Partagez | 
 

 One to rule them all | Jonathan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Jared Leto
+ photo :
+ âge : 28 ans
+ doublon : Azraël Rosier, Alexiane Spike, Louise d'Auberive
+ messages : 91
+ date d'inscription : 21/01/2017
+ commentaires :
Wake up !


MessageSujet: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 17:49


 
 
Jonathan Ilios Salzman

 

 +  Âge et date de naissance : 28 ans, né par une belle matinée de printemps, il ne sait pas la date exacte. Sur les papiers, ils lui ont mit le 21 Mai 1981. En terme d'astrologie, il pense être né plus tôt dans le mois. + Profession : Sans emploi réel. Il traine à droite à gauche dans des affaires toutes plus louches les unes que les autres. On raconte qu'il s'est lancer dans le commerce d'objet illégaux mais les rumeurs sont nombreuses et on ne peut savoir lesquelles sont réelles et lesquelles sont fausses. Il touche à tout sans rien terminer. + Nature du sang : Pour tout dire, il n'en a aucune idée. Il s'est plu à se persuader que son sang était presque pur quand il était jeune. Maintenant il s'en fiche comme de sa première paire de chaussette. De toute manière, il n'a connu ni son père ni sa mère. + Statut Matrimonial : Célibataire. Il tombe amoureux trop vite mais il se lasse aussi rapidement. Ses amours sont violents, fulgurants. Pour mieux mourir au bout de quelques mois. Avec lui, aucune relation n'a duré si ce n'est celle, toute particulière, qui le lit pour toujours aux piqures sur ses bras. Influence et Richesse : Il est né dans la pauvreté et l'inconnu. Sans nom de famille, sans identité. Il s'est fait tout seul. Dire qu'il est riche aujourd'hui serait mentir. Dire que tous savent son nom aujourd'hui serait mentir. Son visage est par contre connu et pour cause. Une affiche WANTED le porte avec une jolie prime. Il est recherché par les aurors.  Sans richesse notable. + Ancienne Ecole/Maison : Il n'a pas fini sa scolarité. Jonathan a été difficile à placer dans une maison et le Choixpeau a hésité pendant de longues heures avant de l'envoyer à Serpentard. Il était trop courageux pour cette maison mais bien peu porté sur les valeurs des Gryffondors. + Baguette : Bois d'aubépine, pour les sorciers aussi conflictuels que lui, aussi étrange et changeant. Plutôt petite, elle ne mesure que 19 centièmes et est très souple. Elle est très récente, il ne l'a que depuis quelques années. + Patronus : A vrai dire, il n'en a jamais produit. Mais s'il y arrivait, il aurait un épervier. Cruel, imprévisible et dangereux. + Epouvantard : L'ombre de son bourreau d'enfance, revenu d'entre les morts, revenus pour se venger avec la fureur qu'il mettait dans les coups d'autrefois. + Miroir du Risèd : Lui. Une femme, des enfants, des parents. Une famille qu'il ne connaitra jamais. + Particularité magique : Sa magie n'est pas très puissante et voilà longtemps que Jonathan a tronqué sa baguette pour des poings violents. Il utilise toujours la magie dans sa vie de tous les jours. Mais dans un duel, il ne vaincra pas les aurors en combat. +  Particularité physique : Ses avants bras sont marquées de traces de piqures qu'il ne cherche même pas à cacher. Dans ses veines, la drogue coule à flot et cela commence déjà à marquer son visage. Il a également une forte tendance à changer de coupe de cheveux très régulièrement, tentant tout en riant de lui-même. Il a un tatouage sur l'avant bras, une phrase écrivant : "va où tu peux, meurs où tu dois"

 

 
New order of equality

 


 
Que pense votre personnage de la prophétie ?

 Jonathan se considère comme un enfant de cette prophétie étrange. La magie dans ses veines est faible et elle le devient de plus en plus. Il ne sait si ses parents étaient de puissants sorciers mais il sait parfaitement qu'il ne le sera jamais. Il croit aux paroles soufflés par les voyants. Les prophéties se sont toujours révélées réelles et elles ont autrefois plongé le monde dans quelque chose de tragique et de violent. Il aurait aimé se battre à l'époque. Dans les rangs d'homme qui n'auraient jamais accepté sa présence car il était un enfant des serpents, un monstre de sadisme et d'égoïsme.
Aujourd'hui, la prophétie lui a donné un but. Quelque chose d'étrange qui le maintient en vie, qui le maintient aux côtés d'hommes, de créatures faites de chair loin, très loin de ses amis de verre. Il oublie lentement le monstre en lui en tuant pour une cause. Sa violence est mise au service de réalités en lesquelles il croit avec fureur. Et sans la prophétie, jamais les sorciers ne se seraient réveillé, jamais les sorciers n'auraient attaqué.  Il veut savoir ce qu'est cette sombre magie. Au plus profond de son coeur, il rêve même de la maitriser, liant ses veines à une autre drogue mortelle encore plus puissantes que celle qui y glisse aujourd'hui. Une magie noire qu'il n'avait pas la force de contrôler.

 

Histoire


  "On dit : le mal triomphe partout là où les hommes de bonne volonté ont échoué. Il suffirait de dire : le mal triomphe partout"
__________


" La vie nous fait parfois des putains de cadeaux, mais le plus souvent, ce n’est rien d’autre qu’un chantier "

Le soleil commençait doucement à tomber du ciel, remplacé par la lune. Les reflets de cette dernière illuminaient l’océan, s’accrochant à la chevelure blonde d’une jeune adolescente. De ses lèvres rosées s’éleva un gémissement, mais ce dernier était loin d’être comparable à de la douleur. Le corps du brun collé contre elle semblait être fait pour l’accueillir, fait pour qu’elle se sente belle et la meilleure du monde. Il lui chuchotait des mots doux, la faisant rire. Il l’embrassait, trop de fois. Elle se sentait tellement belle. Elle se sentait bien. Nicolas était celui qu’il lui avait toujours fallu. Elle le savait, même si elle venait de le rencontrer, même si elle avait bien trop but. Où étaient ses amies ? pourquoi elles l’avaient laissées seules ? Mais fuck. Elle gémit une nouvelle fois, plus fort. Elle commençait à ressentir quelque chose. Il était doué. Très doué. Elle en avait vu d’autre, il n’était pas sa première nuit. Mais il était le plus beau qu’elle n’ait jamais eu à son bras. Elle éclata de rire lorsqu’il se retira et croisant ses magnifiques yeux bleus, elle soupira de nouveau.

T’es beau en faite.

T’avais pas vu encore
Elle est où tu sais….

Il éclata de rire avant de la laisser là, à moitié nue. Il avait eu ce qu’il voulait. Il pouvait maintenant rire. La voir se détruire lorsqu’elle comprendrait. Les filles étaient idiotes. Toutes semblables, toutes follement amoureuses de quelqu’un qui ne les aimerait jamais. Une gueule d’ange, un sourire ravageur, beaucoup d’alcool et elles ne pensaient même plus aux protections. Elles ne pensaient plus à ce que leur parents leur avaient appris. Ne jamais faire confiance à un inconnu. Un homme de soirée rencontré par erreur en était un. Mais ça, elles l’oubliaient à chaque fois. Tant pis pour elles. Son sourire était magnifique. Il lui avait pourri la vie, il le savait mais n’en éprouvait aucun remord. Il entendit ses sanglots mais ne s’arrêta pas. Il rattacha sa fermeture de pantalon, récupéra son Marcel et partit. Il avait d’autre fille à séduire. Il avait d’autres proies, d’autres personnes à qui il devait faire croire qu’elles étaient uniques. L’adolescente était perdue sur sa plage, perdue dans l’envie d’embrasser de nouveau ce garçon. Cette soirée allait surement être sa préféré et comme d’habitude, elle allait tomber amoureuse. Il était d’une beauté à couper le souffle, avec son corps parfait, ses cheveux bruns. Mais ce qui l’avait accroché, ce qui lui avait fait le suivre, c’était ses yeux bleus qui promettaient monts et merveilles. Et c’était elle qu’il avait choisi pas une autre, pas l’un de ses amis au corps plus parfait. Non, elle, avec son corps qu’elle trouvait trop gros, ses yeux noisette dont elle n’était pas fière. Finalement, le seul petit ami qu’elle n’est jamais réellement eut avait raison. Elle était magnifique.

______________
"Elle ? Une femme, j’en sais rien de sa vie, et sincèrement les gars, c’est pas mon problème. "

Neuf mois. C’était le temps qui avait passé. La nuit était toujours là. La Lune aussi. Mais lui, il n’était plus là. Et l’adolescente qu’il avait séduite hurlait une fois de plus. Mais de douleur cette fois. Elle pleurait toute les larmes de son corps, elle criait à s’en déchirer les poumons. Personne ne lui porterait de l’aide. Bien sûr, il y avait les gens de l’hôpital qui essayent. Mais elle se sentait effroyablement seule. Ses parents l’avaient laissé tomber quand ils avaient appris. Ses amis aussi. Et même la magie semblait l'avoir désertée. Elle ne parvenait plus à effectuer le plus petit sort comme si ses larmes avaient pompés tout ce qui la représentait. "Une sang pure ne fait pas ce que tu as fait Nathalia ! Va t'en, tu ne fais plus partie de la famille !" Elle hurla, s’évanouit de nouveau. Elle ne voulait pas de cet enfant, elle n’avait pas voulu que son ventre grossisse. Pas voulu qu’une vie s’échappe de son corps, pas maintenant. C’était bien trop tard, elle ne s’en était pas rendu compte assez vite. Et maintenant. C’était trop tard pour faire marche arrière. Elle hurla, mais, lorsqu’ils lui tendirent l’enfant, elle le dévorait des yeux. C’était un petite part d’elle-même. C’était un bout de sa chaire. C’était peut-être une erreur, mais elle voulait le garder. Elle le pressa contre son cœur, tient sa petite tête. Les cheveux brun sur son front voulaient tout dire. Il ressemblerait à son père. Mais elle ferait tout pour qu’il ne se comporte jamais comme lui. Qu’il traite les filles avec respect. Qu’il soit digne d’être un homme parfait.

Les mois qui suivirent furent durs. Un logement miteux, des dettes qui s’amoncelaient. Et cet enfant qui n’arrêtait pas de pleurer. La cigarette à la main, celle qui avait été une sublime blonde voilà seulement quelques mois. Elle attacha fermement le garrot qui liait son bras gauche, et l’aiguille dans sa peau l’envoya voler vers d’autres rives. La poudre qu’elle s’injectait dans les veines la faisait oublier, du moins elle le croirait. Et le bébé pleurait. La porte s’ouvrit pendant qu’elle sourirait, les vestes bleues des hommes ne lui arrachèrent même pas un cri. Elle mourut deux semaines plus tard d’une overdose, dans la rue où elle avait vécu. Elle avait tout perdu pour une nuit de bonheur. Tout oublier. Elle n’avait pas compris comment tout c’était fini. Elle se souvenait uniquement du visage de celui qui lui avait fait ça. Des yeux qui ressemblaient bien trop à ceux de son fils. Il était le même. Elle le haïssait. Elle ne le révérait plus jamais. Elle n’en avait rien à faire. Il trouverait une meilleure famille sans elle. De toute façon, elle ne voulait pas avoir un enfant. Elle voulait rester l’enfant qu’elle était. Continuer à s’amuser comme elle le faisait. Pourquoi elle avait bu cette soirée. Elle ne voulait pas venir à la base. Elle devait rester chez elle mais ses amies avaient fait le forcer. Celle qui était magnifique durant son adolescence n’était plus qu’une loque sur le plancher. Une ordure de plus dans ce que le monde comptait de déchet humain. Et lui ne se rappellerait pas d’elle. De toute manière, elle ne voulait pas qu’il se rappelle d’elle. Elle voulait qu’il trouve une gentille famille. Elle avait froid… Tellement froid… Tout ce mélangeait dans sa tête. Elle gelait.

Avant de faire quoi que ce soit de l’enfant, les services sociaux recherchèrent l’identité de son père. Il ne l’avait pas reconnu, mais peut-être qu’il voudrait de lui. Et les orphelinats étaient remplis de mômes comme lui, qui ne savait pas quoi faire de leur vie et passaient souvent de barreau en barreau. Ils ne trouvèrent pas le brun que leur avaient décrit les amies de la mère de l’enfant. Ils ne trouvèrent personnes. Elle n’avait plus de parents, elle n’avait plus de famille. Ils devaient faire ce qu’ils refusaient. Ils le laissèrent là, annonçant juste son prénom aux agents de l’orphelinat. Jonathan. C’était tout ce qu’ils savaient. Et c'était tout ce que le jeune garçon ne saurait jamais.

______________
"Tu ne me crois pas ma belle ? Pourtant, je suis un fantôme "

Les années ont passé. La solitude a fait son chemin dans la vie du jeune homme. L’orphelinat fut aussi dur que ce qu’ils avaient prévu. Il grandit au milieu d’enfants violents, qui lui arrachèrent le peu de gentillesse qu’il aurait pu posséder. Il aurait pu être un enfant presque parfait. Mais l’un des autres l’en empêcha. De cinq ans son ainé, il lui fit très rapidement comprendre qu’il ne servirait jamais un rien d’autre. Il fit de sa vie un enfer. Jonathan n’aurait jamais cru qu’on puisse pleurer devant un homme. Qu’on puisse avoir aussi peur de quelqu’un. Que les marques de brulures pouvaient rester pendant aussi longtemps sur le corps d’une personne. Et malgré sa, il grandissait. Il devenait différent. Plus dur, plus cruel. Il apprenait petit à petit, se rendant contre qu'il était bien différent des idiots qui vivaient dans l’orphelinat. Que lui avait un petit quelque chose en plus. N'en parlant à personne, le brun apprenait doucement à diriger cette rage sauvage qui lui emplissait le cœur. Il cherchait à comprendre d'où il venait, ce qui l'avait rendu de la sorte. Grand solitaire, il évitait la compagnie des autres enfants pour se concentrer sur lui-même. Le jeune sorcier était un enfant comme les gardiens en virent peut. Il faisait peur aux autres, il était mystérieux. Son rire ne s'attachait jamais à celui des autres, son sourire ne s'accrochait jamais sur ses lèvres. Il n'était pas malheureux. Il ne montrait seulement jamais le moindre de ses sentiments. Personne ne devait connaitre ce qui lui passait par la tête, ce qui le changeait. Il restait de marbre dans toutes citations, et même ses larmes avaient arrêté de couler quand son bourreau venait le rejoindre.

L'enfer le happait lentement alors qu'il fermait les yeux, alors que ses cuisses s'ouvraient contre sa volonté. Il mordit plus d'une fois les oreillers de son lit. Il se sentait ravagé, détruit de l'intérieur. Mais il ne parla pas, il ne se rebella pas. Il se contentait de souffrir et de sentir la rage gonfler dans sa poitrine. Dans ses nuits les plus sombres, il voyait le corps sans vie de son bourreau. Dans ses nuits les plus sombres, il sentait l'odeur du sang qui glissait sur sa peau et maculait son visage. Il se changeait lentement en un autre et les prémices du monstre se frayaient un chemin dans son coeur.

______________
THEME || "Il m'a dit que ce serait ma maison. Que je serais un enfant parmi les autres sorciers. Mais je voulais plus. Je voulais être un génie parmi les mortels. Je voulais l'immortalité, qu'importe si j'allais souffrir. "

Puis vient la lumière dans l'ombre. Lorsque vous croyez avoir touché le fond et que, d'une brusque impulsion, quelqu'un vous tire de l'eau sombre dans laquelle vous vous êtes enfoncée, indépendamment de votre volonté. La main tendue que, tel un chien sauvage, vous hésitez à prendre même si votre moi inconscient vous souffle qu'elle seule saura vous sauvez. Pour Jonathan, la main se présenta sous la forme d'un homme immense, au visage mangé par la barbe, aux petits yeux aussi luisants que la carapace d'un scarabée. "Tu es un sorcier Jonathan. Et tu rejoindras d'autres sorciers." Si cela aurait été magique pour n'importe quel enfant, le brun hésita à prendre cette main tendue. Il n'avait rien, mais il n'avait surtout rien à perdre. C'est avec les bourses qu'offraient le ministère de la magie qu'il put s'offrir des livres et des robes de sorciers. Du haut de ses onze ans, Jon' voulu se rendre seul sur le chemin de Traverse et c'est toujours seul qu'il s'aventura dans les ruelles dangereuses de l'Allée des Embrumes. De tous les magasins de l'allée sorcière, Barjork et Beurk laissa une emprunte dans son esprit et il se jura qu'un jour, il aurait suffisamment d'argent pour se payer quelque unes des merveilles sombres qu'il avait vu.

Comme tous les jeunes sorciers de son âge, le petit brun fut réparti dans une maison. Le choixpeau mit longtemps à se décider, très longtemps, et le jeune homme restait assit sur un tabouret trop haut, ses pieds ne touchant le sol alors que son visage était masqué par les bords du choixpeau. Jonathan ne connaissait rien à Poudlard. Bien sûr, il avait lu tous les livres qu'il avait pu acheter mais c'était bien peu. Face aux autres enfants qui eux connaissaient tout, il était perdu. Le choixpeau fini pourtant par trouver et l'envoya à Serpentard. Les applaudissements retentirent, mais ils ne marquèrent pas le jeune sorcier. Non, c'était les regards emplis de haine qui venaient de la table aux couleurs rouge et or qu'il ne connaissait pas. Ils deviendraient ses ennemis, pour une guerre idiote entre deux maisons. Qu'importait. Il ne pouvait de toute manière choisir un autre lieu.

Dire que Jonathan fut un élève brillant serait mentir. Il n'arrivait à contrôler cette magie étrange qui coulait dans ses veines, il n'arrivait à suivre les cours, se contentant de regarder par la fenêtre. Il rêvait au monde qui l'attendait dehors, à la sombre forêt caressée par une légère brise. L'ondulement des branches le berçait chaque jour un peu plus. C'était sa vie qu'il voyait, ballotée, comme l'étaient les feuilles qui rougissaient puis verdissaient chaque années. Cette monotonie devenait celle de sa vie. Les journées étaient identiques et même les étés où il devait retrouver ce bourreau qui lui faisait toujours autant peur, que le faisait devenir une faible chose tremblotante dans son lit en attendant que les rires viennent jusqu'à lui et que son corps soit un peu plus déchiré.

En cinquième années, Jonathan n'avait toujours pas vraiment d'ami. Il trainait avec ceux qui voulait bien de lui mais le tempérament solitaire du garçon l'entrainait à préférer la quiétude de la bibliothèque plutôt que la salle commune, toujours un peu bruyante. C'est là qu'il la rencontra. Elle était à Serdaigle et la seule chose qui les rapprochait fut leur côté outsideurs. Ils se retrouvaient tous les jours et petit à petit, elle commença à l'aider dans ses recherches et lui à la trouver belle. Au bien sur, elle n'avait rien à voir avec les canons de beauté vendue par la mode. Elle était petite avec des tâches de rousseurs plein le visage et une chevelure sans couleur distincte dans laquelle les oiseaux auraient pu faire leur nid. Sa lèvre supérieure était plus pulpeuse que celle du bas, chose dont il se rendit compte la première fois qu'il l'embrassa. Il tomba amoureux, rougissant alors qu'elle glissait pour la première fois sa main dans la sienne. Elle fut la première à découvrir les marques sur le corps du jeune sorcier. Et la première à lui murmurer que ce qu'il vivait n'avait rien de normal.

Leur monde aurait pu rester identique pour des années. Mais tout fut bousculé alors que la magie explosait. Alors que le Seigneur des ténèbres faisait un retour plus que fracassant et que dans sa salle commune, Jonathan entendait des mots qu'il aurait préféré ne jamais connaitre. Et pourtant ils le séduirent avec leurs idées très arrêtées sur les moldus. Il n'imaginait ce qui se tramait dans l'ombre. Mais il comprit qu'il pouvait changer son propre monde. Et qu'il n'en payerait jamais le prix.

Durant les vacances d'été, il attendit. Il attendit avec la patience d'un lion en cage. Il attendit, jusqu'à entendre son rire. Jusqu'à entendre son cauchemar apparaitre devant ses yeux. Mais cette fois, il n'était pas enfoncé sous les couvertures à rêver que son bourreau passe à côté et ne le voit pas. Non, il attendait, sa baguette dans la main. Et lorsque le draps se souleva, il frappa sans attendre. C'était la première fois qu'il arrivait à lancer un sortilège avec tant de force. La première fois qu'il rompait les lois sorcières qu'il avait pourtant embrassé autrefois. Le sort glissa sur la peau qu'il ouvrit, faisant couler des gerbes de sangs. Les sorciers furent là avant les cris des moldus. Une escouade complète. Sa baguette fut brisée, son procès rapide. Il était mineur et pourtant il fut envoyé à Azkaban.

Terré dans un coin, il attendait. Il en devenait fou. Les Détraqueurs lui arrachaient lentement son âme, comme des morceaux de chair qui se détachaient du reste de sa peau. Il se mit à parler seul, à rire seul. A hurler seul. Jusqu'à ce qu'explose les murs qui retenaient encore son horreur. Il fut libéré en même temps que les mangemorts fidèles à Celui-Dont-On-Ne-Doit-pas-pronconcer-Le-Nom. Car il avait juré avant de tuer son bourreau. Il avait juré de rejoindre les rangs de Voldemort. Il se fichait des idéaux. Il voulait juste se libérer. Il n'embrassa jamais vraiment les idées des mangemorts, se contentant d'obéir aveuglément. Il n'était qu'un sous fifre, moins bien traité encore qu'un fouineur. On ne connaissait pas son statut de sang. On ne savait rien de lui. Alors on l'acceptait sans vraiment le faire. Il n'a jamais vu le Seigneur des Ténèbres. Sauf durant la bataille de poudlard où il s'est élancé sans conviction. Cette fois, c'était ces frères et soeurs qu'il attaquait. Mais qu'importait. Jusqu'à ce qu'il se retrouve contre une sorcière au coeur brisé et qu'il face tomber le masque qui ne le quittait plus. Elle. Devant lui, hurlant sa rage et son envie d'en découdre. Ils se regardèrent quelques secondes. Comme dans un film au ralentit. Mais le ralentit n'avait lieu que dans leurs coeurs et le sortilège frappa la sorcière qui tomba face contre terre. Elle était toujours là et c'était pire encore que n'importe quoi. Jonathan refusa de rejoindre les rangs des mangemorts. Il porta Keira jusqu'à l'extérieur et, avec la force de son désespoir, il réussit à transplaner. Il fut touché par des sorts, il entendit son nom hurlé. Mais il ne se retourna pas. Il disparu. Et Keira ne s'en remit jamais.

______________
THEME || "Nous sommes des humains. Nous nous remettons de toutes les blessures. Ou alors nous faisons semblant. "

Assit dans un bar enfumé, il écoutait la voix brisée de la chanteuse. Une cigarette au bec, il attendait. Il avait reprit la monotonie de sa vie. Tous les soirs, il se retrouvait ici. Tous les soirs, il entendait la même femme lancer sa mélancolie dans un micro, accompagnée par sa guitare et son air triste. Elle était là, aussi régulière que lui et il se laissait porter par ses paroles.

Jack s'assit en face de lui, avec son air habituel de bad boy, mâchouillant un chewing-gum. Jonathan fit semblant d'éviter son regard mais il n'eut pas le choix lorsque le blond sorti de sa poche un sachet de poudre blanche.

T'en veux ?

Le sorcier répondit par un mouvement négatif de la tête avant de laisser ses yeux se poser à nouveau sur la chanteuse. Ses longs cheveux marrons avaient glissé sur le côté de son visage, l'empêchant de voir ses traits grossiers qui ressemblaient à ceux de Keira. Jonathan ferma les yeux une seconde, avant de déglutir et de rouvrir ses prunelles bleus sur le regard sombre de Jack. Il n'était pas là pour siroter un verre de rhum et fumer des cigarettes.

Comment elle va ?
J'en sais rien. J'ai pas le droit d'me rendre à Saint Mangouste. Au cas où tu ne l'aurais pas vu, ma jolie gueule est affichée sur pas mal de murs dans cette putain de ville. Je sais juste qu'elle n'a toujours pas reconnu ses parents. C'est toujours un légume mais ils espèrent toujours.
pas comme toi pas vrai mon frère ?
J'suis pas ton frère Jack. pourquoi t'es venu ?

Une grimace passa sur les lèvres du blond et il lança finalement un sourire charmeur et taquin qui n'eut droit à aucune réaction. Jonathan ne le regardait pas, perdu dans des souvenirs que faisaient ressurgir la voix de la moldue. Elle mettait tant de coeur dans ses mots, comme si elle avait vécue les paroles qui venaient directement toucher le coeur du sorcier.

Les aurors ont trouvé la planque de Sharpe. Un de moins sur le terrain pour nous gêner mais apparemment ce fils de pute a balancé pas mal de prénom. Tu devrais faire gaffe à ton petit cul Jon', il te connaissait.
Les aurors connaissent déjà mon nom de toute manière. Ca ne fera qu'un truc de plus à rajouter sur la liste trop longue de mes pêchers.
Fais s'que tu veux, t'es grand de toute manière. Mais je ne suis pas venue que pour ça. T'as entendu parlé de la prophétie pas vrai ? Leur truc de débile comme quoi la magie va pas bien et qu'elle est de plus en plus faible ?

Seul le silence répondit au cracmol. Jack parlait trop fort mais Jonathan s'en fichait comme de la première carte de chocogrenouille qu'il avait trouvé. Il regarda la chanteuse remettre l'épaisse mèche de cheveux derrière son oreille. Il la trouvait jolie.

Bref, des connards ont fait des attentats et j'ai des potes qui m'ont fait découvrir un monde totalement différent. J'aimerais te le monter, je suis sur que tu te plairais avec eux. Et puis, ils ne sauront pas que tu étais du mauvais côté pendant la guerre. Tu vas redorer ton blason gars si tu nous rejoints. T'es un malin même si t'es nul en magie.
J'y gagne quoi ? J'y gagne vraiment quoi ? J'ai pas besoin de redorer un blason, j'ai pas de famille, pas d'appui. J'suis un fugitif Jack, t'crois que j'ai vraiment le temps de faire de l'humanitaire ?
Je te demande pas de rejoindre l'ordre du phénix. C'est pas des gentils bisounours dont je te parles. Juste des gens qui se battent contre des connards pour la liberté. J'te ressert un verre mon frère. T'y verra plus clair. Et arrête de la mater, elle est pas jolie.
Hum. fut l'ultime réponse qui sortie des lèvres de sorcier.

Il n'ajouta rien d'autre. Il se contenait de regarder la jeune femme et à la fin de la soirée, lorsque ses doigts quittèrent enfin la corde de sa guitare, alors que Jack était depuis longtemps partit courir d'autres lièvres, il l'invita à boire un dernier verre. Ils passèrent la nuit ensemble. puis quelques semaines. Avant de se séparer. Elle n'était pas Keira. Il avait beau la chercher derrière tous les regards, aucunes n'étaient elle. Cette elle qu'il devait oublier, qui n'était qu'un souvenir dans une grande chambre de Saint Mangouste, les yeux vides, reliées à des machines qui la maintenaient en vie dans un vœu égoïste de ses moldus de parents.

______________
THEME || "De la fureur nait quelque chose de merveilleusement tragique. Mon amour pour elle m'a transformé en un parfait soldat pour une cause perdue d'avance en laquelle je n'ai jamais cru. "

Elle était derrière cette porte. Elle attendait quelque chose, les yeux fixés sur le vide. Elle ne tourna pas même la tête lorsqu'il entra dans la pièce. Elle ne voyait plus le monde qui l'entourait. C'était comme si rien n'avait existé, comme si tout ce qu'ils avaient vécu n'étaient qu'un très lointain souvenir. Elle ne pouvait reconnaitre le sorcier sous le masque qu'il utilisait. Il avait prit les traits d'un parfait inconnu pour la voir une nouvelle fois. Keira lui manquait tant et il ne pouvait s'empêcher de se sentir coupable. Il avait aidé les mangemorts à arriver jusqu'à ce jour maudit où elle avait reçu le sort de trop.

Tu sais Keira, je les ai rejoints. Je me fiche de ce qu'ils pensent du monde mais Jack à raison. J'ai besoin de me racheter. J'ai besoin d'avoir l'impression que tu me pardonneras un jour.

Elle ne répondit pas. Elle ne répondait jamais. Et lui fermait les yeux, les mains croisées devant son visage, les larmes roulant encore sur ses joues. Il aurait tout arrêté s'il l'avait eu à ses côtés. Mais au fil des années, il s'était fait une raison. Keira ne se réveillerait jamais, elle ne sortirait jamais de l'état dans lequel elle se trouvait. Il se sentait faible d'être incapable de prendre une décision. Il se sentait complétement idiot de lui parler ainsi, de pleurer ainsi devant elle. Il devait faire son deuil. Et pour faire son deuil, c'était face à une tombe qu'il devait aller pleurer.

Sa baguette tourna lentement dans sa main alors qu'il lançait un dernier sort. Il n'était pas des plus doués en magie, il ne l'avait jamais été. Et cette baguette qu'il avait récupéré auprès de mangemort ne lui avait jamais vraiment obéit. Un bip retentit alors qu'il sortait de la pièce. Ce soir, Keira s'était éteinte.

Il ne prit pas la peine de se rendre à son enterrement mais revient fleurir sa tombe à de nombreuses reprises. Son coeur ne se remettait pas et ce fut Jack qui trouva une solution. Le crackmol trainait dans les mêmes affaires louches que Jonathan mais mêlait à ses dernières des trafics moldus qui lui rapportaient des livres là où les sorciers ne lui offraient que des gallions qu'il peinait à blanchir. C'était une seringue et un garrot. Jonathan se laissa embarquer. pour ne plus jamais sortir d'un shéma ô combien négatif dans lequel il s'enfonçait un peu plus chaque jours. Mais la douleur mourrait à chaque nouvelle prise. Il oubliait le visage de Keira pour mieux le retrouver, les doigts tremblants alors qu'il sentait le manque hurler dans son coeur, alors qu'il serra plus fort que jamais le garrot sur son biceps. Il s'enfonçait dans les ténèbres et sa violence n'en était que plus accrue.


NOE ne lui offrit aucun repos si ce n'est la possibilité d'une nouvelle baguette qui ressemblait étrangement à son ancienne et des fioles de polynectars qui lui permettaient de sortir, quand bien même il refusait de faire disparaitre ses traits ravagés par son poison personnel. NOE voulait lui offrir une nouvelle vie. Il n'était rien pour ce monde auquel il ne croyait pas. Il espérait que cette magie qui lui avait enlevée Keira s’affaiblisse jusqu'à mourir. Et pendant ce temps, Jonathan changeait. Cette folie, sous jacente, née dans l'horreur d'Azkaban reprenait petit à petit ses droits. Elle venait se mêler à la drogue et lui sifflait d'une voix terrible des mots auxquels il ne voulait croire. Il souffrait mais il vivait. Et c'était tout ce qui lui importait. Il vivait avec fureur, dans des souvenirs qui disparaissaient un peu plus à chaque nouvelles injections. Il vivait avec fureur dans un monde qui n'était pas le sien. Il vivait à en crever.

Car ce qui est mort ne saurait mourir.


 

Présentation derrière l'écran


 Mon troisième compte et le dernier avatar de ma vie    c'est encore moi, avec une faiblesse de malade qui me force à jouer ce bon psychopathe que certain ont déjà croisé dans un autre monde  

 
Carpe Diem 2017

 

 

 


I cannot forget you no matter how much I try


Dernière édition par Jonathan I. Salzman le Sam 21 Jan - 23:14, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 369
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 18:06

Re bienvenue Razz
J'aime beaucoup le gif de ton profil, ça me fait penser chimie et j'aime


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 18:35

Mais c'est qu'il a l'air très sympathique ce monsieur Razz
Rebienvenue chez toi
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Jared Leto
+ photo :
+ âge : 28 ans
+ doublon : Azraël Rosier, Alexiane Spike, Louise d'Auberive
+ messages : 91
+ date d'inscription : 21/01/2017
+ commentaires :
Wake up !


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 19:39

Thémis > Oui c'est dans Hanibal ce gif est trop cool

Ili > Il est hyper gentil, hyper amical, hyper sympathique et tout. Un vrai amour


I cannot forget you no matter how much I try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Adélaïde Kane
+ photo :
+ âge : 18 printemps d'insouciance et d'incertitude
+ messages : 636
+ date d'inscription : 18/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 19:46

Ralalalah, c'est bien parce que t'es rouge Razz
Re bienvenue


Trust no one
Some secret must be hide forever. You are my redemption but also my chains. My secret is your secret. Together, we can fight, alone we can die. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Jared Leto
+ photo :
+ âge : 28 ans
+ doublon : Azraël Rosier, Alexiane Spike, Louise d'Auberive
+ messages : 91
+ date d'inscription : 21/01/2017
+ commentaires :
Wake up !


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 19:46

avoue que tu m'aimes déjà


I cannot forget you no matter how much I try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 20:33

Re bienvenue chez toi

"Tu es un sorcier Jonathan"
"je-je suis un quoi ?"

c'était trop tentant *drop the mic et sort* xD

Bonne chance pour la fin de ta fiche (si elle n'est pas déjà fini vu la longueur xD)
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Jared Leto
+ photo :
+ âge : 28 ans
+ doublon : Azraël Rosier, Alexiane Spike, Louise d'Auberive
+ messages : 91
+ date d'inscription : 21/01/2017
+ commentaires :
Wake up !


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 20:40

Merci clairement, je remercie J.K pour le truc parce que c'est clairement pour Hagrid et Harry que j'ai mis ça et non malheureusement elle est loin d'être fini il a que 15 ans


I cannot forget you no matter how much I try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Angelina Jolie
+ photo :
+ âge : 41 ans
+ messages : 209
+ date d'inscription : 29/12/2016

MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 21:42

Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu.



We paint white roses red.

He says "Oh baby girl, you know we're gonna be legends. I'm the king and you're the queen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Jared Leto
+ photo :
+ âge : 28 ans
+ doublon : Azraël Rosier, Alexiane Spike, Louise d'Auberive
+ messages : 91
+ date d'inscription : 21/01/2017
+ commentaires :
Wake up !


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Sam 21 Jan - 23:15

Merci MIMI tu verras tu vas l'aimer
J'annonce, avec amour et des yeux de chibi devant la taille de ce truc que j'ai enfin FINI bonne chance Aishouille, oublie pas que je t'aime


I cannot forget you no matter how much I try
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Dim 22 Jan - 10:01

Tu m'donnes envie de faire une nana pas du tout comme Nola pour pouvoir fricoter avec /PAN/
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Adélaïde Kane
+ photo :
+ âge : 18 printemps d'insouciance et d'incertitude
+ messages : 636
+ date d'inscription : 18/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   Dim 22 Jan - 11:18

VALIDE !


Félicitation Jonathan
Tu es faible, voilà ce que j'ai a dire et tu m'as donné de la lecture ! je me vengerais

chose à faire rapidement


Bien maintenant que tu es validée, nous allons te faire un peu travaillé. Pas grand chose rassure toi ! Nous t'invitons à recenser ton avatar ici mais également ton métier et ton statut au sein de ton groupe (pour NOE, SPMB ) ici. Vu que tu viens d'une famille nous t'invitons à la recenser en entier afin d'avoir peut-être des frères/soeurs/cousins/cousines et autres par ici. Si tu as une particularité magique, nous te demandons également de la recenser ici. Et voilà, niveau recensement tout est nickel !

Désormais tu peux aller poster ta fiche de lien ici et ton journal de bord ici. Tu peux également créer tes scénarios et tes prés liens. Et après nous t'invitons à fouiller tout le forum et à poster tes premiers rps. En espérant que tu t'amuses bien sur Prior Incanto

Carpe Diem 2017





Trust no one
Some secret must be hide forever. You are my redemption but also my chains. My secret is your secret. Together, we can fight, alone we can die. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: One to rule them all | Jonathan   

Revenir en haut Aller en bas
 
One to rule them all | Jonathan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kit pour Jonathan(RIP, Kero's kingdom)
» présentation jonathan
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» Souvenir et larme assuré (Jonathan)
» Jonathan Ellingsen (Serpentard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Hominium Revelio :: Le Choixpeau Magique :: Bienvenue parmi nous-
Sauter vers: