AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pour le reste de nos vies | Azrémis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Sam 11 Fév - 13:42

Thème


Il avait un rôle à tenir. Un masque à garder sur le visage, un masque qu’il ne devait surtout pas ôter. Dans son costume sombre sur mesure, Azraël regardait la scène se dérouler sans vraiment la voir. Il n’avait aucune envie d’être là. Il n’était qu’un insecte attendant lentement que quelque chose se passe, il n’était qu’un jouet entre les mains amusées du destin. Car c’était lui, lui et personne d’autre que Filius avait choisi pour être son témoin. C’était lui et personne d’autre qui sentait les regards des familles de sang purs venues en nombre pour assister à cette union qui n’aurait jamais dû avoir lieu. Qu’il parle maintenant où se taise à jamais. Il préférait se taire dans toute l’infinité de ce visage qu’il gardait baissé alors qu’il la voyait entrer. Elle était plus belle encore dans sa robe de mariée. Et Filius l’attendait, juste à côté d’Azraël. L’auror détourna les yeux. Il ne voulait croiser les prunelles inquiètes de Thémis. Il ne voulait rien voir. Juste se taire, signer le papier qui acceptait ce mariage auquel il ne croyait pas. C’était arrivé trop vite. Lui qui avait juré ne plus jamais la revoir après ce qu’il s’était passé, voilà qu’il était obligé d’assister son « ami » dans quelque chose qui lui arrachait un cœur qui n’existait pas. C’était trop proche. Elle ne semblait pas vouloir ce mariage qu’elle repoussait années après années. Et voilà que là, brusquement, Filius devenait l’homme qu’elle voulait épouser à toute vitesse. Tout aurait pu être parfait dans un autre monde, loin des convenances des sangs purs. Azraël aurait rêvé pour Filius un mariage avec une femme qui avait sût séduire son cœur de glace. Mais lui comme Thémis ne s’aimaient pas. Ils se contentaient d’accepter ce qu’on leur avait ordonner. Choses contre lesquelles l’auror luterait toujours alors que son ami acceptait cette femme qu’on lui offrait, comme un objet, comme un animal.

Le sorcier ne soupira pas. Il ne regarda pas même Thémis. Comme s’il ne la connaissait pas, comme s’il ne l’avait jamais vu, refusant d’être ce palier sur lequel elle aurait pu s’appuyer. Refusant d’être quoi que ce soit en rapport avec elle. Il gardait la tête haute et ses yeux n’évitaient pas même ceux de la sorcière. C’était le froid le plus glacial qui vivait maintenant dans l’onyx de ses prunelles. Le charmant, le plaisant et l’attachant Azraël n’avait plus lieu d’être. Il redevenait cet homme ô combien glacial que les femmes haïssaient au lendemain de nuit où il avait ouvert un cœur qui mourrait sitôt le soleil levé. Il n’était plus l’homme aux côtés de Thémis. Il n’y avait plus rien de la compassion qu’il avait pu éprouver. Juste un masque qui tous connaissait comme étant le véritable visage d’Azraël.

Ses yeux se glissèrent au loin, jusqu’à sa sœur qui, avec son magnifique sourire, faisait de l’ombre à toutes les femmes qui l’entouraient. Il sentait la jalousie irradier non loin d’elle mais personne ne parlait. Elena sur les genoux d’Emily était aussi jolie que sa mère. La petite fille ne comprenait pas vraiment ce qu’il se passait bien trop jeune mais elle était belle comme un cœur dans la petite robe violette dont on l’avait affublée. Le silence était presque religieux alors que Thémis remontait l’allée au bras de son père. Azraël aurait aimé fuir, partir très loin. Ne pas la voir ainsi. Ne jamais la voir dans cette robe blanche qu’il savait tâché par ce qu’elle lui avait offert. Quelle hypocrisie de se marier en blanc. Quelle hypocrisie que d’accepter les bagues qu’un enfant leur apporterait. Quelle hypocrisie que de se jurer fidélité devant une armée de gens qui n’étaient présent que pour montrer leurs plus beaux atours et parler à des gens dont ils se fichaient. Ce mariage était un mensonge auquel Azraël ne croyait pas. Auquel il ne croirait jamais. Tout était si calculé et si glacial. Il n’y avait aucun amour dans le regard que Filius posait sur sa femme. Juste une certaine fierté de la beauté de la créature qui s’approchait, comme au ralentit.

Azraël ne put s’empêcher de laisser ses iris sombres capturer, durant une seconde, celles de Thémis. Il oublia le visage glacial qu’il devait garder. Puis il détourna les yeux, comme prit la main dans le sac, comme un enfant en faute qui refuserait de voir ce qu’il venait de faire. Ses prunelles se posèrent loin, très loin. Pour espérer ne plus revenir jusqu’à la mariée. Elle surplombait toutes les autres sans aucunes difficultés ce soir. Le cœur de sorcier battait la chambarde. Il était fou. Fou d’avoir accepté d’être le témoin d’une chose qui n’aurait pas dû exister. Fou d’avoir accepté de se tenir à côté de Filius. Fou d’avoir accepté d’être présent. Le souvenir de la peau de Thémis contre la sienne était bien trop frais dans son esprit. Et, inconsciemment, il ne pouvait empêcher les souvenirs de venir danser derrière ses rétines. C’était idiot d’être ici. C’était idiot d’avoir dit oui. Et pourtant, maintenant, il ne pourrait plus faire demi-tour. Jusqu’à ce soir, où il disparaitrait trop rapidement, prétextant une mission pour les aurors. Il ne resterait pas. Mais pour l’heure, il était obligé d’assister à cette mascarade d’amour qu’il n’avait aucune envie de voir. Thémis n’appartenait pas à Filius. Elle ne lui appartiendrait jamais. Et pourtant, c’était lui qui l’accueillant maintenant à ses côtés. Personne d’autre que le sorcier à la magie aussi sombre que son cœur.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Sam 11 Fév - 16:48

Mon cœur battait trop fort dans ma poitrine alors que je fixais encore une fois le reflet qui me faisait face dans le miroir. Dans quelques minutes j’allais me marié à Filius Nott. Le mariage avait été organisé rapidement à ma demande, j’avais demandé à mes parents de le faire le plus rapidement possible. Cela en avait surpris plus d’un en particulier mon fiancé mais il fallait que je protège mon secret. Un secret qui me travaillait depuis deux semaines, un secret que je devais faire disparaître, je devais me protéger, je devais protéger l’honneur des Greengrass. Et mon esprit de serpentard s’était mis en action, manipulant mon entourage pour me protéger et parvenir à mes fins. J’avais ce mariage que j’avais toujours repoussé. Je venais à le désirer ardemment alors que je ne voulais pas l’épouser. Mais ce qui grandissait dans mon ventre ne pouvait attendre. Je devais épouser Filius pour faire passer l’enfant que je portais comme le sien. Je n’avais pas le choix. Mon ventre était encore plat et je pouvais donc aisément le caché et faire miroité des choses à mon futur époux et à ma famille.

Des bruits de coup résonnèrent contre la porte et je vis mon père entrer dans la pièce. Je me retournais le visage inquiet. Pourtant je vis à son sourire qu’il était satisfait et fier de l’allure que j’avais. Ma robe écru épousait mes formes jusqu’à ma taille, brodé de dentelle avec la forme d’un bustier. Les manches de dentelles étaient des manches trois quart. Le reste de la robe s’évaser à partir de ma taille de façon régulière avec un tissu et vaporeux. Mes cheveux bruns cascadaient en épaisse boucle dans mon dos, et un voile recouvrait mon visage qui portait les traits fins des Greengrass. J’étais prête à affronter mon destin mais la peur me nouait l’estomac. Mon père me prit doucement par le bras et m’aida à descendre les escaliers pour se rendre à l’extérieur où les invités m’attendaient ainsi que mon fiancé et futur époux.

Je marchais à pas lent, tentant de ne pas me tordre une cheville, mes yeux verts observaient les alentours, je voyais des visages connus et inconnus. Je vis Emily avec sa fille et sa présence me rassura quelques peu. Mais je le vis à côté de Filius. Azraël, il était responsable de cette précipitation, tout comme moi. Mais j’évitais soigneusement son regard et je fixais mon frère, le plus jeune. Plantant mes yeux verts dans les siens, me donnant force et courage pour ne pas vaciller au bras de mon père. Nous arrivions finalement à la hauteur du Nott. Et mon père confia ma main à cet homme que je ne connaissais pas. Je baissais les yeux lorsqu’il prit ma main. Le contact n’avait rien de doux, il était ferme comme pour me dissuader de fuir. Mais je ne fuirais pas.

Nous faisions face au maître de cérémonie. Un vieux sorcier qui devait nous lier magiquement. Personne ne s’opposa à l’union, seul le silence répondit à son appel. Alors nos mains unis, il posa sa baguette sur nos mains et prononça une formule qui nous unissait. Notre lien se briserait qu’avec la mort d’un de nous deux. Pas de divorce possible, juste la mort au bout du chemin. Les liens magiques rayonnèrent autour de nos mains. Puis je lui fis face et il ôta le voile qui camouflait légèrement mon visage, le rabattant sur le reste de ma chevelure. Je pus donc distinguer ses yeux bleus, glaciale qui me firent frissonner. Mais je ne bougeais pas, je restais droite, le laissant venir déposer un baiser rapide sur mes lèvres pour finaliser notre union. Cela n’avait rien à voir avec les baisers du sorcier qui se tenait derrière Filius. Mais cela ne me surprenait guère. L’amour ne serait surement pas possible entre lui et moi.

La journée continua, et je pus respirer un peu. Me mêlant aux invités qui vinrent me féliciter avec Filius un a un. Jusqu’à ce que malencontreusement je lui fis face. Lui et ses yeux noirs flamboyant, me rappelant trop violemment la nuit partager ensemble et qui ne devrait jamais être révélé aux yeux du monde.
robe de thémis


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Sam 11 Fév - 19:05

Thème


Il aurait dû se lever. Hurler qu’il était contre ce mariage, hurler qu’il refusait ce qu’on attendait de lui. Hurler qu’il était contre ce mensonge qui avait lieu devant ces yeux, hurler contre cette satanée mascarade. Il ne fit rien. Il souriait, comme il le devait. Il irradiait de fierté d’être le témoin. Tout n’était qu’un mensonge. Il aurait voulu ne jamais être présent. Filius le sentait parfaitement bien lui qui le connaissait mieux que personne. Mais Azraël ne lui laissait pas une seconde pour poser la question qui lui brulait les lèvres. Il applaudit, comme tout le monde, lorsque les lèvres de l’ancien serpentard frôlèrent celles de Thémis. Mais il ne s’attarda pas, se contentant de signer le papier et de sourire sur les photos. Au vin d’honneur, il ne but presque pas, se contentant de siroter une coupe de champagne. Emily lui jeta un regard interrogatif. Il aurait dû être heureux pour Filius. Il n’en était rien. Car ce n’était le sorcier qui obnubilait ses pensées ce soir. C’était la beauté brune en robe de mariée qui avait l’air d’être heureuse. Elle maitrisait les masques. Il avait eu le temps d’en apprendre plus sur l’ancienne serpentarde. Il n’avait réussi à la sortir de son esprit, quand bien même il s’était réfugié entre les cuisses de femmes plus sauvages que jamais. Elle revenait toujours le hanter.

Son verre était toujours le même, malgré les heures qu’il avait passé à éviter Filius. Il voulait garder l’esprit clair. Il n’avait qu’à peine trempé ses lèvres dans l’alcool. Il allait partir. S’éclipser, disparaitre. Après tout, sa profession lui offrait d’être présent puis absent. Une mission urgeante ou n’importe quoi de la sorte pourrait faire l’affaire. Il ne voulait pas les voir une seconde de plus feindre d’être heureux. Il mentait, c’était certain. Mais il haïssait cette vie qui commençait entre les deux amants sur des secrets, sur de l’arrangement pour simplement la beauté d’un nom et la grandeur d’une famille. Ils garderaient la pureté de leur sang. Laissant de côté tout ce qui aurait pu se lier à Thémis ou à Filius. Laissant de côté des amants éconduits qu’il n’était pas et n’aurait été pour tout l’or du monde. Mais il se cachait derrière cette soit disante haine des mensonges de leur vie pour ne pas s’avouer qu’il était jaloux. Jaloux que Thémis, sa belle Thémis, qu’il avait cru sienne pour toujours disparaisse sous un voile blanc et porte maintenant le signe du nom Nott qui saignait la beauté de son prénom. Jaloux d’être là, comme un idiot à attendre. Il regarda une dernière fois, du coin de l’œil, Filius recevoir une pluie de compliment sur son épouse. Il vit son ami réagir à moitié, feindre l’intérêt durant quelques secondes. Tout n’était que mensonge. Tout puait l’hypocrisie ambiante. Emily resterait là où trouverait l’excuse de sa fille pour partir. Il avait perdu sa sœur de vue depuis quelques heures. Il attendait, bien sagement. Qu’on l’oublie. Que Filius boive, peut-être un verre de trop, pour disparaitre dans les ombres d’où il n’aurait pas dû sortir. Le soleil n’était pas fait pour lui. Pas le moins du monde. Dans cette lumière, il étouffait. Il avait besoin de retourner à son silence et à ses dossiers. Besoin de retourner à la Traque et à la nuit. Les caresses de la lune étaient les plus agréables sur son derme qui rêvaient des baisers d’une femme qu’il ne toucherait jamais plus. Thémis était devenue lointaine. Il ne trahirait pas Filius à ce point. Cette femme était la sienne. Uniquement la sienne.

Le destin s’amusait de lui. Apportant sur son passage des obstacles imprévus qu’il aurait voulu fuir comme il le faisait si souvent. Il croisa ses yeux verts et voulu tourner les talons, faire comme s’il ne l’avait pas vu. Azraël se serait trahit. Alors il soutient le regard d’émeraude et, portant sa coupe à ses lèvres, lui lança :

Félicitation pour votre mariage. Je ne pensais pas qu’il aurait lieu si… tôt.

Les mots qu’il sous entendait ne pouvaient être compris que de Thémis. Après tout, elle seule était au courant de cette nuit où ils s’étaient tout d’eux perdu, Azraël plus encore qu’elle. Elle l’effrayait mais il ne pouvait s’empêcher de la trouver belle, plus belle que n’importe laquelle des femmes présentes dans cette pièce.

Cette robe te va à merveille. Tu es sublime.

Il ne voulait pas la séduire. Mais il ne pouvait s’empêcher de laisser sa voix tomber dans le grave et de planter ses yeux dans les siens. Il ne pouvait s’empêcher de prendre ce ton suave, cet air charmant sur le visage et ce regard si sombres qui le représentait si bien. Il jalousait Filius. Il le jalousait de voir le corps nu et offert de son épouse cette nuit. Il le jalousait d’avoir pour toujours à son bras cette femme qui lui avait été donné comme une récompense. Il le jalousait car Thémis lui échappait. Il devait la laisser tranquille. Ne pas l’approcher. Ne pas la séduire. Pas encore. Et pour ce faire, il devait garder ses distances. Il était incapable de se contrôler. Incapable de ne pas la désirer. Incapable de ne pas la vouloir pour lui. Comme un enfant capricieux avec un jouet qui lui échappait. Pourquoi elle ? Pourquoi Thémis ? Pourquoi cet interdit la rendait si attirante ? Azraël n’avait jamais approché une femme mariée d’aussi prêt. Il n’aurait jamais dû.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Lun 13 Fév - 17:16

Ses mots résonnaient étrangement à mes oreilles. Je comprenais bien le message qui s’y cachait. Nous en avions discuté rapidement ce fameux soir et il s’avait que je n’étais pas rassuré par ce mariage que je le fuyais depuis de nombreuses années. Mais je ne pouvais pas faire autrement. Cela me faisait étrange également de me dire qu’un mois plus tôt je ne pensais absolument pas me trouver ici aujourd’hui, au bras d’un homme que je ne connaissais pas et avec qui j’allais partager ma vie. Ce n’était pas comme ça que j’avais conçu la chose. Mais désormais c’était chose faite et je ne pouvais revenir en arrière. C’était ainsi, je devais accepter mon choix et surtout l’assumer.
« Merci…Je ne pensais pas non plus…mais parfois il faut arrêter de fuir l’inévitable… »

Mes mots pouvaient avoir du sens pour lui également, un conseil camouflé. Mais ce n’était qu’une chose que je lui avais déjà dite. Je savais très bien que cela ne l’atteindrait pas, il était complètement obtus et fermé à cela. Mais je tentais. Car qui ne tentait rien n’a rien.

Je baissais la tête et je sentis mes joues prendre une jolie teinte rosé à son compliment. Plusieurs personnes étaient déjà venues me complimenter sur ma tenue, et aucun ne m’avait fait rougir ainsi. Il était le seul. Je me sentais gênée encore. Pourquoi cela ne le faisait qu’avec lui ? Je l’ignorais, peut-être que c’était à cause de ce que nous avions partagée durant cette nuit sombre, je n’en savais rien. Mais je rougissais comme une fillette timide. J’avais l’impression que la serpentarde qui était en moi, s’envolait ailleurs quand j’étais à ses côtés. Je ne savais pas pourquoi il me faisait cet effet là, mais c’était ainsi.
« Merci…. » Soufflais-je pour me forcer à sortir un son

Des pas se firent entendre derrière nous, peu habitué à les entendre encore, je me retournais pour voir la silhouette de mon nouvel époux. Dans un geste possessif, il passa sa main autour de ma taille comme pour bien montrer à son ami que je lui appartenais. Le contact de sa main contre mon corps créa une crispation dans chacun de mes muscles, un réflexe dont je devrais me débarrasser, j’étais désormais sa femme, son épouse. Cette nuit il devrait prendre ce qu’Azraël avait déjà pris, et nous ne serions plus deux parfaits inconnus. Filius prit un ton doucereux, laissant teinter une pointe de méfiance.
« Vous vous connaissez à ce que je vois ? »

Je levais timidement mes yeux vers les prunelles sombres de l’auror avant de répondre à mon mari d’une petite voix.
« Pas vraiment, Monsieur Rosier me complimentait juste sur ma tenue et de la chance que j’avais de pouvoir porter le noble nom des Nott. »

J’avançais sur un terrain glissant, créant un tissu de mensonge dès le premier jour de mon mariage. L’avenir s’annonçait sombre si tout notre histoire reposait sur cette façon d’agir l’un envers l’autre. J’avais encore beaucoup à apprendre de Filius.



Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Lun 13 Fév - 22:24

Thème


Les yeux du sorcier se plongèrent un peu plus dans ceux de Thémis. Qu'est ce qu'elle tentait de lui dire à travers les mots détournés qui s'échappaient de ses lèvres. Elle lui soufflait des mensonges qu'il ne voulait entendre, pas même croire. Il voyait derrière ses cils quelque chose qu'il ne pouvait pas même imaginer. Il aurait été beau dans un autre costume, à attendre une femme au visage invisible dans une robe aussi immaculée que celle que portait Thémis ce soir. Mais le visage était impossible à discerner, cacher derrière des mensonges et des rêves. Caché derrière le refus d'Azraël. Un refus net qui ne montrait que trop bien à quel point l'homme était têtu. Il ne perdrait jamais le contrôle jusqu'à aimer une femme. Il ne perdrait jamais le contrôle jusqu'à baisser un genou et proposer une alliance qu'il devait porter pour l'éternité, faite du même or qui celui qui brillait au doigt de Thémis. Elle ne pouvait comprendre. Après tout, elle ne faisait que suivre ce qu'on l'obligeait à faire. Elle ne se rebellait pas. Elle baissait bien sagement la tête. Comme on l'avait toujours apprit aux femmes comme elle.

Le silence aurait pu s'installer. Mais Azraël releva brutalement les yeux, quittant le regard dans lequel il se perdait. Filius, Filius qui venait réclamer sa proie. Filius qui venait récupérer ce qui lui était dit. Les sourcils d'Azraël se froncèrent devant la réaction par bien trop exagérée de l'ancien serpentard. Il croyait quoi ? Que son "ami" allait coucher la mariée dans son lit cette nuit ? Il ne pouvait imaginer que c'était déjà fait depuis longtemps. Que la pureté de la robe de Thémis n'était qu'un mensonge, tout comme la fable à laquelle il était aujourd'hui obligé d'assister. Pourtant le sorcier garda ses mots emplis de poison pour lui.

Thémis est une amie de ma soeur. Et puis, je devais bien complimenter la mariée au moins une fois. Tu es chanceux mon ami. Ta femme est pleine de promesse.

Il y avait tant de sous entendu dans les paroles d'Azraël. Des sous entendu que Filius comprit très bien. Il sentait tout le muscle du corps du sorcier se tendre. Un sourire doucereux vient flotter sur les lèvres de l'auror alors qu'il terminait sa coupe de champagne. Il laissa un silence s'installer, un silence bien trop lourd pendant lequel il soutenait les prunelles de glace de son vis à vis. Ils étaient en compétition. Depuis toujours. Et Azraël s'était toujours montré plus doué que le Nott.

Ne te crispe pas ainsi, tu vas finir par lui faire mal. J'ai passé l'âge de te voler tes conquêtes Filius. Tu devrais sourire. Ce jour devrait être le plus beau de ta vie.

Car ce jour, tu t'enchaînes à une femme qui ne t'aime pas. Le sourire d'Azraël n'avait pas disparu. Il jouait avec les nerfs du prédateur qui lui faisait face. Il s'amusait des réactions de Filius, s'amusait de ses pensées. Il était bien trop joueur ce soir alors qu'il n'avait pas bu. Il était cet invité déplacé dans une soirée qui aurait dû se dérouler sans lui. Il avait envie de voir Filius sortir de ses gongs. Tout comme il savait que cela n'arriverait pas. L'éducation des sangs purs était trop profondément enfoncés dans les veines de tous les protagonistes de cette scène dont il était le seul à s'amuser. Son sourire était faux et brillait de toute la blancheur de ses dents. Il y avait un monde entre le glacial Nott et le brûlant Rosier. Thémis s'était piquée à ses épines. C'était trop tard pour que Filius se face un place dans le nouveau monde de la sorcière. Trop tard pour ce mariage. Il était arrivé avant. Une fois de plus, une fois de trop. Mais cela resterait un secret que les deux amants avaient cloué d'un regard.

Il n'attendait qu'un réaction de Filius. Juste deux mots, trois paroles en l'air qui pouvait faire exploser le feu qui couvait dans le regard d'Azraël. Pour en finir pour de bon avec ce monde de faux semblant auquel il n'appartenait pas. Et ce soir, même Emily ne pourrait le calmer. Car la jalousie crevait son coeur.



Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Jeu 16 Fév - 21:49

Les mots qui glissèrent des lèvres d’Azraël étaient étranges. Sa dernière phrase me laissa indécise. J’étais pleine de promesse…Je ne comprenais pas la signification de cette phrase étrange. Que voulait-il dire ? Je n’en savais rien mais je pus nettement sentir Filius se raidir, se crisper. Le contact de sa main contre ma taille se fit plus dure, plus possessive. Visiblement lui avait compris. Leur amitié était visible car ils se comprenaient mais il y avait visiblement une certaine rivalité. Une rivalité mordante que je pouvais sentir dans ce contact. J’assistais à cet échange, silencieuse, ne comprenant guère ce qu’il se passait réellement sous mes yeux. C’était bien étrange, bien trop étrange. Je tentais de faire des déductions mais rien ne venait. Alors j’observais.

Une nouvelle salve d’épine s’échappa de la bouche de l’auror. J’étais surprise et cela sema toujours un peu plus le trouble dans mon esprit. Avait-il laissé sous-entendre notre aventure ? Sur cette question qui flotta dans mon esprit, mon cœur rata un battement et le rouge me monta immédiatement aux joues. Fichu instinct, fichu réflexe. Le sourire du Rosier était narquois, moqueur, il se riait de la situation qu’il contrôlait à merveille, connaissant les réactions de son ami par avance. Il jouait avec lui et le Nott le savait mais ne pouvait pas faire grand-chose. Filius resta toujours aussi tendu, gardant une main de fer sur ma taille, m’empêchant de fuir la confrontation entre les deux hommes, m’empêchant de fuir face à mes joues qui avaient pris des teintes trop roses.
« Garde ton poison pour toi Azraël…Et ne tourne pas autour de mon épouse veux-tu. Mieux vaut être prudent avec toi. »

J’avais envie de soupirer. Envie de leur demander s’ils n’avaient pas bientôt fini leur chamaillerie d’adolescent. Ils se renvoyaient mot pour mot, coup pour coup. Et j’étais au milieu d’eux, à observer, à attendre que la main de mon époux se fasse moins dure, moins possessive. J’avais la soudaine envie d’aller me réfugier auprès de mon frère, envie d’être en compagnie d’un homme qui me comprenait et qui pourrait me rassurer sur tout ça. Sur la situation sur laquelle je m’étais enfoncée seule. Mais j’étais coincée entre ces deux hommes qui pouvaient se targuer de me posséder chacun à leur manière. Azraël avait pris et posséderait à jamais ma première fois et Filius me possédait avec cette bague finement ouvragé en or blanc qui brillait à mon annulaire gauche. Et l’auror comme moi-même doit chasser cette nuit de notre esprit car désormais, seul mon époux pourrait se glisser dans un jardin secret qui n’était plus secret pour le Rosier.

Que dire ? Alors que le silence s’installait de nouveau entre les deux sorciers, je devais peut-être essayer de détendre l’atmosphère. Mais j’avais peur de parler. Filius m’impressionnait, me faisait légèrement peur. Peut-être que parler sans y être autorisé même pour me ranger de son côté, ne lui plairait pas ? Je ne le connaissais pas. Je ne connaissais ni ses habitudes, ni ses manières de faire et d’agir. Je devais bien avouer que j’avais peur de mal faire, de le décevoir. J’étais liée à lui jusqu’à la fin de mes jours, autant commencer par une base solide. Je devais le soutenir, c’était mon rôle d’épouse. Mais au lieu de parler, je me rapprochais de lui doucement, pour lui montrer que je lui appartenais et qu’Azraël ne pourrait m’avoir.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Sam 18 Fév - 8:44

Le moindre muscle de l'homme qui lui faisait face était tendu. Il pouvait voir les soupçons de rage qui s'échappaient déjà de son esprit et des pores de sa peau. C'était risible de le voir se démener ainsi alors que c'était déjà trop tard.  De toute façon, Filius avait-il la moindre chance ? il était beau, c'était certain. Mais la flamboyance de l'auror le rendait par bien trop attractif. Filius n'avait que ses yeux, que ses morceaux de glace qui avaient déjà fait sombrer bien trop de femmes sans pour autant jamais faire fondre l'hiver qui vivait dans les yeux du sorcier.

Azraël ne se détachait pas de son sourire aux paroles du sang pur. Il ne mordait pas assez fort, pas assez pour lui faire mal et le faire partir. Le Rosier jouait sur un terrain dangereux dont il appréciait chaque aspérité. Car c'était dans le danger que se trouvait toute la beauté de ce monde. S'était en s'amusant avec les flammes qu'il  se sentait vivre. S'était entre les reins de la femme qui appartenait ce soir à un autre qu'il avait sentit une étincelle naître ne lui. Une étincelle qu'il refusait de voir partir et que le rendant plus nerveux que jamais. Qui lui donnait envie de frapper, de voir le visage de Filius se décomposer en apprenant la nouvelle. Il n'en ferait rien. Il tiendrait la promesse muette qu'il avait faite à Thémis. Il devait partir. Mais avant, il voulait jouer. Clouer pour de bon les lèvres de Filius avec les agrafes d'une haine teinté d'une amitié qui n'existerait jamais.

Tourner autour de ton épouse. Voyons Filius, tu me connais bien mal. Je ne toucherais jamais une femme mariée, encore moins mariée avec l'un de mes amis.

Il y avait tant de paroles non dites dans ses mots, tant de verves violentes qui ne transparaissaient que dans ses sous entendus.Filius ne pouvait que les entendre, après tout, ils se connaissaient bien tous les deux. Ils avaient été proches dans un mensonge compté aux enfants. En vérité, Azraël n'était proche d'aucun des hommes qui l'avaient un jour entouré. Il était bien mieux seul pour une éternité langoureuse.

Les yeux de l'auror s'attardèrent une seconde de trop sur la réaction de Thémis. Elle ne se rebiffait pas. Ainsi elle s'inclinait, elle baissait l'échine devant Filius. Elle s'offrait, plus encore qu'elle ne le ferait jamais en écartant les jambes. Elle avait fait un choix, un choix qui fit éclater le coeur d'Azraël. Pourquoi de telles réactions ? Il était stupide. Thémis était mariée aujourd'hui. Elle n'était rien pour lui ! Rien d'autre qu'un souvenir d'une nuit agréable qu'il avait effacé comme la buée sur une vitre, sans laisser de trace de son passage dans ce lit qu'il avait rendu si froid. Elle n'était rien. Et à mesure qu'il tentait de s'en persuader, il sentait qu'il se mentait. Comme toujours. Comme jamais. Idiot qu'il était.

Laisse la respirer. N'oublie pas que les plus belles fleurs se flétrissent si on les enferme sous une cloche de verre. Enfin, ce n'est qu'un conseil si tu veux qu'elle brille encore à ton bras comme ce soir. Maintenant, si tu veux bien mon cher ami, je vais vous laisser. J'ai des choses plus importantes à faire que de regarder un joli conte de fée voir le jour.

Tant d'hypocrisie dans des paroles qui la laissaient voir à des milliards de kilomètres. Il était contre cette alliance contre nature. Filius était un monstre et Thémis n'aurait jamais la force de résister à la haine qui grondait depuis tant d'années dans le coeur du blond.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   Sam 18 Fév - 14:36

C’était un duel entre deux serpents qui se déroulaient devant mes yeux, sifflant de leur langue venimeuse, frappant de façon plus rusé l’un comme l’autre, se toisant comme des chiens de faïences. C’était cela leur amitié ? C’était une bien drôle de notion. Jamais avec Emily nous nous étions comportées de la sorte. Ils avaient une drôle de définition de l’amitié. Et cela m’agaçait mais je ne pouvais rien dire. Voir mon époux et Azraël se disputait à mon propos, comme si j’étais un vulgaire morceau de viande, n’était guère agréable. Je n’étais cela, et pourtant je restais entre les deux, contre mon nouvel époux, attendant qu’ils cessent de se comporter comme deux adolescents immatures.

Cependant les dernières paroles de l’auror me firent frémir, faisant naître la peur dans mon corps. Etait-ce vraiment ce qui allait m’attendre avec Filius, être enfermé dans un manoir à ne pas pouvoir sortir ? A ne pas pouvoir vivre ma vie comme avant ? Je l’ignorais. Mais si les paroles d’Azraël étaient vraies, cela me faisait trembler. J’avais peur de devoir changer, de devoir changer mes habitudes, mon quotidien. Je devais m’attendre à certains changements, je le savais. Notamment vu que j’étais enceinte, mon quotidien changerait. Je devais essayer de camoufler mon secret encore plusieurs semaines avant de pouvoir l’annoncer de façon officielle à mon époux.

Filius ne répondit pas à la pique et il se détourna d’Azraël, appuyant d’avantage sur ma hanche pour me forcer à le suivre. Je jetais un dernier regard à l’auror avant de suivre docilement mon époux, me dirigeant vers ma nouvelle vie de femme mariée. Mon avenir était malheureusement déjà tracé et sans le savoir les mots du Rosier était empli d’une vérité que je ne verrais que bien des années plus tard.

TERMINE


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pour le reste de nos vies | Azrémis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le reste de nos vies | Azrémis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [1749] - L'être qui changea le Phoenix pour le reste de sa vie ... (pv with Void)
» Il y a des choses qui ne s'achètent pas... pour le reste, il y a Hayina.
» /!\ SAV, pas une partie de plaisir... pour le reste... × Siloë-Jules griffinth
» «Quand une personne entre dans votre cœur, elle y reste pour toujours.» [Demon Murray]
» Pour parler de soi, il faut parler de tout le reste. ♦ Jack&Aby

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Chaudron Baveur :: La pensine :: Les écrits terminés-
Sauter vers: