RSS
RSS



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alaska L. Azarov + The past will always be there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Elizabeth Olsen
+ âge : 27 ans
+ doublon : Aiden S. Blackwood & Chris Harper
+ messages : 96
+ date d'inscription : 02/01/2017
+ commentaires :
I want you by my side

But the universe tears up apart



MessageSujet: Alaska L. Azarov + The past will always be there    Sam 25 Nov - 17:01

Alaska L. Azarov
ft elisabeth olsen

Nom : Azarov
  Prénom : Alaska Lyra
  Date et lieu de naissance : 27 ans - le 16 Novembre 1982
  Nature du Sang Sang-Pur
  Profession : Auror et espionne
  Situation maritale : Célibataire
  Influence et Richesse : >La famille Azarov est une dès famille de Sang-Pur les plus influentes de Russie, l'argent à toujours été quelque chose secondaire. La famille possède tellement de richesse qu'il est possible pour plusieurs générations de vivre sans se priver et sans travailler.
  Etudes : Koldovstoretz
  Baguette : Bois Tileul argenté - Coeur de Plume d'oiseau tonnerre - 33 cm - Souple
  Epouvantard: Son père
  Miroir du Risèd: Être enfin libre du jonc de son père et heureuse avec son frère
 Patronus : Loup
  Particularités :Légélimens
  Groupe : Héres
 

 
<">

 
Quel est votre opinion sur la cohabitation du mode le monde magique et non magique ?

  La cohabitation entre sorcier et moldu est certainement l’une des pires idées que le gouvernement n’est jamais eu. Les deux sont bien trop différents pour pouvoir cohabiter ensemble et vivre en paix et en harmonie comme le souhaiterait ces naïfs politiciens. Je suis absolument contre car les moldu non pas la place parmi nous, ils sont un danger que nous ne devons pas négliger et qui risque de mettre en péril notre société.
 
Comment vivez-vous cette mise à huit clos ?

  Le huit clos n’est pas réellement un problème pour l’auror, elle possède une autorisation pour aller à l’extérieur lorsque l’envie lui prends, certes ce n’est pas l’endroit le plus sécurisé qu’il soit d’être à l’extérieur, mais cela lui permet de s’échapper le temps d’une heure, évitant de croiser ces âmes blasés qui ne cessait de se plaindre de l’enfermement. De plus, cela lui évitait de penser qu’elle risquait de croiser une fois de plus son frère dans ce huit clos, ce frère qui l’avait abandonné jadis et qui l’avait encore fait aujourd’hui…

 

 
Présentation derrière l'écran

 
Pseudo/prénom :
  Age :
  Fréquence de Connexion:
  Comment tu nous as trouvé ?:
  Un petit mots :
 

     
PRIOR INCANTO 2017


Stop, i'm already dead
It's hurts, hurts like Hell. The only thing I want is you. You next to me. Always.< by swan >
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Modo + Help to rule the world

+ photo :
+ avatar : Elizabeth Olsen
+ âge : 27 ans
+ doublon : Aiden S. Blackwood & Chris Harper
+ messages : 96
+ date d'inscription : 02/01/2017
+ commentaires :
I want you by my side

But the universe tears up apart



MessageSujet: Re: Alaska L. Azarov + The past will always be there    Sam 25 Nov - 17:05

Histoire
Unbroken, broken girl.


If you can hear my pray, give me one more shot.
Ice&Fire

La brume se levait doucement laissant les montagnes faire de nouveau leur apparition. Majestueuse. Une fine couche de givre teintait légèrement l’herbe haute du champ voisin. Devant l’étendue de verdure se dressait une seule et unique bâtisse. Les espaces verts s’étendaient à perte de vue, accompagnée par les rivières qui avaient quitté les hauts pics des montages pour rejoindre les pleines. Les magnifiques sapins s’élevaient en direction du ciel, essayant de caresser ces nuages. La pureté du ciel bleu accueillait la venue du soleil, qui reprenait sa place doucement dans les cieux. Avec douceur, les rayons de l’astre vinrent réveiller la nature par sa douce chaleur. Les rayons de lumière faisaient briller la fine couche de givre. Le calme était de mise. Tout semblait endormi. Soudain, un cri retentit comme si ce dernier défiait la douceur du silence. De nouveau, le son rompit le calme rompant l’harmonie environnante. Merveilleux jour que celui de la naissance d’un enfant. Il était rare pour un couple que cet événement ne soit pas quelque chose de joyeux, d’heureux. Normalement. Tout semblait s’être parfaitement déroulé pourtant, dans cette maison isolée, et pourtant le destin en décida autrement. Une vie en échange d’une autre vie. À ce moment-là, ce ne fut pas un cœur qui s’arrêta de battre, mais deux. Comment avait-il pu en être autrement ? Quand on donne entièrement son cœur à une personne, on ne le récupère pas à la mort de cette dernière. Au contraire, elle l’emporte avec elle. True love, Soulemate. Appeler ceci comme cela vous chante, les choses ne changeront pas pour autant. Les faits étaient les mêmes. Une partie de lui était morte ce jour-là. Ce jour qui aurait dû être joyeux, jour de fête. Une seule et unique chose peut avoir un impact immense sur la vie d’un homme. Cette vie, si fragile, si facile à prendre. Oh Merlin, tu es bien cruel, à peine était-elle née que tu lui privais de sa mère, la mettant à l’épreuve des son premier souffle. La vie est ainsi. Injuste. Dur. Cruel. Froide.

-Monstre !

Une bouteille vola jusqu’à l’autre bout de la pièce pour se briser en mille morceaux. Les éclats de verre s’éparpillaient un peu partout. Un cri de terreur avait accompagné l’explosion de la bouteille. Serrant ces jambes contre sa poitrine, une fillette cachait son visage entre ces genoux. Espérant, vainement, disparaître de ce coin où elle était recluse.

-Tu as tué ta mère, sale monstre. Hurla l’homme saoul en pointant, d’un air accusateur, sa baguette en direction de la petite fille. Cette dernière ne réagit pas, serrant encore plus fort ces jambes, espérant que son père se calme. Les années avaient passé depuis sa naissance, mais aussi depuis la mort auxquelles il tenait le plus. Comment pouvait-il lui pardonner ? Cette fille qui, était la sienne, la leur, lui ressemblait tellement. Autant physiquement, que mentalement, elle lui rappelait sa défunte femme. Jamais il ne lui pardonnerait d’avoir pris la vie de son amour. Il s’approcha d’un pas de prédateur vers la petite, qui tremblait à présent, sa baguette toujours pointée vers elle. Les coups physiques laissaient des traces. Il ne voulait pas en laisser. Levant sa baguette, l’homme lança dans un cri de rage un sort impardonnable. Le corps de la petite se tordit de douleur au sol, tandis que cette dernière criait, encore et encore. La douleur était insupportable, elle voulait que ça cesse. Qu’avait-elle fait pour mériter cela ? Elle n’avait pas demandé à naître, à vivre, et encore moins pour tuer sa propre mère. Un flot de larmes coulait le long de son visage pâle, tandis que l’homme continuait la torture tout en continuant d’utiliser des propos rudes, blessant. Soudainement, la douleur s’arrêta. Terrifiée, la fillette ne leva pas le visage pour voir pourquoi son père avait arrêté le sortilège. De toute façon, son corps était bien trop meurtri pour bouger. Il tremblait encore, même si le sortilège avait cessé.

Un garçon, à peine plus âgé que la petite, s’était mis entre l’homme et la fillette. Toisant du regard le sorcier saoul. Ce dernier était au sol après avoir été percuté par son aîné. Son regard croisant celui de son fils et il abaissa sa baguette. Il ne pourrait jamais lui faire de mal à lui. Mais, bientôt, il irait à l’école de magie de Russie et ne pourra plus intervenir. L’homme prit une autre bouteille d’alcool et fit demi-tour quittant la pièce sans un mot de plus. Un profond soupir de soulagement s’échappa des lèvres du jeune garçon qui s’accroupit au côté de sa petite sœur. Toujours recroquevillée, la petite n’osait pas bouger d’un pouce. Sa respiration était rapide et la douleur était toujours présente. Sachant que le contact physique n’était pas possible pour elle après avoir reçu ce sortilège, le grand frère se contenta de lui caresser les mèches de cheveux, seul endroit qu’elle supportait qu’on lui touche dans ces moments-là. Le calme de la pièce en était presque étouffant, seuls les morceaux de verres toujours présents au sol laissaient présager que quelque chose s’était produit. Seul le souffle qui s’accélérait de plus en plus de la fillette brisait le silence de la pièce. La crise de panique ne tarderait pas à venir. Ce n’est pas la première fois que le garçon avait à gérer cette réaction de sa petite sœur. Les larmes, qui avaient arrêté de couler, firent de nouveau leur apparition sur le visage terrorisé de la petite. Respirant de plus en plus fort, la fillette avait du mal à trouver de l’air. Le premier  sanglot ne tarda pas à arriver. Sachant que son père n’était pas loin, le garçon prit finalement sa sœur dans ces bras qui se débattit pendant plusieurs minutes. Sans la lâcher, il la serra contre lui, tout en murmurant des paroles réconfortantes dans le creux de son oreille. « C’est fini Alaska, chut, tout va bien. Ne pleure plus. Tu sais bien qu’on ne doit pas pleurer. » Tout en la serrant contre lui, le petit garçon regardait la porte de la pièce guettant le retour de son père. Fort heureusement, ce dernier ne revint pas cette fois-ci et il pu montrer sa sœur sans problème jusqu’à sa chambre. Le cœur battant la chamade, la petite alla se réfugier sous sa couverture. La famille Azarov, était l’une des plus vieilles familles de Russie. Et contrairement aux mariages habituels, celui de l’aînée des Azarov avec sa femme, également sang-pur, avait été un mariage d’amour. Et non d’obligation. Quand cette dernière mourut le jour de la naissance de leur deuxième enfant, il ne s’en remit jamais. Extorisant sa douleur par de la violence à l’égard de la petite. Jamais il ne touchait à son fils, pour lui l’unique enfant de cette famille. L’héritier des Azarov. Les deux enfants avaient seulement deux années d’écarts, ce qui les avait rapidement rapprochées était surtout l’instinct protecteur du grand frère envers sa petite sœur.

Quand le moment fut venu de partir à l’école de Russie, Koldovstoretz, pour son grand frère, Alaska se retrouva pendant deux ans sans personne pour la protéger, seul son père était présent dans la maison avec les elfes de maisons. Il avait alors pu laisser libre cours à sa haine envers la petite sous toutes les formes possible et inimaginable.

La délivrance arriva quand la petite pu enfin rejoindre son frère à l’école, Alaska ne prenait pas la peine de revenir pendant les vacances, sauf celle d’été, mais son frère étant présent à ce moment-là pour la protéger les choses se passaient mieux. En apparence. Koldovstoretz, lui permit de découvrir autre chose que la violence, elle pu, après onze ans de vie, enfin avoir l’impression d’être vivante. D’être autre chose qu’un monstre. Toutefois, même si aucune séquelle physique n’étant présente, ce n’était pas le cas mentalement. Alaska était terrifié quand quelqu’un la touchait par surprise, sans qu’elle n’ait anticipé le coup. Après ces années d’études, la jeune femme s’exila en Angleterre à l’âge de ces dix-huit ans pour devenir auror. Son grand frère ne l’avait pas accompagné à ce moment-là, ce fut la chose la plus douloureuse pour elle, que de ne plus vivre avec son frère. Être loin de lui était une torture. Son père le savait, et faisait en sorte de donner beaucoup de travail à son frère en gérant les affaires de famille.

Quand elle était petite et que son père la torturerait, Alaska avait développé la capacité de lire dans les esprits des gens. Elle arrivait seulement à capter quelques mots, et seules les fortes émotions, comme la haine, lui était possible de lire. Avec le temps, elle apprit à mieux se servir de cette capacité, la développant à son maximum.

L'impression de ne pas être soi-même, de ne pas vivre comme on devrait vivre, étouffait Alaska depuis toujours. Malgré l'école, son père trouvait toujours un moyen de la torturer d'une façon ou d'une autre. Cependant, à la fin des études de la jeune femme l'occasion de fuir, fuir loin de cet homme, se présenta enfin. Son frère avait pris un gros risque ce jour-là, mais il l'avait fait pour elle. Pour la voire sourire de nouveau. La savoir en sécurité et en paix. Même si cela devait mettre des milliers de kilomètres entre eux.

La maison était calme, la nuit était tombée depuis plusieurs déjà, seul le bruit du feu de cheminée qui crépitait encore raisonnait dans la maison. Les elfes de maisons avaient fini leurs tâches, tout le monde dormait. C'était le monde idéal. Doucement et silencieusement une porte s'entrouvrit. Avec doucement et sans bruit une silhouette se promena dans l'ombre avec une aisance presque insolente. Le parquet grimaça quand le pas, pourtant léger, du jeune homme s'approcha des marches. La silhouette s'arrêta, le corps tendu à l'extrême, il guettait le moindre bruit suspect. Pendant plusieurs secondes, qui parurent des heures, il resta immobile fixant l'obscurité. Un silencieux soupir s'échappa de ses lèvres quand il reprit son chemin dans le noir quasi-total. Une fois à l'étage, il se dirigea sans aucune hésitation à la seule chambre de ce niveau qui se trouvait tout au fond du manoir. Comme isolé, rejeté. Délicatement, l'homme ouvrit la porte avant de la refermer derrière lui sans bruit. Une personne était endormie dans son grand lit. Tel un prédateur, il se rapprocha de cette silhouette. Cette dernière sembla entendre les bruits de pas du jeune homme et ouvrit subitement les yeux. Sans aucune délicatesse, l'homme plaqua sa main sur la bouche de la jeune femme qui avait les yeux ouverts en grand. Son coeur battait la chamade et ses mains tremblantes virent caresser le visage de son grand-frère.

« Fait tes bagages Aza, je te sors de cet enfer. »

« Comment ? Qu’est-ce que… »

« Chut, fais-moi confiance. »

Troublée, la jeune femme obéit tout de même à son grand-frère. Sortant de son lit chaud, la brune attrapa sa baguette magique et alla chercher sa valise. D'un coup de baguette, la sorcière rangea ces objets, vêtements, livres, à l'intérieur de la valise. Elle alla dans la salle de bains pour s'habiller chaudement. L'action ne prit pas plus que quelques minutes, mais cela ne semblait pas assez rapide pour le jeune homme qui rentra dans la salle de bains et attrapa la main de sa soeur et sa valise dans son autre main. Il devait faire vite. Avant que père ne se réveil. Le souffle court, les deux jeunes gens traversèrent en silence la maison, ils sortirent par la porte d'entrée espérant que cela ne réveillerait pas l'un des elfes de maison. Une fois dehors, sans plus attendre, le frère et la soeur se mirent à courir comme si le diable était à leur trousse. Plusieurs kilomètres à ce rythme effrayé défilèrent avant que les deux s'arrêtèrent, épuisée. Le manoir des Azarov n'était maintenant qu'une silhouette floue et lointaine. Le jeune homme, après avoir repris son souffle, se retourna subitement vers sa petite soeur qui le regardait intriguer.

« Écoute-moi bien Alaska. Ce porteloin va te permettre d’aller en Angleterre. Grâce à une relation, j’ai réussi à t’inscrire dans la formation d’auror qui débute dans quelques semaines. Je t’ai ouvert un compte à Gringott avec suffisamment d’économie pour deux vies entières. J’ai fait de mon mieux pour camoufler tout ça pour que père ne décide pas de venir te chercher. Je ne peux pas t’accompagner, il se doutera de quelque chose. Vaut mieux pour nous deux qu’ils ne le sachent pas. Je t’aime. » Fit-il avant de mettre le porteauloin dans la main de sa sœur et de se reculer subitement. La jeune femme n’eut pas le temps de répondre à son frère qu’elle sentit déjà être transporté. Elle eut juste le temps de répondre à son Je t’aime avant d’être aspirée.

Le transport lui sembla prendre des heures quand elle atterrit subitement sur un sol froid et dur. Une main vint se poser sur son épaule. Alaska se retourna brusquement avant de reculer pointant sa baguette en direction de la personne qui l'avait touché. Elle ne supportait pas les contacts physiques, seul son frère arrivait à la toucher sans que cela ne déclenche une crise, un homme d'une cinquantaine d'années mis ces mains en évidence pour montrer qu'il n'était pas dangereux. Il fallut plusieurs minutes à la jeune femme pour reprendre son calme et avoir un rythme cardiaque normal. Elle finit par se relever et ramassa sa valise. L'homme en face d'elle était un membre du Ministère de la Magie de Grande-Bretagne et il était le contact de son frère. L'homme aida la jeune femme à s'installer, car avec le décalage horaire, il faisait déjà jour en Angleterre. Son frère lui avait trouvé un appartement au dernier étage inaccessible d'accès pour les moldus.

L'homme l'aida à avoir ces repaires dans Londres pour ne pas se perdre et aussi pour aller à son compte de Gringott. Alaska eut des nouvelles de son frère le jour où sa formation d'auror allait commencer. L'utilisation de hibou n'était pas possible, alors le frère de la jeune femme se servait de la cheminée le soir pour parler avec elle. Son père avait été furieux de sa disparition et avait cassé tout ce qui restait de sa chambre. Néanmoins et comme toujours, le père Azarov n'avait pas levé la main sur son fils qu'il considérait comme son unique enfant avec la femme de sa vie. Mais, pour le garder à l'œil le plus possible pour ne pas aider la traîtresse, comme il disait, le père avait finalement donné les règnes de l'empire familial à l'aîné qui était occupé toute la journée.

Sa nouvelle vie en Angleterre fut comme une délivrance pour la jeune femme qui apprenait à vivre. Libre. La sorcière se plaisait dans cette nouvelle vie où elle n'avait pas besoin d'avoir peur de rentrée chez elle le soir. Elle n'avait plus peur de recevoir un sortilège impardonnable seulement, car son existence était un fardeau pour son père. La formation d'aurore était tout ce qu'elle imaginé, en mieux encore. Sa capacité de Légilimens fut rapidement reconnue et la jeune femme obtenue d'excellente note à ces examens, finissant première de sa promotion. Les résultats importaient peu à la jeune femme qui souhaitait simplement vivre, profiter de la vie et surtout protéger. Comme son frère l'avait fait avec elle. C'était une sorte de remerciement à son frère. Devenir aurore était une revanche sur sa vie passée, sur son père.


À l'annonce de la prophétie, la jeune femme n'hésita pas une seule seconde. Peut-être deux. Elle alla rejoindre les protecteurs. En tant qu'auror cela lui semblait naturelle de vouloir contrer deux groupes qui prétendaient être différent, mais qui se ressemblait énormément. La jeune femme travaillait pour les protecteurs, sa présence au sein de ce groupe était connu uniquement par le chef de ce dernier. Aucune autre personne n'était au courant de sa présence et de son implication. Alaska était chargée de devenir une espionne au sein de l'un des groupes. Celui des SPMB. Officiellement, la jeune femme faisait simplement parti de ce groupe-là.

C'est à ce moment-là que la jeune femme fit la rencontre d'Azraël Rosier, elle le connaissait déjà il était le chef des aurors. Le voir dans une organisation comme celle des SPMB n'avait pas vraiment surpris la jeune femme. Ce dernier, étant lui aussi légilimens, était en général choisi lors des recrutements pour savoir si la personne était digne de confiance ou non. La jeune femme se servit de la haine qu'elle éprouvait pour son père pour convaincre les membres des SPMB. Elle parlait de moldu au lieu de dire mon père. Et cette haine sembla en convaincre certains. Mais pas tous. Azraël, ne pouvait pas lire dans ses pensées, était plus que méfiant de la jeune femme. C'était également son cas. Jouant à un double jeu dangereux la jeune femme mis encore plus sa vie en danger en devenant une espionne pour les SPMB.

La mort n'était pas une chose qui effrayait la jeune femme, bien au contraire. Loin d'être suicidaire pour autant Alaska considérait la mort comme un cadeau. Une délivrance. Mais, cette délivrance se devait d'arriver en temps et en heure. Ni trop tôt. Ni trop tard. Elle avait encore beaucoup de choses à faire dans ce monde et elle en était consciente. De plus, la seule pensée de blesser son frère lui était insupportable. La mort n'était qu'un unique passage, une unique épreuve que les hommes devaient surmonter avant de connaître le paradis. Mais, le connaîtrait-t-elle ce paradis ? Aura-t-elle le droit de vivre en paix ? Le frisson qui l'animait chaque soir, dans les ténèbres de la nuit, lui indiquait le contraire. Son père avait eu raison de son âme, il y a si longtemps maintenant. Que lui restait-elle ? L'impression de n'être qu'une enveloppe corporelle était son fardeau le plus lourd à porter. Alaska avait longtemps considéré son frère comme étant son ange gardien, mais maintenant qu'ils n'étaient plus ensemble qui lui permettait-elle encore de voler ? Des ailes brûlées, arracher, saccager, ornait désormais son dos. Chaque jour, chaque réveil, était un combat avec elle-même pour qu'elle ne cède pas à l'appel de Lucifer. Les crises de panique lui étaient encore fréquentes. Démontrant que les blessures du passée étaient encore douloureusement ouverte. Son travail ? C'était certainement l'une des choses qui lui permettait encore de se montrer qu'elle était en vie. Que son corps n'était pas qu'une coquille physique sans esprit à l'intérieur. Par moment, ces émotions refusent de s'exprimer, son corps réagit, mais rien ne se passe au plus profond de son être. L'homme est son plus grand ennemi. Son reflet, le reflet de son âme est une chose que l'homme refuse de regarder. Par peur, par crainte ou par mépris pour soi-même. Était-il possible, encore maintenant, de sauver une âme déjà perdue dans l'antre de Lucifer ? Après tout, était-il autant le mal, que Raphaël ? Quelle différence entre Enfer et Paradis ? Ange ou Démon ? Sorcier ou Moldu ? L'univers offre une multitude de questions, pourtant sans réponse.  

Breathe. I'm fine.

Ce jour-là Alaska avait pris un jour de congé, en effet la jeune auror s’était montrée assez hautaine et rebelle avec son patron ce qui avait bien fallu lui coûter sa place. Elle avait pris un jour de congé plus ou moins forcée pour se montrer plus discrète et s’éloigner de cette ombre qui ressemblait tellement à son paternel. Toutefois, ne supportant pas passer une journée sans rien faire, la brune avait décidée de mettre en place une filature sur l’un de ces suspects sur un dossier relativement classique. L’auror avait alors transplané dans l’allée des Embrumes pour commencer sa mission qu’elle venait de se donner. Avec la discrétion d’un félin en chasse, la brune avait repérée son suspect et avait commencée sa filature. Alors qu’elle se glissait entre les passants, évitant tout contact physique avec eux, elle sentit une main se glisser dans l’une de ces mèches de cheveux aubrun. Furieuse, Alaska se retourna prête à envoyer paître le fou qui osait toucher sa chevelure. Ces mots restèrent bloqués dans sa gorge lorsqu’elle reconnut le visage de son aîné, son frère, sa moitié. Que faisait-il là ? Lui qui était resté en Russie avec leur père, lui qui lui avait permit de s’échapper de cet enfer, mais qui ne l’avait pas suivit. Lui qui l’avait sauvé et abandonné à la fois au profit de leur père. Plusieurs sentiments avaient animés le cœur de la brune en une fraction de seconde, ce cœur qui avait été éteint, glacial pendant des années semblaient se mettre à battre de nouveau en présence d’Iliya. Revoir ces beaux cheveux blonds, ces yeux bleus glaciales qui lui rappelait les lacs gelés de Sibérie, lui faisait un bien fou et pourtant cela la blessait autant que c’était plaisant de le revoir. Des questions ne cessaient de se bousculer dans l’esprit de la jeune russe qui cherchait à comprendre pourquoi son frère se retrouvait en Angleterre sans raison apparente, il n’était clairement pas venu pour elle, père ne l’aurait jamais autorisé, après tout il était devenu sa marionnette, son jouet. En effet, Alaska déchanta rapidement quand elle apprit que son aîné était promis à une Sang-Pur anglaise qui n’était nulle autre qu’Aisha Nott à l’époque. Les retrouvailles étaient maladroites, malgré les années qui avaient passés Alaska vivait encore et toujours sous la peur de son paternel, le traumatisme de son enfance avec lui, de sa haine qu’il portait envers sa porte enfant ne l’avait jamais quitté. Aujourd’hui encore elle se retourne dans la rue en sursautant à cause d’une ombre, le moindre contact physique la rends folle, elle ne supporte pas qu’on la touche encore moins par surprise. Elle perdait littéralement le contrôle, pour dire vrai c’était simplement son père qu’il avait encore le contrôle. A cause de ces plusieurs facteurs, le frère et la sœur se déchirerait un peu plus plutôt que de profiter de cette réunion opportune. Rien ne s’arrangea quant à la soirée d’annonce du Ministre de la Magie, ce fût Iliya, son frère, qui assassinat le Ministre. Elle l’avait fut faire, et malgré son métier, malgré son allégeance à l’ordre et la justice, elle n’avait rien dit, elle n’avait rien fait, la jeune femme s’était contenter de le regarder lancer le sortilège de la mort sans aucun remord. Evidemment, Alaksa ne savait pas que son frère travaillait pour Azraël et que c’était ce dernier qui avait tout planifié, elle ne savait pas que son chef prévoyait de grande chose sans jamais se salir les mains. La russe se méfiait de lui, elle n’avait pas confiance en lui, mais elle n’avait pas assez approfondit ces recherches pour voir cela venir. Puis les choses s’enchaînèrent à une vitesse ahurissante. Alaska interrogea Jonathan Salzman, un psychopathe connu pour meurtres et plusieurs crimes, mais il était également suspecté de faire parti des NOE. Sans aucune délicatesse, la brune mena l’interrogatoire, elle n’utilisa aucune violence physique, elle s’amusa simplement avec le mental du jeune homme, cherchant les souvenirs douloureux dans son esprit et en parler avec lui, cela le rendit fou, s’il n’avait pas attaché il aurait certainement essayé de tuer l’auror à main nu, avec ces dents s’ils avaient pu le faire. Puis, la Russe finit par trouver l’information qu’elle cherchait, elle avait trouvé non pas des noms de NOE à arrêter, mais plutôt l’emplacement du QG. Sans plus atteindre elle avait prévenu son chef, Azraël, qui avait rapidement mis en place une attaque en collaboration avec les protecteurs. Ils avaient ensuite attaqués et arrêtés plusieurs des NOE, certains étaient tombés au combat, les autres furent en prison et ceux en fuite recherché. La mission des protecteurs fut stoppée, puis les SPMB tombèrent également. Tout semblait revenir à la normale quand l’Obscurial finit par frapper Londres, blessant et tuant moldu et sorcier.

       
PRIOR INCANTO 2017


Stop, i'm already dead
It's hurts, hurts like Hell. The only thing I want is you. You next to me. Always.< by swan >
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


Admin + Rules the world

+ photo :
+ avatar : Adélaïde Kane
+ âge : 18 printemps d'insouciance et d'incertitude
+ messages : 915
+ date d'inscription : 18/12/2016
+ commentaires :


MessageSujet: Re: Alaska L. Azarov + The past will always be there    Mar 28 Nov - 13:14


Validé !
Félicitation Alaska Azarov

Tout est parfait

Chose à faire rapidement
Bien maintenant que tu es validé(e), nous allons te faire un peu travailler. Pas grand chose rassure toi ! Nous t'invitons à recenser ton avatar ici mais également ton métier et ton statut au sein de ton groupe (pour Ashes, Salem, Heres ) ici. Vu que tu viens d'une famille nous t'invitons à la recenser en entier afin d'avoir peut-être des frères/soeurs/cousins/cousines et autres par ici. Si tu as une particularité magique, nous te demandons également de la recenser ici. Et voilà, niveau recensement tout est nickel !

Désormais tu peux aller poster ta fiche de lien ici et ton journal de bord ici. Tu peux également créer tes scénarios et tes prés liens. Et après nous t'invitons à fouiller tout le forum et à poster tes premiers rps. En espérant que tu t'amuses bien sur Prior Incanto

PRIOR INCANTO 2017


Trust no one
Some secret must be hide forever. You are my redemption but also my chains. My secret is your secret. Together, we can fight, alone we can die. + ms.palmer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Alaska L. Azarov + The past will always be there    

Revenir en haut Aller en bas
 
Alaska L. Azarov + The past will always be there
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Prior Incanto ::  :: Le Choixpeau Magique :: Bienvenue parmi nous-
Sauter vers: