Partagez | 
 

 Where, did you say ? Amy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Where, did you say ? Amy   Mer 15 Mar - 21:42

Thème


C'était une ombre dans un bureau trop vide. Une ombre sombre, qui ne parlait pas, qui ne bougeait pas, se contentant de relire ses dossiers. Azraël n'avait pas prit la parole de la journée. Les aurors étaient restés discrets lorsqu'il était entré dans le bureau mais il ne leur avait pas offert un regard. Il s'était enfermé dans la petite pièce qui portait ses marques et avait fermé les yeux. Peut-être trop longuement. Il avait écouté les battements frénétiques de son coeur. Il avait sentit la chaleur qui caressait ses épaules, comme l'ombre des ténèbres qui le hanteraient toujours. Il avait peur, ce n'était plus un secret pour lui-même. Il souffrait d'une peur terrible. Et il sentait encore les baisers de Thémis sur sa peau. Des baisers qui n'avaient pas le droit de le toucher. Des baisers auxquels il ne devait pas s'attacher. Par tout les dieux ! Où était passé l'homme qu'il était réellement ?! Il n'était pas un gentil canard qui courrait derrière sa femme, à entendre que cette belle princesse lui donne un nouvel ordre dont il s’acquitterait avec le sourire. Il n'avait pas le droit d'être ainsi !

Il s'était plongé dans le travail pour ne pas se voir en face, pour oublier les larmes qu'il avait déjà trop fait couler sur le visage de celle qui s'accaparait lentement son coeur. Il avait lut ses dossiers, encore et encore. Jusqu'à les connaître dans le moindre détail quelques heures plus tard. Azraël n'était pas sorti de son bureau, pas même pour aller manger. Le ventre vide, il essayait de concentrer. Plus encore. Jusqu'à essayer de sentir ce fourmillement si particulier au bout de ses doigts. Ce fourmillement qu'il n'avait pas ressentit depuis son accès de colère. La magie s'enfuyait et pire encore, elle lui manquait dans le plus profond de son coeur. Emily avait tout comprit. Mais Emily n'était pas au ministère. Il avait besoin de parler à sa soeur. Encore. Et Encore. Pour trouver quelqu'un à qui confier les douloureux poignards qui s'enfonçaient dans son coeur.

Il avait fini par se servir un café. Puis un autre, et encore un autre. Jusqu'à le couper avec autres choses et finir par boire son verre pur, sans aucun liquide brun pour venir faire taire le goût de l'alcool. Il avait les yeux fermés, le front posé contre son verre lorsqu'il entendit du bruit dans le bureau des aurors. Il ne bougea pas d'un millimètre. Il n'avait que faire de leurs histories. Cette fois, il ne se mêlerait plus de rien. Après tout, l'ancien mangemort avait envoyé voler bien des rêves en acceptant de laisser Aisha et Thémis entrer dans sa vie. Il devait assumer quelque chose dont il n'avait aucune envie. Cette nuit, il ne rentrerait pas chez lui. Il avait envie de s'oublier dans les ravages terrifiants d'un alcool qui l'accompagnait. Thémis serait seule. Pour la première fois mais certainement pas la dernière. Il avait envie de retourner au manoir des Rosier. Regarder le vent soulever les voiles blancs qui cachaient des meubles trop ancien. Pour laisser ses doigts courir sur l'ivoire d'un piano. Pour être seule. Car c'était la seule amie qu'il accepterait pour l'éternité à son bras.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Protecteur + Our world will be safe

+ avatar : Imogen Poots
+ photo :
+ âge : 27 ans
+ doublon : Themis Nott || Oion Carey
+ messages : 35
+ date d'inscription : 13/03/2017
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Jeu 16 Mar - 13:06

Les paupières closes s’ouvrirent sur le plafond d’un blanc immaculé. Elle avait encore fait ce rêve étrange et il lui semblait encore une fois beaucoup trop réel. Mais il n’était que le fruit de son subconscient, rien de plus. S’y accrocher serait idiot. Amy se redressa, s’asseyant sur ce lit trop grand. Le doux bruit de la respiration régulière de l’enfant qui dormait non loin, lui tira un maigre sourire. Sa réalité était là devant elle. Son enfant, sa fille âgée de deux ans. Cela la gardait consciente, l’empêchait de perdre pied. Elle était mère et même si ce n’était pas la vie dont elle avait rêvé, elle ne l’échangerait contre rien au monde. Sa fille était son cadeau quotidien, sa bouffée d’oxygène. Elle pouvait la regarder pendant des heures et des heures mais malheureusement le temps lui manquait pour cela et la vieille horloge accrochée sur le mur en face d’elle le lui rappela bien trop brutalement. Un juron s’échappa de ses lèvres et elle bondit hors de sa chambre. En l’espace de quelques minutes elle fut vêtue, coiffée et tout était prêt pour la baby-sitter qui s’occupait de Charly durant la journée.

Elle s’échappa dès que la jeune fille qui s’occupait de sa fille franchit le pas de sa porte. Elle marcha rapidement sachant pertinemment qu’elle était en retard, la ponctualité n’avait jamais été le fort d’Amy. Sa queue de cheval blonde lui balayait la nuque au rythme de ses pas, tandis qu’elle se glissait dans les rues de Londres. Le temps était maussade et les gens se pressaient, se bousculant sans vergogne pour attraper leur transport en commun. Mais elle, elle préférait marcher, laissant ses jambes se dégourdir avant d’être probablement enfermé dans un bureau pendant plusieurs heures. Pour beaucoup, elle ressemblait à une femme pressée comme les autres. Elle l’était mais ce rythme qu’elle adoptait et d’avantage destiné à faire travailler son cardio et faire hurler de frustration les muscles de ses jambes d’être martyrisaient de bon matin. C’étaient ces sensations qu’Amy cherchait à ressentir avant d’entrer au ministère. Comme à son habitude, elle rentra par l’entrée des visiteurs avant de gagner son bureau.

Ses collègues rallèrent de la voir arriver aussi tard, et la jeune femme ne put que le sortir un sourire charmeur pour leur faire oublier leur mauvaise humeur et son retard. Elle jeta sa veste sur sa chaise avant de s’éclipser quand on lui hurla dessus pour qu’elle se rende en réunion de toute urgence. Et ce fut toute la journée comme ça, à courir à droite à gauche, à servir des sourires charmeurs à ses collègues grognons. A interroger des suspects qui pouvaient avoir un lien avec l’assassinat du ministre. Depuis cet attentat tout le monde courait dans les bureaux. Amy n’avait jamais vu une telle effervescence au sein de son bureau. Pourtant ce n’était pas la première fois qu’ils étaient en situation de crise mais avoir un tel remue-ménage était une première.

Finalement vers la fin de l’après-midi, un des capitaines la convoqua. Elle entra rapidement dans le bureau de son supérieur, ses yeux clairs fixant l’homme.
« On a besoin de tes charmes et ton joli minois.
-hum…
-Les aurors ont dépassé leur limite de jeu. Les mangemorts balancés par Nott étaient notre dossier seulement nos hommes sont revenus bredouilles car ils sont probablement passés avant nous. Faudrait que t’ailles tirer les vers du nez de Rosier.
-Et au lieu de tenter d’y aller en version diplomatique, vous allez l’attaquer de façon fourbe…Ca me plait. Ok, j’y vais de ce pas.
- Et ben si j’avais su que ce serait si facile de te convaincre…
-C’est un gros poisson le Rosier…réussir serait assez glorifiant…Malgré mon sang je vous rappelle que je suis une ancienne Serpentard…le coup tordu j’aime ça ! »

Elle lui fit un clin d’œil amusé avant de sortir et de se diriger joyeusement vers le bureau des aurors qui était tout aussi agité que celui des protecteurs. Les regards noirs fusèrent, Amy était en territoire ennemi et un large sourire amusé naquit sur son visage. Ils étaient adorables avec leur air renfrogné. Ils pensaient contrôler leur petit monde mais personne ne contrôlait rien. Pas même Rosier.
« Et toi ! Ouais toi, je ne connais pas ton nom excuse-moi ! Rosier, il est où ?
-Qu’est-ce que les protecteurs lui veulent.
-C’est pas tes oignons mon grand.
-Dans son bureau mais je vous préviens, il est de mauvaise humeur.
-Depuis quand Rosier a été de bonne humeur pour un protecteur ? » Lui lança-t-elle avec un grand sourire.

Amy savait parfaitement qu’elle ne serait pas bien reçue par le directeur des aurors. L’ancienne sportive était cependant la plus à même de l’amadouer, et de lui tirer les informations qu’elle souhaitait obtenir. Les protecteurs savaient à la fois beaucoup de chose et si peu de chose. Alors elle allait utiliser le peu de chose qu’elle savait sur lui. Il aimait les jolies femmes, juste pour un soir et plusieurs personnes savaient que cela ne dérangeait nullement la jeune femme. Et en tant qu’ancienne Serpentard, tous les coups étaient permis, la fourberie seraient une amie précieuse, ses sourires charmeurs ses armes de choix. Mais elle savait également, qu’elle pourrait échouer. Rosier était un gros poisson.

Elle arriva devant la porte et frappa trois coups secs et déterminés, attendant une réponse avant d’entrée. Règle de politesse et de bien séance l’obligeant à faire les choses dans les règles de l’art. Mais pas de réponse. Poussant un soupire, elle refrappa à la porte en y incluant son agacement. Toujours rien. Tant pis. Amy abaissa la poignée et rentra dans le bureau. Son regard azur se posa sur le directeur des aurors qui n’avaient l’air dans ses meilleurs jours. Elle s’approcha lentement mais d’un pas assuré.
« Bonjour Monsieur Rosier. Quitte à vous mettre d’humeur encore plus sombre que vous ne semblez l’être, je ne passerais pas par quatre chemins… Vous avez encore contrarié le bureau des protecteurs en fourrant votre nez dans un dossier qui ne concernait pas les aurors…Mes supérieurs sont fort mécontent d’être revenu bredouille de leur chasse aux mangemorts sachant que le seul auror au courant pour cette liste donné par Mme Nott était vous, ils aimeraient savoir…votre implication dans cette affaire…et aussi où sont passés les fameux ex mangemorts qui appartiendrait selon les dires de cette femme aux SPMB. »

Amy avait lâché tout cela d’un ton las et rapidement afin de ne pas laisser la possibilité à l’auror de l’interrompre. Mais désormais il pouvait lui répondre. Il ne serait surement pas tendre, mais elle le savait d’avance. La née-moldu ne reculait pas devant un autre serpent. Et techniquement, elle ne faisait qu’exécuter sagement un ordre venant d’un de ses supérieurs car ils étaient trop poule mouillé pour affronter Rosier.


© OMEGA
Just a smile to deceive everyone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Ven 17 Mar - 22:17

Thème


Voilà que les protecteurs changeaient leur fusil d'épaule, attaquant d'une manière innée qui ne leur ressemblaient pas. Peut-être n'avaient-ils comprit l'attaque du ministre, la violence mise dans ce meurtre et tout ce qu'on attendait derrière. Car parler des SPMB n'était le seul but de cette vulgaire mise en scène. Les lèvres d'Azraël s'étirèrent sur un sourire glacial, de ceux qui gèlent de l'intérieur même le coeur le plus chaud. Il reposa son verre sans fracas, se contentant de lever les yeux jusqu'à l'imprudente qui s'était glissée dans la tanière du loup. Elle était belle la petite protectrice. Exactement le genre de femme qu'il aimait à séduire, exactement le genre de femme qu'il se plaisait à faire tomber et à retourner leur veste pour la beauté de son âme aussi noir que le charbon. Elle était attirante, attrayante, avec des yeux d'un bleu lumineux qui ne jurait que trop bien avec les ténèbres de ses propres prunelles.

L'auror l'écoutait d'une oreille, la détaillant d'une autre. Son sourire de prédateur s'agrandissait lentement alors qu'il entendait les mots couler. Ils n'étaient pas heureux. Ils lui en voulaient de leur avoir si facilement ôté le pain de la bouche. Voilà que les protecteurs ressentaient enfin ce qu'avaient vécu les aurors pendant de trop longues années. Tout ça pour l'initiative d'un sang impur qui se permettait de vouloir diriger l'Angleterre si orgueilleuse. C'était bientôt fini. Lorsqu'un nouveau visage s'imprimerait à la tête du ministère, les protecteurs verraient leurs jours être comptés en palpitations affolées.

Ils sont en prison. Attendant de se faire interroger par nos services. Après tout, rien n'assure pour l'heure qu'ils soient liés au SPMB. Seule la marque sur leur avant bras les rends coupable. Madame Nott ne savait pas si son époux était réellement un supprémate. Elle n'a donné que des noms d'hommes jamais puni par le ministère.

Son sourire était insolent. Celui d'un adolescent qui n'avait rien à voir avec l'homme que tous ici connaissait. Celui charmeur d'un prédateur devant une proie des plus appétissantes. Celui de l'homme qu'il avait arrêté d'être en devenant directeur d'un bureau qu'il connaissait par coeur.

Puis le sorcier se reprit. Les protecteurs n'étaient pas assez intelligents pour l'attaquer sur cette faiblesse qui n'en était pas une. Ils se fichaient de sa réputation. Ils avaient envoyé la jolie blonde simplement pour lui sortir les vers du nez, en sachant parfaitement qu'un beau visage était plus agréable que l'air renfrogné de leur dragon de compagnie. Ils n'avaient pas tord.

Alors en effet, c'est sous mes ordres que mes hommes sont allés chercher des éléments dangereux, portant encore le nom de mage noirs. Depuis ce tragique évènement qui nous avons vécu,  n'était-il pas dit que protecteurs et aurors devaient travailler ensemble ? Nous avons simplement été plus rapides.

Il ne touchait plus à son verre, se contentant de la regarder droit dans les yeux sans jamais lâcher les prunelles de glaces qui lui en rappelaient d'autres dont il avait lui-même ôté la lumière.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Protecteur + Our world will be safe

+ avatar : Imogen Poots
+ photo :
+ âge : 27 ans
+ doublon : Themis Nott || Oion Carey
+ messages : 35
+ date d'inscription : 13/03/2017
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Sam 18 Mar - 19:44

C’était trop facile. Il parlait avec bien trop de facilité et Amy trouvait cela étrange. Elle n’avait rien fait à par lui donner le mécontentement de ses supérieurs de ne pas avoir pu attraper ces criminels.  Il y avait forcément anguille sous roche. Elle était bien trop habituée au coup tordu pour se laisser avoir et faire comme si elle mordait à l’hameçon, se contentant de ses réponses claires ne laissant pas de place aux doutes. Mais la petite vipère au sang si impur pour certains, allait fouiller. Chercher à comprendre. Elle ne le laisserait pas gagner aussi facilement, ce ne serait pas très amusant, pas très divertissement. Si Azraël Rosier semblait toujours avoir une longueur d’avance, la jeune femme voulait lui mettre quelques bâtons dans les pattes en bonne protectrice qu’elle était. Sinon ce ne serait pas drôle et la petite gueguerre entre les deux organisations n’aurait pas lieu d’être. Les aurors étaient assez prévisible, les protecteurs aussi. Alors autant jouer sur les défauts de chacun.

Amy croisa les bras sur sa poitrine, laissant une moue un peu déçu apparaître sur son visage mais gardant son regard azur charmeur. Que pouvait-elle lui répondre sans dépasser ses obligations ? Techniquement il n’était pas son supérieur mais il restait plus gradé qu’elle. Elle jouerait entre les deux, refusant de se mouiller en bonne Serpentard mais allant le titiller là où on voulait pas que les gens grattent.
« Bon alors j’imagine que c’est une bonne chose d’avoir tous ces criminels derrière les barreaux…mais vous auriez pu nous prévenir, ou alors vous vous délectez de nous voir nous acharner sur quelque chose qui ne mènera à rien ? Se serait très Serpentard et allant à l’encontre de la coopération protecteur, auror. Vous êtes un homme bien contradictoire Monsieur Rosier. »

Un sourire amusé illumina le joli visage angélique d’Amy. Les deux jouaient à un jeu qui se complétait sans réellement contrôler le jeu de l’autre. Elle avait vu le sourire sur les lèvres fines de l’auror, peut-être jouaient-ils tous deux au même jeu ? Cela serait assez amusant. Les protecteurs pensaient pouvoir avoir le directeur du bureau des aurors en voyant une jeune femme mignonne qui faisait fondre le cœur de bien des hommes par son physique sportif, et en réalité, les deux jouaient.

D’un pas léger, elle s’avança d’avantage vers le bureau d’Azraël, décroisant ses bras et ses doigts venant effleurer le bois vernis du bureau. Elle n’avait pas peur de cet homme puissant. Beaucoup tremblait, mais cela lui passait bien au-dessus.
« Vous me donnez toutes ses informations bien facilement…beaucoup de mes collègues se seraient heurtés à un mur…je crois que je vais faire des jaloux….ou…vous me donnez les informations que je veux avoir mais sans me donner tous les détails croustillants que vous gardez avec vos hommes bien précieusement. Très finement joué. »

Le sourire amusé de la née moldue se transforma en sourire presque narquois, montrant la petite vipère qui se cachait derrière ses airs d’anges. Elle finit par légèrement s’appuyer sur le meuble, s’approchant encore davantage de l’homme, sa voix devint une caresse langoureuse.
« Mais ce dossier appartient aux protecteurs…mes supérieurs aviseront eux même s’ils sont coupables ou non, que cela vous plaise ou non. Peut-être que Mme Carey vous remerciera d’avoir fait notre sale boulot. Juste par curiosité personnelle…comment vous avez fait pour être si rapide pour neutralisé une demi-douzaine d’ancien mangemort ? Même en étant corrompu jusqu’à la moelle… vous avez fait très fort. C’est quoi votre petit secret que nous n’avons pas visiblement ? »

Rien ne lui disait qu’il lui répondrait. Elle s’en fichait un peu, elle avait déjà bien des choses et tout le monde serait vert chez les protecteurs qu’elle ait pu récupérer des informations si aisément, sans éclats de voix, sans réelle résistance. Et rien que voir les mines surprises et dépités, elle jubilait d’avance.


© OMEGA
Just a smile to deceive everyone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Mer 19 Avr - 19:37

Thème


Il lui offrit un sourire, un sourire aussi moqueur que charmeur. Elle ne le connaissait pas. Elle n'avait entendu que des mots rapportés, que cette réputation qui lui collait à la peau et qu'il avait choisi en toute connaissance de cause. Il ne subissait pas. Il ne subirait jamais. Aucun rire ne prit pourtant la peine de franchir ses lèvres. Il l'écoutait, simplement, ne s'empêchant de tiquer lorsqu'elle mentionna sa maison. Il n'avait pour une fois pas d'information sur la femme qu'ils avaient envoyé. Elle pouvait être tout à la fois et la seule certitude était qu'elle était fille de l'Angleterre, avec son accent si distingué.

Serpentard ? J'en suis un vous savez mademoiselle ?... Il lui demandait son nom, sans vraiment le faire. N'oubliant pas le sourire carnassier qui ne le quitterait pas de la discussion. Me rappeler ma maison ne vous amènera à rien. Je ne me délecte pas de voir vous piétez, comme, j'ose espérer, vous ne l'avait pas fait en récupérant de nombreux dossiers d'intérêt capital au court des derniers mois. Qu'importe, ses hommes sont capables et ils sont bien mieux derrière des bâtards pour les crimes qu'ils ont autrefois commis.  

De toute manière, il les ferait sortir un jour ou l'autre. Ils avaient autrefois été ses alliés. Il ferait simplement taire celui qu'il avait capturer pour s'assurer qu'il ne parlerait jamais. Azraël jouait sur deux tableaux, attendant patiemment son heure. Il n'avait pas le droit à la moindre erreur, comme tout ceux qui avaient un jour arboré la marque.

Il la détailla s'approcher, de se gênant nullement pour se perdre sur les courbes de son corps. Les protecteurs n'avaient pas envoyé la plus laide des leurs. Azraël n'aurait pu dû faire ça, il le savait au plus profond de lui-même. De jolis yeux ne devaient plus le faire imaginer des pensées peu recommandables. Et pourtant. Thémis était bien loin alors qu'il regardait les mèches blondes glisser sur les épaules de la sorcière qui se penchait sur son bureau. Elle jouait à un jeu dangereux. Elle était trop jeune pour maîtriser parfaitement les clefs du monde où elle s'était jetée. Pourtant, elle n'en payerait pas le prix. Pas tout de suite. Il avait à son tour envie de jouer. Il se leva, quittant le confort de sa chaise pour se rapprocher de la sorcière. Trop près. Peu lui importait.

C'est donc pour ça que vous êtes ici ? Pour savoir les petits secrets des aurors qui nous permettent d'être bien plus efficace que vous ? Dites vous simplement que nous avons plus d’ancienneté dans notre métier. Que nous maîtrisons mieux les règles de la traque. Le reste ne vous regarde pas. Vous savez aussi bien que moi ce que je pense d'une quelconque alliance entre les protecteurs et les aurors. Quant au dossier. Prenez le, il est tout à vous. Faites vous plaisir à les interroger je veux simplement que Fuller reste entre les mains de mon bureau. Il était un auror et personne ne pourra l'interroger mieux que nous.

Il sourit, une nouvelle fois avant de lui tourner le dos, s'approchant de la porte en réajustant son gilet. Son regard se porta sur le bureau, étonnamment calme, avant qu'il ne se retourne et ne plante la noirceur de ses iris dans ceux de la sorcière. Il avait perdu son sourire. L'homme charmeur avait disparu. Elle était une protectrice et cela changerait bien des choses, qu'importe son beau visage.

Je ne suis pas corrompu vous savez. Il est impossible de l'être lorsqu'on travaille pour soit même et pour personne d'autre. Je n'ai que faire des querelles dans lesquelles les protecteurs sont tombés. Les aurors n'ont rien à voir avec ça et je ne suis pas différent de mes hommes. Vous savez parfaitement pourquoi les aurors vous haïssent. Cela n'a rien à voir avec une quelconque corruption.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Protecteur + Our world will be safe

+ avatar : Imogen Poots
+ photo :
+ âge : 27 ans
+ doublon : Themis Nott || Oion Carey
+ messages : 35
+ date d'inscription : 13/03/2017
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Sam 6 Mai - 18:59

Azraël amusait la jeune femme et elle s’amusait. Elle ne lui répondit pas quand il lui demanda son nom. S’il voulait le savoir, il avait qu’à chercher. Il ne la connaissait pas et c’était peut-être tant mieux. C’était la première fois que les protecteurs l’envoyaient à l’assaut du directeur du bureau des aurors. Et c’était assez amusant, tout le monde râlait mais Amy appréciait le jeu que cela lui donnait. Elle ne sortirait pas de ce bureau en pleurant comme d’autres idiotes pouvaient le faire. Elle n’avait pas peur même s’il en imposait, ça elle ne pouvait pas le niais, mais elle se sentait dans son élément. Et elle ne perdait pas ses moyens quand elle sentait à l’aise.
« De toute façon un homme comme vous ne peut qu’être allé à Serpentard. Vous m’auriez dit le contraire je vous aurais pas cru. Ce que je voulais dire c’est que la prochaine fois. Dites-le nous quand vous capturez nos cibles. Ils râleront autant dans les hautes sphères et vous aurez la gloire de les avoir attrapé. Sur le papier vous êtes plutôt gagnant si vous faites ça… »

Elle eut une petite moue de réflexion. Amy nota également qu’il se gênait pas pour la détailler de haut en bas ce qui étira quelques peu son sourire. Les protecteurs avaient vu justes. Si elle ne terminait pas au creux de ses reins dans la journée, ce serait un miracle. Mais elle s’en fichait éperdument, la débauche était son passe-temps favoris. Et bon elle pourrait vérifier elle-même les rumeurs sur le grand Azraël Rosier. Certains de ses collègues hurleraient aux scandales, d’autres s’en frotteraient les mains…et elle…continueraient sa petite vie pour venger le père de sa fille. Un bon deal à ses yeux.
« Euh…Ouep…C’est pour ça que je suis là en partie. Savoir comment vous avez fait. Mais j’irais demander aux anciens aurors ayant rejoint les protecteurs…peut-être qu’ils pourront éclairer ma lanterne…Vu que visiblement…il s’agit d’expérience ? Je prends note…Et oui je sais vous nous haïssait…nous vous haïssons…Et c’est une lubie de Monsieur Wilson la coopération entre les deux services…peut-être que le prochain aura compris ça….m’enfin…j’aurais tenté ! Vous en faites pas pour Fuller, il n’est pas dans la liste de Madame Nott, il ne nous intéresse pas. Il est tout à vous. »

Elle ne croyait pas en ses mots en dehors du point Fuller. Elle savait parfaitement que Rosier avait utilisé une entourloupe pour capturer les mangemorts. Les protecteurs avaient mis sur le coup les anciens aurors qui étaient spécialisé dans la traque des anciens mages noirs. Alors ce n’était pas l’expérience. C’était autre chose. Et quand à la collaboration….jamais ils ne pourraient se serrer les coudes. Du moins pas tant que Rosier était à la tête des aurors.
Amy éclata d’un rire jaune aux paroles de l’auror. Ce n’était pas à elle qu’on allait faire avaler ce genre de message.
« S’il vous plait me la faites pas comme ça. Tout le monde sait que les aurors sont pleins de SPMB ou NOE. On a juste pas de preuve mais si Wilson a créé les protecteurs c’est pas pour rien. Vous étiez juste incompétent dans ce que vous deviez faire : endiguez le terrorisme qui est née dans ce putain de pays. Alors on est peut-être bien moins doué que vous car moins d’expérience, pas de formation et tout le tralala mais on est intègre. Combien de vos hommes ont participé à ses attentats indirectement ? Si vous ne vouliez pas de nous…vous auriez du mieux faire votre job…et écrémez vos rangs. Maintenant vous devez nous supporter…et je ne serais pas dans ses putains de bureau à chercher réparation. Alors excusez-moi monsieur Rosier, mais les aurors sont tous corrompus à nos yeux. »

Elle croisa ses bras sous sa poitrine, son petit menton en l’air le défiant du regard. Elle aurait pu partir mais elle restait. Juste pour l’embêter.


© OMEGA
Just a smile to deceive everyone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 828
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   Mar 11 Juil - 19:08

Thème


Promis. Glissa-t-il avec un sourire, lion cruel soudainement rendu docile. Son comportement la surprendrait, c'était certain. Mais peu lui importait, il n'était pas là pour lui faire plaisir. Azraël était imprévisible, tous s'accordait pour le dire. Assit avec toute la tranquillité d'un roi sur son trône, il la jugeait et appréciait ses formes. Son sourire n'était pas encore celui d'un prédateur, attendant de juger les réactions de la protectrice. Elle avait l'air moins stupide que ceux qu'on avait jusqu'ici envoyé jusqu'à lui. La lueur d’intelligence qui brillait au fond de ses prunelles auraient dû lui ordonner de faire attention, l'obliger à se méfier. Mais, bouffi par la suffisance, il se fichait de ce qu'il risquait. De toute manière, il avait déjà gagné sur les hommes qui hantaient le ministère. Avec l'aide d'Aisha, ils avaient capturé plus que ce que n'avaient jamais fait les envoyés de l'Etat. L'arrogance ne pouvait que s'afficher sur chaque visage d'auror qui se dressaient.

Elle aussi s'entourait d'arrogance. Les aurors n'étaient pas tous corrompu mais les têtes les plus pensantes l'étaient avec merveille. Azraël sourit, reprenant son air goguenard qui ne lui allait que trop bien. Durant quelque secondes, il fit durer le silence, ses irirs devenant ceux d'un chat à la juger, la détailler et cherchant au plus profond de son regard ce qu'elle pensait vraiment. Ses pouvoirs lui tiraient lentement les vers du nez, s'enfonçant dans son esprit. Il n'y avait pas grand chose à voir. Elle n'était pas différente des autres si on en oubliait sa misérable intelligence qu'il se ferait un plaisir d'écraser en la regardant, un jour, supplier.

Je vous ai donné un dossier, n'allez quand même pas jusqu'à croire que vous nous avez à votre bote. Vous comme moi savons que la coopération est impossible et jamais je ne vous offrirais les forces des aurors. Nous avons nos petits secrets, comme vous avez les vôtres. Malgré notre "corruption" comme vous dites, nous n'en demeurons pas moins efficace. La question peut faire rire mais ne pensez vous pas que la corrumption et les résultats ne soient pas meilleurs que la perfection sans tâche mais la virginité d'une feuille de noms ? Les informations de Madame Nott vous ont été remise en même temps qu'à nous. Il suffisait de savoir frapper rapidement, chose qui manque cruellement à votre brigade.

Il riait à moitié mais la froideur de sa voix était sans pareil. Il détestait les protecteurs, ce n'était pas la première fois que cela se voyait. Beaucoup au sein de son département avaient exactement les mêmes réactions et il avait été fier de prouver que cette fois, ils étaient meilleurs, même sans le ministère de leur côté. On ne leur faisait plus confiance ? Très bien, il ferait tout pour la retrouver, qu'importait les conséquences. Azraël ne se satisferait pas d'une simple place au bureau des aurors. Il voulait plus.

De toute façon... Aujourd'hui, au point où nous en sommes même si nous écrémions nos rangs, le ministère ne nous accorderait toujours pas tout ce qu'il vous donne. Un reniflement dédaigneux s'échappa de ses lèvres avant qu'il ne continue. Vous n'avez pas les nerfs et la formation pour faire du bon travail, vous même le savez. Les protecteurs sont des pseudo justicier ou des hommes en quête de vengeance. On ne fait rien de bon aveuglé par la colère.

Et il était parfaitement bien placé pour le savoir. Lui qui gardait toujours un contrôle parfait sur ses nerfs s'étaient vu brutalement assassiné celui qu'il aurait pu appelé ami juste par haine et rage. Les protecteurs étaient pour la plupart ainsi, bien loin du calme mesuré des aurors. N'importe qui pouvait devenir un chien du ministère. Seuls les meilleurs devenant des traqueurs de mages noirs.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Where, did you say ? Amy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where, did you say ? Amy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Londres :: Le Ministère de la Magie :: Les Départements-
Sauter vers: