au possible, le brun n'a rien trouvé de mieux que de cacher les yeux de sa sœur. Ah, pour éviter une vision déplaisante mais pas déplacée, il y a du monde. Pour secourir le fessier d'un travailleur honnête et retenir un clébard, par contre, il n'y a plus personne.

Une gamine bavarde. Un chien mâchouiller. Un sans-baguette incapable. Et un moldu inutile. De quoi terminer ma garde avec le cœur en joie. Alleluia.

- Mais vous n'êtes même pas capable de surveiller un chien ma parole !

Je n'aurais sans doute pas dû dire ça. Mais pour le coup, je ne réfléchissais plus trop. Je n'avais plus qu'une hâte. Expédier l'affaire au plus vite. Et rentrer. Vite. Me fourrer sous la couette. Et pleurer ma dignité perdue et le futur bleu sur mes fesses. Le tout accompagné d'un sommeil sans rêve.

Moldu. Mémoire. Je me retourne vers l'homme. Regard vide. Brumeux. Un peu indigné par le traitement que je viens d'administrer à son canidé. Bien. Je déplie le papier. "Excuse : Fuite d'hélium". Je chiffonne le mot rageusement et le fourre au fond de ma poche. Eux aussi. La palme de l'inutilité.

Je me concentre rapidement. Quelqu'un l'a bousculé. A essayé de kidnapper son chien. Le chien a aboyé et a mordu l'agresseur qui a abandonné et prit la fuite. Vu le caractère de l'animal, ça passera très bien. Je lance discrètement l'informulé sur le quadragénaire.

Allez basta. On prend la fuite. Je fais quelques pas vers l'entrée de l'impasse et tournant la tête, je lance par-dessus mon épaule.

- En vous souhaitant une TRES bonne journée. Aka "En souhaitant ne jamais vous revoir". je ne prends même pas la peine de les informer de la suite. Ils n'auront qu'à se débrouiller avec ce que le Ministère enverra… Moi, j'ai ce qu'il me faut.

- Dites, vous avez vu ? Mon Berlioz est un vrai héros. Un véritable chien de garde… C'est qui le chien-chien à son papa ? Hein ?
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment faire une mauvaise impression en cinq minutes ✦ Joshua&Jesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire un escalier ?
» [TUTO] Comment faire des arbres
» comment faire une haie ?
» Comment faire un rp ?
» Comment faire une bourde [PV : RUBY]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto ::  :: La pensine :: Les écrits abandonnés-
Sauter vers: