AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Don't do that || Azémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Don't do that || Azémis   Mer 11 Jan - 20:27

Don't do thatLes larmes avaient cessé de couler et la vie avait repris. Filius était toujours à l’étranger, et je continuais de profiter de ce calme apparent. Aisha n’était pas revenu de chez son amie mais elle m’avait rassuré par un hibou. Elle allait bien et elle avait besoin de passer un peu de temps avec son amie avant lundi. J’étais donc seule dans l’immensité de ce manoir, avec pour seule compagnie notre elfe de maison et le majordome. Tout semblait si calme, si posé. Mais je savais que cela ne durerait pas. Alors je profitais de mes quelques heures de tranquillité, car dès le lendemain matin mon époux serait de retour et la peur reviendrait.

Mes pas me guidèrent dans la bibliothèque où j’inspectais nos livres. Je passerais surement ma journée à lire au coin de la grande cheminé du salon. Je finis par attraper un livre parlant des magies étrangères. Je redescendis dans le grand salon, décoré de façon riche et élégante. D’un coup de baguette, je fis ronfler un grand feu dans l’âtre et je me calais confortablement dans un fauteuil, ramenant mes jambes contre moi. D’une main je tenais mon livre et de l’autre, je tortillais entre mes doigts l’extrémité de ma queue de cheval. Je laissais mes yeux parcouraient les lignes et bientôt je fus complètement absorbé dans mon livre.

De temps en temps, le majordome venait m’interrompre pour me demander si tout allait bien, si je n’avais besoin de rien. Je lui répondais toujours avec un sourire et un petit signe de tête négatif. Cet homme que nous avions engagé était d’une grande gentillesse, toujours bienveillant. Si Filius ne l’appréciait que moyennement car il le trouvait lent et empotée, je l’appréciais grandement et il faisait toujours du bon travail. Il m’arrivait parfois même de discuter un peu avec lui quand il n’avait plus grand-chose à faire. Des discussions forts intéressantes mais qui restait rare car mon époux ne s’absentait pas régulièrement. Mais aujourd’hui, il y avait un peu plus de travail que d’autres jours. Le chef des lieux rentrait le lendemain et tout devait briller comme un sous neuf. Une montagne de travail pour un elfe de maison et un homme.

Je me perdais entre les lignes de mon livre quand la porte du salon s’ouvrit. Je levais les yeux, pensant revoir le majordome mais non, ce fut une petite surprise et mon cœur rata un battement. Azrael…Nous nous n’étions pas quitter sur une bonne note deux jours plutôt. Je ne sautais pas de joie de le voir chez moi, à vrai dire cela m’angoissait plus qu’autre chose le fait qu’il soit ici. Ce n’était pas prudent. Mon cœur se mit à tambouriner d’une manière folle dans ma poitrine. Je fermais mon livre d’un claquement sec. Je me levais et je croisais mes bras sous ma poitrine.
« Que me vaut l’honneur de ta visite ? Filius ne rentrera que demain matin, tu devras repasser si tu souhaites lui parler. »


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Mer 11 Jan - 23:00

Thème


Il avait tout détruit. Il avait hurlé, l'alcool bruissant dans ses veines. Son appartement impeccable n'était plus qu'un souvenir alors que ses phalanges saignaient encore, que la violence marquait ses doigts. Il avait bien trop bu tout en détruisant son monde. Comment avait-il pu faire ça ? Comment avait-il pu laisser Thémis se frayer aussi vite un chemin dans son esprit ? La bouteille se vidait de plus en plus vite. Et lui hurlait de plus en plus fort. Le sorcier n'avait plus rien à voir avec l'homme toujours impeccable que l'on croisait au ministère. Il n'était plus que l'ombre de l'auror. Ses mains se glissèrent dans ses cheveux, les planquant un peu plus vers l'arrière en déposant des goutes de sangs dans les mèches brunes. Il se laissa aller aux larmes alors que la colère le rongeait comme le poison qu'il offrait à ses veines avides d'un remède qui n'en serait jamais un. Il fini un nouveau verre cul sec et s'en resservit un encore plus vite. Bientôt la bouteille serait vite mais le sorcier ne s'en rendait pas compte. Bientôt, il tomberait dans les méandres d'un rêve qui n'était pas réel. Comment avait-il pu être assez stupide ? Il n'était plus l'adolescent épris de liberté d'autrefois. Il n'était plus le jeune sorcier venant de perdre sa mère qu'il avait été alors qu'il se laissait tomber entre les bras de Thémis. Elle lui avait tendu la main une fois de plus et lui s’était empressé de la saisir. C’était l’horreur de son cœur qui s’était réveillé, le monstre tapi qui avait séduit une fois de plus. Il n'aurait jamais dû faire ça. Dire qu'il regrettait était un si bel euphémisme. Thémis ne lui appartenait pas, ne lui appartiendrait jamais. Il ne le voulait pas !

D'un nouveau sursaut de colère, il se redressa et envoya voler la table contre laquelle il avait posé son coude quelques secondes plus tôt. Le verre et la bouteille qui s'y trouvaient explosèrent en rencontrant le sol, reversant le liquide ambré sur le parquet étincelant. Les yeux noirs de l'auror suivirent durant quelques secondes le trajet des éclats de verre dans lesquels il aurait voulu enfoncer son poing. La douleur était une plus belle amie encore que l'alcool. Elle lui offrait une réflexion qu'il avait pourtant perdu à l'instant même où il s'était mit à tout détruire. Il ferma les yeux en se rasseyant et prit son visage entre ses mains, essayant les larmes qui coulaient sur ses joues. Il perdait le contrôle et il haïssait ça plus encore que tout ce qu'il avait pu vivre. Il préférait encore devoir ployé le genou pour l'éternité devant le seigneur des ténèbres que de perde ce contrôle qu'il avait sur sa vie, qu'il avait sur le monde qui l'entourait.

La rage fini par s’atténuer alors que ses larmes se tarissaient. Azraël poussa un dernier soupir avant de se redresser, chancelant sur ses jambes rendues lourdes par la trop grande quantité d'alcool dans ses veines et qui tombait brusquement sur ses épaules comme une chape de plomb. Il ne prit pas la peine de quitter son pantalon de survêtement gris et s'enferma sous la douche. L'eau glissa le long de son corps, faisant disparaitre les ultimes traces de larmes. Il gardait les yeux fermés, le visage relevé sur les gouttes qui blanchissait son corps mais ne pouvaient toucher à son âme trop noire. Il avait commis une erreur et son poing s'enfonça dans la carrelage de la salle de bain, laissant une trainée de sang qui fut rapidement absorbée par l'eau. Elle purifiait tout. Sauf son propre esprit vicié.

La nuit fit longue alors qu'il ne parvenait à trouver le sommeil dans ce lit trop froid qui attendait une autre présence à ses côtés. Il dormit par intermittence, réveillé par une sueur froide qui venait se coller à sa chair et par ses propres angoisses. Revenait devant ses yeux bien des visages, bien des cris de douleur qu'il avait lui-même provoqué, le regard aussi dur que l'onyx dont il était fait. pourquoi sa conscience prenait-elle un malin plaisir à venir le tourmenter ce soir alors qu'elle ne l'avait jamais fait en tant d'année ? pourquoi la marque sur son avant bras lui brulait avec plus de violence que jamais ? Le sorcier n'aurait jamais de réponse et il se leva avant l'aube. Ses lèvres trempées dans le café, il regarda le soleil se lever sur Londres. Sa main le brulait encore mais il refusait de la soigner. La douleur le maintenait en vie.

Il enfila une chemise blanche qu'il laissa entrouverte et par dessus un gilet en laine gris sombre. Jetant un dernier regard dans le miroir, il réajusta le col de sa chemise jusqu'à avoir un résultat parfait. Un jean bleu marine vient terminer sa tenue et il poussa un profond soupir. L'auror austère qu'il était au ministère était si loin lorsqu'il ôtait ses costumes noirs. Il fini par transplaner, sans un ultime regard au désordre qui régnait dans son appartement. Sa main le brulait encore terriblement.

Devant le manoir des Nott, il hésita quelques minutes. Thémis était seule et ils devaient parler. parler... pour que tout finisse comme la dernière fois. Il ne savait pas vraiment pourquoi il se trouvait là, comme un imbécile, à attendre quelque chose dont il n'avait pas idée. Il se mettait des œillères. En vérité, il avait envie de la voir. Qu'importe les mots qu'elle lui avait soufflé avant de partir. Au plus profond de lui-même, l'auror voulait lui prouver qu'il n'était pas Filius. Qu'il ne le serait jamais. Alors que les deux hommes se ressemblaient bien trop.

Elle était là, toujours aussi belle, bien trop belle. Il voyait la Serdaigle qu'elle n'avait jamais été dans son air concentré sur le roman qu'elle lisait et dont il tenta de déchiffrer le titre. Azraël ne pu s'empêcher de l'embrasser du regard, de caresser sa peau de ses prunelles noires. Un sourire naquit sur ses lèvres, loin du sourire charmeur qui y vivait habituellement. Il était... gêné d'être ainsi. Il ne trouvait d'autre mot. Et elle semblait bien loin d'être heureuse de le voir.

Je ne suis pas venu voir Filius. Je peux le croiser au ministère et je ne prendrais pas la peine de venir jusqu'ici. C'est toi que j'avais envie de voir et je savais que je te trouverais seule. Aisha est là ?

pour savoir s'il devait se taire, cacher sa présence comme si elle n'avait jamais eu lieu. Il voulait lui parler, il voulait se prouver qu'un coeur battait bien sous sa poitrine malgré toute la colère que cela faisait naitre en lui. Sa main droite vient se glisser derrière son dos, cachant le sang qui avait coagulé sur ses phalanges.

Thémis... Je suis désolé. Je me suis comporté comme un abruti.

Ses mots lui semblaient étranges alors qu'ils sortaient de ses lèvres. Il avait l'impression qu'un étranger les avait prononcé. Azraël Rosier s'excusant. Voilà une chose qu'on n'avait jamais vu. Tout comme le doute qui planait dans ses iris. Il était perdu. Il n'avait plus rien de l'homme qu'il était. C'était un souvenir qui flottait maintenant à sa place. Un souvenir que seule Thémis avait pu voir dans un passé bien trop flou.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Jeu 12 Jan - 13:03

Don't do thatLes mots qu’il prononçait me transperçaient de part en part. Je tentais de rester distante, de garder mes distantes, de ne pas céder à l’attraction qu’il faisait naître quand je le voyais. Il était dans ma maison, je ne devais pas faire de faux pas, je devais rester l’épouse de Filius, je ne devais pas céder. Je ne devais pas me laisser amadouer. Même lorsque le prénom de ma fille résonna. Je ne devais pas céder, je devais rester de marbre, être l’épouse modèle, être une Nott. Une sang-pure fière qui assumait sa position. La prunelle noire de l’homme ne devait pas m’atteindre, elle ne devait pas avoir d’effet sur mon cœur ou sur ma raison. Je devais rester insensible malgré ce léger sourire sincère qui était né au coin de ses lèvres.
« Elle n’est pas là, toujours chez son amie. »

Et dans la situation actuelle, il valait mieux que ce soit ainsi. Car notre secret aurait été beaucoup trop menacé et j’aurais surement ordonné à Azrael de sortir du manoir, de ne pas rester. Mais elle n’était pas là donc c’était moins complexe. Cependant il y avait toujours le majordome et l’elfe de maison. Il fallait discuter prudemment, ne pas commettre d’impaire. Car un seul mot pouvait tout faire voler en éclat. Si un mot était répété, s’en était fini. Je devais donc avancer prudemment, ne pas me vendre. Même si Azrael réussissait à me faire craquer, même s’il arrivait à atteindre mon cœur, même s’il pouvait encore jouer avec car je n’étais qu’une femme faible qui lui avait déjà donné beaucoup trop de chose. Je le sentais au fond de moi, ce que je ressentais pour l’auror aujourd’hui n’était pas bien. Et pourtant, je ne pouvais ignorer les battements de mon cœur. J’avais pleuré de douleur, une douleur sourde qui faisait bien plus mal que ce que pouvait m’infliger Filius.

Je haussais un sourcil face à la remarque du sorcier. Ses remords étaient-ils sincères, je restais néanmoins méfiante. Je ne devais pas laisser mon cœur dicter ma conduite, prendre le dessus sur ma raison. Je devais laisser mon esprit garder le contrôle. Je devais faire taire le tambourinement violent qui régnait dans ma poitrine, cela me rendait malade, j’en avais presque mal. Mais je ne pouvais pas faire autrement. Je ne pouvais faire la même erreur qu’il y avait deux jours. Je ne pouvais. Je ne devais pas.
« Tu es désolé…Tu n’es qu’un sombre crétin égoïste Azrael. Tu ne penses qu’à toi. Mais tu l’as toujours été. Ce n’est pas nouveau. Alors pourquoi es-tu désolé ? Est-ce encore des paroles en l’air pour arriver à tes fins ? Je me demande si tu es capable d’être sincère envers les autres et envers toi-même. »

Mes mots étaient durs, et les prononcer me faisaient mal. Mais je devais me protéger, protéger mon cœur, protéger ma fille. Ne pas redevenir la femme naïve que j’avais été deux jours plus tôt, il m’avait fait miroité beaucoup trop de chose et j’y avais cru comme une enfant. Je devrais me résoudre à passer les restants de mes jours avec Filius. C’était une réalité, pas un rêve. J’avais voulu rêver, et je m’étais brûlée les ailes à espérer. Je ne pouvais pas espérer une telle chose.


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Jeu 12 Jan - 16:09

Thème


Les pensées de Thémis étaient confuses. Emplies d'un mélange étrange d'attirance, d'amour même et également d'une peur qui aurait du en faire frémir plus d'un. Filius était comme une ombre sombre qui rodait au dessus des épaules de la sorcière, prêt à frapper à l'instant où on l'attendait le moins. Azraël baissa la tête. La puissance des sentiments qu'il percevait lui faisait plus peur encore que le silence mortuaire de sa poitrine. Il n'aurait pas dû être là. Mais le répéter encore et encore ne changerait rien. Il ne pouvait défaire une envie qui l'avait embrassé et qu'il avait écouté sans même réfléchir. Thémis le rendait trop impulsif.

Ses sourcils se froncèrent pourtant aux mots de la sorcière. Arriver à ses fins ? Elle ne comprenait donc rien. Elle croyait quoi ? Qu'il était simplement venu ici pour la sauter ? Il avait eu son compte et elle n'était pas la seule femme au sang pur qui trainait dans cette si belle Angleterre. Elle n'était pas unique et elle en le serait jamais. Ses sourcils se foncèrent un peu plus alors que derrière son dos, son poings se serrait, faisant renaitre des gouttes de sang qu'il essuya contre le tissu gris de son gilet. Il poussa un léger soupir avant de tordre sa bouche sur la droite en levant les yeux au ciel.

Tu veux vraiment que je sois un sombre crétin égoïste Thémis ? Tu veux vraiment que je devienne un homme que tu n'imagines même pas ? pour que cette fois tu puisses parfaitemnent me comparer à Filius pas vrai ? pour que tu puisses te dire que je ne suis qu'un sombre connard, en parfaite équation avec ton époux ?

Ses yeux noirs ne la quittaient pas alors que les sourires qui avaient pu naitre sur ses lèvres devenaient de lointain souvenirs. Son visage marquait mal toute la violence qui s'attardait dans son coeur aussi dur que la pierre. Elle l'avait blessé de ses mots et il ne savait réagir d'une autre manière que par une violence qu'il ne contrôlait pas. Ses mots étaient tant vrais. Ses paroles gonflées de tant de choses qu'il n'avait pas envie d'entendre.

Dit le Thémis. Dit le que tu veux le voir en moi. Un Filius plus gentil, plus stupide aussi. Tu oses parler, me demander des choses dont tu sais parfaitement les réponses. Alors que tu t'ai déjà fait une idée bien nette de ma personne.

Il avait envie de tout envoyer balayer ici aussi. Il avait envie de boire et il sentait déjà la flamme de la sueur qui réchauffait son corps trop moite. Il poussa un profond soupir, calmant la colère dans ses veines et essuyant une nouvelle fois le sang de sa plaie non cicatrisée qu'il avait réouverte.

Ce que je t'ai dis tient toujours, quoi que tu en penses. Filius mourra et cela ne changera pas.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Jeu 12 Jan - 16:56

Don't do thatLes mots qui sortaient de la bouche d’Azrael étaient tout aussi cruels que les miens. Je tentais de rester interdite tandis que chaque mot qui m’atteignait faisait saigner mon cœur, le frappait avec une telle force. Mes lèvres se pincèrent avec force tandis que mes doigts se ressaieraient sur mes bras. Je tentais de ne pas craquer, je ne devais pas craquer. Tandis que mon cœur hurlait de douleur, mon esprit se faisait souffrir. En souhaitant de façade qu’Azrael soit l’homme qu’il décrirait. Cela éviterait les écarts, je l’oublierais, je l’enterrais dans un passé qui fut plus doux. Et je pourrais retourner à ma petite vie de femme d’un sang pur sans pitié. Au fond, au plus profond de mes entrailles, je ne le souhaitais pas. Mais la peur me faisait penser des choses horribles, pour me maintenir dans une réalité beaucoup trop cruel, beaucoup trop dure.

Je ne répondis pas, deux entités se battaient trop violemment en moi au point que j’étais incapable de lui répondre. Les mots restaient coincés dans ma gorge. Je ne pouvais répondre. Je ne pouvais répondre une chose que je ne pensais pas au fond de moi-même mais je ne pouvais répondre cette réponse qui pouvait me détruire. Nous aurions été dans un autre lieu j’aurais pu lui répondre, lui donner la réponse qui me détruirait. Je ne savais pas vraiment ce que je devais faire ou ne pas faire. Ma raison hurlait d’un côté et mon cœur de l’autre. Je n’avais plus qu’une envie, les faire taire tous les deux. Les faire se taire pour arrêter cette torture, ce duel qui faisait rage en moi. J’avais l’impression d’étouffer.

Les mots furent encore plus dure, encore plus accusateur. Chaque syllabe qu’il prononçait, chaque mot enfonçait un couteau dans ma poitrine. Je n’arrivais plus vraiment à y voir clair. J’étais soudainement trop indécise. Bientôt tout cela serait un souvenir lointain car la raison ou le cœur l’emporterait. Mais s’il y avait bien une chose qui me caractérisait c’était mon cœur trop grand, trop sensible, trop fragile. Il battait pour des choses simples, il battait pour peu de personne mais ces personnes étaient mon monde. Ils avaient changé ma vie en bien. Ils avaient apporté un peu de lumière dans un monde trop sombre. J’aurais préféré ne pas m’en apercevoir. Mais ce fut trop tard, quelque chose se brisa.

Je pivotais sur moi-même, lui tournant le dos. Laissant les flammes de l’âtre danser sur ma peau, la réchauffant quelque peu. Une larme coula le long de ma joue, je la chassais rapidement d’un geste de la main.
« Arrête…par pitié arrête…. »

Je m’appuyais sur le marbre blanc de la cheminé, tentant de reprendre constante. J’étais chez moi, je ne devais pas perdre pieds ainsi. Mais je n’y arrivais pas. Il promettait la mort de Filius. Encore une fois. Peut-être était-ce vrai finalement. Qu’il le ferait vraiment. Qu’il me libérerait de lui. Je respirais profondément, tentant de me ressaisir. De me détendre. Mais je n’y arriverais pas. Ce trop-plein d’émotion créèrent des fourmis dans tous mes membres et mes jambes me lâchèrent, se dérobèrent. Je tombais sur le parquet sombre, luttant contre les larmes, ma main devant ma bouche. Je me prenais de plein fouet mes sentiments refoulés avec une violence infernale. Je comprenais que tout cela, n’était qu’un amour interdit pour l’auror. J’aimais l’auror depuis le premier jour. Je ne me l’étais jamais avoué. Mais je l’aimais, il m’avait maintenu en vie pendant dix-huit ans par des pensées simples. Aujourd’hui tout avait changé, mais mon cœur battait pour lui, indéniablement. Il ne battrait que pour lui. Car même si ces mots étaient d’une cruauté sans nom, la souffrance que cela me provoquait n’était pas naturelle. Je l’aimais et j’étais prisonnière d’un homme. Mais mon cœur était à Azrael Rosier, j’aimais cet homme.


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Jeu 12 Jan - 21:47

Thème


Les pensées de Thémis étaient plus douloureuses encore que tout ce qu'avait pu entendre Azraël. Elles le détruisaient de l'intérieur alors qu'il voyait tant d'amour et de haine, tant de douleur et de terreur. Ce que ressentait Thémis pour lui était bien trop violent, bien trop puissant. Il se perdait dans les sentiments qu'il ne pouvait toucher mais qu'il sentait tout autour de lui, comme des milliards de liens qui l'attirait à cette femme si particulière dans son coeur qui s'emballait à nouveau. Sa poitrine le brulait. Il se sentait imbécile, planté là comme un piquet, avec ce flot de mots terribles qui sortaient de ses lèvres. Il se sentait idiot à la regarder, à ne parvenir à la laisser entre les mains violentes de Filius. Il devait l'abandonner à son sort, comme le sorcier si égoïste qu'il était. Tous s'accordaient pour le dire, même lui. Alors pourquoi ? pourquoi il ne l'était pas aujourd'hui ? pourquoi il tentait de la sauver de ténèbres qu'il aurait du embrasser ?

Et ces sentiments qui venaient s'enfoncer en lui avec violence. Elle était dangereuse dans sa façon d'aimer. Il ne pouvait lui offrir un tier de ce qu'elle pouvait espérer. Elle l'avait dit avec tant de vérité. Il n'était guère différent de l'homme qu'elle avait épousé. Les deux mangemorts se ressemblaient tant, choses qui les avait autrefois rapproché avant qu'Azraël ne se mette à fuir les Nott comme la peste. Il refusait de voir Aisha grandir. Il refusait de voir Thémis aussi lointaine et aussi proche à la fois. Il aurait dû briser les interdits il y a si longtemps. il aurait dû faire ce que son coeur lui hurlait aujourd'hui de faire.

Il brisa la distance entre eux. Thémis semblait si frêle, si fragile dans ce manoir trop grand où elle n'était qu'une poupée de porcelaine. Il n'eut le temps. Il la vit tomber comme au ralentit, comme dans un film dont la pélicule commencerait lentement à s'enrailler dans la machine folle qui la faisait tourner. L'image était si belle et si tragique. Une comédie romantique où d'un seul coup l'amour vient frapper. Ils n'étaient pas dans un fil et Azraël sentit son coeur exploser dans sa poitrine alors qu'il entendait la tête de la sorcière frapper contre le sol.

Thémis !

Il rompit la distance qui s'était installée en quelques secondes et ses bras se glissèrent avec douceur sous les épaules de la Nott. L’inquiétude faisait naitre une ligne sombre sur son front alors qu'il la regardait, alors qu'il ne parvenait à se détacher de ses yeux verts. Ils le happaient et le faisait devenir un inconnu perdu dans une foule, incapable de se détacher d'une ombre qu'il croit réel. Il perdait jusqu'à son nom perdu dans les iris qui lui faisaient face. Il perdait tout ce qu'il connaissait, tout ce qu'il était devenu.

Ça va aller d'accord. On va s'en sortir, je te le promets. Ça va aller, je te le jure. Ne le laisse pas te détruire plus encore qu'il ne l'a fait.

Les mots étaient doux alors qu'il la tenait contre lui. Leurs souffles se mêlaient mais l'inquiétude faisait disparaitre toute autre idée dans les pensées de l'auror. Elle l'aimait. plus encore que n'importe quoi. Il aurait dû partir, ne pas la laisser espérer un amour qu'il serait incapable de lui rendre. Il n’était pas fait pour ça. Il n'était pas fait pour éprouver quelque chose. Seuls les Rosier avaient ce privilège qui n'en était pas vraiment un. Le coeur d'Azraël accélérait pourtant de plus en plus.

Tout ira bien.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Jeu 12 Jan - 23:16

Don't do thatLes bras d’Azrael s’enroulèrent autour de mes épaules et inconsciemment je me laissais aller contre lui, m’accrochant à la seule chose qui me maintenait vivante, à la seule personne qui faisait battre mon cœur à l’heure actuelle. Je retenais mes sanglots et mes larmes mais cela n’empêchait pas mon corps d’être secoué par de léger spasme, luttant pour retenir ce flot d’émotion qui demandait à sortir. Je luttais contre tout cela, tentant de garder un peu de dignité du à mon sang, du à mon éducation. Je devais lutter et me contenir, ne pas laisser ce tourbillon m’engloutir. Surtout pas sous ce toit. Bien que la façon dont il me tenait ne laissait peu de place à l’imagination. Aucun homme n’oserait me tenir ainsi pour me réconforter. Je restais l’épouse de Filius Nott. Personne n’oserait même avec une excellente raison.

J’écoutais ses paroles qui étaient devenu soudainement si douce. Je laissais ses mots se frayaient un chemin jusqu’à mon cœur, malgré ma raison qui les rejetait avec force. Le cœur était bien plus fort aujourd’hui et ma raison ne pouvait lutter. Je ne pourrais pas être forte, je ne pourrais lutter contre lui, m’opposer à lui encore une seconde de plus. Je bouleversais sa vie, j’en avais conscience, il était un sorcier solitaire, il était ce sorcier qui voulait être libre et je l’empêchais de voler au grès du vent. Je l’enchaînais alors qu’il ne souhaitait peut-être pas, je savais qu’il ne pourrait pas me rendre tout ce que je ressentais mais je ne voulais pas lui réclamais cela. Je ne demandais rien de tout cela, je voulais juste un homme qui me respect, qui ne me fasse pas souffrir comme Filius me faisait souffrir.
« Je suis désolée de t’imposer tout ça Azrael….Tellement désolé… »

Je m’en voulais, il se mettrait en danger pour moi. Notre secret éclaterait au plein jour, ma réputation serait finie et il devrait protéger la sienne. Le seul secret qui subsistera sera la paternité d’Aisha. Jamais cela ne devrait être révélé au grand public car je risquais de perdre bien plus que ma réputation. Mon frère aîné me radierait de la famille Greengrass à tous les coups. Il ne me pardonnerait jamais mon acte. Mais mon amour pour l’auror, les gens s’y feraient probablement, ils oublieront malgré le fait que je devrais porter l’étiquette de la femme adultère.

Tout irait bien, je tentais de m’en convaincre malgré la peur qui me dévorait. Je me calmais cependant quelque peu, pouvant enfin me remettre à respirer de façon plus calme. La présence du sorcier m’apaisait doucement. Je levais doucement les yeux vers son visage. Mes yeux verts détaillant chacun de ses traits, chacun de ses mouvements. J’aimerais m’enfuir avec lui, ne plus recroiser Filius mais Aisha ne pourrait vivre seul avec lui. Il fallait que nous la protégions. Je devais bien avouer qu’elle était ma seule raison de rester dans ce manoir. Pouvoir veiller sur elle de loin, détourner l’attention de mon mari. Afin qu’elle puisse avoir une certaine liberté.
« Il le saura surement plus vite que prévu…Je n’arriverais pas à prétendre, à faire comme si… Je serais trop nerveuse. Tu n’auras pas beaucoup de temps, j’en ai peur… »


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Ven 13 Jan - 0:22

Thème


Ils étaient si proches et pourtant si lointain. Jamais Azraël ne s'était aussi facilement laissé partir. Il n'avait rien but de la journée. Il était venu, avec un mal de tête auquel il ne prêtait pas la moindre attention. Il était sobre et cette sobriété le rendait malade. Il avait besoin de boire, d'oublier ce qu'il lisait dans les pensées de Thémis. Il voulait faire disparaitre les sentiments que la sorcière éprouvait pour lui et qui commençaient lentement à le hanter. Il voulait faire taire les battements de son propre coeur qui explosaient à ses oreilles comme le pas militaire de milliers de soldats. Il ne pouvait se permettre d'être si faible. Il n'en avait pas le droit. Mais à quoi servaient les mots qu'il se soufflait encore ? De toute manière il ne les écoutait pas. Il se contentait de se laisser porter par les éventements, de suivre Thémis dans le gouffre où elle l'entrainait. Le monde, qu'il avait si longtemps réussit à dompter, s'écroulait lentement autour de lui et il ne prenait pas même la peine de relever la tête. Il se contentait de se laisser couler, tenant contre lui le corps chaud de la sorcière, essayant de garder la tête de la Nott hors de l'eau alors que lui s'y engouffrait avec un courage qu'il n'aurait du posséder.

Ils les voyaient, tellement loin d'ici et il ne parvenait à savoir si c'était ses pensées ou celles de la Nott qui dansaient derrière ses yeux. Il se voyait fuir, il se voyait dans un autre monde, loin de celui où ils s'étaient enfoncés dans des rôles qui ne leur convenaient pas. Ils avaient été fou dès la première fois qu'ils s'étaient rencontrés. Ils avaient été aveuglés et Azraël avait été mangé par sa soif de liberté, refusant d'offrir à Thémis quelque chose qu'il n'avait jamais offert à aucune autre. pourquoi elle ? pourquoi s'attachait-il à la seule qu'il n'avait pas le droit d'avoir ? pourquoi vouloir une femme qui pourrait tout lui ôter par sa simple présence à son bras ? Elle était la femme de Filius Nott, la femme d'un homme avec qui il partageait une marque enfoncée dans la peau. pourquoi par Merlin osait-il faire les gestes que son coeur lui guidait ?

Sa main se posa sur la joue de Thémis, qu'il caressa avec douceur. Il remit une mèche de cheveux rebelle derrière son oreille avant d'essuyer ses larmes du revers du pouce. Sa douceur ne pouvait être feinte, tout comme la douleur qui brillait dans ses yeux. Durant une seconde, il l'imagina à lui, ses pensées se mêlant à celles de Thémis. Il ne parvenait à savoir lesquelles lui appartenaient et lesquelles étaient à la sorciére qu'il tenait dans ses bras, si fragile et pourtant si forte. Comme la lionne qu'elle devenait pour protéger sa fille lorsque la douleur se réveillait.

Chut. murmura-t-il, un sourire venant étirer ses lèvres. C'est moi qui suis désolé Thémis. Je t'ai entrainé dans tout ça. Ses yeux se baissèrent une seconde alors qu'il inspirait. Il faut que tu prétendes pourtant. Je ne peux le tuer demain, je ne peux le tuer sur un simple coup de tête. Je ne peux risquer ma vie pour que la sienne soit abrégée le plus rapidement possible.

Il inspira à nouveau, le parfum de Thémis venant caresser ses narines. Il voulait se perdre dans ses bras, se perdre dans sa chevelure, respirer son odeur pendant des heures. Ils n'en avaient pas le temps et l'auror le savait parfaitement. Mais il perdait de nouvelles minutes à la regarder comme il n'avait jamais regardé une femme. La douceur dans ses yeux ne pouvait être feinte, quand bien même il avait essayé à tant de reprise. Azraël n'était pas charmeur ce soir. Juste charmé par celle qui aurait dû le repousser un peu plus à chaque secondes. Ils s'entredétruiraient avec violence, lui dans toute sa violence et elle dans toute sa bonté. Mais pour l'heure, seul comptait le soleil qu'il voyait briller à la mort de Filius.

Tu dois essayer Thémis. penses à moi. Contrôle ton coeur et tes pensées. Ne lui laisse pas voir la moindre chose. Souviens toi des années que tu as passé à Serpentard. Ne tremble pas. Bientôt ma douce. Bientôt il ne sera plus qu'un lointain souvenir. Tu dois juste résister.

Sa voix grave raisonnait dans la pièce vide. Les livres et les flammes étaient les seuls témoins de ce qu'il se passait entre les deux magiciens. Seuls témoins de mots murmurés à l'oreille, seuls témoins de la tendresse que chaque parole d'Azraël contenait. L'auror était balayé par les incertitudes qu'elle faisait naitre en lui. L'auror n'était plus celui qu'il voulait être. Elle le changeait avec une facilité déconcertante qui lui faisait peur. Bien trop peur. Elle pouvait faire tant de choses avec le pouvoir qu'elle avait sur lui, avec son coeur entre ses mains. Et pourtant il restait là, avec Thémis dans ses bras musclés, avec Thémis à qui il promettait une vie sans vraiment s'en rendre compte. Une vie qu'il ne pouvait offrir à personne d'autre que lui.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Ven 13 Jan - 11:53

Don't do thatLa main douce d’Azrael vint se poser sur ma joue, me donnant du réconfort, un peu de courage. La chaleur du contact, réchauffait mon cœur, me détendait, me permettait de reprendre mes esprits petits à petit. Les mots qui avaient été quelques minutes plutôt d’une violence insoutenable devenait soudainement d’une infinie douceur. Entendre l’auror s’excuser n’était pas donné à tout le monde, et je compris que c’était sincère. Qu’il était aussi perdu que moi, nous étions dans une situation où ne pas l’être était difficile. Le destin nous poussait l’un vers l’autre alors que nos mondes étaient si différents, incompatible et nous devions les unir afin de pouvoir redémarrer sur de bonne base. Ce n’était pas simple, c’était même bien compliqué. D’une complexité trop grande pour moi mais que le sorcier pouvait gérer. Je devais juste essayer de jouer mon rôle, de lui faciliter la tâche au maximum.

Je hochais la tête avec lenteur et douceur, tentant de contrôler mes émotions qui m’envahissait toujours autant. Prétendre, cela serait dur. Mais il avait besoin de temps, il avait besoin de préparer le terrain pour se débarrasser de ce qui rendait obscure l’avenir et notre présent. Il avait besoin de temps et je devais le lui offrir, je devais essayer de faire de mon mieux, de ne pas laisser mes sentiments, mes émotions prendre le dessus. Je ne devais pas montrer ma nervosité sur mon crime d’adultère. Filius m’effrayait plus que tout, il m’effrayait par une simple pensée. Son ombre menaçante planait toujours autour de moi, me rappelant à chaque instant qui j’étais, à qui j’appartenais, quel était mon rôle.
« Je sais…je…je ferais de mon mieux. » soufflais-je

Je n’étais pas convaincu par mes capacités. Comme s’il connaissait mes doutes, ses mots vinrent caresser mon esprit, me rappelant une période lointaine, une période où je n’avais pas été cette femme faible. Cette période où j’avais conscience de la violence des hommes, de leur égo et de l’effet que faisait mon corps sur eux. Les regards qu’on m’avait lancé lors de mes jeunes années, et de la manière dont je les tenais à distance pour préserver ma vertu jusqu’au jour où ma route croisa celle du Rosier. Filius avait ensuite réussi à détruire celle que j’avais été, me réduisant à l’état de femme faible, ne devant vivre que pour lui donner ses héritiers, un enfant mâle qui puisse briser la malédiction de son sang. Ce sang maudit qu’il pensait avoir transmis à Aisha mais qui n’en était rien.

Les mots d’Azrael était d’une douceur s’en fin, et mon cœur se serra. Jamais Filius ne m’avait parlé ainsi, même au début de notre mariage, même quand je lui avais annoncé que je portais son enfant qui n’était pas le sien. Jamais il ne m’avait appelé ainsi. Jamais il n’avait eu de geste si tendre, jamais il n’avait eu de mot si doux. J’étais dans ses bras puissants, où je me sentais si en sécurité et à la fois si menacé.
« Cette période me semble si lointaine…je ne suis plus la femme que j’ai été, il l’a détruite. »

Mais elle tenterait de se souvenir, elle tenterait de le redevenir. Afin de lui laisser le temps, afin de lui laisser le temps d’agir et de se débarrasser de ce monstre qui rendait mon quotidien si sombre et qui terrorisé mon enfant. Je devais être la lionne que je pouvais être pour protéger Aisha. Je devais penser à l’espoir d’une vie meilleure au côté d’Azrael. Je devais penser à tout cela, je devais me servir de ses pensées pour devenir plus forte que mes craintes. Je devais les vaincre pour vaincre Filius. Je devais redevenir la femme que j’avais été, la femme qui protégeait ses intérêts, la Serpentarde que j’avais pu être malgré mon caractère de Serdaigle. Je n’avais pas été chez les aigles, si les serpents n’avaient pas été la maison que le choixpeau souhaitait je m’en étais sorti haut la main, je ne mettais pas laisser bouffer par ses fourbes et plein d’ambition et de vices.
« Je ferais mon possible pour te laisser du temps, je te le promets. »

Je me donnais du courage, je tentais de me convaincre. Pour lui. Pour l’homme qui faisait battre mon cœur, pour l’homme que j’aimais. Il était le seul à avoir réussi à le faire battre ainsi. Le seul à l’atteindre. Le seul à pouvoir me briser et me relever. Le seul à qui me faisait respirer. Dans son souffle non contrôlé, des mots s’échappèrent de mes lèvres sans que je m’en aperçoive.
« Je t’aime Azrael… »


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Ven 13 Jan - 13:45

Thème


Il aurait aimé la rassurer, la faire croire en elle-même. Thémis n'était pas une pauvre femme qui n'attendait que les coups d'un homme. Elle devait être plus, elle devait retrouver ce qu'elle avait été autrefois. Celle qui avait réussit à faire flancher le coeur du mangemort, celle qui l'avait entrainé à se confier alors que des larmes coulaient sur ses joues. Il caressa une seconde de plus la chevelure de la sorcière, sentant le sang couler de la main gauche qui retenait toujours son dos. Les battements de son coeur, tout ce qu'elle était, venaient tenter de faire hurler un peu plus la poitrine de l'auror. pour tenter de réveiller le morceau racornit qui tenait lui de coeur à un homme qui avait toujours refusé d'en avoir un.

Laisse moi le détruire comme il t'a détruite Thémis. Tu pourras tout reconstruire. Reprendre ton nom. Redevenir celle que tu as été.

Il la regardait d'une manière si étrange. Qui lui semblait si lointaine qu'il ne pouvait s'empêcher de se sentir partir loin, tellement loin. Les sentiments que Thémis l'entouraient, le détruisait avec lenteur, l'entrainant à l'aimer alors qu'il s'y refusait. Il aurait tellement du partir. Jouer sur la blessure à sa main qui commençait lentement à gouter sur le sol. Il avait mal, mais il ne laissait rien sortir. Jusqu'à ce qu'elle murmure les mots de trop qui lui firent l'effet d'une décharge électrique.

Il se releva, lâchant son dos, lâchant ses cheveux, lâchant son visage. Ses yeux fuirent, refusant de se perdre dans les prunelles qui lui hurlaient tant de choses. Il entendait ses mots. Mais il le refusait. C'était la peur qui le faisait reculer. C'était la peur qui fronçait ses sourcils et non plus la moindre trace de colère. C'était l'angoisse qui le faisait déglutir. Il baissa la tête alors qu'il se relevait et ses doigts se posèrent sur sa main et sur le sang qui ne perdit pas une seconde pour couvrir ses derniers de perles écarlates. Il souffrait, dans son coeur comme dans sa peau.

Je... Je suis désolée Thémis. Je ne peux pas.

Il recula un peu plus, le visage gagné par la panique. Lui, le si grand auror qui n'avait peur de rien se faisait vaincre avec facilité par un simple "je t'aime" soufflé avant tant d’honnêté. Il souffrait, il tremblait. Azraël passa une main sanglante dans ses cheveux, les marbrant d'écarlate. Il avait peur. Et il refusait de se perdre à nouveau dans les yeux verts de Thémis. Il refusait de la laisser comprendre que son coeur hurlait aujourd'hui pour elle et seulement pour elle. par Merlin elle était la femme de Filius ! Quel fou il était.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Ven 13 Jan - 14:25

Don't do thatTout virevoltait comme la neige tombant du ciel. Tombant avec élégance, dans une danse voluptueuse, blanche, pure. Mon cœur enchainait cette danse avec ma raison, dansant pour survivre, pour avancer, pour se battre pour la plus belle cause qui soit. Et bien que la cause soit belle, pure, je savais d’avance que la souffrance m’attendait sur le chemin, elle m’attendait comme une amie familière, pour faire un bout de chemin ensemble avant de se séparer pour laissant la liberté devenir cette nouvelle alliée précieuse. Je pourrais alors oublier dix-huit années de vie, de souffrance et de peur. Je pourrais respirer sans avoir mal, sans que le moindre souffle ne me fasse souffrir comme si des milliers de couteau s’enfonçaient dans ma poitrine. Laissant des plaies béantes dans ma poitrine. Azraël les refermait petit à petit, geste après geste, mot après mot. J’écoutais ses mots, dessinant se futur proche. Ce futur qui serait un renouveau, un départ pour une deuxième vie différente.

Les mots qui s’étaient échappés de mes lèvres sans mon consentement eurent un effet prévisible sur Azraël qui se leva, se reculant, s’éloignant de moi brutalement comme si les mots l’avaient brûlé à blanc. Mon cœur hurla de douleur quand la fraîcheur de l’air remplaça la chaleur de ses bras. Qu’avais-je fait ? Pourquoi ma raison n’avait pas filtré ces paroles que je pensais mais que je ne devais pas dire. Je le savais très bien que cela le ferait fuir. Alors la peur qu’il s’en aille, qu’il me laisse seule après un tel aveu, après de telles paroles irréfléchies me saisit violement, me donnant la nausée. Je ne supporterais pas qu’il s’en aille, qui me laisse seule face à mes démons, face à solitude, attendant que le monstre ne rentre faire son œuvre pour me terroriser.
« Je suis désolée Azraël…pardonne moi…je…je ne voulais pas…je suis désolée…Ne pars pas….ne fais pas ça… »

Je le suppliais de rester, de ne pas me laisser seule. Mon visage se leva vers le sien, voyant sa main ensanglanté. Il était blessée, il s’était surement fait cela lui-même. Mais pour quelle raison ? Surement pour quelque chose que je ne pouvais comprendre ou qui pourrait surement m’effrayait. Mais ce n’était pas ma préoccupation. Je ne voulais pas le voir partir, pas maintenant. Il ne pouvait pas me laisser là, comme ça. Pas maintenant. Je ne m’en remettrais pas et le majordome se poserait surement des questions de me voir dans un tel état. Non il ne pouvait pas partir maintenant.
« Reste…j’en t’en prie… »

Les larmes ne coulaient plus sur mes joues, mais la peur était nettement visible sur mes traits. Mon ventre s’était violemment nouée, et me rendait malade. Je voulais qu’il reste. Je me relevais pour lui faire face, retrouvant quelques forces pour me tenir debout. Légèrement chancelante, je ne fis cependant pas de pas vers lui, de peur de le faire fuir, de peur de le faire reculer. La peur me tordait les entrailles comme jamais.

© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Sam 14 Jan - 0:23

Thème


Il gardait la tête baissé, son regard fendu par la douleur, fendu par la peur. Ses doigts s'accrochaient aux mèches de sa chevelure, faisant un peu plus couler le sang sur sa main. Il capta son regard et il réprima un tremblement. pourquoi ? pourquoi faisait-elle ça ? Il y avait un monde entre sentir les sentiments de la sorcière et les entendre. Il ferma un instant les yeux, relevant la tête, ses mains toujours dans sa chevelure trop sombre. Il se sentait en danger ainsi, avec son coeur qui battait bien trop vite dans sa poitrine et qui n'attendait qu'un instant d’inattention de l'auror pour filer rejoindre celle pour qui il hurlait. Il se sentait mal, à deux doigts de tout envoler voler, à deux doigts de faire encore plus ressortir la colère qui bruissait en lui, à deux doigts de faire renaitre avec plus de violence encore le sang qui maculait ses phalanges.

Il croisait ses yeux et ce qu'il y lu lui fit encore plus mal. Elle avait besoin de lui comme jamais personne avant elle. Il était le seul à parvenir à la maintenir à flot, à l'empêcher de couler. Mais il avait beau la porter à bout de bras, il se sentait attiré si loin dans une noirceur qu'elle ne pouvait imaginer.

A quoi ça sert que je reste Thémis ? Que je te blesse un peu plus ?

Il avait ouvert les yeux. Mais aucune violence ne venait décorer ses traits, juste une douleur qui brulait dans ses yeux, juste une terreur qu'elle ne pouvait comprendre. Il n'aimerait pas. Il n'aimerait plus. Il n'aimerait jamais. Son coeur devait lui appartenir pour l'éternité. Son coeur était un fléau sauvage qu'il ne déchainerait sur personne, qu'il ne laisserait battre pour personne. Il avait peur de l'amour. peur comme il n'avait jamais eu peur d'autre chose. Son trône fièrement gagné, le monde qu'il avait crée et la chute qui l'attendait sagement dans ses pires cauchemars, tout cela n'était rien face à la peur que l'amour faisait naitre en lui. Combien d'hommes avait-il vu tout perdre pour un coeur qui les avait abandonné, pour un coeur qui avait battu pour d'autre ? Combien de vies et de futurs avaient été détruit pour la simple beauté d'un instant partagé ? pour la simple beauté d'un amour en qui Azraël refusait de croire ? Certains ne s'étaient jamais relevé. Et il refusait d'être ainsi. Il contrôlait jusqu'à son coeur rabougrit qui essayait de lui susurrer des mots qu'il refusait d'entendre.

Il était pourtant si faible face aux prunelles de Thémis. Il était pourtant si faible face à la détresse qui lisait en elle sans même avoir besoin de se perdre dans ses pensées. Il se rapprocha et la prit dans ses bras, essayant de ne pas la tâcher du sang qui coulait de sa main.

Je ne suis pas un homme que tu devrais aimé Thémis. Tu sais aussi bien que moi que je lui ressemble. Que les femmes ne doivent s'attacher à moi. Que je ne fais que briser sans jamais vouloir reconstruire. Que je t'ai déjà brisé une fois. Tu ne devrais pas te faire autant de mal.

Ses mots lui semblaient faux tant son coeur lui hurlait de se laisser attacher, de se laisser tomber. Il n'avait pas le droit. Il n'avait pas la force. Il lutterait pour Thémis. Mais de là à l'aimer... De là à lui offrir un interdit, de là à la faire franchir une barrière qu'il mettait entre lui et le monde. Car, s'il aimait Emily et sa fille, il n'aimerait jamais avec autant de violence que ce qu'il pouvait offrir à celle qui capturerait un coeur qu'il refusait de laisser sortir.

Sa main se glissa sous le menton de la sorcière alors qu'il soulevait légèrement son visage, la forçant à le regarder droit dans les yeux. Il ne devait se perdre dans les prunelles qui lui faisaient face, ne devait s'oublier dans les larmes qu'il voulait flotter aux plus profonds de l'océan émeraude qui s'affichait devant lui. Il lui offrit un léger sourire, plus triste qu'il ne l'aurait voulu.

Je ne peux devenir celui que tu veux que je sois tu sais. Je ne peux arrêter de te faire du mal à chaque fois que j'ouvrirais la bouche ou que je me trouverais à tes côtés.

Ils étaient fait pour souffrir, sans jamais réussir à s'aimer comme ils le devaient. Ils n'étaient pas fait l'un pour l'autre, loin de ses personnages hauts en couleur qui devenaient brusquement différents lorsqu'ils rencontraient l'amour et que leur monde était brusquement bercé par un soleil qui ne pointerait pas l'ombre d'un rayon dans la pièce. Rien de tous ces contes n'était vrai dans cette réalité qu'Azraël refusait. Il n'y avait pas d'happy ending pour eux. Juste une souffrance qu'ils pouvaient encore éviter.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Sam 14 Jan - 18:07

Don't do thatA sa question, je n’avais pas de réponse. Il avait raison, je souffrais quand il était là. Je souffrirais toujours mais c’était différent. Cette douleur que je ressentais dans ma poitrine, cette douleur qui me comprimait la cage thoracique me faisait aussi vivre. Cette douleur me permettait de vivre, un jour de plus à chaque fois. Elle me donnait cette force dont j’avais besoin pour continuer d’avancer, pour faire un pas après l’autre. Jamais elle ne s’éteindrait désormais, je vivrais avec. Il était trop tard désormais pour que je puisse espérer vivre sans, elle s’était installé en moi et c’était une vieille amie désormais. On ne repousse pas les amis de longues dates. Je ne pouvais m’en défaire, personne ne pourrait m’en défaire. Ni Filius, ni Azraël, ni Aisha. Personne. Elle était ancrée en moi comme chacune des cicatrices qui parcouraient mon corps. Elle faisait partie de moi.

Je restais donc silencieuse à ses deux questions, ne sachant que répondre. J’avais terriblement besoin de lui alors qu’il me détruisait. Mais nous convoitions ce qui nous détruisait, c’était dans la nature de l’homme d’être ainsi. Je ne pouvais lutter contre cela. Mais il finit par revenir et me prendre dans ses bras qui me donnait se sentiment de sécurité. Je posais ma tête contre son épaule, respirant son odeur interdite. Laissant la chaleur de son corps réchauffer le mien. Il était tout ce dont j’avais besoin. Il pouvait bien ressembler à Filius, leur différence faisait toute la différence. J’aurais pu aimer Filius, il aurait pu avoir mon cœur, s’il n’avait pas exprimé sa violence contre moi, s’il n’avait pas levé la main sur moi. La différence entre eux était de taille. Azraël ne pouvait me détruire physiquement même s’il en était capable. Il ne le ferait pas.
« Je sais…Mais toi contrairement à lui, tu ne peux pas me détruire physiquement. Et ce détail fait toute la différence. Tu n’as jamais levé la main sur moi…je peux reconstruire moi-même mon cœur, et mon esprit. Mais mon corps…je ne le peux…tu me feras souffrir, je le sais, j’en ai conscience…Mais je sais aussi…que tu peux être là…et ne pas me faire du mal, que tu peux me laisser me relever…lui en est incapable… »

Je laissais sa main redresser ma tête pour que nos visages se fassent face. Je me laissais envahir par les iris obsidiennes qui étaient en face des miennes. Sa voix résonnait dans ma tête, lointaine. Je m’accrochais à quelque chose d’inaccessible et cela me ferait tenir, je ne pourrais ainsi me laisser aller à la dérive. Mais si je ne pourrais jamais l’effleurer du bout des doigts, je continuerais d’avancer, tentant d’y parvenir. C’était un rêve rempli d’illusion mais il laissait cette pointe d’espoir qui me permettait de respirer, de sourire, de tenir debout. Il ne pouvait peut-être pas le comprendre. Cela m’était égal.
« Je sais et ne le soit jamais. Je n’ai pas besoin de ça pour continuer d’avancer. Je ne veux pas retomber dans les méandres de tourment bien trop compliqué. Je veux juste…pourvoir vivre dignement, ne plus faire semblant d’être celle que je ne suis pas. Ne change pas pour moi, ne le fait jamais. »

Je le voulais pour ce qu’il était, pas pour ce qu’il pouvait m’offrir ou pas. Cela m’importait peu. J’aimais cet homme mais c’était qu’un détail enfoui au milieu d’autres. Peu m’importait, s’il ne me disait jamais ce qu’une rêve femme d’entendre. Je voulais juste être à ses côtés, juste me tenir à ses côtés. Je me contenterais de peu parmi tous mes espoirs et mes désirs.

© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Lun 16 Jan - 14:37

Thème


Elle se posa contre lui comme si tous les mots qu'il sifflait avec tant de violence n'avaient pas d'impact. Thémis pardonnait avec tant de facilité les horreurs qu'il pouvait glisser sans même contrôler ses pensées. Il lui brisait le coeur avec application et pourtant elle continuait à se laisser bercer par les illusions, par des fantasmes inavouables. Il n'était pas celui qu'il lui fallait et pourtant elle l'avait choisi en toute connaissance de cause. Azraël embrassait son odeur, se perdant dans leurs pensées. Il lui était difficile de séparer les deux, de trouver ses propres pensées. Son coeur allait trop vite, l'empêchant de contrôler aussi bien qu'habituellement un pouvoir sur lequel il avait pourtant la main mise. Elle changeait son monde. Elle faisait mourir tout ce qu'il avait rêvé. pour lui offrir un rêve plus puissant encore, plein des sensations que seule la réalité offrait.

Un sourire se dessina à nouveau sur les lèvres d'Azraël aux mots de Thémis et il ne pu s'empêcher d'embrasser ses lippes avec douceur, sans la violence et la passion qu'il mettait habituellement dans ses baisers. Il clouait de ses lèvres une promesse muette qu'il lui faisait et qu'elle ne pouvait que comprendre. Il cloua de ses lèvres leurs secrets et ce nouveau mensonge qui faisait pourtant battre le coeur du sorcier. Ce n'était la passion interdite que l'entrainerait à la prendre dans ses bras et à la coucher dans un lit pour mieux redécouvrir des gestes dessinés par bien des Hommes avant eux. C'était quelque chose de bien plus fort encore. Jamais les mots qu'elle rêvait d'entendre ne franchiraient les lèvres d'Azraël. Mais il lui prouvait ce coeur qui s'ouvrait lentement de ce baiser aux relents d'interdit.

Il mit fin à leur baiser mais ne s'éloigna pas. Leurs visages n'étaient qu'à quelque centimètres, leurs souffles s’emmêlaient comme leurs pensées dans un flot d'image que Thémis ne pouvait voir. Un sourire revient sur les lèvres d'Azraël alors qu'il lui murmurait, presque comme un secret qu'il n'aurait jamais du souffler :

On ne devrait pas être là hein ? Du moins pas ensemble ?

Mais tout dans son visage prouvait que sa question n'en était pas une et qu'il se fichait de voir Filius arriver à l'instant présent, brisant ce qui se formait lentement entre les deux sorciers. S'il avait su, voilà longtemps que d'autres marques seraient venues parer le corps de Thémis. Dans un voeu égoïste, Azraël se fichait des conséquences. Il se laissait porter par un instant bien trop calme, qui n'attendait qu'un détail pour exploser, pour que les larmes coulent à nouveau, pour que la violence revienne hanter la poitrine apaisée de l'auror.

promet moi que tu seras prudente. Que tu feras tout pour qu'il ne sache rien jusqu'à ce que je trouve un moyen de le faire disparaitre. Je ne lui pardonnerais pas et pire encore, je ne me le pardonnerais pas s'il t'arrivait la moindre chose par ma faute.

Ses iris sombres avaient perdues de leur noirceur, laissant leur couleur foncée redevenir plus claire. Azraël n'avait pas les yeux noirs contrairement à ce que beaucoup pouvait croire. Ses prunelles étaient bien plus douces, bien plus brillantes des restes de larmes que ce que chacun imaginait en pensant à l'implacable auror. Thémis avait le chance de voir un autre homme. Ou plutôt le malheur de le laisser autant s'attacher à elle. Elle s'en brulerait les ailes, comme toutes. Azraël ne faisait que détruire. Toujours.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Sang Pur + we are the original

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 406
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Mar 17 Jan - 19:14

Don't do thatLe baiser d’Azrael fut empli d’une douceur qui me fit frissonner, ce long frisson remonta tout mon dos, remontant dans ma nuque pour venir mourir à la racine de mes cheveux. Un baiser doux, interdit, mais qui me permettait de respirer, de me donner ce courage, cet espoir. Une force invisible se faufilait en moi, j’ignorais bien d’où elle venait et combien de temps elle serait là, en moi. Mais c’était là, et je me sentais si loin de ce manoir qui ne m’appartenait pas, que je n’avais jamais réellement appelé : chez moi. C’était un lieu où j’habitais mais je ne considérais pas cela comme mon foyer. Je ne voulais pas vraiment comprendre ce qu’il m’arrivait, je voulais juste le vivre, je voulais laisser mon cœur battre parce qu’il pouvait vivre, parce qu’il pouvait se sentir libre.

Le baiser prit fin et j’ouvrais lentement les yeux me replongeant dans l’océan sombre qui me faisait face. Nous étions si prêt, l’interdit se ressentait avec une force incommensurable et pourtant nous étions là, nos visages à quelques centimètres l’un de l’autre dans un lieu où nous ne devrions pas être si proche. Mais nous l’étions et cela ne me gênait plus, je n’avais plus peur. Je n’avais pas peur de le faire, de tromper mon époux. Tout semblait changer, si vite. La lumière perçait au bout de ce couloir si sombre que j’avais emprunté dix-huit années plus tôt.
« Non, nous ne devrions pas…Mais qu’importe… »

Au final j’étais contente qu’il soit venu ici. La colère, la douleur que j’avais ressentie n’était qu’un lointain souvenir. Je n’étais pas rancunière, et je pouvais surement tout lui pardonner. Même les plus odieuses paroles. Pourquoi ? Je n’en savais rien. Il y avait des choses qu’on ne peut pas expliquer et cela, en faisait en partie. Il avait quelque chose de plus que Filius. Il avait cette chose qui le rendait différent, j’ignorais ce que c’était, je ne saurais dire quoi. Alors lui promettre d’être prudente, je le pouvais, et je ferais mon maximum pour l’être. Ne pas donner d’occasion à mon mangemort d’époux de se servir de moi et de découvrir mon secret.
« Je te le promets, il ne saura rien. Comme il n’a jamais sur la première fois, il ne saura rien pour nous. Je te le promets. Tu peux dormir l’esprit tranquille. »

Un léger sourire flotta sur mes lèvres, un sourire rassurant, insouciant, innocent. J’avais gardé un secret pendant dix-huit ans, je pouvais garder un nouveau pendant quelque temps, le temps qu’il trouve la solution à notre problème. J’en étais capable après tout, et jouer la comédie était devenu un jeu assez aisé maintenant.

Je vins lentement capturer ses lèvres avec douceur, m’enivrant de son odeur, du gout des lèvres, du contact qui se créer entre nous. Mais un bruit derrière la porte, me fit rompre le baiser brutalement et je m’écartais bien vite du sorcier, tentant de remettre un masque qu’on voulait que j’ai. Mon cœur venait de s’emballer et la peur s’insinua dans mes veines en guise de prévention.
« Je…je transmettrais tes salutations à Filius dès qu’il rentrera… »

Faire comme si rien ne s’était passé quelques secondes plus tôt n’était pas simple, prendre une conversation qui n’avait jamais commencé en cours, inventer pour sauver la mise, n’était pas simple.


© 2981 12289 0


I CAN'T CONTROL
THIS BLOODLUST
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 871
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   Mar 17 Jan - 21:16

Thème


Il aurait pu rester une éternité avec contre son coeur cette femme si belle et si désirable. Il la sentait frissonner contre lui, comme si ses lèvres lui offraient des sensations qu'elle n'avait jamais connu. Il lisait dans ses pensées comme dans un livre ouvert, il y voyait tant d'espoir, tant de sentiments. Il aurait du avoir encore plus peur. Il aurait dû partir, tout envoyer voler avant de la faire croire à nouveau. Mais voilà... Il croyait avec elle. Il espérait avec elle. Et il voyait son coeur, si noir et si lourd se mettre lentement à battre.

Un sourire étira les lèvres du sorcier alors qu'il retrouvait celles de Thémis et qu'il entendait ses paroles. Elle avait moins peur. Elle n'avait pas de raison de frémir. Il serait là. Toujours. Et Filius ne faisait que raccourcir un peu son espérance de vie en continuant de traiter Thémis à la manière d'une elfe de maison, comme si elle n'était rien d'autre qu'une créature tout juste bonne à assouvir ses plus noirs désirs. Azraël ne savait qu'une partie de ce qui se passait ici et jamais il ne poserait la moindre question, par peur de ce qu'il pouvait lire derrière les iris de la sorcière. Il sentait l'odeur du sang sans même demander. Alors, lorsque les souvenirs s’engouffreraient dans les pensées de la jeune femme, il n'osait imaginer ce qu'il y lirait.

Il aurait pu rester des heures dans ses bras, contre ses lèvres mais elle mit fin à leur étreinte violemment, le repoussant alors qu'il redressait un sourcil interrogatif. Il ne comprit que lorsqu'il entendit le bruit à l'origine de la réaction trop brusque de la jeune femme. Il se retourna, jetant un regard suspicieux à la porte. Il y avait derrière quelqu'un qui les avait entendu. Il ne pouvait se permettre d'ouvrir en trombe la porte pour savoir qui mais ils devaient se méfier. Ils devaient être prudent, comme leurs écarts de conduite passé leur avait si bien apprit.

Avec plaisir Thémis. Mes salutations à Aisha lorsqu'elle reviendra. Je pense que nous nous reverrons bientôt, le ministre a prévu une grande cérémonie où vous serez très certainement invité avec Filius.

Il inclina respectueusement la tête, redevenant en quelque secondes cet homme froid qu'elle ne connaissait que trop bien. Sans plus un regard, sans plus un baiser, il tourna les talons, sentant encore le sang couler sur ses mains. Son dos était tâché par les larmes carmins qu'il y avait essuyé mais peu importait. Thémis avait vu la douleur de ses phalanges et si elle ne comprendrait pas, elle n'avait de toute manière pas de raison d'être inquiète. Il lui avait juré : il serait là pour elle.

Il se dirigea jusqu'à la porte sans plus un murmure, se contentant juste d'un dernier regard avant de disparaitre dans l'immense manoir des Nott. Il ne traina pas, ne chercha pas même à s'attarder, se contentant de croiser l'elfe de maison qui lui renvoya un regard suspicieux auquel il répondit, les sourcils froncés. Qu'est ce que cette créature faisait si proche de la bibliothèque ? Azraël balaya pourtant ses soupçons avant de transplaner. Cette nuit encore il n'allait pas dormir.

Rp terminé


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Don't do that || Azémis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't do that || Azémis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto ::  :: La pensine :: Les écrits terminés-
Sauter vers: