AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Sam 18 Fév - 12:02

Il avait passé la nuit à réfléchir. A analyser, à penser, à essayer de comprendre. Il ne pouvait se laisser emprisonner par les événements, il ne pouvait se laisser prendre à son propre jeu. Mais la douleur au plus profond de son coeur le faisait violemment souffrir. Comme s'il s'était amusé à se l'arracher et à enfoncer des milliards de petites épines à l'intérieur. Il avait mal à en crever et il savait parfaitement que c'était de sa faute. Les regards emplis de désespoir qui s'était jeté sur lui voulait tout dire. Mais il ne pouvait se permettre de laisser couler, de laisser passer. Il avait protégé les SPMB tout en se débarrassant d'un homme qu'il haïssait de toute son âme depuis tant d'année alors que chacun pensait avec merveilleusement qu'ils étaient amis. De cette même amitié qui liait tous les sangs purs et qui les obligeaient à garder un sourire de glace sur un visage qui ne laissait rien paraître. Tous portait des masques. Même elle. Même cette femme aujourd'hui en prison par sa faute, cette femme qui le faisait revenir au bureau au lendemain même de l'horreur. Même cette créature qui le charmait sans le faire exprès, qui le faisait la haïr sans même le vouloir. Elle devait le détester. L'oublier. Partir loin à l'instant même où son interrogatoire prouverait son innocence. Mais elle resterait, pour tous, la femme d'un monstre. D'un homme qui avait fait tomber le ministre de la magie. Le nom de Nott, traîné dans la boue alors qu'on exposait la marque sur l'avant bras de Filius comme la preuve irréfutable de l'alliance entre les mangemorts et le SPMB. Et alors qu'une fois de plus on montrerait Azraël comme le héros qu'il ne serait jamais.

Le sorcier était parti de chez lui les mains un rien tremblante. Rien ne marbrait ses traits alors qu'il avait enfilé son masque, faisait disparaître l’inquiétude qui aurait dû le détruire. Montrer son véritable visage serrait le trahit. L’interrogatoire de Thémis ne serait qu'une mission de routine où il se devait d'être présent et avec lui un capitaine du bureau des protecteurs, un homme qu'Azraël n'aimait pas. Mais tous savait le lien qui liait cet attentat avec le SPMB. Les protecteurs devaient être là. Ses mêmes hommes et femmes qui disparaîtraient bientôt. Un discret soupire s'échappait des lèvres de l'auror alors qu'il jeta devant lui un nuage de poudre verte qui le transportait jusqu'à ministère de la magie. L'atrium était déjà nettoyé, comme si rien ne s'était passé. Seule la trop grande concentration d'auror prouvait l'horreur. Le monde changeait, filait entre les doigts de ceux qui désiraient le contrôler. Azraël était seul à maîtriser chaque fils, comme un marionnettiste depuis trop longtemps guéri à un jeu difficile et pourtant combien drôle. Tous s’activait comme des fourmis. Et lui prenait rendez-vous avec le destin.

Mr. Rosier.
Mr. Goldstein.
Elle attend dans la salle interrogatoire depuis une dizaine de minute.

Azraël inclina simplement la tête avant de lui lancer de l'attendre quelques minutes. Un simple saut dans son bureau. un simple saut pour faire taire les battements frénétiques de son coeur. Thémis n'était personne d'autre qu'une possible complice d'un meurtre. Elle n'était rien. Rien du tout. Alors pourquoi ses mains tremblaient tant alors qu'il pendait son long manteau dans son bureau, alors qu'il sentait la magie s'enrouler déjà autour de ses doigts qui ne la maîtrisait plus aussi bien qu'avant. Il sentait la puissance, cette puissante terrible qui hurlait en lui. Quelque part dans son esprit, il entendit le rire d'une Thémis bien plus jeune qui se cambrait sous ses baisers. Il entendit sa question sur la magie sans baguette, emplie d'une innocence que le monde lui avait volé. Non ! Il ne devait pas laisser les souvenirs s'infiltrer en lui comme autant de morsures de serpent. Sa main trembla une dernière fois alors qu'il serrait violemment les dents. Son visage était de marbre lorsqu'il sortit de son bureau d'un pas vif, se dirigeant vers cette salle d'interrogatoire bien trop sombre.

A travers la vitre, il la regarda. Elle ressemblait à une créature fragile, loin de ceux qui gardait le visage haut, loin de ce Jonathan qui leur avait craché au visage durant tout l'interrogatoire. Loin du sourire goguenard qu'avait gardé le brun. Thémis était marquée. La magie avait fait disparaître le masque de son visage. Transparaissait les coups et les horreurs, les marques que Filius laissait même une fois mort. Et ce n'était que des blessures visibles, des blessures physiques dont l'horreur transparaissait. Azraël le savait. Les plus profondes étaient celles qui s'enfonçaient dans son coeur. Et celles qu'il allait créer durant cette journée.

Les deux hommes entrèrent et Azraël n'adressa pas un regard à la sorcière. Il s'assit, posant sa baguette noire à sa droite, le visage glacé, les yeux aussi froids que ceux de Filius. Son coeur battait trop vite. Son collègue était bien différent. Il posa avec violence le dossier devant Thémis et ses yeux gris se plongèrent dans ceux de la sorcière.

Voilà donc notre petite meurtrière. Je t'aurais pensé plus impressionnante, surtout pour une salope de sang pure.

Azraël posa les yeux sur Thémis, sa main gauche, sous la table, se serrant légèrement. Il savait parfaitement pourquoi Elliot se comportait de la sorte. Il ne voulait pas faire sortir de ses gongs la sorcière mais bien lui. L'auror ne réagit pourtant pas. Thémis n'était donc pas la seule a être testée. Très bien. Il savait ce qu'il devait faire.

C'est les SPMB qui vont ont envoyé pas vrai ? C'est pour eux que ton mangemort de mari a tué pas vrai ?!

Si seulement il savait. Si seulement il pouvait imaginer ne serait-ce qu'une seconde ce qui se tramait dans l'ombre du QG des SPMB. Filius était innocent. Filius n'avait agit que contre Azraël. Contre personne d'autre.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Sam 18 Fév - 19:25

La nuit avait été horriblement longue. A vrai dire je n’avais quasiment pas fermé l’œil de la nuit. Recroqueviller sur moi-même avec mes pensées et mes larmes pour seules compagnie. J’étais brisée, seule avec moi-même, seule avec cette inconnu. Avec ce trou noir qui affecté ma mémoire. Et mes pensées ne cessaient de se tourner vers ma fille, vers mon enfant, vers mon Aisha, ma douce Aisha. J’ignorais ce qu’elle avait vu, ce qu’elle avait vécu. Ma seule certitude, c’était qu’elle était seule et surement perdue. Filius était mort et j’étais là, dans cette cellule loin d’elle. J’avais terriblement besoin de ma fille, de la voir, de la sentir contre moi. Mon enfant, mon sang, ma chair. Elle était tout, elle avait été mon monde durant dix-huit années. Et peut-être que jamais je ne pourrais la revoir. Peut-être que ce monde que j’avais construit autour d’elle allait s’effondrer, que j’allais la perdre. Cela me terrifiait.

Je dormis par intermittence, quand ma fatigue physique était plus forte que le reste. Mais les douleurs créer par les coups de mon défunt époux me réveillait violemment m’arrachant bien souvent un léger gémissement de douleur. La magie que j’avais utilisée pour modifier mon apparence et cacher la réalité de ma vie avait cessé de faire effet. Mes cheveux étaient redevenus terne, mes joues étaient creusés, des cernes se dessinés sous mes yeux et des hématomes pouvaient se voir par endroit. Mes muscles hurlaient de douleur, autant que mon esprit. Et quand le jour se leva, cela ne fut que le début de mon calvaire. Un calvaire qui allait me détruire, me briser comme une vague se brisant sur la côté.

Ce fut tôt qu’un protecteur au regard malsain arriva. Je ne savais pas si je préférais voir cet homme plutôt qu’Azraël. A vrai dire pas une fois cette nuit, j’avais pensé à lui. Ce ne fut que le bruit de l’ouverture de la cellule qui me tira de mes pensées et qui me réveillèrent complètement. Ils me traînèrent jusque dans une salle d’interrogatoire où ils me firent assoir sans ménagement avant de partir. Mon cœur battait horriblement fort dans ma poitrine et mes yeux paniqués scrutèrent chaque recoin de la pièce. Mais cela fut rapide, tout était sobre, sans décoration particulière. Je baissais donc les yeux, retenant des larmes de douleur. Mes pensées retournant vers Aisha, encore et toujours ma fille. Loin de moi, le simple fait de penser me faisait tenir mais me faisait également souffrir. Aller la serrer dans mes bras. Mais je ne pourrais pas la voir.

Je sursautais quand la porte s’ouvrit de nouveau cette fois sur Azraël. Je déglutis péniblement le regard s’installer en silence et dans un calme qui était terrifiant. Mes yeux se posèrent sur la baguette de l’auror me faisant frissonner. J’étais terrifiée, j’étais faible. Cependant le protecteur que j’avais vu quelques minutes plutôt n’avait rien du calme professionnels de directeur du bureau des aurors. Il posa le dossier avec violence sur la table, me faisant une nouvelle fois sursauter de peur. Je fermais les yeux un court instant afin de calmer les battements décousus de mon cœur qui était plus que paniqué dans ma poitrine. Je les rouvris et il plongea son regard d’acier dans les miens. Je baissais les yeux, ne pouvant supporter ce regard. Les paroles désobligeantes sortirent de la bouche du protecteur. L’insulte qui fusa ne fit faire qu’un tour à mon sang. C’était ainsi qu’était les protecteurs ? Insultant ? Mais ce monde n’était qu’injustice et je devais m’y faire. Pourtant je gardais le silence, ne répondant pas à la provocation de l’homme. Tout ce que je pouvais dire pouvait être retenu contre moi, et cela c’était l’auror assis en face de moi qui les avait prononcés.

Il continua, toujours véhément toujours violent dans ses paroles. Je n’avais jamais porté Filius dans mon cœur, mais je savais que mon défunt époux n’avait rien à voir avec le meurtre du ministre. J’étais là, j’étais à ses côtés et il ne l’avait pas tué. Ma voix était complètement brisée, beaucoup trop faible pour parler de façon distincte. Ce ne fut qu’une voix brisée, rauque, tremblante et dans le souffle de ma respiration qui se fit entendre. Mon corps était brisé depuis plusieurs jours. Ils allaient tout m’achever, ils allaient tout deux réduire à néant mon esprit.
« Je n’ai rien à voir avec eux…je n’ai tué personne…mon époux n’a pas tué le ministre… »

Une bien maigre défense. Avec ma mémoire qui me faisait défaut, je ne savais rien de ce qu’il s’était passé entre le moment où j’avais senti mon époux posé sa baguette contre mon corps et le moment où je m’étais éveillée au sol. Nous n’avions rien à voir avec la mort du ministre. Après j’ignorais si Filius faisait oui ou non partit des SPMB. Au vu des idées du groupe, il était fort possible qu’il en fasse partie mais je n’en savais rien.

Je gardais la tête baissé, je n’avais pas la force de lever les yeux, pas la force de croiser son regard sombre. Cela briserait la dernière chose intacte qui me restait. Mon cœur. Il se défendait, il battait furieusement dans mon corps, refusant de céder, refusant d’abandonner la lutte alors que tout le reste avait été vaincu. C’était la seule chose qui me rester, mon cœur. Et je voulais le protéger. Ma gorge était serrée, je luttais contre les larmes qui me brûlaient les yeux. J’étais faible, désarmée et accusé et je n’avais aucune preuve pour me défendre convenablement. Pas de mémoire pour savoir si je pouvais espérer m’en sortir ou alors m’avouer vaincu. J’étais dans le noir, j’étais perdue. Sans aucun moyen d’avancer correctement. Alors je protégeais la seule chose qui me rester. Et je ne voulais pas croiser ce regard sombre qui se trouvait en face de moi. Alors j’attendais. J’attendais l’inévitable, j’attendais le coup fatale, celui qui me détruirait pour de bon. Celui qui me ferait perdre ce que j’avais, celui qui détruirait mon monde, qui me ferait détourner mes pensées de ma fille. Je devais rester concentrer sur elle, elle seule pouvait me sauver et me maintenir dans l’espérance. Le reste n’était que ténèbres.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Sam 18 Fév - 19:53

Les pensées d'Azraël filaient jusqu'à celles de Thémis, se perdant dans leur beauté torturée. Il ne parvenait à la suivre, pour la première fois. Elle était perdue, elle avait peur. Et le protecteur ne faisait rien pour la rassurer. Il voulait la faire hurler. L'auror connaissait parfaitement cette méthode, qu'il avait utilisé à bien trop de reprise. Mais ce qu'il ne comprenait pas, c'était l'autre chose que cherchait le représentant du ministère. Ce n'était pas que l’interrogatoire de Thémis qui se déroulait. C'était également une analyse scrupuleuse de la moindre réaction du sorcier. Son visage restait pourtant de marbre. Il ne bougeait pas le plus petit doigt. Son poing s'était déjà desserré.

Ses yeux s'étaient fixés sur Thémis. Ils détaillaient la moindre marque qu'avait laissé Filius sur son corps. La colère frissonnait, lentement, dans le coeur de l'auror, prête à tout détruire, prête à tout envoyer voler. Comme parvenait-il à rester calme alors que les insultes pleuvaient et qu'elles seraient bientôt rejointe par des coups qu'ils avaient la totale autorisation de porter. C'était une affaire d'état, c'était la possibilité de tout utiliser pour faire parler la sorcière. Thémis était une inconnue pour l'homme qui perdrait patience en quelques secondes. Azraël pourrait l'envoyer boire un café alors. Et parler, glisser quelques mots pour rallumer une lueur dans les yeux de Thémis. Et s'assurer son allégeance pour de bon, pour l'empêcher de parler de la vérité. S'offrir un coeur était le meilleur moyen pour s'offrir l'éternité. Qu'importe ce qu'il devait faire. Qu'importe le corps qu'il devait déposer devant Thémis. Il protégeait ses arrières. Quitte à devoir offrir le cadavre d'Aisha aux yeux dans lesquels il aurait voulu se perdre.

Toi non c'est certain. Je ne vois pas comment une femme aussi faible pourrait avoir ôté la vie à Mr. le ministre. Mais ton époux ! Ce putain de cadavre, lui en est totalement capable pas vrai ?! Ne ment pas, on le saura !

La première gifle partie. Trop tôt. Bien trop tôt. Le protecteur ne savait pas mener un interrogatoire. Le protecteur laissait le sang des gryffondor dans ses veines intervenir à sa place. Azraël ne sourcilla même pas lorsque le bruit de la paume contre la joue de Thémis retentit dans la salle. Il se contenta d'un raclement de gorge qui fit tourner la tête d'Elliot.

Goldstein. Va boire un café tu crois pas ? Je doute qu'Alyra accepte que tu frappes les suspects. Jusqu'à présent, je n'ai jamais entendu la moindre personne dire une bride de vérité sous les coups.

Le regard noir du protecteur était d'une violence inouïe mais il fini pourtant par tourner les talons, laissant, pour un temps bien trop court, les deux amants seuls dans cette immense cellule. Le coeur d'Azraël rata un battement. Un de plus, un de trop. De toute manière, elle avait un pouvoir qu'elle ne devrait jamais avoir sur lui.

Thémis ! Écoute moi ! Sa voix était trop forte, trop violente. Mais il voulait, durant une seconde, la faire sortir de sa léthargie. La faire le regarder, croiser des yeux qui l'avaient transporté si loin. Balance le. Essaye de te protéger. Personne ne le fera pour toi. Et je doute que tu veuilles laisser Aisha seule subir la déchéance de ses deux parents. Balance le.

Ne lui resterait alors plus qu'un crime sur le dos. Tout la désignait comme coupable car elle avait attaqué Azraël. Même si son regard était vide, elle avait voulu le tuer et sans l'intervention d'Aisha, l'auror ne savait pas s'il serait encore de ce monde, s'il serait présent pour la voir être détruite entre des mains habiles. Peut-être aurait-il préféré. Peut-être aurait-il voulu être à des milliards de kilomètres. Au plus profond de lui, il sentait un soupçon de peur. De la voir ainsi, de la voir sombrer dans un enfer où il l'avait lui-même projetée. Puis il oubliait et pensait à son propre sauvetage. Si Filius prenait, personne ne viendrait s’inquiéter du véritable tueur du premier ministre. Ce meurtre détournait les yeux du véritable meurtre. Du corps à la marque de ténèbre qui avait vu sa vie lui être ôté dans un second éclair vert.

Nott !

La voix d'Eliott raisonna dans l'air déjà bien trop chargé par cette tension qui régnait en maîtresse parfaite sur la pièce. Il n'en avait pas fini. Et Azraël retrouva son masque, posant ses doigts sur ses lèvres, analysant le moindre geste.

Je n'irais pas par quatre chemins. Pourquoi ?! Pourquoi vous avez essayé de tuer le ministre ?
Pourquoi m'avoir attaqué ? Vous auriez dû partir pendant que la panique le permettait encore.

La voix d'Azraël tonnait bien plus que celle du protecteur. Il ne chercha pas à trouver les yeux de Thémis. Il avait déjà trouvé son coeur, il n'avait pas besoin de plus. C'était bien trop. Et bien trop dangereux. Pourquoi avoir voulu l'attaquer ? Il ne voyait qu'un vide dans les pensées de la sorcière. Le vide le plus sombre qui ne lui ait été donné de voir.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Sam 18 Fév - 21:11

Je restais silencieuse, je restais ainsi, faible. Sentant mes muscles souffrir chaque minute un peu plus, sentant la fatigue faire son œuvre chaque minute un peu plus. Je ne savais même pas par quel miracle je tenais encore debout, comment mes muscles arrivaient à me maintenir assise sur cette chaise inconfortable. J’étais l’ombre de ce que j’avais été, j’étais l’ombre de celle que j’avais prétendu être durant dix-huit années. Je n’étais que le reflet d’une femme brisée. Une femme qu’on torturait jusqu’au bout, qu’on saignait à blanc tentant de lui faire cracher ce qu’elle ne savait pas, ce qu’elle ignorait. Je ne pouvais dire ce que je ne savais pas. Si je savais prétendre à travers des sourires rayonnants, je ne pouvais mentir aujourd’hui. J’étais trop faible, trop affaibli, trop fatigué. Je n’avais pas la force de prétendre ou de mentir.

La voix du protecteur me faisait trembler. Il insultait mon défunt époux. Même si je ne l’aimais pas, même s’il avait fait de ma vie un enfer, il méritait qu’on le respect un minimum. Cet homme lui marchait dessus comme un sang pur insulterait un né moldu de sang de bourbe. Mais peut-être était-ce juste le simple revers de la pièce. Peut-être était-il né moldu et qu’il se vengeait sachant que les Nott était une noble famille de sang pur. Cela m’atteignait mais je ne répondais rien à ces veines provocations car cela ne ferait que me porter préjudice. Cependant je n’attendais pas à la gifle qui claqua violemment contre ma joue, réveillant de vieux souvenirs, de vieux démons. Un gémissement de douleur s’échappa de mes lèvres tandis que ma main monta à ma joue douloureuse, surprise. Je levais les yeux vers l’homme. Ce que je vis, fit naître la terreur dans mes yeux. Pendant un quart de seconde j’avais vu Filius, j’avais vu son regard de glace, sa fureur, son sourire narquois et se plaisir non fin de me faire souffrir pour ce que j’avais fait.

J’entendis à peine les mots d’Azraël demandant aux protecteurs de sortir cinq minutes se calmer. J’étais toujours sous le choc, ma joue était en feu rajoutant d’avantage de douleur physique à mon corps déjà totalement endoloris. La voix de l’auror qui tonna comme un ordre sec, me fit une nouvelle fois sursauter, suivis de tremblement un peu trop violent. J’avais envie de me recroqueviller sur moi-même, de disparaître, de fuir loin, de ne plus souffrir, de ne plus avoir peur. Je ne relevais pas les yeux, continuant de les garder blesser, terrifier. J’étais comme un animal acculé, piégé. Je transpirais la peur. Tout mon corps exprimé ma peur, ma souffrance et ma peine. Les mots étaient trop durs, trop violents. Il ne me défendrait pas, il ne lèverait pas le moindre petit doigt. Une larme passa la barrière de mes paupières. J’étais incapable de balancer Filius. Même s’il le méritait, je n’avais pas la force de mentir, je n’avais pas la force de le balancer. Je ne pouvais rien faire. Même s’il utilisait mon point faible, même si Aisha était dans de sale drap, même pour elle j’étais trop affaiblie pour pouvoir mentir d’aplomb. J’étais à bout de force, je n’avais pas la force de me battre, pas la force de cracher sur mon époux. Je ne pouvais pas. Malgré la pensée de ma fille.

La voix du protecteur me fit une nouvelle fois sursauter violemment. Mon corps n’en pouvait plus de ses contractions violentes et soudaines, des emballements brusques de mon cœur. Le hurlement de mes muscles aurait pu me faire gémir de douleur mais je n’y arrivais pas. Même pour cela, je n’avais plus de force. J’étais à bout, je voulais que tout cela s’arrête. Je voulais que la douleur physique cesse, je voulais que mon esprit se calme, je voulais que mon cœur ralentisse, je voulais que la peur disparaisse. Je voulais que tout s’arrête. Mais rien n’aller s’arrêter. Rien de ce que je voulais n’irait dans ce sens car ils ne lâcheraient pas le morceau avant d’avoir entendu ce qu’ils voulaient entendre.

Mais la surprise fut de taille. Pas les paroles du protecteur qui cherchait encore et toujours à savoir ce que je n’avais pas commis, ni moi, ni mon époux. Mais les mots d’Azraël me firent l’effet d’une décharge électrique. Je relevais brusquement la tête vers l’auror. Que venait-il de dire ? J’avais fait quoi ? Venait-il de donner la réponse à ma question ? J’ignorais ce qu’il s’était passé durant mon trou de mémoire. L’avais-je vraiment attaqué ? J’en étais bien incapable. Pourquoi irais-je attaquer l’homme que j’aimais ? Pourquoi irais-je attaqué un homme dix fois plus puissant que moi ? L’horreur marquait mon visage.
« Je….j’ai fait quoi ? Non…J’en suis incapable…Je n’ai pas pu faire ça…Je ne m’en souviens pas… »

Mon cœur battait beaucoup trop fort, je sentais l’adrénaline de la vérité se répandre dans mes veines. Je me mis instinctivement à chercher le regard d’Azraël. Même si je savais que ce qui j’y verrais me briserait et que je le regretterais. Que je souffrirais de cela. Mais je voulais savoir. Avais-je vraiment cherché à tuer l’homme que j’aimais et le père de mon enfant ? Et si je l’avais fait…pourquoi je n’en gardais aucun souvenir ? Comment c’était possible ? Je cherchais les iris sombres de l’auror à la quête d’une douloureuse vérité. Cela me nuirait, me détruirait mais j’avais besoin de savoir. Besoin de savoir qui j’étais.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Dim 19 Fév - 18:48

Une fois de plus la violence. Une fois de plus l'horreur et une fois de plus, il ne voyait que les ténèbres derrière les prunelles de Thémis alors que ses mots ramenaient à elle bien trop de souvenirs. Elle ne se souvenait de rien, comme si elle n'avait pas été là durant les quelques minutes où elle s'était attaquée à lui. Il se souvenait de son regard vide de toute émotion. Pas même la plus petite trace de colère, pas même la plus petite trace de haine. Lui était resté incapable de bouger, se contentant de la regarder se rapprocher, encore et encore, avec tellement de facilité. Elle aurait pu le tuer si Aisha et Alaska n'étaient pas intervenue. Elle aurait pu le tuer alors que leur différence de puissance était flagrante. Il n'aurait fallu que quelques minutes de plus, qu'une impossibilité plus grande de réaction encore et il ne serait plus là pour parler, plus là pour éviter ses yeux, plus là pour sentir le poids des responsabilités qui venaient se poser sur ses épaules avec plus de violence que jamais. Elle avait essayé de le tuer et pourtant, dans un rêve idiot d'homme amoureux qu'il refusait d'être, il tentait de se persuader que c'était impossible. Que ce n'était pas elle. Comment expliquer le noir qui envahissait son esprit dès qu'elle pensait à cet instant étrange ?

Pourquoi s'être attaqué à moi ? Le ministre était déjà mort, je ne pouvais plus le protéger. Qu'est ce que les SPMB cherchaient en voulait faire tomber des têtes haut placées ?

Il avait enfin relevé les yeux et les avait planté dans ceux de la sorcière. Le vert l'hypnotisait, comme toujours. Il ne devait pas vraiment la connaître. Juste pour de simple politesse car ici, personne n'oubliait qu'il portait le nom Rosier et que du sang aussi pur que le diamant coulait dans ses veines.Et les sangs purs se connaissaient tous, dans la consanguinité qu'on leur portait. Comme une grande famille enfermée dans des pièces obscures, devenant un nid de serpent où un sang de bourbe craindrait pour sa vie. Azraël restait distant, comme si tout ce qui s'était passé entre eux n'était qu'un mythe, qu'une histoire stupide, qu'un détail. Il n'avait jamais couché avec cette femme. Elle était seulement l'épouse d'un homme qu'il avait pendant si longtemps appelé ami. D'un homme qu'il avait même défendu durant son procès. Il n'avait jamais fait cela pour Filius. Mais bien pour la petite fille qui avait assisté à tous ses événements les yeux grands ouverts, tenant la main d'une mère inquiète. De ses yeux qu'Azraël avait immédiatement reconnu comme des jumeaux parfaits de ses iris trop sombres.

Tu sais, ça sert à rien de le couvrir. L'est mort ton mari. Il reviendra pas te sauver. T'es toute seule maintenant Nott. Toute seule face à un monde qui veut ta tête sur un plateau. Tu t'es foutue dans la merde comme une grande alors assume ce qu'il s'est passé !

Eliott ne s'était pas assit. Il tournait autour de la table comme un vautour autour d'une proie. Azraël ne le regardait déjà plus. Son regard s'était fait plus noir alors qu'il fixait Thémis, alors qu'il essayait de trouver dans les pensées de la sorcière quelque chose. Mais rien, rien d'autre que cette noirceur qui lui arrachait le coeur avec une violence qu'il n'avait jamais ressentie.

Putain c'est trop compliqué ! Qu'est ce que tu veux cacher ! Ca sert à rien maintenant, t'es ici et t'en bougera pas tant que t'auras rien dit ! Tes droits et toutes les conneries n'ont plus rien de réels ! T'as buté le ministre pas vrai ! Putain dit le que vous l'avez buté et que t'as juste pas eu les couilles de tenir la baguette !
Goldstein !

L'ordre claqua, inattendu, faisant taire le protecteur avec autant de force que si un coup était parti. Le regard noir d'Eliott ne fait pas même frémir l'auror alors qu'Azraël fini par se redresser brusquement. Sa main se glissa sur le menton de Thémis, lui relevant brusquement la tête, l'obligeant à le regarder droit dans les yeux alors qu'il serrait trop fort.

Parle Thémis ! Ni toi ni nous n'avons que ça à foutre !


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Dim 19 Fév - 19:49

Les mots d’Azraël m’arrachèrent le cœur, je l’avais bel et bien attaqué mais je n’en avais aucun souvenir, rien ne me revenait en mémoire. Pourtant j’essayais, je tentais de fouiller dans ce noir qui envahissait mon esprit, je tentais d’y mettre de l’ordre, de raisonner de façon calme. Mais avec toute la douleur, toute la fatigue accumulé, c’était bien difficile. Et mes souvenirs refusaient d’éclaircir cette zone noire. Rien ne revenait, faisant naître de plus en plus la panique dans mon corps. J’étais incapable d’un tel acte, je n’avais pas levé une seule fois ma baguette contre mon époux violent et qui me frappait, alors pourquoi l’aurais-je fait contre l’homme que j’aimais ? C’était pas logique, pas normal, je ne trouvais aucune explication rationnelle. La peur avait complètement envahis mes yeux verts, la peur d’être un monstre. La peur de savoir ce qui allait m’arriver car j’avais attaqué le directeur du bureau des aurors, la peur de laissait ma fille seule face à ce monde en déchéance.
« Je ne sais pas…Je…je n’ai aucun souvenir de ce que j’ai fait….Je ne fais pas partie des SPMB, je n’appartiens pas à ce groupe, je n’adhère pas à ses idées… »

J’étais complètement paralysée par la peur. Ma gorge était serrée, j’avais peur, j’avais mal. Mal de savoir que je l’avais attaquée alors que je l’aimais. Et je n’en avais aucun souvenir. Pourquoi je n’avais aucun souvenir ? Cela me faisait horriblement mal, j’avais une folle envie de hurler, de laisser sortir cette douleur, de la laisser s’exprimer afin qu’il comprenne que je n’étais pas responsable de tout cela, j’étais innocente, je n’avais aucun lien avec cet attentat. La seule chose dont j’étais coupable c’était d’avoir attaqué un auror et je n’en gardais aucun souvenir.

Le protecteur continuait sa ronde autour de moi, me provocant. La Serpentarde qui était en moi, celle qui sommeillait depuis dix-huit années avait envie de sortir, avait envie de me protéger, de protéger celle que j’étais devenue. Mais je continuais de trembler comme une feuille quand sa voix sèche retentissait à mes oreilles de façon agressive. Je ne répondais pas à ses provocations, cela ne servirait à rien. Il n’aurait pas ce qu’il voulait de toute façon. Et je refusais de lui répondre, de céder à son manège. Je n’avais pas été élevé comme cela. J’avais subit mon époux durant trop longtemps pour craquer et laisser la colère m’envahir. J’avais de toute manière trop peur pour lui répondre, il m’avait giflé une fois, me rappelant trop violemment Filius. Et j’avais appris une chose avec Filius, me taire était ma meilleure défense. Le meilleur moyen de me protéger et d’alléger ma douleur.

Il s’énerva encore plus, me faisant d’avantage trembler. Alors qu’Azraël cherchait à élucider pourquoi je l’avais attaqué, le protecteur restait focalisé sur le meurtre du ministre, m’accusant de tous les mots. M’accusant d’une chose dont je n’avais rien à voir. Je n’étais pas une meurtrière. Je n’étais qu’une mère qui cherchait à protéger son enfant. Je n’étais que cela. Mais visiblement les paroles du protecteur firent sortir Azraël de ses gongs. Il se leva d’un coup me faisant violemment sursauter et je vis sa main fondre sur ma gorge pour attraper mon menton. Les larmes de peur franchir mes yeux sans que je ne pus les contrôler. Les mots d’Azraël me terrifiaient, il me faisait peur. Mon cœur me faisait mal, il tambourinait dans mes tempes, me donnant envie de vomir. Ma voix paniqua, complètement terrifié, ce ne fut qu’un débit de mot rapide et faible qui s’échappèrent de mes lèvres.
« J’en sais rien…je ne sais pas….J’ai pas tué le ministre….Je sais pas ce qu’il s’est passé…je ne suis pas du SPMB…Je suis prête à témoigner sous véritasérum…. »

J’ignorais ce que je faisais, mais je ne voyais que cela pour me protéger, pour me sortir de tout cela, pour ne plus avoir mal, pour ne plus avoir peur. Si mes yeux étaient obligés de fixer ceux de l’auror, je ne me laissais pas perdre dans les ténèbres de ses iris. J’avais trop peur et la peur me paralysé. Il pouvait de toute manière sentir les battements furieux de mon cœur et voir dans mes yeux la peur, la panique et la douleur. Il me connaissait trop bien.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Dim 19 Fév - 21:31

C'était trop de vérité qu'il entendait dans les mots de Thémis. Des vérités qu'il ne pouvait souffler. Ici, il n'était pas un leggilimen. Ici, il ne lisait pas dans ses pensées. Alors comment aurait-il pu savoir que Thémis n'était pas une SPMB ? Comment aurait-il pu savoir que Filius seul était en tord mais qu'il était accusé de crimes qui n'avaient rien de réels. Durant l'horreur qui avait secoué le monde magique, Filius n'avait rien fait. C'était des faits bien plus vieux qui avaient causé sa chute alors qu'Azraël s'était fait juge et bourreau d'une affaire que personne ici ne pouvait comprendre. Il avait sauvé Thémis d'un monstre. La belle affaire. Il avait juste tué un homme. Il avait juste mit fin à une nouvelle vie. Une vie trop noire, trop terrible. Une vie qu'il avait arraché avec délectation. Tout ça pour la femme devant lui, tout ça pour la créature terrorisée qu'il ne pouvait protéger. Il ne se mettrait pas en danger pour elle ! Jamais ! Il n'en avait pas le droit ! Il ne pouvait mettre à mal tout ce qu'il avait créé juste pour deux yeux qu'il ne parvenait à éviter.

Et là, les mots qu'elle n'aurait jamais dû prononcer. Les mots de trop, la phrase de trop. Azraël lui envoya l'un de ses plus noirs regards, sa respiration se saccadant une seconde, une seule seconde, une seconde que seule Thémis pu voir. Ses doigts se crispèrent sur la mâchoire de la sorcière. Puis il la lâcha alors que le protecteur fondait comme un faucon sur sa proie, où plutôt sur les paroles qu'elle venait de prononcer.

Vous acceptez de témoigner sous véritasérum ? Adorable.

Les sourcils de l'auror se froncèrent et il ne pu s'empêcher de laisser sa question transparaître dans ses yeux alors qu'il tourna le visage vers Eliott. Un rire s'échappa des lèvres de ce dernier.

Voyons Azraël. Si elle accepte, c'est qu'elle résiste. Si elle résiste, elle ne dira que des mensonges. Son témoignage ne vaudra rien. Tu pensais vraiment qu'on était aussi stupides que ça ?
On ne sait jamais. Ca la rendra sûrement plus loquasse. On ne perds rien à essayer et...
Essayer. Je reconnais bien là les aurors. Essayer parce que peut-être que ça marchera. Pas étonnant que vous n'avez aucun progrès de votre côté. Coupa le Goldstein.

Le directeur ne répondit pas. Il avait bien trop de choses à cacher pour se permettre de faire taire un protecteur. Pour se permettre de lui faire fermer cette grande gueule qu'il ouvrait bien trop à son goût. Azraël ne souffla pas, se contentant d'un regard noir qui n'avait rien à voir avec celui qu'il avait lancé à Thémis quelques secondes plus tôt.

Allez chercher une fiole.

C'était une ordre. Simple, clair, précis. Un ordre auquel Eliott se plia, comme l'attendait Azraël. Il n'en profita pourtant pas pour parler. Aucun mots ne voulaient sortir de sa gorge nouée. Filius ne serait peut-être pas innocenté mais l'auror savait parfaitement que la sorcière en face de lui ne résisterait pas aux effets de la potion. Qu'elle parlerait. Qu'elle dirait tout. Sans la moindre exception. Et Azraël ne savait à quel moment elle avait reprit conscience.

Bois ça. Et raconte nous ce bordel que tu inventes.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Lun 20 Fév - 13:47

Le regard noir d’Azraël me fit trembler, jamais il ne m’avait regardé avec un regard si sombre. Ce regard qui m’était familier, jamais je ne l’avais vu. Et il me terrifiait. Ses doigts se crispaient sur ma mâchoire, réveillant les vieilles douleurs provoquées par Filius. Je tremblais et les larmes coulaient seules sur mes joues sans que je puisse les contenir, la terreur était trop présente, elle me rongeait comme l’acide attaque le fer. Je ne pouvais lutter face à cette tumulte qui régnait, je n’avais jamais été forte. Je mourrais chaque seconde un peu plus, chaque seconde qui passait me faisait mourir à petit feu. J’avais du mal à trouver un air pur pour me sentir vivante. Plus le temps passait plus j’étouffais. La peur m’étouffait. Mon corps hurla de soulagement quand sa main me lâcha tandis que le protecteur se jetait une nouvelle fois sur moi, narquois. Je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire. Et apprendre que des gens pouvaient résister me laissait pantoise. J’ignorais cela…

Soudain j’eu peur de ne pas pouvoir avoir ce répit que pouvait m’offrir la potion de vérité. Je n’avais jamais bu de véritasérum, je ne pourrais résister à ses effets, je le savais. Je ne pourrais pas mentir mais au vu des dires du protecteur je savais qu’il ne me croirait pas. Je pouvais dire ce que je voulais, il ne me croirait pas. Mais Azraël lui ordonna d’aller chercher une fiole. Le silence s’installa dans la salle d’interrogatoire. Mes yeux se rebaissèrent, j’évitais de regarder l’auror que je ne reconnaissais pas et pourtant je savais qu’il faisait son travail. Mais il me faisait peur, je ne l’avais jamais vu ainsi. J’étais terrifiée et je n’en sortirais par indemne, si jamais je sortais un jour de cet enfer. Est-ce que cela détruirait le peu de chose que nous avions ? Surement et mon cœur hurlait de douleur à cette idée. Mais je ne voudrais plus vivre dans la peur.

Le protecteur revint avec la fiole et son ton était toujours aussi froid, toujours aussi désobligeant. Je pris la fiole d’une main tremblante. Je la portais à mes lèvres et fit couler le liquide dans ma gorge. Les effets se firent rapidement ressentir, je ne pouvais plus rien cacher, je ne pouvais pas mentir. Dire juste la vérité. Rien que la vérité. Emprisonné par les effets de la potion qui se répandait dans mon corps. Je pris une profonde inspiration et la potion se mit en marche, permettant à ma langue de se délier, me permettant de parler sans hésitation, sans rien omettre. Je pouvais raconter ma soirée dans les détails.
« Nous sommes arrivées avec mon époux, une quinzaine de minute avant le début du discours. Nous avons discuté quelques minutes avec madame Selwyn. Mon époux me tenait fermement par le bras. Le ministre arriva et il commença son discours et le sortilège de la mort vint frapper le ministre. Au vu de la trajectoire, le sortilège est partit du milieu de la foule, sur notre gauche. La panique s’ensuit. Filius m’a alors tiré à l’écart, loin de la foule qui paniquait. Il m’a menacé de sa baguette, j’ignore pourquoi. La suite, je n’ai pas de souvenir. Le noir complet. Quand j’ai repris conscience, j’étais à une vingtaine de mettre de l’endroit où Filius m’avait menacé. J’étais allongée sur le sol, comme si j’avais été stupéfixié. Et Monsieur Rosier ici présent, m’a mise en état d’arrestation. J’ai alors constaté que mon époux était mort. J’ignore comment. Je ne sais pas comment il est mort. »

Je finis mon témoignage. J’avais tout dis d’une traite, tout. Sans émotion, j’avais juste tout mis sur la table. S’il avait des questions, le véritasérum ferait toujours effets et je pourrais leur répondre sans hésitation, sans émotion. Cette potion pouvait être un enfer comme salvatrice. Mais désormais c’était à eux de m’interroger. J’espérais juste que la potion ne me ferait pas répondre aux provocations du protecteur. Mon cœur pendant ce temps ralentissait, se soulageant grâce à l’effet de la potion.



Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Lun 20 Fév - 15:14

Ses lèvres s’entrouvrent. Les mots s'échappent, comme autant de beauté cachée, comme autant de phrases qu'il refuse d'entendre. La faire passer pour une menteuse serait facile et pourtant il continue à écouter ses mots, de sentir la peur remplir l’air. Thémis ne tremble plus. Elle ne bouge plus. Le sorcier la regarde, comme s'il ne l'avait jamais vu. Azraël aimerait que le temps s'arrête. Que dans un ralentit étrange il puisse lui parler. Il n'a pourtant aucune excuse sur le bord des lèvres. Chaque actions étaient contrôlées, chaque actions devaient le mener à s'en sortir, à ne jamais être inculpé pour le meurtre d'un homme. Il ne comprend pas. Il ne parvient à comprendre pourquoi les larmes ont coulées sur son visage. Elle devrait être soulagée. Rien d'autre. Elle devrait être heureuse. Reconnaissante. Et au lieu de ça, il ne ressent que de la peur. Qu'un vide abyssal qui l'effraye.

Filius est décédé d'une maladie cardiaque que personne ne présageait. Il m'a attaqué une fois qu'il a vu que vous étiez au sol. Je n'ai frappé qu'une fois. Il est tombé raide.

La voix d'Azraël le fait revenir à la réalité. Il a jeté ses mots sans réellement s'en rendre compte. Les soufflant comme une fatalité, comme le plus beau des mensonges. Il aimerait lui hurler. Lui crier que c'était lui, lui et seulement lui qui avait envoyé un éclat de magie vert faire disparaître pour de bon le monstre qui l'effrayait. Qu'il l'avait tué pour elle. Mais c'était admettre quelque chose que Thémis ne devrait jamais savoir. Admettre qu'il avait un coeur caché quelque part dans sa poitrine. Un coeur qui battait bien trop fort pour cette femme qui lui faisait face.

Tu mens. La baguette de Mr. Nott a été testé. Elle a lancé un sortilège de mort. ton époux aurait tué quelqu'un avant de partir ? Drôle de coïncidence.

Azraël garda le silence. Son coeur battait, trop fort et il évitait les yeux verts qui auraient pu jeter un mensonge. Qui aurait pu en dire bien trop sur ce qu'il était et ce qu'il avait fait. Sur le lien qui les liait dans une vérité trop fraîche. Les cicatrices n'avaient pas encore disparue des mains du sorcier. Ses mêmes cicatrices qui lui rappelaient chaque jour sa promesse.

Qui aurait pu le tuer sinon vous ? Les coïncidences n'existent pas ! Arrête de mentir !

Il allait frapper et Azraël ne bougea pas. Il ne releva pas même la tête. Le coup ne parti pas. Un sourire étirait les lèvres du protecteur au moment où l'auror releva la tête. Ce sourire ne lui disait rien qui vaille. Rien du tout. il se sentit en danger, pour la première fois depuis longtemps. C'était sa tête qu'on voulait voir tomber en plus de celle des Nott. C'était les sangs purs dont on voulait se débarrasser. Il ne le lisait que trop bien dans les pensées de ce protecteur qui n'avait pas apprit à garder sa langue.

Madame Nott... On ne porte pas le nom de quelqu'un pour qui on n'éprouve rien. Filius était un SPMB pas vrai ? Vous vous êtes obligatoirement rendu à une réunion ! JE VEUX DES NOMS !

Le coup ne toucha pas Thémis mais résonna dans la pièce, retentissant contre le métal glacé de la table. L'auror détourna les yeux. C'était trop. Thémis ne méritait pas tout ça et lui même s'en rendait compte. Mais il fallait des réponses. Aux moins quelques unes. Avant de la laisser. Pour quelques heures.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Lun 20 Fév - 18:10

Filius était malade. C’était étrange. Il n’avait pas montré de signe de faiblesse cardiaque ou d’essoufflement quand il m’avait frappé à maintes reprises ces derniers jours. Ce souvenir, malgré le véritasérum me fit remonter un long frisson de peur. Mon corps se rappela et chacun de mes muscles qui souffraient d’avoir reçu un coup me firent ressentir leur souffrance, envahissant mon esprit qui était contrôlée par la potion pour encore quelques minutes. Le destin aurait donc eu mon époux, le destin se serait donc jouer de lui. Si on supposait qu’Azraël disait la vérité. Mais cela, je n’avais aucun moyen de le savoir. Mais dans un sens ce n’était pas plus mal que cela se soit terminé comme cela pour lui. Le destin s’était retournée contre un monstre.

Comme je m’y attendais, le protecteur ne me crut pas. Pourtant je fronçais les sourcils à cause du véritasérum car cet élément perturbait ma vérité. La potion faisait son œuvre, elle réfléchissait pour moi. Et si tout du long de mon interrogatoire je n’avais jamais répondu à une de ses questions, la potion m’obligeait à le faire. Mais je pouvais rester, calme, neutre. Car ce n’était pas mes émotions, ma peur et ma souffrance qui contrôler ma voix. Mais la magie.
« Je ne mens pas. La baguette de mon époux a peut-être lancé son sortilège de la mort durant la période où je ne me souviens de rien. C’est tout aussi probablement. »

Le protecteur n’en démordait pas. Et la potion ne put contrer mes reflexes, alors que le sorcier s’apprêtait à frapper, j’eu un mouvement de recul et de recroquevillement sur moi-même. Je vis pendant pour un court instant le visage de Filius. Mais son geste resta en suspens avant de sortir une ineptie qui montrait qu’il ne connaissait rien à la communauté sang pur. Le coup tomba mais pas sur moi, cependant le bruit se répercuta dans toute la pièce me faisant tressaillir. Cependant la potion s’activa une nouvelle fois et me fit parler sans que ma voix ne tremble un seul instant dans ma réponse.
« Il n’y a quasiment aucun mariage d’amour chez les sangs purs Monsieur Goldstein. Pensez vous que les marques sur mon corps sont des marques d’amour de la part de mon époux. Ce n’est qu’un mariage d’intérêt. Mon époux me haïssait, me frappait quotidiennement. Je ne le portais pas dans mon cœur. Il est fort possible que mon époux fasse partie des rangs des SPMB. Leurs idées étaient communes. Je préfère pour ma part prôner la tolérance contrairement à eux. Je ne peux que vous donnez les noms d’anciens mangemorts non condamné qui pourrait embrasser leur idée car nostalgique d’une époque révolu. Mais je pense que nous dépasserons le sujet de mon interrogatoire. »

J’allais vendre d’ancien ami à cause du véritasérum. Et cela me faisait peur. Car cela voulait dire que potentiellement la potion pouvait vendre Azraël. Et même s’il me faisait souffrir, même si ma confiance venait de s’envoler et qu’il me terrifiait, il avait encore ma loyauté. Il aurait toujours ma loyauté. Nous avions trop partagé pour que je le trahisse malgré tout ce que je ressentais, malgré la peur.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Lun 20 Fév - 19:33

Les pensées d'Azraël se perdèrent une nouvelle fois dans celles de Thémis. Le veristaserium faisait revenir l'esprit pragmatique de la serdaigle qui n'en était pas une. Elle comprenait avec facilité le mensonge mais de toute façon, l'auror se fichait de ce que savait Thémis. Elle ne protégerait pas le monstre qui avait fait naitre tant de blessure sur ce corps qu'il aimait. Qui avait fait mourir un coeur empli de vie et le sourire des lèvres de la sorcière. Qui avait fait couler trop de larmes. Non, Filius était un monstre qui méritait la place qui lui était réservée dans sa tombe, avec une noirceur qui lui ressemblait bien plus que la vie.

Les mots de Thémis transmettaient cette vérité parfaite qui pouvait lui sauver la vie. Ce vide... Azraël releva brusquement le visage, ne la quittant pas des yeux. Elle avait une absence, la même absence que celle où elle l'avait attaqué, sous le feu de l'impero qu'avait lancé Filius. Cet ordure avait trouvé la parfaite façon de tuer son adversaire, sans même se salir les mains, sans le moindre honneur, sans rien qui n'appartenait aux sangs purs. Et le Nott se gaussait de ce qu'il était lorsqu'ils n'étaient que des enfants, lorsqu'ils n'étaient que des adolescents, alors qu'il apprenait à Azraël l'honneur qu'il devrait garder, toujours plus haut, toujours de la meilleure de façon. Un sourire étira les lèvres du sorcier, qui échappa au protecteur pendu aux lippes de Thémis. Le jambe d'Eliott faisait presque des bons sur elle-même tant l’impatiente du né modlu était palpable. Quel imbécile.

Qui son...
Goldstein ! On s'éloigne du sujet là. Cet interrogatoire concerne l’assassinat du ministère, pas les noms de tous les membres du SPMB. Je sais que vous prenez votre rôle de protecteur très à coeur mais moi les SPMB ou les NOE, je m'en contre fiche. Si on pouvait revenir au coeur du problème à savoir si oui ou non Filius Nott a tué Mr. Wilson aidé de la présumée coupable ci présente.

Le regard noir que lui envoya le protecteur ne le fit pas frémir, pas une fois, pas une seule seconde. Il reprenait le contrôle d'un interrogatoire qui lui avait lentement filé entre les doigts. Il se redressa dans son fauteuil et ses yeux croisèrent ceux de la sorcière. Elle lui avait donné une piste à creuser, une piste qu'il ne pouvait que remonter lentement. Ce vide était la clef pour un mensonge parfait.

Eliott fini par s’asseoir, après avoir poussé un soupir résigné. Il savait que tout venait de changer de mains et qu'il n'aurait plus le moindre mot à prononcer. Azraël savait qu'il allait devoir garder ce petit protecteur à l'oeil durant les prochains jours, pour qu'il ne parte déterrer de trop vieux dossiers. Il resta songeur un instant, laissant à Thémis quelques secondes de répit. Ses doigts virent à nouveau caresser sa lèvre inférieure.

Bien, reprenons. Vous êtes certaine de ne vous souvenir de rien durant un certain laps de temps ? Mr. Nott c'était-il montré étrange ses derniers jours ? Comme... inquiété par quelque chose ?

Il savait qu'il pouvait se mettre en danger en fonction des mots qui s'échapperaient des lèvres de Thémis. Mais la question était suffisamment ouverte pour qu'elle n'ait à jeter son nom. Elle l'avait déjà à moitié protégé. Ils devaient parler. Tous les deux, dès qu'elle aurait quitté cette salle où il n'avait rien à faire.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Mar 21 Fév - 13:59

Le protecteur eu soudainement des étoiles dans les yeux. Ils pouvaient toucher du bout des doigts un des objectifs des protecteurs. S’il me faisait parler, il touchait du bout des doigts son rêve. Il pourrait briller dans la lumière comme étant celui ayant obtenu les noms des anciens mangemorts possiblement impliqués dans l’un des groupe extrémistes qui sévissaient en Angleterre depuis quelques années déjà. Mais ce n’était pas le but même de mon interrogatoire et Azraël du sentir le danger qui planait soudainement au-dessus de sa tête, car il reprit l’interrogatoire en main, il prenait son rôle de directeur du bureau des aurors en main. Et dans un sens mon cœur fut soulagée de cela, soulagée car ce Eliott Goldstein arrêterait de me terrorisé. Bien que je ne doutais fortement de la douceur et de la tendresse de son collègue. Tout ceci n’était pas terminé encore.

Le protecteur s’assit, son visage marqué par la déception et la frustration. Le silence reprit possession de la salle. L’auror réfléchissait, la potion continuait de glisser dans mes veines. Elle attendait de pouvoir agir pendant encore quelques minutes. Son temps d’effet était compté mais cela permettait à mes émotions, à mes sentiments de se calmer. Mon corps pouvait doucement récupérer. Mes muscles n’étaient plus tous crisper par la peur, par la tension et les souvenirs douloureux qui pouvait passer devant mes prunelles vertes. Je profitais du calme. C’était un calme relatif, car dès que la potion cesserait de faire son effet, tout reviendrait comme un ras de marré et l’envahirait de nouveau.

La voix d’Azraël revint sonner à mes oreilles, calme et posé. Tellement différente de celle du protecteur. Mon cœur aurait vibré entre soulagement et terreur. Entre amour et haine. J’étais détruite de l’intérieur et me reconstruire serait difficile, j’ignorais si j’y arriverais. Et cela était uniquement dans le cas où je serais innocenté. Et rien n’était certains. Le protecteur voulait me faire tomber. Et Azraël…lui…je n’en savais pas. Et cela me brisait intérieurement. Je ne comprenais pas son jeu, je le voyais juste faire passer son boulot mais ma naïveté espérait autre chose et cela ne faisait qu’agrandir la plaie béante dans mon cœur.
« J’ai beau cherché, je ne me souviens de rien. Pas même un fragment… »

Et c’était mieux ainsi. Me souvenir de l’avoir attaquer me rongerait surement l’esprit. Je préférais rester dans l’ignorance. Je le savais mais ne pouvais m'en souvenir. C’était un mal pour un bien. Dans un sens cela me protégeait de mon acte qui mettrait mon cœur en miette, qui l’écraserait encore un peu plus.
« Cela faisait une semaine qu’il était particulièrement violent. Je veux dire plus que d’habitude. Cela frôlait l’acharnement et la séquestration. Il laissait sa colère et sa haine parler. Il a même levé la main sur notre fille sans raison. Cela ne lui était jamais arrivé avant. »

Une semaine de torture physique et psychique. Une semaine de coup, de douleur et de viol. Filius s’était déchaînée, sans vergogne, sans regret. Il voulait juste me faire souffrir. Me faire payer mon adultère. Me faire payer ma liaison avec Azraël et le faire souffrir lui, l’atteindre, le tuer. Alors il avait usé de tous les moyens jusqu’au discours pour me faire souffrir. Pour assouvir son contrôle, sa suprématie, sa cruauté. Mon corps portait les marques de cette semaine. Mon cou en portait les marques remontant jusqu’à ma mâchoire. Sans parler des nombreux kilos que j’avais perdus durant cette semaine, ce qui avait creusé mes joues. Je n’étais que l’ombre de moi-même.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Mer 22 Fév - 0:42

Il sentait lentement son corps se calmer et s'il avait pu, il aurait sans aucun doute entendu ses battements de coeur devenir plus doux, moins précipités, comme rassurés. C'était stupide. Totalement idiot. Elle ne devait être rassurée, pas maintenant. Elle était toujours en danger et si Eliott avait terminé de tourner comme un vautour, il n'en gardait pas moins ses yeux de prédateurs fixés sur la jeune femme. Elle n'était pas innocentée. Pas le moins du monde. Il sentait déjà la question grandir sur les lèvres du protecteur. Pourquoi ? Pourquoi Filius s'était montré ainsi ? Thémis répondrait une vérité qui les mettait en danger tous les deux. Leur liaison devait rester un secret. Car les brides de vengeances suivaient de bien trop prêt la vérité si elle éclatait.

Il n'eut pourtant pas l'occasion de parler alors que les pensées de Thémis le heurtait de plein fouet. Au point que pour la première fois depuis qu'il était entré dans la pièce, les traits de son visage se modifièrent. Ce n'était pas de la colère. Ce n'était pas de la rage. Juste de la peur et de la stupéfaction. Il ne pensait Filius capable de tout ça. Les images se déroulaient avec délectation sous ses prunelles, s'imprimant dans ses rétines pour mieux revenir le hanter. Il l'entendait hurler. Il voyait les coups, il voyait le corps nu de son ennemi alors qu'il bloquait la sorcière, alors qu'il lui ordonnait de se taire d'une nouvelle volée de coup. Il n'avait pas le droit ! Thémis était une sang pure, de ses femmes qui méritent le respect. Jamais il ne fallait faire couler ce sang qu'ils partageaient tous. C'était des règles si ancienne que le Nott avait bafoué dans un simple relent dans haine et de colère. Il avait apprit pour eux. Comment, Azraël n'en avait aucune idée. Mais c'était la seule chose qui pouvait avoir poussé l'homme à agir de la sorte, pire que tout animal.

Très bien. Si des souvenirs vous reviennent madame Nott, nous en parlerons demain.

Il se releva, sous le regard surprit du protecteur. Azraël lui ordonna des yeux de sortir et il laissa là Thémis. Elle se ferait raccompagner par d'autres sous fifres. Il mourrait d'envie de lui parler. Seul à seul. Impossible. Il devait rentrer chez lui, retrouver le calme de son appartement qu'il transformerait en tornade de rage. Il savait déjà ce qui l'attendait dans les pièces trop grandes et surtout trop vides. Indirectement, Azraël savait mériter de souffrir.

*****

La rage le contrôlait tout entier. Elle l’emplissait alors qu'il sentait encore sous sa main le feu de la joue d'Aisha. Comment avait-elle osée ! Il n'était pas dans les meilleurs dispositions aujourd'hui. Et pourtant il tenait devant lui un plateau avec trois cafés. Pour Eliott, pour lui et aussi pour Thémis. Que pouvaient-ils tirer de plus de la jeune femme ? Elle ne leur apprendrait rien d'autre. Elle avait déjà tout soufflé, tout dit. Ce noir complet n'allait lui revenir brutalement, comme si de rien n'était. Mais aujourd'hui, elle n'était plus sous l'emprise de la fiole magique en laquelle Eliott ne croyait pas. Il savait qu'elle allait parler et peut-être en des mots réels. Peut importait à Azraël. Il était là pour faire de la figuration aujourd'hui. Il avait bien d'autre chat à fouetter.

Mme Nott.

Eliott était bien plus sympathique aujourd'hui. L'auror ne pu s'empêcher de trouver cela suspect mais il ne releva pas. Le protecteur tendit le café qui revenait à la sorcière avant de prendre le sien et de s'assoire, avec un immense sourire.

Puisque vous ne vous rappelez de rien et que nous n'avons aucune preuve contre vous, nous serons dans l'obligation de bientôt vous relâcher. Ainsi, je ne tournerais pas pendant des heures autour de la question. Je veux les noms que vous avez promis hier. Tous, sans la moindre exception.

Voilà donc qui expliquait tout. Filius était coupable, encore plus dans le bureau des protecteurs. Il faisait un monstre idéal et Azraël ne prendrait pas la peine de le défendre. Il avait tout organisé pour que ce soit parfait. Il n'y avait eu qu'un seul Avada Kedevra de lancer durant la cérémonie. Et la baguette de Filius le présentait comme le plus parfait des criminels. Cela ajouté aux manques de souvenirs de Thémis. Ne manquait que les réponses d'Alaska. Azraël se méfiait comme de la peste de cette petite auror qui l'empêchait d'avoir toutes les pièces dans ses mains. Il lui manquait quelques détails, détails qui pouvaient devenir fatals.

Azraël ne bougea pas, ne prit pas même le café fumant qui lui était réservé. Il ne lâchait Thémis des yeux. Attendant de savoir si elle jetait son nom au vent ou lui restait fidèle.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Newbies + Baby in PI

+ photo :
+ avatar : Kate Beckinsale
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 389
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Mer 22 Fév - 15:23

C’était fini pour aujourd’hui. Fini. Un poids immense s’envola de ma poitrine. Je n’étais toujours pas libre, mais je ne subirais plus les attaques du protecteur qui voulait faire tomber ma tête, qui souhaitait faire tomber les sangs purs. L’auror se leva et le protecteur le suivit, toujours aussi frustré de ne pas avoir les noms qu’il souhaitait entendre. La porte se referma sur eux, le silence emplit une nouvelle fois la salle et j’enfouis mon visage dans mes mains, laissant mes larmes coulés, laissant l’anxiété de l’interrogatoire diminuer subitement et cela se transformer en des torrents de larme se déversant sur mes joues trop pâle. Je tentais d’apaiser mes sanglots, tenté de me ressaisir. Cela n’était pas digne d’une sang pure, pas digne de celle que ne je devais être. Je soufflais et travaillais ma respiration pour tenter de me calmer. Essuyant mes jours qui ne se séchaient malheureusement pas. Levant les yeux pour tenter de ravaler les flots salins qui jaillissaient de mes canaux lacrymaux.

Finalement la porte se rouvrit, laissant deux nouveaux protecteurs arriver. Ils me saisirent toujours sans aucune délicatesse et me traînèrent dans une autre salle et non dans une cellule. Mais en rentrant dans la pièce, j’eu la surprise d’y voir un visage familier. Celui de mon frère, Charles. Le visage inquiet. Je me ruais dans ses bras sans réfléchir, ayant besoin d’un contact apaisant, de son aura fraternel. Il me sera dans ses bras, soulagée de me voir enfin visiblement. Il prit mon visage entre ses deux mains, me forçant à plonger mon regard vert dans le sien.
« Je ne les laisserais pas faire Themis. Ils ne te coinceront pas d’accord ?! Reste forte, pense à ta fille. »

J’acquiesçais faiblement, cela ne serait pas simple. Il ne savait pas ce qui était le plus dure à affronter. L’interrogatoire, le comportement du protecteur n’était rien comparé au fait de voir l’homme que j’aimais se comporter comme il le faisait. La peur n’était rien, rien à côté de la souffrance de mon cœur. Il m’embrassa sur le front, pour me donner un peu de courage avant de partir, laissant les protecteurs me raccompagner avec plus de délicatesse dans une cellule. Visiblement, la présence du Haut Juge Greengrass avait réfréné leur ardeur.

******
J’avais encore une fois peu dormis cette nuit-là. Mes pensées étaient encore trop tourmentées. Bien que ma cellule soit plus confortable et qu’on me traitait mieux, mon âme n’était pas apaisé et le peu de sommeil que j’avais été tourmenté par le visage de ma fille, ses cris, par le regard sombre d’Azraël et son comportement froid et plus qu’austère, frôlant une violence qu’il n’avait jamais eu. Et tout ceci ponctué du visage de Filius qui me hantait encore. Je n’étais pas dans un état guère moins pitoyable que la veille quand ils vinrent me chercher pour me réinterroger. Seules les larmes s’étaient taries sur mes joues. Mais il ne faudrait pas grand-chose pour les faire recouler.

Le protecteur semblait de meilleure humeur, mais je n’avais nulle confiance. Pas même en Azraël. En aucun des deux. J’étais toujours anxieuse même lorsqu’il m’annonça qu’ils seraient dans l’obligation de me libérer. C’était certes un réel soulagement, et je ne pus contenir ce sentiment qui traversa mon visage. Mais je devais vendre des gens que je côtoyais, que j’avais côtoyé, qui avait été amis de Filius. Qui m’avait connu comme l’épouse souriante et obéissante d’un dès leur. Je devais donner leur nom, je devais les trahir. Et j’allais devoir faire appel à la Serpentard qui était enfoui au plus profond de moi pour donner chacun des noms. Tous.
« Antonin Dolohov, Thorfinn Rowle, Jugson, Rabastan Lestrange, Mulciber…”

Je fis une pause, fouillant dans ma mémoire, cherchant ceux ayant porté la marque et s’en étant sortie après la chute du Lord Noir. Et certains me virent en tête. Des noms trop proches de moi. Des noms que je ne devrais pas dire.
« Corban Yaxley….A… »

Celui-ci ne voulait pas sortir. Je me mordis la lèvre en baissant la tête. J’allais m’en vouloir mais je n’avais pas le choix. Je relevais la tête en inspirant profondément en regard Azraël.
« Alaric Selwyn. »



Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Colin Farrell
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 859
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :
Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   Mer 22 Fév - 15:47

Elle serait libérée, avec le déshonneur qui suivait. Aisha et elle seraient traitées avec méprit, comme la fille et la femme d'un homme qui avait agit pour l'horreur. Le nom des Nott serait traîné dans la boue. Azraël savait parfaitement les répercussions que l’assassinat de Filius aurait sur le monde et encore plus sur lui. Aurait-il droit à un nouveau procès, à un simulacre de justice qu'il bafouerait une fois de plus ? Ce n'était pourtant plus des mangemorts qu'on cherchait aujourd'hui. Les sorciers n'avaient donc rien comprit. Derrière cette sacro sainte suprématie du sang pur, c'était le plus grand bien que cherchait les SPMB. Sans aucun grands mots, sans aucuns liens avec aucuns des deux monstres qui avaient terrifié le monde magiques durant les cents dernières années.

Il lut dans les yeux de Thémis. Il savait ce qu'elle allait faire. Il vit l'air entrer dans son corps puis en ressortir. Et les noms se mirent à couler de ses lèvres. Il connaissait chaque homme qu'elle citait. Ils étaient tous présent au conseil du Seigneur des Ténèbres voilà ce qui lui semblait des siècles. Ils étaient tous là, avec leurs sourires goguenards de créatures persuadées de ne jamais payer le prix fort de leurs erreurs. Et aujourd'hui, les efforts s'envolaient en fumer. Jusqu'à ce que le corps d'Azraël se tende. Le dernier prénom. Il ne manquait que deux hommes, que deux partisants qui avaient échappé aux griffes de la justice. Deux hommes que Thémis connaissait plus encore que les autres.

Il ne bougea pas d'un centimètre alors que retentissait le nom de son beau frère comme un glas. Selwyn... Ce nom qui sifflait sur la langue. Ce nom qu'avait prit sa soeur voilà des années. Ce nom qui signifiait monstre alors qu'il s'échappait des lèvres de Thémis. Elle les avait tous vendu. Sans le moindre doute. Tous sauf lui. Elle le protégeait encore.

Vous êtes sûre de les avoir tous nommé Mme Nott ?

C'était le nom de l'auror qu'attendait Eliott. Un nom qu'il n'aurait pas. Azraël leva ses doigts jusqu'à ses lèvres, alors qu'il détournait ses iris dans ceux dans lesquels ils s'étaient ancrés. L'interrogatoire ne durerait pas plus longtemps. Eliott avait eu ce qu'il voulait. Il devrait faire sortir la sorcière.

Vu la quantité de nom, je doute qu'il y en ai d'autre Mr. Goldstein. Merci d'avoir permit à la justice de faire valoir ses droits Mme Nott. Une enquête sera menée sur chacun d'eux.
Si la moindre informations vous revient, je vous serais grès de tenir le bureau des protecteurs au courant. Faites la sortir.

Azraël avait déjà détourné les yeux de Thémis, fixant son collègue. Il se releva et sorti en même temps que la sorcière. le regard qu'il lui envoya voulait tout dire. Ils devaient parler. Bientôt, très bientôt.

RP TERMINE


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nous ne peut être une réalité | Azrémis ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle capacitée: Faire parlez son corbeau
» Il ne peut plus rien nous arriver d'affreux maintenant !
» Un nouveau depart [avec Ryu Shingen, si quelqu'un veut nous rejoindre il peut]
» Bonnet de bain obligatoire. Ok, cachons le peu de dignité qu'il nous reste. [Evy]
» [Mission] Parce que ce que nous voulons ne peut être partager

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Chaudron Baveur :: La pensine :: Les écrits terminés-
Sauter vers: