AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 an interview is like a minefield | ft. Azraël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: an interview is like a minefield | ft. Azraël   Sam 21 Jan - 22:21

Faire des critiques de livres, écrire un article à ce sujet, c’était facile. La littérature, c’était son domaine. Interviewer une auteure de roman à l’eau de rose aussi : les questions étaient pertinentes et en accord avec l'ambiance générale de sorcière hebdo puisque le livre lui-même était dans le même état d’esprit. Pour le coup, ce n’était pas un jugement, il aimait lire. Il avait même aimé lire Twilight pour ce qui concernait la littérature moldue, il n’y avait pas que Proust ou Wilde dans la vie. Mais ce qui lui posait plus de problèmes, c’était de devoir interviewer le chef du bureau des aurors. Ce n’était pas vraiment son domaine d’expertise, surtout qu’il devait garder en tête que le magazine était destiné à des femmes qu’on avait un peu trop tendance à prendre pour des connes… Donc les questions devaient être… un peu connes elles aussi. Le grand brun avait donc préparé lesdites questions en essayant de glisser des trucs un peu moins… girly et un peu plus concernés… mais il devait aussi interroger Azraël Rosier sur des choses parfaitement « osef » pour reprendre un terme moldu connu. D’ailleurs Azraël Rosier… Rosier… pour un né moldu, ce nom n’était pas totalement rassurant. D’après le gouvernement, lui, c’était un gentil… mais honnêtement, ça n’empêchait pas Wayne d’avoir quelques appréhensions. Elles pouvaient bien être jalouses, ses collègues, il voulait bien échanger sa place avec l’une d’elles… surtout qu’il se voyait mal glousser à chaque remarque du mage.

Quoi qu’il en soit, le grand brun était arrivé en avance au lieu du rendez-vous, un petit hôtel cosy et discret du chemin de traverse. En tant que civil, il n’était pas invité à se rendre dans les niveaux « privés » du ministère… et honnêtement, ça l’arrangeait. Il n’avait pas pour ambition de côtoyer ce monde-là et ça le mettait mal à l’aise, d’une certaine façon. La plume à papote prête à faire son boulot, Wayne avait presque hâte d’en finir. Mais avoir cette interview était une preuve que sa situation au sein du journal était bonne, il fallait voir les choses comme ça… on n’aurait pas confié quelque chose d’aussi important à quelqu’un qu’on juge bon à rien. Il serra la main de l’homme lorsque celui-ci arriva. « Mr. Rosier, bonjour. Wayne Parson de sorcière hebdo. Merci d’être venu. » Il marqua une pause, invitant l’homme à s'asseoir sur l’un des fauteuils qui étaient mis à disposition et reprit la parole. « Avant tout, je voudrais vous informer que j’ai essayé de trouver des questions assez professionnelles, mais ma direction m’impose tout de même un certain fil conducteur pour répondre à l’attente de nos lectrices. Lorsque vous serez prêt, nous pourrons commencer. » Affirma-t-il courtoisement. Il préférait clarifier la situation pour ne pas prendre son interlocuteur au dépourvu. Une interview avec quelqu’un qui se braque, ça ne risquait pas d’aller bien loin. Une fois qu’il eut l’approbation du chef du bureau des aurors. Il se munit de sa plume à papote pour qu’elle commence à noter l’échange et prit la parole le plus professionnellement possible. « Tout le monde connaît le métier d'auror, mais ce qu'on connaît moins en revanche, c'est celui de chef du bureau des aurors, que pouvait dire à nos lectrices qui aimeraient en savoir plus sur votre rôle et votre quotidien ? Comment se passe la gestion des équipes par exemple ? » Dans un sens, cette question-là, elle intéressait vraiment le brun. Après tout, il y avait beaucoup de métiers hauts placés dont on ignorait pas mal de choses lorsqu’on faisait partie du « petit peuple », personne ne pouvait vraiment dire ce qu’était une journée type dans la peau du ministre ou d’un directeur de département sans faire partie des postes importants du gouvernement.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 855
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: an interview is like a minefield | ft. Azraël   Dim 22 Jan - 0:14



Si les journées du directeur du bureau des aurors étaient toujours bien remplis, certaines fois elles l'étaient de vide. Il devait accorder une interview à sorcière hebdo, l'un des journaux qu'il méprisait le plus de tout l'ordre du monde magique et pour cause : ces lectrices faisaient majoritairement partie d'une bande de dinde qui gloussaient en apercevant son visage. La réputation sulfureuse du sorcier y était pour beaucoup mais il ne pouvait s'empêcher de les trouver ridicules. Voilà longtemps que la ménagère ne l’intéressait plus. Azraël n'avait plus rien à voir avec l'adolescent qui s'imaginait avec des femmes plus mures pour se prouver un pouvoir qu'il possédait maintenant sans même avoir besoin de se tester.

Les pensées de l'auror était pourtant à des milliards de kilomètres alors qu'il se rendait à l'hôtel où on lui avait donné rendez-vous, imaginant déjà la jeune femme qu'il l'attendrait, des étoiles dans les yeux et un gloussement à chaque réponses. Il était loin de ses papiers et de sa carrière d'auror, loin des questions qu'on aurait pu lui poser. Il pensait tout simplement aux marques qui régnaient comme des maitresses sadiques sur ses phalanges. Il avait perdu le contrôle, une fois de plus, une fois de trop. pour une femme qui commençait lentement à faire battre un coeur qui n'en avait le droit. Thémis obnubilait ses pensées, le rendant aussi idiot qu'un enfant. Il la chassa, du moins essaya alors qu'il entrait dans l’hôtel.

Sa surprise fut de taille lorsqu'il croisa le regard du journaliste de sexe masculin chargé de l'interviewer. Mais le sorcier ne perdit pas de sa superbe et serra la main qu'on lui tendait. Son vis à vis était bien plus grand que lui, bien plus jeune également mais il en fallait plus pour que le sorcier se sente impressionné. C'était bien plus souvent l'inverse qui avait lieu, la réputation d'Azraël le précédant où qu'il aille. Mais le journaliste possédait un charme certain qui devait en ravir plus d'une dans le milieu féminin où il sévissait. L'auror ne prit pas la peine de saluer le brun d'une autre manière qu'un d'un mouvement de tête avant de s'installer, croisant presque immédiatement ses jambes.

Il hocha la tête aux mains du sorcier, se retenant de lever les yeux au ciel. pourquoi par tous les dieux était-il obligé de jouer à la célébrité avec une interview qui serait très certainement en première page de sorcière hebdo ? pour dire vrai, il n'avait pas accepté ce rendez-vous. On lui avait écrit dans son agenda avec un regard noir et il s'était plié aux exigences du gouvernement. C'était la part de son travail qu'il détestait le plus.

Azraël réfléchit une seconde, le regard dans le vent, une moue étirant légèrement ses lèvres sur le côté droit. Il fini par retrouver le regard de son vis à vis, évitant ses pensées pour se concentrer sur son propre ressentit. La moitié de son quotidien était secret et l'autre pas assez intéressantes pour offrir une réponse satisfaisante.

Vous savez, le directeur n'est rien d'autre qu'un auror un peu plus développé. Je m'occupe surtout de la paperasse, je relis tous les dossiers de mes employés et j'apporte un regard extérieur sur la situation. Je me suis obligé à garder quelques missions, souvent complexes pour faire autre chose que juste des papiers. Un léger sourire fleurit sur les lèvres d'Azraël alors qu'il ajouta, comme une confidence qui n'en était pas une : pour gérer des équipes, il suffit d'avoir un leader charismatique et craint. Deux choses que j'ai. Les capitaines ont un peu plus de mal avec les têtes brulés. Certains aurors sont dans les bureaux uniquement pour avoir de nouvelles missions sur le terrain et ils n'ont pas vraiment de patience.

Il ne pouvait guère en dire plus. Ce qui se passait dans les bureaux étaient normalement un véritable mystère pour qui n'en avait pas le compétence, à savoir plus de 90% de la population sorcière. Les aurors avaient pendant longtemps été une élite. Jusqu'à ce que les protecteurs arrivent, sans qualification, sans formation, avec simplement leurs idéaux de justice dans leurs milliards de sourire aussi faux les uns que les autres. Azraël n'accorda pas un nouveau sourire, retrouvant son visage aussi froid qu'à son habitude. Mais ce dernier ne laissait rien voir des pensées haineuses qui transperçaient les sorciers à chaque fois qu'il pensait aux protecteurs.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité

Invité


MessageSujet: Re: an interview is like a minefield | ft. Azraël   Mar 24 Jan - 0:46

Est-ce que c’était impressionnant d’interviewer le Big Boss des aurors ? Carrément. Est-ce qu’il avait envie de passer pour un idiot qui posait des questions connes ? Carrément pas. Mais est-ce qu’il avait le choix ? Pas vraiment. Il avait beau aimer son travail, il ne se sentait pas à sa place. Et puis honnêtement, il ne comprenait pas vraiment pourquoi l’homme avait accepté cette invitation. On avait dû l’obliger… la politique et les potins, ce n’était pas censé être dans le même panier… Mais c’était son nom qui signerait l’article et si ses parents avaient une quelconque idée de qui était Azraël Rosier, ils seraient fiers de lui… La politique, ce n’était pas tellement le centre d’intérêt principal de Wayne, mais comme il se plaignait souvent que Sorcière hebdo prennent ses lectrices pour des gourdasses sans cervelles, autant essayer de faire les choses bien. Il écoutait donc la réponse de son interlocuteur avec attention. Il répondit au sourire de l’homme alors que celui-ci énonçait les qualités qu’il fallait pour gérer des équipes. Être craint hein. Si Wayne n’était pas si professionnel, il aurait volontairement fait une remarque sur le nom de famille du directeur, mais ce n’était ni le moment, ni l’endroit et surtout, ce n’était pas une bonne idée. Mais il avait des préjugés sur un certain nombre de familles dites pures… Il n’assumait pas parce que ça faisait de plus un connard intolérant… mais sa sœur était morte à cause des idées de certains sangs purs et ça le hantait encore aujourd’hui. Il chassa ses pensées en se concentrant sur les paroles de l’homme.

Il sourit alors qu’il allait répondre. « Je vois et vous me devancez sur ma prochaine question. » Il marqua une très légère pause avant de reprendre la parole. « Je pense que beaucoup de jeunes voulant être auror s’imaginent justement c’est un métier héroïque, avec beaucoup d’action. Comme vous l’avez dit, il y a cependant de la paperasse à gérer. Est-ce, selon vous, l’image de travail d’action peut nuire au métier en lui-même ? J’entends par là des comportements qui peuvent être dangereux de la part de ces têtes brûlées dont vous parlez ou éventuellement, des déceptions engendrant des démissions ? » La voix du grand brun était posée mais intéressée. Pour le moment, ses questions lui semblaient légitimes et peut-être pédagogiques pour un certain nombre de lectrices. Peut-être que son interview pourrait faire naître des vocations ou au contraire, faire comprendre à certaines personnes en mal d’action que justement, il ne fallait pas s’attendre à vivre tous les jours comme d’un roman dynamique… au fond, c’était le cas pour tous les métiers… pour le sien aussi… il ne fallait pas s’attendre à interviewer toutes célébrités/beaux gosses du monde en bossant pour sorcière hebdo… et malheureusement, on parlait souvent peu des inconvénients de tel ou tel métier aux jeunes…en tout cas, dans ses souvenirs.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 855
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: an interview is like a minefield | ft. Azraël   Ven 27 Jan - 14:53

Thème


Un bref rire s'échappa des lèvres de l'auror. Un métier d'action. Il se revoyait en train de dire à Aisha que les gryffondors n'étaient pas fait pour le métier d'auror, qu'ils étaient bien trop impulsifs, qu'ils étaient bien trop tête brulées et qu'ils sautaient sur la plus petite opportunité. Il fallait les comprendre. Après tout, depuis toujours ils avaient été les chouchous de poudlard, depuis toujours ils étaient adulés, aimés par les autres maisons et par les professeurs qui leur passaient tout. Ils étaient incapables de se plier à l'autorité, incapable de comprendre ce qu'on attendait d'un véritable auror.

Les têtes brulées ne sont pas les bienvenus chez les aurors. Beaucoup d'enfants rêvent à notre métier, enivrés par les histoires qu'on a raconté sur notre bureau. On nous décrit comme des héros ayant sauvé le monde et nous faisons rêver. Les auros le savent et certain se pointent jusqu'à chez nous simplement pour la fierté de pouvoir afficher sur les poitrines une insigne.

Une légère grimace étira les lèvres d'Azraël. Il n'aimait pas ceux qui venaient rêver jusqu'aux pieds du bureau des aurors. Il fallait être intelligent mais cela ne faisait pas tout. Aujourd'hui, les aurors n'embauchaient presque plus. Les places se faisaient rares et Aisha avait eu de la chance d'entrer. Ses bonnes notes n'avaient pas tout fait. Seuls les lettres de motivation lui avaient offertes la possibilité d'un stage dans le bureau des aurors d’Angleterre.

La formation est très difficile et je suis très exigeant. Voilà une autre facette de mon métier. Je dois m'occuper de la lettre finale apposée sur la formation des futurs aurors. Mais prévenez vos lecteurs. Les places sont de plus en plus chères car de plus en plus rares. Aujourd'hui de bonnes notes ne suffisent plus pour devenir aurors en Angleterre. Et je ne les prends jamais en compte dans mon appréciation finale.

Cela aurait été stupide. Lui voyait les agents sur le terrain et il ne notifiait que les expériences. Il n'y avait aucun possibilité de s'en sortir avec la moyenne. On passait ou pas. On réussissait ou non. La réponse était uniquement binaire.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: an interview is like a minefield | ft. Azraël   

Revenir en haut Aller en bas
 
an interview is like a minefield | ft. Azraël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une interview de Jean Raspail
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Interview Cedras
» interview de lichen par jol sur les futur modifications
» [09/06/11] SWTOR E3 : Interview de Daniel Erickson par Fureur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Chaudron Baveur :: La pensine :: Les écrits abandonnés-
Sauter vers: