Partagez | 
 

 Can you feel the love tonigh | azrémis ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Dim 9 Avr - 21:48

Les jours filaient et désormais il fallait se reconstruire. Me reconstruire loin de cette souffrance physique que j’avais subie. Oublier Filius, oublier ce cauchemar.  La transition n’était pas facile, mon cœur avait encore bien du mal à trouver le chemin de la rédemption. La solitude ne m’allait guère, quand le silence m’entourait, quant au aucun regard se rivait sur moi, je me sentais chuter, je laissais mes vieux démons m’envahir, n’ayant pas la force de lutter seule. Je ne pouvais aisément chercher le chemin de la guérison dans la solitude, je l’avais bien vite. Les choses allaient lentement, doucement et pas à pas, je retrouvais force et constante. Les marques sur mon corps disparaissaient et je n’avais désormais plus besoin d’user de la magie pour parfaire l’illusion d’une femme normal. Mon visage avait retrouvé quelques couleurs, les cernes avaient quitté mes yeux et mes joues se faisaient moins creusées. Mes cheveux avaient retrouvés leurs brillances. Physiquement, j’étais redevenue celle que j’avais pu être. Mais derrière mes iris verts, un autre combat n’était pas encore gagné d’avance.

Mon esprit brisé tentait de recoller les morceaux, mais c’était un puzzle aux milliers de pièce qui n’était pas facile de reconstituer. Filius avait trop bien œuvré, il avait trop bien détruit la femme que j’avais été. Se reconstruire après tout cela était si difficile. Paraître aux yeux du monde était à côté de cela un jeu d’enfant auquel j’excellais. Sourire, faire croire que tout allait doucement mieux. Mais derrière ce beau sourire qui illuminait mon visage, les ténèbres continuaient de danser dans mon esprit, mesquin, tentateur et séducteur. Lutter chaque jour était une véritable épreuve exténuante et le sommeil de mes nuits n’étaient que peur réparateur, empli de cauchemars et de souvenirs trop violents, trop douloureux qui me rappelait son image encore et toujours dans ma tête. Pourtant il n’était plus là, il était mort, enterré. Je devais tourner la page, oublié.

Aujourd’hui était un jour comme un autre, une nuit mouvementé, courte et avec cette sensation de ne pas avoir récupérer de la veille. Mais comme à mon habitude, je gardais le silence. Refusant d’avouer cette faiblesse, cette fatigue qui me rongeait l’esprit lentement. Je ne voulais pas avouer cela, je le gardais au fond de moi, espérant pouvoir lutter contre cela. Pour le moment je tenais, je ne savais pas vraiment comment. Azraël m’aidait mais la journée il n’était pas là. Aisha non plus. Je n’avais que pour seule compagnie des livres, des clients, un patron et un ou deux collègues. Et eux ignoraient bien tout du mal qui me rongeait depuis plusieurs semaines désormais. Avec la nomination de Charles en tant que Ministre de la Magie, les regards avait cessait d’être accusateur ou alors personne n’osait s’en prendre à la petite sœur du ministre.

Ma journée fut calme, peu de passant en pleine semaine et avec les derniers évènements, beaucoup de monde était débordé. Mais pas la boutique de Fleury et Bott. J’avais donc passé ma journée à remplir des bons de commande, à ranger et à trier des ouvrages qui semblaient tous plus passionnant les uns que les autres. La fin de mon service arriva, je pris mes affaires mais avant de partir mon patron me donna un carton me disant qu’il m’était destiné mais qu’il ignorait qui était l’envoyeur. Je pris le bout de carton dans les mains et je parcourus les lignes tout en sortant de la boutique. Je fronçais les sourcils perplexes. Une invitation dans un restaurant sorcier en plein cœur de Londres. Mais ce n’était pas signé alors je n’irais pas. La méfiance gardait une place trop grande dans mon cœur et je ne m’aventurais pas dans l’inconnu, ne sachant pas qui était derrière tout cela.

En marchant je ne vis pas ma fille arriver en face et visiblement elle ne me vit pas non plus. Quand je m’aperçus que ce n’était qu’elle, je me détendis et un doux sourire parcourut mes lèvres. Je ne m’attendais pas à la voir sur le chemin de traverse à une heure aussi tardive.
« Qu’est-ce que tu fais ici ?
- Je n’ai plus de livre à lire...et donc Fleury et Bott me semblait la meilleure boutique pour remédier à ce problème.
- Chérie…il est dix-neuf heures passé, la boutique est fermée… Si tu veux, je te prendrais un livre demain, si tu n’as pas le temps avec tes horaires au ministère.
- Je dis pas non…Merci maman ! Qu’est-ce que c’est ? »

Je baissais les yeux sur la carte d’invitation que je tenais encore dans la main.
« Rien de particulier, un petit malin qui s’amuse à envoyer des invitations…J’allais la jeter… »

Elle me prit le carton des mains et l’examine sous tous les angles. Son stage la rendait visiblement bien étrange. Mais cela fit naître un sourire d’amusement.
« Pourquoi on irait pas toutes les deux ? Il serait bien embêté en en ayant deux pour le prix d’une !
-Chérie...J’ai plus l’âge pour ce genre de jeu et je suis fatiguée, j’aimerais rentrée…
-S’il te plaît maman…avec tout…ce qu’il s’est passé récemment, on a pas vraiment eu l’occasion de passer un moment toutes les deux. Et même si je suis majeure, indépendante et tout ce que…monsi…qu’il dira, j’ai encore besoin de ma mère. »

Je poussais un soupire devant les yeux sombres et suppliant d’Aisha. Même si ce n’était que du bluff car elle sur jouait je savais qu’au fond d’elle, il y avait une part de vérité.
« Ok, si tu veux. »

Un léger sourire victorieux se dessina sur ses lèvres et je poussais un soupire, tout en glissant mon bras sous celui de ma fille. Nous marchions dans les rues de Londres en papotant, nous dirigeant vers le lieu de rendez-vous. Le trajet me sembla bien court et j’avais oublié à quel point j’appréciais ces petits moments passés avec mon enfant, nous avions beau ne plus vivre sous le même toi désormais, nous avions encore besoin l’une de l’autre.

Nous étions devant la devanture et il n’y avait personne devant à part nous. Aisha me lâcha soudainement le bras.
« Mince, j’avais promis à Chris de rentré tôt ! Je dois filer !! »

Elle m’embrassa rapidement avant de s’éclipser me laissant complètement abasourdit…Je ne comprenais plus rien.

RP co écrit avec Aisha


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Dim 9 Avr - 22:57

Thème


Il avait terminé sa journée plus tôt en l'ayant commencé des heures avant tous les autres. Ce matin, il était parti en la regardant. En caressant une dernière fois sa joue des yeux. Elle était belle quand elle dormait. Il ne voyait plus dans ses grands yeux la peur et les restes sombres qu'avaient laissé Filius. Elle semblait presque apaisée et il se sentait moins coupable de la laisser seule. Il avait fini par nouer sa cravate et disparaître dans le brouillard londonien qui ne l'accompagnait que trop souvent en ce moment. Il arrivait au travail avant que les autres ne soient là et repartait après midi du bureau des aurors sans pour autant quitter le ministère. Mais c'était vers d'autres horizons qu'il se faufilait maintenant. Il avait tué un criminel de guerre. Permis l'arrestation d'homme ô combien dangereux. Il n'avait plus sa place dans le bureau des aurors. Il étouffait et il était trop prêt de autres. Azraël était prêt à laisser sa place à un homme qui avait toute sa confiance.

Mais aujourd'hui, ce n'était pour éviter la foule qu'il était parti tôt. C'était pour rentrer chez lui, où personne ne se trouvait. Et tout arranger. Son costume l'attendait, tout neuf, ajusté par une main experte. Un sourire étira ses lèvres alors qu'on sonnait déjà à sa porte. Pour la première fois depuis longtemps, il accueillit le livreur avec un sourire. Il était heureux. Depuis combien de temps n'avait-il pas éprouvé ce sentiment ? Depuis combien de temps n'avait-il eu quelques minutes sans penser à son travail, sans penser au futur qui lui brûlait lentement les mains en l'appelant à lui ? Il n'avait plus rien en tête d'autre que la femme qu'il comblerait ce soir. Il n'avait rien dit, oubliant jusqu'à la dernière seconde ce jour qui était celui de la belle sorcière. Il récupéra les fleurs et d'un mouvement de baguette fit glisser les pétales jusqu'à son lit. Ce n'était l'une de ses idées. Mais bien celle de la femme qu'il avait prit l'habitude d'aller voir pour lui demander des conseils. Pour essayer de comprendre la gent féminine. Il ne savait si Thémis apprécierait le geste. Ce n'était la première chose qu'elle verrait.

Les heures s'avançaient sans qu'il n'y prête attention. Il rasa la barbe qui naissait lentement sur ses joues, n'en laissant qu'un soupçon. Puis il enfila la chemise blanche et la veste sombre. Il jeta un dernier regard à son reflet, mettant de l'ordre dans ses cheveux sombres. Il était parfait. Du moins à ses yeux. Et aux yeux de toutes celles qui le désiraient sans le moindre secret. Ce soir, elles n'avaient pas d'importance. Ce soir, il ne les verrait pas. Il soupira, pour se donner du courage. Tenant entre ses doigts quelque chose qui changerait leur monde. C'était sa mère qui lui avait dit ça. De toute manière, si ce n'était aujourd'hui, se serait une prochaine fois. Ce n'était qu'un début d'engagement. Un soupçon de ce qu'il pourrait lui offrir lorsqu'il passerait une bague à son doigt. Un frison secoua l'échine du sorcier. Oui, un jour. Peut-être. Sa mère avait été très claire. Aisha était peut-être une Rosier mais pas aux yeux du monde. Et elle n'était qu'une femme. Les règles des sangs purs ne changeaient rien à celles si anciennes de l’héritage. Et elle était née hors mariage. Même s'il la reconnaissait, elle resterait une bâtarde sans aucun droit sur l'héritage. Les dragons ne la reconnaîtraient pas pour le sang dans ses veines.

Il fini par sortir, jetant un regard à la pendule dans le salon. Il était en avance. Comme toujours.

Il transplana jusqu'au restaurant et la vie. Aisha s'échappa et un sourire flotta sur les lèvres du sorcier alors qu'il s'approchait d'elle. Il avançait, traversant la rue jusqu'à cette femme qu'il aimait. Sans pouvoir plus se mentir. Il était tombé amoureux d'elle dans un soupir, dans un murmure. Il ne comprenait pas mais ce soir, il s'était juré de ne pas laisser à son esprit le loisir de réfléchir.

Mademoiselle Grengrass. glissa-t-il en s'inclinant en une révérence parfaite, comme lorsqu'ils n'étaient que des enfants apprenant les bonnes manières pour représenter à merveille leurs familles devant des représentants étrangers. Un sourire flottait sur ses lèvres alors que ses yeux brillaient légèrement. Jamais il n'avait regardé personne de la sorte. J'aurais peut-être dû signer cette invitation pas vrai ? Sa voix était un rien moqueuse alors qu'il détaillait la tenue de travail de la sorcière. Tu veux bien me suivre ? Je t'invite ce soir. Après tout, c'est une grande occasion.

Pas des moindres. Il lui prit le bras, gentleman jusqu'au bout des ongles comme l'homme qu'il avait été dans ses étouffantes soirées mondaines quand il n'était qu'un jeune adulte n'ayant encore laissé sa place à sa soeur. La table était réservée à son nom et le maître d'hôtel ne se fit pas prier devant le regard exigeant d'Azraël. Il avait à son bras la soeur du ministre de la magie. Pour la première fois, ce n'était plus seulement lui qu'on dévisageait avec application. Il y avait ici toute la haute société sorcière. Une société surprise de voir Azraël Rosier en compagnie d'une femme. Les ragots allaient aller bon train au petit matin. Mais il était temps que leur relation devienne officielle. Il ne se cacherait pas.

Il lui tira sa chaise avant qu'elle ne s'assaille avant de se placer en face d'elle. Ses lèvres souriaient et ses yeux brillaient.

Joyeux anniversaire Thémis. glissa-t-il.

Cette fois, et pour la première fois, il menait la danse dans quelque chose qui lui était encore inconnu. Un rendez vous. Un vrai rendez vous. Avec une femme qui serait un jour sienne et qui pour l'instant devenait officielle. Elle n'était de celles qu'il avait ramené pour une nuit. De celles qu'il emportait pour les séduire. Non. Il l'avait déjà. Il ne jouait aucun rôle. Elle était à lui. A lui seul. Sans partage. Il lui avait offert son coeur. Pour toujours.

Spoiler:
 


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Lun 10 Avr - 21:40

Je ne comprenais, je restais complètement stupide face à ce qu’il venait de se passer. Qu’est-ce qu’Aisha avait manigancé ? Je ne compris que lorsque je le vis traverser la route, il m’avait attiré ici et avait mis notre fille dans la confidence pour être sûr que je me rende sur les lieux de l’invitation.  Je fus surprise de l’utilisation de mon nom de famille, mais ce fut comme libérateur. Comme si un poids quittait mes épaules, comme si une page se tournait. Je n’étais plus l’épouse d’un autre. J’étais une Greengrass et au fond de mon cœur, je l’avais toujours été. Ce nom que j’avais autrefois porté fièrement avant de le troquer par celui des Nott. Et aujourd’hui, tout le monde m’appelait encore madame Nott, me rappelant que trop bien qui j’avais épousé. Mais lui avait chassé cela, laissant un sourire à moitié amusé apparaître sur mes lèvres.

J’avais encore l’invitation dans la main, je l’avais gardé inconsciemment. Ignorant l’identité de l’envoyeur, désormais je le savais et effectivement s’il l’avait signée, je serais venue de mon plein grès pour commencer et j’aurais fait un effort vestimentaire, et je ne me retrouverais pas en une tenue de travail. Même si je n’étais pas habillée comme une clocharde, je m’étais déjà retrouvée dans des vêtements plus élégants convenant mieux à la situation. Mais pour le coup, c’était une vraie surprise. Signée l’invitation n’aurait pas eu le même effet que se retrouver ici, sans comprendre et ensuite le voir arriver. Cela aurait changé la magie du moment.
« J’aurai pu venir dans une tenue plus approprié mais la surprise n’aurait pas été la même…Et je suis sûr qu’Aisha est très fière de son petit coup… »

Je savais désormais que je devais me méfier du père et de la fille. Si parfois leur relation était conflictuelle, ils savaient visiblement se trouver pour me faire un petit coup en douce. Plus le temps passait, plus ma fille lui ressemblait. C’était effrayant, elle n’avait rien de Filius qui l’avait pourtant élevé. Elle était comme Azraël même si aucun des deux n’irait l’admettre par fierté. Je contemplais alors la situation amusé. Je m’étais fait avoir si facilement, elle ne me connaissait que trop bien, mieux que je ne pouvais parfois la connaître. Cela devrait être l’inverse et pourtant aujourd’hui elle m’avait eu avec une facilité déconcertante.

J’ignorais beaucoup de chose et je fronçais les sourcils sur la grande occasion qu’il disait. Il n’y avait aucune grande occasion…du moins pas à mes yeux ou alors j’avais loupé un épisode. Cependant j’acceptais son invitation avec un sourire heureux sur mon visage. Cela faisait des biens des semaines que mon visage ne s’était pas parer d’un tel sourire. Un sourire qui signifiait tellement, un sourire qui me menait sur le chemin de la guérison, sur le chemin de la rédemption. Ce soir, le passé était derrière nous, l’ombre de Filius était loin et il ne pourrait venir gâcher l’invitation d’Azraël. Il ne pourrait venir hanter mes pensées. Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentie aussi légère, aussi heureuse de la vie que je possédais. Elle n’était la plus belle mais je m’en fichais éperdument. Ce soir, j’étais heureusement malgré mes interrogations.
« Une grande occasion…j’ai peur de ne pas te suivre… »

Il prit mon bras et nous rentrions dans le restaurant. Les visages se tournèrent vers nous. La surprise pouvait se lire dans les yeux, dans les regards. Le grand Azraël Rosier avec à son bras la sœur du ministre, la veuve de l’assassin de l’ancien ministre. La situation pouvait paraitre étrange, gênante mais je m’en fichais éperdument et j’étais prête à parier qu’Azraël aussi s’en fichait. Surement que les rumeurs couraient les journaux comme sorcière hebdo ou autres mais tant pis. Nous avions aussi le droit de vivre nos vies, d’être heureux l’espace d’un soir. C’était la première fois que nous affichions en publique et cela ferait jaser.

Azraël me tira la chaise et je m’assis, me demandant bien pourquoi j’avais le droit à toutes ses jolies attentions de sa part. Et la raison ne se fit pas attendre. Je restais interdit quelques secondes, me demandant si j’avais bien entendu ce que je venais d’entendre. Il me fêtait mon anniversaire….Je réfléchis rapidement à quel jour nous étions….un neuf octobre…et effectivement c’était le jour de mon anniversaire. Mais cela faisait plus de dix-huit ans qu’on ne me l’avait pas fêté. Je restais donc abasourdie devant un telle geste de sa part. Mes yeux se mirent à briller mais ce n’était pas car il se remplissait de larme d’émotion, juste parce que le geste me touchait bien plus que je n’aurais pu le croire. Cela faisait si peu de temps que nous nous étions retrouvé et il avait pensé à cette date, m’offrant cette soirée.
« Mer….merci…C’est la première fois en dix-huit ans que j’entends ces mots…je ne m’y attendais pas. Merci. »

Je ne savais que dire d’autres, j’étais plus que touchée. Plus que surprise. J’étais sur un petit nuage. Ce soir, la souffrance, la douleur et la tristesse ne prendrait pas place dans mes iris, juste la simplicité de vivre, le bonheur et la joie y trouverait leur place. Je pouvais enfin respirer de nouveau, sentir la vie revenir en moi, je pouvais renaitre de mes cendres et peut-être pouvoir rayonner une bonne fois pour toute.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Mer 12 Avr - 20:59

Thème


Le sourire qui étirait les lèvres du sorcier voulait tout dire. Pour la première fois depuis longtemps, il était vraiment heureux. Et quand il voyait tout ce qui brillait dans le regard de Thémis, il se sentait encore mieux. Il n'oubliait pas. Il n'oubliait rien de ce qui les avait mené jusqu'ici. Mais pour cette nuit, il avait promis de ne pas laisser son esprit le contrôler, de ne pas laisser la moindre pensée venir gâcher leur soirée. Après tout, il pouvait bien être "gentil" l'espace de quelques heures, jusqu'à la retrouver dans ses bras, jusqu'à en perdre son souffle alors qu'ensemble ils saliraient ses draps. Azraël baissa la tête, riant à moitié. Ses pensées filaient toujours vers les mêmes choses lorsqu'il avait Thémis à ses côtés. Lorsque ses prunelles venaient caresser son corps parfait, embrassant la moindre de ses courbes. Il avait déjà envie de perdre pied mais il devait faire de cette soirée quelque chose d’exceptionnel. Quelque chose qu'elle n'oublierait pas de sitôt et qui pourrait la combler dans ses souvenirs.

Il sourit de nouveau, ses lèvres s'étirant sur un coin de son visage. Il baissait légèrement les yeux, brûlant de fausse modestie. Il n'en avait aucune et Thémis le savait parfaitement. Azraël s'aimait, s’idolâtrait. Pourquoi faire autrement alors qu'il savait qu'un jour le monde entier s'inclinerait devant lui ? Lorsque le plus grand bien aurait reprit le contrôle de leur monde qui s’effritait, qui partait dans des tourments que seule la liberté pouvait engendrer. Ils avaient tous été fous à croire que se débarrasser du seigneur des ténèbres étaient une bonne idée. Un enfant seul ne pouvait avoir changé le court des choses. Alors Azraël attendait. Sagement, il patientait jusqu'à pouvoir laisser exploser ses forces et ses idées. Nombreux seraient ceux qui le rejoindraient, un jour, dans un futur qui ne faisait que de se rapprocher. Les SPMB n'étaient qu'une couverture. Au sein même de l'organisation, il cherchait ceux qui pourraient briller mais qui sauraient toujours respecter sa place de leader. Pour l'heure, aucun ne l'avait trahit. Et il  avait aujourd'hui devant les yeux un nouvel objectif. Un homme qui pourrait s’asseoir à son côté. Mais pas à sa droite. Non, cette place était depuis longtemps réservée à une femme qui attendait dans l'ombre, ondulant entre les hommes et les éblouissant de ses sourires charmeurs.

Même Aisha ? questionna-t-il, surprit que sa propre fille puisse oublier l'anniversaire de sa mère.

Il avait pourtant envie de changer de sujet, de discuter d'autre chose que des souvenirs bien trop noirs qui laissaient cette trace sombre dans les yeux de la belle sorcière. Il croisa le regard d'un serveur qui ne se fit pas prier pour venir les rejoindre. Azraël commande deux coupes de champagnes, avec un regard interrogateur envers Thémis pour savoir si elle voulait autre chose. Un sourire plus tard et on déposa devant eux les cartes. Le sorcier ferma un instant les yeux, faisant taire le brouhaha qu'avait créé leur entrée. Les gens pensaient trop forts lorsqu'ils observaient et dévisageaient. Ils voyaient leurs pensées voleter, emplies d'un poison dont il s'enduisait en toute quiétude. Il était en compagnie de la femme d'un homme qu'il avait tué. Il récurerait les restes du meurtrier. Avec toujours ce sourire sûr de lui.

Ne t'inquiète pas pour ta tenue. Je n'ai pas besoin de te voir dans tes plus beaux atouts pour te vouloir à mon bras ce soir. glissa-t-il. Après tout, il la préférait même sans le moindre vêtement. Offert comme aux premiers jours de sa vie à son appétit démesuré. Regarde les. J'ai l'impression qu'ils ont vu le diable. Il soupira, légèrement, avant de finir par ajouter. Je me demande quelle tête ils feront quand il leur explosera au visage.

Thémis devait savoir. Thémis devait le soutenir, l'aider. Être le visage si pur de l'horreur qui grandissait, lentement, entourant ses doigts sombres autour de toutes les gorges et cachant tout les yeux. Elle serait la lumière au milieu des ténèbres, si belle dans son habit étincelant. Elle les rejoindrait. Elle n'aurait pas le choix. Dans ses veines coulaient le sang si pur des Greengrass et l'ambition démesurée d'Azraël ne l'oubliait pas. Maintenant que Filius était mort s'ouvrait devant ses yeux un océan de possibilité. Le ministre était tombé. Tomberait à sa suite le monde entier.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Mer 19 Avr - 18:05

Pas même ma fille. Non, j’ignorais même si ma fille connaissait réellement ma date de naissance, si elle savait le jour et l’année de ma naissance. Filius avait toujours fait bien attention à ne rien faire ce jour-là, à s’échapper, à fuir et à partir des onze d’Aisha, cela n’avait plus aucune importance vu qu’elle était à Poudlard. Peut-être que désormais les choses pouvaient être différent. Les anniversaires n’étaient pas vraiment des plus importants chez les Nott. Jamais Aisha n’avait fêté son anniversaire en famille, jamais je n’avais fêté l’anniversaire de mon défunt époux. Peut-être que cela avait un rapport avec la malédiction de cette famille et donc que c’était devenu tabou ? J’en savais rien, mais cela faisait dix-huit années que je n’entendais plus ses mots. Que je n’y avais plus pensé, j’avais fini par me faire une raison. Mais ce soir, c’était comme si les vieilles habitudes revenaient comme dans l’ancien temps, où j’avais ma liberté. Où j’avais ce gout de vivre pour moi-même, sans dépendre des autres, sans devoir rendre des comptes à quelqu’un. Libre de choisir ce que je voulais faire, libre de choisir avec qui je voulais passer ma soirée. Il m’offrait bien plus qu’il ne pouvait le penser, à mes yeux c’était inestimable. Il en fallait peu pour me rendre heureuse. Mais cela était comme une bouffée d’oxygène, je re goutais à la vie et j’avais oublié quelles en étaient les douces saveurs. Maintenant, je me souvenais.

Azraël interpella un serveur et commanda de coupe de champagne, cette boisson française pétillante dont tout le monde raffolait. J’acquiesçais légèrement la tête face à son regard interrogateur. En d’autres circonstances j’aurai refusé, préférant garder les idées claires. Mais ce soir, je me permettais de perdre pieds, de me laisser guider par l’homme que j’aimais comme dix-huit années plus tôt où il m’avait fait découvrir un monde nouveau au creux de ses reins. Je devais re gouté au plaisir de vivre, au plaisir simple de la vie. Oublier les chaînes de mon mariage, m’en libérer. Ne plus à devoir sourire parce qu’il le fallait. Si ce soir je souriais, c’était un sourire spontané. Pas celui que je devais servir parce que je devais briller au bras d’un homme. Je m’en fichais, mon nom était mêlé à celui de Charles, et même si Filius était traité de meurtrier, il imposait toujours le respect et surtout la crainte. Et au bras d’Azraël, on me fichait encore plus la paix. Personne ne viendrait m’embêtait, je n’avais plus besoin de faire semblant. Je pouvais être moi-même, redevenir la Thémis de ma jeunesse sans honte.

Je réprimais un léger rire qui souhaitait s’échappait de ma gorge à sa remarque sur ma tenue. Je me doutais que cela ne le gênait pas mais être dans un tel lieu en tenue de travail n’était pas vraiment adéquat. Même si mon chemisier et mon jean m’allaient à merveille, une robe aurait surement mieux sied au lieu. Mes yeux scrutèrent les tables voisines. En croisant mes yeux émeraude, ils retournaient aussitôt à leur assiette et à leur discussion avec leur voisin. Cela ferait surement beaucoup de bruit, mais qu’il parle. Je ne voulais plus vraiment me cacher. Je voulais tourner la page de mon mariage désastreux. Je voulais être libre de m’afficher avec une personne qui savait me faire sourire, qui savait me rendre heureuse. Je savais très bien que je finirais par souffrir avec Azraël, je savais très bien dans quoi je m’engageais mais rien n’était comparable à l’enfer que m’avait fait vivre Filius. Il y avait un détail de taille cette fois. L’amour était venu se mêler à leur relation, changeant bien des choses.
« Et bien si nous sommes le diable, j’ai peur pour leur avenir. »

Les derniers mots d’Azraël me laissèrent perplexe. Je ne comprenais pas vraiment leur sens. Mais je n’eus pas le temps de réfléchir plus car un serveur vint prendre leur commande ainsi que les deux coupes de champagne. Une fois, les commandes passées, le serveur disparu rapidement afin de ne pas subir un regard sombre de la part du directeur du bureau des aurors. Ce genre de réaction me donnait envie de rire. D’un seul regard, il faisait trembler le monde…beaucoup de monde devait se demander comment je pouvais rester face à lui, à soutenir son regard. Ils ne savaient juste pas que pour moi, ce regard faisait trembler mon cœur et le faisait battre.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Jeu 20 Avr - 13:04

Thème


Un rire grandit sur les lèvres du sorcier mais n'en franchit pas la barrière. Elle ne pouvait imaginer à quel point elle avait raison. Ils étaient dangereux et Azraël était tout à fait capable de la rendre plus puissante encore, plus sombre et violente. Même si cette gentillesse qui la caractérisait ne mourrait pas, il la voulait brûlante de mille feux. Il la voulait capable de résister à tout, de tenir tête à Emily lorsqu'il les présenterait l'une à l'autre. De garder la tête haute en toute circonstance. Elle était une sang pur. Elle savait ce que s'était, elle savait à quel point leur place tanguait sur un piédestal instable. Les sangs purs avaient perdu bien du pouvoir lorsque le seigneur des ténèbres avait chuté. Beaucoup l'avait suivit dans les ténèbres ou dans la mort. Azraël avait gardé la tête hors de l'eau et il avait protégé Filius de cette chape de noirceur qu'il laissait partout. Simplement car si l'homme tombait, sa fille aussi. Il était hors de question qu'Aisha grandisse dans les insultes. Il avait finalement toujours été là, sans même le vouloir ou le faire exprès. Comme un ange gardien un peu particulier, tenant plus de Lucifer que de Gabrielle.

Il commanda, avant de ne plus adresser le moindre regard au serveur. On lui avait toujours apprit à mépriser ceux qui lui étaient inférieurs. Il était trop tard pour le faire changer d'avis. Il reposa ses yeux sur Thémis, avant de lui glisser, un sourire moqueur aux lèvres :

Tu peux toujours utiliser la magie pour te changer tu sais si ta tenue te gène autant. Il lui offrit un nouveau sourire avant de lancer, sûr de lui : Tu as bien raison. Un jour ils s'inclineront. Parce que le diable mérite de diriger le monde. Je suis désolé de rompre ce moment si merveilleux mais j'ai besoin de savoir quelque chose Thémis. Est ce que tu me suivrais ? Est ce que tu serais à mes côtés quelque soit la situation ? Il avait l'impression de retrouver la discussion avec sa soeur. Sauf qu'il savait parfaitement ce qu'allait lui répondre Emily mais était un peu moins certains des réactions de Thémis. Elle commençait seulement à se relever de l'enfer où elle était tombée non en tant que reine mais en qualité d'esclave d'un homme qui n'était pas Azraël. Filius avait voulu jouer sans maîtrise. Il était mort de sa stupidité. Je n'impliquerais Aisha si c'est la question que tu te poses. Elle me suivra si elle le désire et seulement si c'est le cas. Il parlait à la soeur du ministre. Mais il devait savoir à qui allait l'allégeance de Thémis. A cette famille qui n'avait jamais rien faite pour elle ou à lui, qui l'avait débarrassé des ombres de sa vie.

Il s'assit un peu plus dans son siège, laissant ses bras se poser sur les accoudoirs de ce siège digne d'un trône qu'il avait choisit. Un jour, les sorciers qui les entouraient seraient obligés de faire un choix. Lui, le charismatique et puissant maître d'un monde qu'il ne tenait pas encore entre les mains ou d'autre, qui se dresserait contre le plus grand bien. Mais le choix était rapide. Qu'importait le sang. Les sorciers devaient être supérieurs aux moldus. Ce n'était pas compliqué à comprendre. Les enfants nés de créature sans pouvoir n'étaient finalement des erreurs comme l'avait dit le seigneur des ténèbres. Au contraire. Ils étaient bénis par une grandiose magie. Ils étaient sorciers. Seuls les moldus devaient s'incliner. Voilà longtemps qu'Azraël réfléchissait. Il voulait maintenant passer à l'action. Avec Thémis à ses côtés.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Mer 26 Avr - 16:10

Le moment magique ne dura pas si longtemps que cela. Les paroles d’Azraël étaient assez effrayantes. Je connaissais son ambition et sa soif de pouvoir. Son envie de tout contrôler. Ses questions étaient effrayantes. Je ne savais pas quoi penser de cela. Qu’entendait-il par-là ? Le suivre qu’importe la situation. Je l’aimais plus que tout, il m’avait sortie des griffes de l’enfer, il m’avait remonté à la surface alors que je me noyais dans les ténèbres. Je commençais tout juste à sortir de l’enfer, mais je ne voulais pas y retourner même s’il était différent. Je ne savais pas ce que cela signifiait, et j’avais peur. Je pouvais le soutenir dans bien des choses mais il restait si vague. Le suivre mais à quel prix ? L’amour me ferait des choses, surement irraisonné. Je me mettrais surement en danger pour lui, pour ma fille. Mais je ne savais pas où il voulait en venir. Je savais très bien que je ne connaissais pas parfaitement l’homme qui était en face de moi. Je n’en connaissais qu’une infime partie. Je voyais la surface et j’avais su atteindre une part de son cœur mais je n’étais pas arrivée plus loin. Et ce plus loin, il me le montrait ce soir. Et cela m’effrayait.

Je gardais le silence, réfléchissant, cherchant à comprendre. Je me noyais dans l’incompréhension. Je ne savais pas que dire. C’était si…soudain. Je venais tout juste de recommençais à vivre normalement, loin de la peur que je la sentais revenir sournoisement. Et il eut beau me rassurer de ne pas impliquer notre fille, cela ne me rassura pas, ce fut plutôt l’inverse qui se produit. S’il n’impliquait pas Aisha, cela signifiait que c’était potentiellement dangereux. Est-ce qu’elle voulait vraiment se mettre en danger pour lui ? Etait-ce cela sa question sous-jacente ? Je ne savais pas, je l’ignorais. Je n’arrivais pas à le suivre, j’étais complètement perdue. Perdue dans les doutes, perdus dans l’incompréhension.
« J’ai peur de ne pas te suivre… Quelle situation ? De quoi est-ce que tu parles Azraël ? Pourquoi tu ne veux pas impliquer Aisha ? Je ne comprends pas… »

J’avais peur, c’était surtout ça. Peur de ce qui pouvait nous attendre dans ses paroles ? Je ne voulais pas replonger dans l’enfer que j’avais connu ses dernières semaines. Je voulais fuir cet enfer destructeur, qui avait failli me tuer, qui avait failli venir priver ma fille de sa mère. Je voulais protéger Aisha, plus que tout. Elle était ma priorité. Et il devait parfaitement le savoir, cependant je ne savais pas de quoi il parlait. Mais je savais que l’amour dévorant que j’éprouvais pour lui…pouvait me faire faire des choses que je n’aurais pas faites autrement. Mon cœur battait avec beaucoup trop de force pour lui et je savais également que je ne voulais pas le perdre. Je ne voulais pas le perdre pour une bêtise.
« Promet moi qu’elle ne sera jamais en danger… je te suivrais qu’importe la situation seulement si notre fille n’est pas en danger Azraël… Qu’elle te suive ou non dans tes projets dont j’ignore tout, je ne veux pas qu’elle soit en danger. »

Je l’aimais plus que tout, mais je sauverais d’abord mon enfant. Je l’avais protégé pendant dix-huit ans envers et contre tout, je n’arrêterais pas aujourd’hui.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Lun 1 Mai - 16:17

Thème


Le silence s'installa, un rien cruel dans le bruit qu'il ne produisait plus. Les yeux d'Azraël ne lâchaient pas Thémis et ses pensées qui se perdaient dans la peur qu'elle ressentait et ressentirait encore pendant longtemps. Ne comprenait-elle pas ? Elle savait parfaitement qui il était et qu'importe les sentiments qu'il lui portait. Il ne supporterait pas les silences face aux actions qu'il commettrait. Le sang allait couler, très tôt et très vite. Elle n'avait pas le temps de se morfondre sur ce qu'elle avait vécu. Elle devait avancer, avec lui à ses côtés. Elle devait pousser plus loin, aller plus haut. Toucher les étoiles pendant que l'enfer se relevait et se déchaînait sur le monde. Il lui ouvrait son âme et son coeur mais elle n'y verrait que la plus terrible des noirceurs. Elle savait pourtant. Elle savait depuis toujours ce qu'il était et ce dont il était capable. Il n'avait pas vouloir le pouvoir de la sorte. Il n'avait pas voulu tout détruire pour arriver à ses fins. Mais les hommes ne comprenaient rien. La terreur ne servait à rien. Les actions d'éclats si. Les sorciers devaient comprendre que ce plus grand bien était pour tous. Qu'il les aiderait tous et qu'il devait l'embrasser et se complaire dans ses bras. Grindelwald n'était pas le seul à avoir crée cette doctrine si parfaite. S'ajoutait à lui un héro qui tous portaient aux nues comme ils l'avaient fait d'Azraël en apprenant de quelque côté il était depuis le début. Les hommes ne seraient aussi fous. Mais avec la moindre allégeance, il voulait celle de Thémis. Car elle surpassait toutes les autres.

Il avança alors légèrement, venant attraper la main de la sorcière, plantant ses yeux sombres dans les siens. Il n'y lisait rien d'autre que la peur pour sa fille, que les angoisses qu'il ne pouvait que faire naitre. Durant une seconde, Azraël laissa le silence n'être rompu que par les convives qui les avaient lâché des yeux. Cette bande de mouton bêlant ne pouvait imaginer ce qu'il se tramait si proche d'eux. Puis, alors que son pouce dessinait de léger cercle sur sa main, le sorcier rompit le silence.

Je ne l'impliquerais pas parce que ça pourrait être dangereux. Aisha est ma fille, quand bien même elle n'a pas porté mon nom pendant des années. Et je n'accepterai pas que le moindre mal lui soit fait, qu'importe la grandeur de la causse en question.

Il tentait de la rassurer alors qu'il savait parfaitement que ses mots la feraient encore plus frémir. Il ne lâcha pour pas sa main, la fixant droit dans les yeux. Sa poigne était aussi douce que forte. Comme il le serait toujours en la présence de Thémis. L'humanité qu'elle faisait vibrer dans son coeur se transformait en des paillettes tout juste bonne pour briller aux yeux des créatures qui auraient le malheur de les croire. Il essayait pourtant. Il essayait d'être l'homme qu'il fallait à la belle sorcier. Il n'arriverait jamais à l'être à la perfection; Trop de noirceurs se battaient pour son coeur.

Ne te rappelles-tu pas les mots de notre enfance ? Le seigneur des ténèbres étaient un imbécile et je l'ai été plus encore en le laissant me marquer comme on le ferait d'un animal docile qui a baisé la tête. Mais aujourd'hui, je veux me battre. Je n'en peux plus du secret. Je veux que le plus grand bien triomphe et je serais à sa tête pour le mener jusqu'à ses sommets. Certain SPMB seront prêt à me suivre pour que les sorciers puissent enfin retrouver la place qui leur ait dû dans ce monde. Je te parle de rébellion et de mort Thémis. C'est pour ça que je ne l'impliquerais pas. Qu'importe sa puissance magique, je ne pourrais pas la protéger durant tous les combats. Je la laisserais de côté. Mais j'ai besoin de toi. Pas pour te battre. Non, pour être là. Tu es intelligente et j'ai besoin de conseil.

C'était son aide qu'il demandait, les yeux plongés dans les siens. Sa réponse pouvait tout changer. Sa réponse pouvait tout faire basculer. Elle était la soeur du ministre de la magie. Elle devrait trahir son frère. Pour que le plus grand bien gagne un combat commencé voilà des années.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Sam 6 Mai - 18:17

Les mots d’Azraël me rassurèrent. Il voulait la protéger lui aussi. Qu’elle ne soit pas en danger. Cela ne pouvait que ravir mon cœur de cette nouvelle. Peut-être que mes espoirs fous d’avoir vraiment ma famille pouvait se réaliser. Peut-être que cela était possible et que mes rêves n’étaient pas irraisonnés. Mais du coup j’étais plus apte à réfléchir à ses mots, le cas de notre fille était réglé. Il éviterait de la mettre en danger, qu’on lui fasse du mal. Sur ce combat, nous étions pareils finalement. Aisha représentait beaucoup trop de chose à nos yeux, au-delà d’être de notre sang, elle était notre bien le plus précieux. Elle faisait partie de l’avenir de l’Angleterre. Elle avait un sang pur, un héritage magique puissant, elle pouvait avoir le monde à ses pieds si elle voulait et nous étions là pour la protéger de tout cela.

La main d’Azraël qui tenait la mienne, me rassurer quelque peu. Mais les mots qu’il prononça…Dans mes yeux billèrent une flamme d’inquiétude et de peur. L’avenir s’annonçait plus sombre que ce que j’avais prévu. Il voyait gros, loin. Il rêvait de gloire et de pouvoir. Dans un sens, je n’étais pas surprise. Mais je ne pensais pas qu’un jour, il serait capable de passer à l’acte. La guerre allait arriver. Il lui demandait d’être à ses côtés. Mais elle n’était rien. Son nom pouvait résonner dans le monde sorcier mais elle n’était pas grand-chose au final. Libraire chez Fleury & Bott, veuve de l’assassin d’un ministre, petite sœur du nouveau ministre de la magie. Le sang coulerait, les larmes couleraient, la souffrance et la peur se disperseront aux quatre coins du pays.
« Quels conseils pourraient-je bien te donner Azraël…Je ne suis pas une politicienne, je ne suis pas une guerrière, pas une stratège… J’ignore ce que je pourrais faire pour te conseiller dans ton entreprise. Même dans notre monde je n’ai plus de poids, les sangs purs me considèrent comme une moins que rien…je peux encore peut-être avoir l’oreille de Charles…mais l’autre me méprise…mon propre frère me méprise. Qu’est-ce que je peux bien t’apporter ? »

J’étais peut-être intelligente, je possédais bien des connaissances mais je doutais sincèrement qu’elle puisse lui servir. J’avais appris des tas de chose dans les bouquins à force de les côtoyer tous les jours. Mais c’était bien la seule chose que je savais faire. Je pouvais être un soutien moral, je pouvais soigner ses plaies, lui réchauffer le cœur… raisonner Aisha pour la tenir loin des combats. Mais en dehors de cela ? J’ignorais totalement ce que je pouvais faire pour lui. Même si repartir dans une guerre ne m’enchantait guère, pour lui je pouvais faire bien des sacrifices après tout ce qui avait fait pour ma fille et moi. Je lui étais redevable de tellement de chose. Je ne pouvais que le soutenir malgré mon inquiétude.

Ma deuxième main vint recouvrir la main d’Azraël qui tenait la mienne. Je me laissais happer par les prunelles sombres de l’auror. Je me laissais aller à la noirceur qu’il représentait. Il n’y aurait pas de retour en arrière possible. Si j’acceptais, je ne pouvais faire machine arrière. Les Greengrass ne prenait jamais partie ou rester silencieux sur leur conviction. Il était peut-être temps que cela change. Si Hypperion me méprisait, autant lui donner une véritable raison de le faire.
« Je me tiendrais à tes côtés. Je te soutiendrais comme je le peux. Je ne sais pas ce que je peux t’apporter de concret, mais je serais là pour toi. »

C’était fait, désormais l’avenir deviendrait sombre et la guerre était au porte du monde que nous connaissons.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Dim 21 Mai - 19:48

Thème


Elle ignorait tout du rôle qu'elle pouvait jouer, de la puissance qui s'attachait derrière chacun des mots qu'elle pouvait souffler. Il sentait la peur dans le regard qui ne le lâchait pas. Le monde allait changer et il ne pouvait déjà plus retenir le fourmillement de ses doigts. La magie se jouait de lui, lentement s'éloignant de lui. Alors ne restait qu'à l'obliger à revenir, la rendre violente mais muselée. Faire exploser sa puissance dans ses veines. Il avait vu des indices, il avait écouté les chercheurs des SPMB. Il s'était amusé aux plus grandes possibilités. Il irait chercher cette magie avant qu'on puisse lui ôter. Il irait trouver la puissance, qu'importait les conséquences. De toute manière, aujourd'hui, le jeu se faisait encore plus complexe qu'il ne l'avait jamais été. Car ce n'était plus dans l'anonyma qu'il agirait. Non, il serait sur le devant de la scène, ses idées embrassant celles d'un autre. Ceux qui tenteraient de l'arrêter se heurterait à quelque chose d'ô combien violent. Il tuerait pour le pouvoir. Et à ses côtés se dresserait des cavaliers d'une violence hors du commun, prêt à tout pour que les idées de ce maître cruel qu'il deviendrait règnent sur le monde. Il avait déjà une alliée, la plus belle et la plus puissante. Emily serait sa force et sa vengeance. Et Thémis. Le rôle de Thémis était tout trouvé et elle ne pouvait imaginer à quel point elle serait nécessaire à la force d'Azraël.

Son pouce caressa la main qui venait recouvrir les siennes et dans les yeux du sorcier brillait une flamme qui n'avait été présente depuis tant d'année. Sur son bras, la marque le brulait avec violence, douleur uniquement dûe à son esprit. Voldemort était parti et les sorciers avaient maintenant besoin d'un autre maître. D'un réel, de ceux qui ne les obligerait à s'entretuer mais bien à trouver un ennemi commun.

Ne te dénigre pas de la sorte. J'ai besoin de toi Thémis car toi seul peu calmer l'homme que je risque de devenir. C'est à toi que j'ai confié mon coeur et je veux que tu puisses me renvoyer celui que je suis et veux rester lorsque le pouvoir viendra couler dans mes veines.

Car il ne pouvait mentir. au plus profond de lui, Azraël savait que la puissance avait des revers qui seraient lancé au moment opportun, choisissant à sa place son destin. Ses doigts se serrèrent, un peu plus, autour de mains qui le tenait. Elle avait déjà vu de la peur dans les yeux du sorcier, elle avait déjà vu de la terreur. Elle avait déjà vu tant de chose. Mais le sentiment qui y brillait était bien différent. Mélange d'angoisse et de passion, envieux d'un rêve terrifiant qui emprisonnait maintenant son âme. Depuis la mort de Filius, il avait changé. Tuer un frère laisse des séquelles et le coeur d'Azraël avait pour la première fois pleuré un mort. Il savait que Filius méritait cela. mais il ne pouvait s'empêcher de retourner dans tous les sens la scène, de faire taire pour de bon les regrets. Il voulait occuper son esprit trop rapide. Il voulait plus et plus grand.

Ses mains lâchèrent celles de Thémis alors qu'on venait leur demander de choisir leur plat. Le sorcier déglutit, une seconde, avant d'envoyer la première réponse qui lui passait par la tête. Il n'avait envie de rien. Juste de faire plaisir à la sorcière en face de lui.

A Lobster salade please.

Il lança un regard à Thémis, attendant qu'elle choisi son plat et le serveur inclina alors poliment la tête. Revenu seuls à seuls, Azraël frémi une seconde avant qu'une ride d'inquiétude ne vienne caresser sa tempe.

J'ai besoin de toi pour ne pas perdre pied Thémis. Pour affronter ce que je désire tout en te sachant non loin. A un endroit où je pourrais te protéger car ils chercheront très certainement à m'atteindre à travers toi.. Nous aurons des ennemis, fidèles aux moldus. J'ai besoin de toi à mes côtés, pas pour te battre ou pour établir des plans. Non, j'ai besoin de toi à mes côtés pour ne pas perdre pied.

Car elle seule lui maintenait la tête hors de l'eau, déjà maintenant alors qu'il se perdait dans une noirceur qu'il avait lui même choisi d'embrasser.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie


Dernière édition par Azraël J. Rosier le Mar 23 Mai - 15:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Mar 23 Mai - 15:01

Le contact de sa main, de son pouce caressant le derme de mes doigts calmer quelque peu mes inquiétudes, mes doutes et mes peurs. J’avais dit oui sans savoir ce que le futur allait me réserver. J’avais dit oui et j’allais devenir une autre femme. La femme de ces dernières années allait disparaître lentement, pas à pas. Il allait falloir que je m’enhardisse, que je cesse de sursauter au moindre geste trop brusque, au simple son d’une voix qui se hausse. J’allais devoir changer, il allait me changer, je le savais pertinemment. Si je ne serais jamais une grande sorcière comme il pouvait l’être ou comme notre fille pouvait l’être, je pouvais gagner en assurance. Je devais retrouver la vipère que je pouvais être, la vipère qui avait fait que j’avais pu me rendre à Serpentard malgré l’hésitation du Choixpeau. La jeune fille qui avait remballée tous les garçons de son âge sans sourciller, sans trembler. Je devais redevenir celle que j’avais été et plus encore. Je le devais pour être capable d’affronter les jours sombres qu’ils promettaient. La guerre était à nos portes et je devrais être capable d’affronter tout cela. Pour lui, pour ma fille.

Sa remarque me fit pincer les lèvres. Je ne pouvais que me dénigrer quand pendant dix-huit années un mari me dénigrer tous les jours. Mais ce n’était pas de mes capacités magiques ou de stratèges qu’ils souhaitaient. Je pouvais l’aider par le simple fait que j’avais son cœur, qu’il m’avait offert ce qu’il avait toujours refusé d’offrir. Je devrais user de mon emprise, je devrais user de ses sentiments pour le maintenir à mes côtés, pour lui ramener les pieds sur terre. Il souhaitait rester l’homme qu’il était actuellement, ne pas laisser le pouvoir le rendre insensible, aveugle à la vie qui l’entourait. Je me sentais capable de le faire, j’avais réussi à l’atteindre une fois là où toutes les autres avaient échoués. Je pouvais bien réussir à cette mission. Je ne pus que lui offrir un faible sourire.
« Je ferais en sorte que tu restes celui que tu es. Je ferais tout mon possible. »

Un serveur s’approcha et Azraël lâcha ma main, je me redressais également, reportant rapidement mes yeux sur la carte afin de choisir. Je n’avais aucune idée de ce que je souhaitais manger. Finalement j’optais pour quelques choses de léger et de frais, un plat typiquement anglais. Azraël passa sa commande et je fis de même.
« Un Coleslaw s’il vous plait. »

Le serveur s’éclipsa et je pus replonger mes iris vertes dans le regard sombre et inquiet de cet homme que j’aimais, pour qui mon cœur battait. Il craignait le pire, je le sentais même s’il ne le disait distinctement. Il ne voulait pas devenir un monstre aveuglé par la quête du pouvoir, aveugler par l’appelle de la guerre, de la violence et du sang qui coulerait. Je n’étais pas en faveur d’une guerre sanglante, ni d’une guerre tout court. Mais le monde allait droit vers la guerre, et on ne pourrait surement pas y échapper. Cela faisait une dizaine d’année qu’il n’y avait pas eu de guerre, les hommes étaient faits pour se battre visiblement. Comme lors de cette dernière guerre, je resterais fidèle à celui qui aura ma loyauté. Dix ans plus tôt, c’était celui qui me retenait prisonnière par une bague qui avait orné mon annulaire. Aujourd’hui c’était l’homme qui faisait battre mon cœur, qui m’avait libérer et sortie de mon cauchemar.
« Je ferais tout mon possible. Tu as ma parole. »

Je ferais tout pour le garder prêt de moi, pour qu’il ne perde pas pieds, pour qu’il reste l’homme que je connaissais un peu, que j’aimais. Je ne pourrais surement jamais le connaître complètement, il restait un mystère complet. Mais le temps me faisait découvrir de nouvelle facette de cet homme qui ne faisait que capturer mon cœur un peu plus à chaque fois. Ce soir il avait réussi à me surprendre, à mettre dans la confidence Aisha pour me trainer dans ce restaurant. De quoi était-il encore capable ? Je l’ignorais mais je désirais conserver tout cela, conserver l’homme que j’avais face à moi.
« Avant que…tout ça n’éclate…J’aimerais que tu m’apprennes à me défendre… je ne veux pas leur être une cible facile s’ils cherchent à m’atteindre pour t’atteindre… Je ne veux pas être démuni. Je n’aurais jamais la puissance d’Aisha ou la tienne… mais je ne serais pas s’en défense si… si je devais être amené à me défendre seule. »

Si des ennemis nous devions avoir, je ne voulais pas leur facilité la tâche. Je ne voulais pas les voir arriver et les laisser m’atteindre avec facilité. Je ne participerais pas à la guerre ouvertement, je n’étais pas une guerrière ou quoi que ce soit de ce genre. Mais je voulais pouvoir me défendre, défendre mon enfant si Aisha en avait besoin, défendre Azraël… Je ne voulais pas me retrouver impuissante comme face à Filius.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Jeu 25 Mai - 23:39

Un mince sourire étira les lèvres du sorcier. Elle serait là. Comme ils pourraient un jour se le jurer. Il n'était qu'un couple de plus dans l'immensité de ce restaurant. Mais un jour, ils deviendraient plus. Azraël voulait plus, toujours plus. Que ce soit dans ses ambitions ou dans leur relation qui n'était qu'aux balbutiements de sa vie et apprenait lentement à se construire. Lui était déjà allé si loin, lui s'était déjà éloigné pour revenir comme il ne l'avait jamais fait avant. Il s'était engagé aux côtés de Thémis, plus que n'importe quelle bague aurait pu le faire. Il lui avait offert les chaines reliées à son cou, la laisse qui le ramenait vers elle. Et pire que tout, il l'avait fait avec le sourire, comme un chien bien dressé donnerait la patte dès que son maître le demande. Imbécile qu'il était. Mais l'imbécile était heureux et c'était tout ce qui comptait à ses yeux alors qu'il la regardait tendrement, alors qu'il la mangeait à moitié des yeux, incapable de fixer pour de bon son regard.

Son sourire s'agrandit, allant même jusqu'à faire briller ses iris. Elle, si douce, demandait à se battre. Il ne savait lui même s'il serait un bon professeur. Trop exigeant ou bien pas assez, au regard de la femme qui lui demandait ce service. Pour les autres, il pouvait se montrer le pire des tyrans mal elle. Il aurait bien trop peur de la blesser, bien trop peur de lui faire le moindre mal. Il ne voulait pas réveiller des vieux démons dans les pensées de cette femme qu'il aimait déjà un peu trop fort. Déjà. Y avait-il seulement eu une fin ? Ou bien s'était-il réellement caché les sentiments que la douceur de la jeune femme avait fait naître à l'aube de la mort de sa mère ? Il était si fort dans les mensonges, plus encore dans ceux qu'il s'offrait et s'imposait avec plus de force que tout ce qu'il avait pu faire pour les autres. Il aimait le contrôle, il aimait diriger la moindre bride de sa personnalité et de ses pensées. Alors laisser son coeur seul décider ? C'était hors de question. Il fini taire les idées folles, il fit taire les mensonges de son coeur. Son sourire était toujours là, comme il n'en paraissait que très rarement sur son visage.

Les cours de Poudlard n'ont donc pas suffit à la plus belle des serpentarde ? Un petit rire, sur lequel il enchaîna directement.  La puissance ne fait pas tout tu sais ? Certes, elle te donne un avantages en combat pur mais dans des brèves attaques, c'est uniquement la quantité de sorts que tu connais qui te sauvera la mise. De toute manière, ceux qui attaqueront nous connaisse. Je doute qu'ils s'attendent à ce que tu offres une quelconque résistances. Nouveau sourire, moins éblouissant cette fois, noirci par l'inquiétude qui venait faire apparaître une ride sur son front. Bien entendu que je t'apprendrais Thémis. Je ne te laisserais pas sans défense par quelque chose qui vient uniquement de moi. Se sera exactement comme si je t'avais tué de mes propres mains si tu meurs à cause de cette guerre qui n'attend qu'un signe pour se lancer.

Lui-même ne savait s'il se remettrait d'un tel coup en plein coeur. Ils auraient réussi à le faire tomber en tuant simplement une femme sans défense. A moins qu'ils ne le rendent plus violents encore, prêt à tout car sans plus rien à perdre. Le futur était incertain. Alors il voulait vivre chaque instant avec elle jusqu'à bout, de plus en plus fort, jusqu'à ce que les horreurs les séparent.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Citoyen + Magic in my veins

+ avatar : Kate Beckinsale
+ photo :
+ âge : 43 ans
+ doublon : Orion Carey
+ messages : 366
+ date d'inscription : 29/12/2016
+ commentaires :

MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Lun 29 Mai - 17:14

Je vis sous visage s’illuminer comme je ne l’avais jamais vu. Il souriait, ce n’était le petit sourire en coin qu’il pouvait faire, non c’était le genre de sourire qu’on ne pouvait avoir qu’une seule fois avec lui. Un sourire spontané, franc et heureux. Le voir ainsi réchauffa mon cœur plus qu’il n’avait pu me le réchauffer au cours de ses dernières semaines. Cela signifiait bien plus qu’on ne pouvait le penser. Pour lui, pour moi. Son sourire, le voir heureux me rendait presque ivre de joie, un sentiment que je n’avais pas ressenti depuis si longtemps. Surement…depuis le jour de la naissance d’Aisha. Son sourire me donnait le courage qu’il fallait pour continuer à avancer, pour en plus avancer la tête haute, trouvant la force pour marcher à ses côtés, loin de l’épouse soumise que j’avais été ses dernières années. Il me donnait plus qu’il ne pouvait l’imaginer en souriant ainsi. Je n’avais aucun doute sur mes sentiments envers lui et ce sourire les renforçait encore davantage, je pouvais sentir mon cœur battre d’une force hors du commun pour lui, comme s’il voulait sortir de ma poitrine pour se déposer à ses pieds. Son sourire me rendait un peu plus amoureuse de cet homme que je ne devrais aimer, qui pouvait me faire du mal. Mais l’amour était une chose bien étrange et je me refusais de lutter, je voulais vivre après dix-huit ans dans l’ombre. Je voulais vivre pour moi-même et non pour ma fille ou pour Azraël. Si j’étais heureuse, c’était grâce à lui, si l’oxygène qui s’engouffrait dans mes poumons me faisait me sentir vivante c’était grâce à lui. Je n’avais que faire du reste. Je voulais gouter au bonheur, malgré la guerre qui semblait se dessiner à l’horizon. Je voulais vivre cette vie qui me tendait les bras et ne pas la lâcher.

J’eu un sourire amusé aux paroles du Rosier. Quand on me connaissait, on pouvait être surprit de ma demande. J’avais toujours été une élève brillante, le choixpeau ayant hésité à m’envoyer à Serdaigle. Mais ces années étaient bien loin, les souvenirs brumeux après dix-huit ans avec Filius. J’avais oublié bien des choses. Je ne visais pas à augmenter ma puissance, j’étais trop vieille pour cela. Mais rafraichir ma mémoire, apprendre à anticiper face à l’ennemi, arriver à faire sort décent. Afin de donner un peu de fils à retord à mes assaillants, créer la surprise, les déstabilisé. Je voulais redevenir la Serpentarde que j’avais été à la fin de mes études. Maligne malgré ma douceur et ma gentillesse, avec mes idéaux propres aux Greengrass. Je ne voulais plus rien à voir avec les Nott. Je connaissais que trop bien les sorts de la parfaite ménagère et j’aimerais désormais l’inverse ou rééquilibrer la balance. Car nos adversaires seraient sans pitié pour le faire tomber, et je refusais de leur facilité la tâche.
« Poudlard comme à remonter, je crois que j’aurais besoin d’une piqure de rappel. Cela ne devrait pas être trop compliqué si je me montre aussi studieuse que lors de mes études. Et j’aimerais redevenir cette belle serpentarde qui faisait chavirer des cœurs mais qui restait inaccessible au grand damne des garçons. Je veux redevenir la femme que j’ai été et arrêter de vivre dans la peur. Et savoir me défendre aidera surement beaucoup à cela. Et cela te rassurera surement de savoir que je ne suis pas s’en défense. Si tu ne peux pas te concentrer parce que tu as peur pour moi, tu n’y arriveras pas. »

Un serveur arriva pour nous apporter nos commandes. Il déposa les assiettes avant de disparaitre en silence. Les plats finement préparé et la présentation irréprochable. Un restaurant de qualité pour les sorciers en plein cœur de Londres. Je replongeais mon regard vert dans les iris sombres d’Azraël.
« Quand est-ce que tu comptes te lancer ? »

Elle se tiendrait à ses côtés quoiqu’il arrive, elle ne reviendrait pas sur ses mots, sur sa promesse. Elle le soutiendrait envers et contre tout.


Lost in the darkness

award:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ avatar : Colin Farrell
+ photo :
+ âge : 47 ans
+ doublon : Alex' Spike, Jonathan Sazlman, Louise d'Auberive
+ messages : 816
+ date d'inscription : 06/04/2016
+ commentaires :

Spoiler:
 


MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    Mar 20 Juin - 14:59



Elle n'avait conscience de la véracité de ses paroles. Azraël savait parfaitement qu'Emily serait capable d'arracher à main nu le visage de celui qui s'attaquerait à elle. Ce n'était le cas de Thémis du moins pas encore. Il les voyait déjà tous les deux, lui hésitait à l'attaquer pour ne pas la blesser. Il savait pourtant qu'il finirait par le faire. Ils le devaient et il valait mieux que ce soit lui qu'un autre, qu'un véritable. Il ne supporterait pas de voir le sang sur la peau de Thémis. S'il avait déjà tué pour elle, il était parfaitement capable de le refaire. Et lorsqu'il serait un roi, plus rien ne se mettrait en travers de sa route.

Il se recula légèrement sur sa chaise alors qu'on le servait. Le fumet du homard vient caresser ses narines mais il ne commença pas immédiatement à manger, refusant de quitter des yeux Thémis. Elle avait raison et déjà l'esprit du Serpentard se mettait en mouvement, réfléchissant à ce qu'ils feraient. Il n'avait jamais formé personne; Thémis sera la première d'une longue liste. Il avait bien vu durant la Grande Guerre. De simples enfants avaient réussi à tenir tête à de puissants sorciers tout simplement parce qu'ils avaient été entraîné par les meilleurs. Il ne fallait jamais oublier que la formation en magie était constante. Il devait apprendre aux siens à tenir tête à tous. Il devait agir différemment des SPMB. A sa propre manière car de toute façon il régnerait seul.

Bientôt. Nous allons faire tomber les NOE et je balancerais les SPMB. Je dirais les noms de ceux qui n'ont pas encore accepté de me rejoindre. Puis je lancerais dans l'ombre de nouvelles choses. Seule la prophétie m’intéresse. Rien d'autre pour le moment. Il n'y aura pas encore de combats. Ils viendront quand nous nous révélerons mais je veux attendre. Je ne ferais les mêmes erreurs que le seigneur des ténèbres ou les SPMB. Je ne veux pas qu'on me mette la mort d'innocent sur le dos. Se serait faire de moi un monstre et personne n'écoute les monstres.

Ils auraient le temps. Le temps de l'entraîner et de la former à devenir la reine à sa droite. Emily lui en voudrait sûrement. Presque certainement. C'était d'elle qu'il devrait la protéger en premier. Car la puissance de la sorcière était aussi noire que mortelle.

Azraël avait perdu son magnifique sourire, retrouvant le visage qu'il arborait toujours. Celui du directeur sérieux qui ne perdait pas une seconde en blabla inutiles et qui préféraient agir que passer des heures enfermés dans un bureau à ne rien faire. Il souhaitait un bon repas à celle qu'il pouvait nommer petite amie même si le mot lui semblait étrange et s'attaqua à son homard, commençant par les petites légumes.

Ne t'inquiète pas Thémis. Tout n'ira pas trop vite. Ta fille est déjà bien assez perdue pour que je permette au monde d'avancer sans tenir compte de ceux qui ne suivent pas. Nous avons encore le temps. La nouvelle année n'est pas encore pour tout de suite.

Ils passeraient quelques mois de paix avant que 2009 ne vienne faire sonner le glas de l'horreur. Azraël était pourtant prêt et même s'il ne savait encore de quoi traitait la prophétie, les indices des SPMB n'étaient pas tombé dans l'oreille d'un sourd. Il s'en servirait comme il se servirait des quelques chercheurs du groupuscule qu'il avait déjà de son côté. Le sorcier n'était pas sociable, pas même sympathique. Mais beaucoup se rangeaient derrière lui pour le pouvoir qui emmenait de tout son être.


Rosier ce nom raisonne, brille et tue car sa puissance est infinie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Can you feel the love tonigh | azrémis ♥    

Revenir en haut Aller en bas
 
Can you feel the love tonigh | azrémis ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lys & Lloyd ஜ Feel the love
» Hunter → We can't fall any further, If we can't feel ordinary love
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto :: Londres :: Côté Moldu-
Sauter vers: